•  

     

    La conscience est modulable.

    L'hypnose est un état entre veille et sommeil

    que l'on pourrait appeler aussi "rêve éveillé".

     

    Conscient, Inconscient et Hypnose....

    La psyché se compose de la conscience qui gère le quotidien et de l'inconscience

    Entre les deux, une sorte de "petit mur" empêche les deux parties de dialoguer directement.

     

    Dans l'inconscient tout est enregistré depuis votre naissance ;

    c'est une sorte de disque dure interne, une bibliothèque  intérieure.

    C' est un vivier de connaissances, de souffrances mais aussi de potentiel créatif.

    Parler, marcher, manger, toutes ces choses que nous faisons sans vraiment nous en rendre compte

    sont également gérés par l'inconscient.

    Nous sommes donc une bonne partie de la journée "en pilote automatique".

     

    L'inconscient nous protège et assure notre bien être. 

    La sonnette d'alarme va être tirée en permanence

    et l'inconscient va percevoir un danger et va envoyer des signaux :

    Une personne en carence affective va se mettre à manger pour combler le vide,

    une personne agressée va développer des problèmes d'agaraphobie.

     

     

    L'Hypnose :

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

    La Société, l'éducation que nous avons reçue,  instaurent des croyances ;

    croyances positives (tu es capable de) et croyances négatives (manque de confiance en soi)

    Ces croyances (qui ne sont pas des vérités absolues) vont venir poser des limites.

    L'hypnose aide à les décloisonner . 

    Elle va permettre d'installer une passerelle entre le corps et l'esprit

    et ainsi modifier nos comportements.

     L'état hypnotique induit un état d'hyper réceptivité de l'information.

    Les suggestions peuvent atteindre les couches profondes de l'inconscient.

     

     

    Conférence de P.M

    JANVIER 2017

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Dans les mémoires,

    Keith Richards explique que durant un accident de voiture,

    il quitta son corps pour surplomber le carambolage de quelques mètres, avec une incroyable sérénité.

    Puis tout redevint normal.

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Les mauvaises langues auront beau jeu de souligner

    que le guitariste des Rolling Stones ne fume pas que des cigarettes en chocolat,

    la sortie hors du corps représente l'étape liminaire d'un phénomène bien plus complexe :

    l'expérience de mort imminente.

     

    Le scénario type est bien connu :

    l'impression de quitter son corps en toute quiétude, de voler à travers une sorte de tunnel,

    voir sa vie défiler, rencontrer des proches décédés et surtout un Etre Lumière qui irradie d'amour...

    puis s'entendre dire que l'heure n'est pas venue,

    et finalement revenir à la case départ,

    quand bien même une équipe médicale vous avait déclaré cliniquement mort.

     

    SOURCE : Revue le Cercle Psy.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    La Perversion Narcissique

     

    RESPIRE -

    Un superbe film de Mélanie LAURENT....

     

    RESPIRE - Un film sur la Perversion Narcissique...

     

    "J'ai rencontré un pervers narcissique, jamais de pardon ou de merci"

     

    MELANIE LAURENT.

     

     

     

     

    L'adolescence, l'amitié, la famille, l'amour, les amis, un petit peu le bac, l'école

    et beaucoup de manipulation.

    Le film montre bien comment on "tombe" sous le joug de ce genre de pervers

    lorsqu'on n'a pas confiance en soi,

    besoin d'être aimé (pas seulement de plaire)

    envie de reconnaissance, incapacité à dire non et à prendre sa place.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    "J'étais toujours dans une recherche de fusion avec autrui.

    Il m'avait toujours fallu avoir une meilleure amie dont j'étais extrêmement proche.

    Cette amie, je ne voyais pas ses défauts.

    Enfin, je ne voulais pas les voir, car quand enfin je les voyais, c'était la fin de mon amitié.

     

     

     

    Témoignage....

     

      

    Aujourd'hui mes rapports amicaux ont complètement changé :

    mes amis ne sont plus des gens avec lesquels je dois parfaitement m'entendre sinon rien.

    Non, maintenant, je fréquente tel ou tel ami pour des bons moments ensemble, selon nos envies.

    Avec l'un, ça va être pour rire, avec l'autre pour discuter philosophie, avec tel autre encore pour dîner.

    Je ne suis plus dans les mêmes attentes,

    du coup je suis beaucoup moins déçue, c'est plus léger et j'ai beaucoup plus d'amis !"

     

    Extrait du livre : L'effet Divan - Valérie Blanco.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    8 commentaires
  •  

     

    La vie commence par une inspiration

    et finit par une expiration.

     

     

    La respiration profonde est uneexercice magnifique

    qu'il faut penser à pratiquer car elle renouvelle les énergies.

    Les exercices de respiration faits régulièrement améliorent la santé.

    Il y a pour chacun un rythme particulier qu'il doit trouver en écoutant son médecin intérieur.

    Il faut apprendre à respirer consciemment, à lier la pensée à la respiration

    pour pouvoir toucher les forces cachées dans le subconscient.

    La respiration consciente et profonde apporte des bénédictions incalculables pour la vie intellectuelle,

    pour la vie émotionnelle et pour la vie physique.

    Observez vous quand vus éprouvez une souffrance, quand vous êtes sur le point de céder à la colère :

    votre respiration perd sa régularité, sa profondeur, elle devient saccadée, haletante.

    Une respiration irrégulière éveille les forces négatives. Une bonne respiration harmonise les échanges.

     

    Exercice 4 - 16 - 8

    J'inspire sur 4 temps, je bloque sur 16 temps et j'expire sur 8 temps

     

    Exercice 8 -  32 - 16

    J'inspire sur 8 temps, je bloque sur 32 temps et j'expire sur 16 temps.

     

     

     

    Source : La Respiration

    Omraam Mikhaël Aïvanhov

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

     

     

    RESCAPE DE LA SECTE DU TEMPLE SOLAIRE..... 

     

     

     

    "En lisant les pages qui précèdent, il vous a sans doute été difficile de comprendre et d'admettre

    que des êtres humains, plongés dans ce monde rationnel, puissent s'écarter si résolument de la normalité

    et bouleverser le cours de leur vie pour répondre à une soif spirituelle irrésistible.

    Difficile de croire que des gens ordinaires, mais aussi des artistes, des scientifiques, des hauts fonctionnaires

    aient pu se laisser berner d'une manière aussi grossière.

    Pour beaucoup d'entre vous, il apparaîtra qu'une fois qu'un individu s'aperçoit qu'il a été victime

    d'une escroquerie, il lui suffit d'en prendre conscience et de quitter ces gens qui lui ont fait tant de mal.

    Ca ne se passe pas de cette manière là".

     

     

    Thierry Huguenin... Le 54 ème

     

     

    "Lorsqu'on est enfoncé comme je l'étais dans un système de croyances très prégnant,

    quand on a pris l'habitude de vivre sous la contrainte et sous l'emprise d'une personnalité très forte,

    s'arracher de cette domination exige un effort surhumain. Il faut détruire une partie de sa personnalité

    qui, pendant des années, a constitué l'essence même de votre être, se faire une violence insupportable

    et vaincre la terreur que représente le retour à une vie normale,

    ce retour dans le monde profane qui paraît irréalisable.

    Ce chemin, je l'ai parcouru et je continue à le parcourir,

    car on ne sort jamais indemne d'une telle aventure".

     

     

    THIERRY HUGUENIN

    Rescapé de la Secte du Temple Solaire

    Extrait du livre "Le 54ème"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Il est frappant de voir que les biographes

    ne s'intéressent guère aux premières influences qui marquent si profondément l'existence humaine.

    A l'exception des psycho-historiens, aucun d'eux ou presque ne se penche sur l'enfance des leaders politiques,

    dont les décisions peuvent se révéler fatales pour la vie de millions de gens.

    Dans les milliers de livres écrits sur la vie des dictateurs, on ne mentionne guère les événements,

    pourtant significatifs, de leur enfance, ou, peut-être par manque de connaissances psychologiques,

    on minimise leur importance. Or ils sont riches d'enseignements, comme l'illustre, entre autres exemples,

    l'histoire de deux hommes célèbres :

    Staline et Gorbatchev

     

     

    Staline

    était le fils unique d'un  alcoolique qui, quotidiennement, le battait comme plâtre,

    et d'une mère le plus souvent absente, qui ne l'a jamais pris sous sa protection et était elle-même battue.

    Comme la mère de Hitler, elle avait perdu ses trois premiers enfants.

    Josef, venu au monde après leur mort, ne savait jamais si son père n'allait pas le tuer dans l'heure qui suivait.

    Par suite de ses terreurs refoulées, Staline, parvenu à l'âge adulte,

    devint un paranoïaque convaincu que tout le monde en voulait à sa vie.

    En conséquence, dans les années trente, il envoya dans des camps ou fit exécuter des millions de personnes.

    Tout se passe comme si, chez ce puissant dictateur, en dépit de son pouvoir et des honneurs dont il était comblé,

    un enfant sans défense luttait contre le père menaçant.

    Peut être Staline tentait-il sans relâche, dans ses procès truqués contre les intellectuels,

    souvent des esprits supérieurs au sien, d'empêcher son père d'assassiner l'enfant impuissant.

    Evidemment, il n'en avait pas conscience.

    Sinon des millions de gens n'auraient pas été condamnés à mort.

     

     

     

    Le climat était bien différent dans la famille Gorbatchev, où l'on ne maltraitait pas les enfants

    et où il était de tradition de les respecter et de pourvoir à leurs besoins.

    Les effets de cette éducation, tout un chacun peut les mesurer

    à travers le comportement de l'adulte Gorbatchev.

    Peu d'hommes d'Etat, parmi nos contemporains, ont fait preuve de pareilles qualités :

    le courage de voir les choses telles qu'elles sont et de chercher des solutions souples,

    l'estime pour autrui, le sens du dialogue.

    Il a su conserver un train de vie modeste,

    ne s'est pas laissé aller à cette hypocrisie

    si fréquente dans les discours des hommes politiques assoiffés de pouvoir,

    et ne s'est jamais laissé pousser, par pur besoin de se faire valoir, à des décisions absurdes.

     

    Ses parents, comme ses grands parents qui ont veillé sur lui pendant la guerre,

    semblent avoir été des êtres particulièrement aimants.

    Son père a souvent été décrit comme un homme paisible, entretenant de bons rapports avec les autres

    et qui ne disait jamais un mot plus haut que l'autre. Sa mère était une femme forte,

    sincère et de caractère enjoué. Même quand son fils eut accédé au pouvoir,

    elle continua à vivre dans sa petite maison rurale.

    L'enfance de Gorbatchev nous fournit, du reste, une preuve supplémentaire

    que même les pires conditions matérielles n'abiment pas la personnalité d'un enfant,

    pourvu que son intégrité n'ait pas été blessée par l'hypocrisie et les mauvais traitements,

    physiques ou psychiques.

     

     

    SOURCE :

    Extrait du livre d'Alice Miller

    Libre de savoir.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    Faute d'attachement nourrissant affectivement,

    l'individu se lie, fusionne avec un produit, se replie sur lui-même derrière son écran pour oublier ses angoisses.

    Coupé de ses émotions, il tente de se remplir, se calmer....

    Il y a addiction quand la personne se plaint d'une impulsion incontrôlable,

    quand le plaisir des débuts est devenu souffrance,

    quand il n'y a plus que ça qui compte, que les liens avec le monde sont distendus.

     

    Ses causes sont multiples : un tempérament dépressif, une nature compulsive, une fragilité génétique.

     

    Dépendance affective aux réseaux sociaux.

     

    L'addiction est un processus complexe

    qui se développe par une interaction entre une substance, un comportement et un sujet vulnérable.

     

     

     

    PSYCHOLOGIE MAGAZINE  10/2015

     

    "j'ai connu cet isolement....

    Inquiétant peut être, et en même temps réparateur.

    A analyser avec un professionnel qui forcément vous aide à en sortir.

    Je serais tentée aujourd'hui de constater que c'était malgré tout de belles années"

    FAUSTINE.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    La dépendance affective trouve son origine dans notre vie "pré oeudipienne",

    c'est à dire dans notre toute petite enfance.

    Le nouveau né est par définition, un  être dépendant, en absence totale d'autonomie.

    La dépendance affective fait bien souvent écho à un abandon vécu à ce premier stade de notre vie.

    Il peut s'agir d'un abandon émotionnel, plus que physique :

    une mère dépressive, un père affectivement absent.

     

    Dépendance affective

     

     

    La dépendance n'est pas symptomatique.

    Le problème c'est quand elle devient source de souffrance,

    de sentiment d'abandon, de la peur de ne pas être reconnu, de ne pas être aimé.

    La personne "dépendante affective" est à la recherche de son droit à l'existence.

    Mais elle effectue cette recherche d'une manière déficiente.

    A la conquête de son droit d'être, elle souhaite être aimée, acceptée telle qu'elle est..

    Elle présente des troubles au niveau de son identité personnelle.

    Elle est angoissée et manque de confiance en elle,

    découlant d'un complexe d'infériorité qui est le plus grand symptôme de cette pathologie.

    Elle éprouve aussi une peur irrépressible d'être abandonnée.

    Son bonheur dépend d'autrui, elle vit dans l'insécurité.

    Au niveau relationnel, elle se laisse facilement abuser par les autres.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    L'araignée représente l'emprisonnement .

     

     

    Le monde Onirique - L'Araignée.

     

     

     

    Toute araignée apparaissant dans les rêves est ressentie comme susceptible de tendre un piège.

    L'araignée représente souvent la mère qui étouffe, qui bride la liberté, qui retient dans ses pattes.

    Il s'agit souvent d'une mère souffrante qui a manqué d'amour quand elle était enfant,

    et qui reporte ce manque sur ses enfants.

    Elle leur demande inconsciemment de combler son manque d'amour.

    Or, les enfants ne peuvent combler un tel manque et ce n'est pas leur rôle.

    En même temps, les enfants n'osent pas entrer en opposition avec cette mère qu'ils aiment et qu'ils respectent.

    Ce qui crée en eux ce sentiment d'étouffement

    L'araignée représente aussi la difficulté

    de certaines personnes qui se sentent inconsciemment tentées de rester dans "l'inconscience maternelle",

    c'est-à-dire qu'elles souhaitent être prises en charge toute leur existence.

    Elles peuvent avoir une peur profonde de la vie en dehors du cocon maternel.

    Comme raison à cela, il y a peut être eu des traumatismes venant de l'extérieur du foyer

    lorsqu'elles étaient enfants.

    Dans le rêve la personne face à la représentation de l'araignée est invitée à se libérer

    afin d'éviter la folie ou la divagation et, enfin, devenir adulte.

     

    Patricia d'Angeli.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

    Tous les tourments proviennent de la confusion entre le passé et le présent,

    entre la réalité et la croyance.

    Réussir à jongler avec les deux pôles de la dialectique des contraires,

    comme avec le Yin  et le Yang, le féminin et le masculin, l'amour et l'autorité, la joie et la tristesse,

    comporte d'inestimables bénéfices.

    Cela favorise l'autonomie psychique, nourrit la confiance en soi,

    garantit l'unité de l'identité plurielle et, surtout,

    initie au désir, libérant de l'oppression du besoin infantile de plaire.

     

    Le sujet ne craint plus de déclencher un tsunami s'il ose se montrer vrai,

    il ne dit plus "amen" à tous par peur de blesser ou de déplaire.

    Il ne s'exténue plus, enfant thérapeute-pharmakos, à panser toutes les plaies.

    Il osera dire non parfois,

    fixer des limites, frustrer, exprimer son agressivité longtemps censurée,

    sans brutalité, de façon juste et saine.

     

     

    Mr MOUSSA NABATI

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Les enfants, autrefois, venaient consulter avec des problèmes

    provenant des relations familiales,  de l'histoire parentale.

    Aujourd'hui c'est l'absence de repères et de limites qui, le plus souvent,

    les empêche de se développer normalement.

     

     

     

    "Avoir de l'autorité, ce n'est pas être autoritaire".

     

     

     

    Le malentendu vient de la croyance issue d'une dérive de la salutaire révolte de Mai 68,

    que toute autorité serait répressive, et d'une mauvaise lecture de Françoise Dolto.

    Elle a posé que l'enfant était une personne à respecter,

    mais a affirmé aussi qu'il avait un besoin vital d'éducation.

    On l'a oublié et on vit dans la peur de casser, si on l'éduque, sa personnalité.

    Tout cela fait que les parents ne se sentent plus de légitimité.

    Or il existe des règles de développement pour le corps, la santé des enfants.

    Et nous les appliquons sans nous poser de questions.

    Mais il en existe aussi pour leur construction psychique.

    Il y a des âges pour faire les choses, il faut avoir une place dans la famille,

    mais pas toute la place,

    on ne peut pas tout faire, pas tout avoir, etc...

    Si on ne respecte pas ces règles,

    l'enfant a des problèmes de comportement, d'image de lui-même, scolaires...

    Parce que rien n'est à la place dans la vie.

     

    CLAUDE HALMOS.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire