•  

    De même que les parents d'hier ne sont pas les parents d'aujourd'hui,

    les ados d'aujourd'hui ne sont plus les adolescents d'hier.

     L'adolescence d'hier se situait entre 15 et 19 ans, elle se situe aujourd'hui entre 14 et 26 ans.

    La "crise d'adolescence" peut être définie par les termes de crise de l'identié ou traversée identitaire.

     

    Conférence - Le mal être adolescent.

     

     

    Notre société est en pleine évolution,

    et si hier on se devait de rendre le jeune autonome (travailler pour payer ses études par exemple)

    aujourd'hui ce même jeune rentre dans la vie active de plus en plus tard.

    On considère que pour  2 jeunes sur 3 qui entraient dans la vie active,  1 sur 3  continuait ses études.

    En 1976 l'arrivée de la réforme "le collège pour tous"

     implique que les élèves fréquentent tous le collège jusqu'en troisième.

    En 1980 on incite les jeunes à continuer leurs études pour atteindre les 80 % de jeunes au bac.

     

    En même temps, on modifie les structures de pensées

    ce qui permet de faire exploser la reproduction sociale chère à PIERRE BOURDIEU,

    sociologue français, un des acteurs principaux de la vie intellectuelle française.

    Son œuvre sociologique est dominée par une analyse des mécanismes de reproduction des hiérarchies sociales :

    Les médecins donnent des médecins,

    Les avocats donnent des avocats,

    Les ouvriers donnent des ouvriers....

     

     

    Avant les années 80 notre société était une société de travail : On vit pour travailler

    Après les années 80 on passe dans une société de loisirs : On travaille pour vivre.

    Ce discours change toute une génération.

     

     

    Aujourd'hui l'adolescent doit développer une personnalité  adaptable à la société.

    L'ado rêve de dire "merde" à la société, il sait tout mieux  que tout le monde.

    Il est dans une quête narcissique où il pense que les  adultes sont dans l'erreur.

    L'adolescent remet en cause les règles  instituées et pour lesquelles on ne se pose plus de question.

    Du fait des années d'étude, les enfants deviennent dépendant de leurs parents

    et les parents mettent en place un processus qui leur permettent de garder leur enfant à la maison.

     

    Les parents veulent offrir à leurs enfant ce qu'ils n'ont pas eu...

    Et c'est un piège :

    notre enfant n'est pas nous

    et ce n'est pas en lui offrant ce qu'on n'a pas eu qu'il deviendra ce qu'on n'est pas devenu...

    C'est un fantasme,  une erreur fondamentale.

     

    Nos grands adolescents ne sont pas assez confrontés aux réalités et à la vie.

    Les enfants (pour un certain nombre) grandissent sans besoin.

    Pour suivre le modèle social, les parents s'endettent pour que leur enfant soit comme les autres.

    Notre société fait peser des choses lourdes au point de vue identitaire.

     

     

    Sur le plan psychique,

    le jeune qui arrive à la fin de l'enfance se pose beaucoup de questions.

     Avant, ce questionnement n'était pas d'actualité car il pensait comme ses parents.

    Il s'intérroge car son corps évolue.

    Les angoisses polymorphes et dysmorphiques font leur apparition 

    (l'impression que son corps de décompose, devient difforme...)

    Ils s'interpellent les uns les autres par rapport à leur morphologie entrainant moquerie et harcèllement.

    Ils doivent donc apprendre à accepter leur corps.

     

    Un ado qui va bien est un ado qui "emmerde" le monde.

    Il conteste ses parents car il devient un être nouveau.

    Une des peurs de l'adolescent est que ses parents ne l'aiment plus.

    Il devient grand donc on ne l'aime plus...

    L'ado va tester son entourage et bien sur va se focaliser sur les preuves qu'on ne l'aime pas,

    d'où le conflit pour tout et pour rien.

    Il faut accepter le conflit car il est constructeur ; ne pas chercher à l'éviter.

     

    L'ado devient très parano, pense que tout le monde est contre lui et que personne ne l'aime.

    Il se crée une nouvelle famille en se tournant vers les copains et copines.

    Il y a lui et le monde autour.

    Il développe la notion d'entraide notamment en faisant preuve d'empathie pour les copains...

     

    La transgression est nécessaire.

    Il est important qu'il fasse l'expérience des limites

    mais pour qu'ils les transgressent, il est important de lui en mettre.

    Si il n'y a pas de limite il ira les chercher à l'école voir dans la délinquance.

    L'ado a donc besoin d'un cadre clair. Il recherche des gens solides et honnêtes.

    Dire non à un enfant est structurant.

    En tant que parent, il faut avoir de l'humour avec un ado et ne pas rentrer dans le jeu de la provocation.

    L'ado cherche à mettre ses parents en difficulté, à les déstabiliser.

     

    Il faut, même en cas d'échec, lui dire qu'on lui fait confiance, qu'il est capable d'y arriver.

    Les ados ont beaucoup de ressources et de capacités.

    Il faut aider l'ado à se projeter dans l'avenir.

     

     On évolue à 80 % les ados qui vont bien.

     

     

    Les 20 % qui vont mal présentent des troubles obsessionnels, des addictions, des scarifications.

    Ils se sont mal construits, parfois victime d'une structure familiale instable, de parents en conflits.

    Il se construit avec des failles, des images de lui négatives. Il cherche alors ailleurs un modèle d'identification.

     

    Il faut être particulièrement attentif aux épisodes schizoïde

    (trouble de la personnalité caractérisé par un manque d'intérêt pour les relations sociales.

    L'individu éprouve des difficultés à nouer des liens sociaux :

    ses loisirs, ses activités, sont solitaires et indépendants.

    Il n'est en apparence pas touché par les marques de sympathie ou d'affection

    et n'exprime pas ses émotions, d'où une image de froideur, d'empathie.)

     

    Quand il n'y a plus de dialogue du tout, quand l'ado se ferme, vous donne l'impression "d'être ailleurs",

    il faut s'inquiéter. Il peut aller mal et être victime de harcèlement moral.

     

    SOURCE : Conférence de Monsieur B.D. Docteur en Psychologie.

    Le 11 octobre 2016.

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    Conférence Janvier 2017

    Les thérapies brèves par MME P.M

     

    L'hypnose est reconnue depuis les années 50 par les grandes Sociétés,

    elle est présente dans les hôpitaux et enseignée dans les universités.

     

     

    L'hypnose est un état de conscience modifiée mais c'est un état ordinaire que nous rencontrons souvent :

    Par exemple vous êtes en voiture et vous ne vous êtes pas rendu compte du chemin parcouru.

    C'est un état d'hypnose légère.

     

    Depuis les années 90, l'état hypnotique a été mis en évidence par l'imagerie  médicale.

    On peut observer ce qui se passe sur le cerveau en état d'hypnose.

    L'hypnose va permettre d'installer une passerelle entre le corps et l'esprit

    et ainsi modifier nos comportements.

    Ca  n'est pas une question de croyance, c'est une réalité physique.

    Tout le monde est hypnotisables mais à des degrés différents,

    en fonction de la potentialité à vous laisser aller, à vous relaxer.

     

    Seulement 5 % des patients y sont réfractaires.

    Ne surtout pas confondre avec l'hypnose de spectacle.

    Pendant la séance vous gardez toute votre volonté, votre libre arbitre.

    C'est un travail collaboratif.

    Elle traite les addictions (tabac, alcool), les phobies, le manque de confiance en soi.

     

    Elle est particulièrement efficace pour l'aide à l'arrêt du tabac,

    mais ne se substitue en aucun cas avec la volonté de la personne. 

    3 séances sont nécessaires :

    La première séance, on effectue un bilan.

    La deuxième séance vous ressortez non fumeur.

    La troisième séance nouveau bilan et renfort.

     

    L'addiction physique (nicotine) est moins forte que l'addiction psychologique.

    Sur 10 personnes, sept arrêtent de fumer.

     

     

    L'hypnose est aussi utilisée pour les troubles du comportement alimentaire,

    troubles très liés à la dimension affective (manque d'affection, manque d'estime et de confiance en soi).

     

    La prise en charge par l'hypnose va permettre de retrouver une sécurité interne, l'estime de soi.

    Elle fait également travailler sur la sensation de faim et de satiété.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le 24 janvier 2017

     

     

    - Conférence "Les thérapies brèves EMDR et hypnose,

    Outils et aide à l'arrêt du tabac et la gestion des troubles alimentaires".

     

     

     

     

    - Conférence d'une Géobiologue :

    "les dangers des ondes".

     

     

     

    Le 31 janvier 2017

     

    Au fil des Conférences....

     

    Santé d'Hier et d'Aujourd'hui à travers le Monde

    par le Docteur Nanji Désiré.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    La conscience est modulable.

    L'hypnose est un état entre veille et sommeil

    que l'on pourrait appeler aussi "rêve éveillé".

     

    Conscient, Inconscient et Hypnose....

    La psyché se compose de la conscience qui gère le quotidien et de l'inconscience

    Entre les deux, une sorte de "petit mur" empêche les deux parties de dialoguer directement.

     

    Dans l'inconscient tout est enregistré depuis votre naissance ;

    c'est une sorte de disque dure interne, une bibliothèque  intérieure.

    C' est un vivier de connaissances, de souffrances mais aussi de potentiel créatif.

    Parler, marcher, manger, toutes ces choses que nous faisons sans vraiment nous en rendre compte

    sont également gérés par l'inconscient.

    Nous sommes donc une bonne partie de la journée "en pilote automatique".

     

    L'inconscient nous protège et assure notre bien être. 

    La sonnette d'alarme va être tirée en permanence

    et l'inconscient va percevoir un danger et va envoyer des signaux :

    Une personne en carence affective va se mettre à manger pour combler le vide,

    une personne agressée va développer des problèmes d'agaraphobie.

     

     

    L'Hypnose :

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

    La Société, l'éducation que nous avons reçue,  instaurent des croyances ;

    croyances positives (tu es capable de) et croyances négatives (manque de confiance en soi)

    Ces croyances (qui ne sont pas des vérités absolues) vont venir poser des limites.

    L'hypnose aide à les décloisonner . 

    Elle va permettre d'installer une passerelle entre le corps et l'esprit

    et ainsi modifier nos comportements.

     L'état hypnotique induit un état d'hyper réceptivité de l'information.

    Les suggestions peuvent atteindre les couches profondes de l'inconscient.

     

     

    Conférence de P.M

    JANVIER 2017

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Addictions - Contradictions

    Le 28/10/2016 

    Conférence de Monsieur Paul BELVEZE,

    Président National des Alcooliques anonymes,

    expert international de l'alcool éthylique.

     

     

     L'homme  rencontre l'alcool - Historique.

     

    L'usage de l'alcool remonte à  1700 avant Jésus Christ.

    La bière a été inventée 2000 ans avant JC.

    Les experts étaient les pharaons ; les Egyptiens avaient compris le phénomène de la fermentation.

     

    Chez les Gaulois, deux fêtes étaient réservées à la bière :

    La première lors du solstice de printemps, la deuxième lors du solstice d'automne.

    Pendant ces fêtes et seulement pendant,

    hommes, femmes et enfants pouvaient en consommer autant qu'ils le désiraient...

     

     

    ADDICTION

    C'est la rencontre entre un produit et un homme

    et dans notre culture, il est difficile de faire autrement.

    L'addiction est une alchimie entre un produit, un contexte et des émotions.

     

     

    L'ALCOOL

     

    L'alcool est un phénomène de société :

    49 000 personnes meurent directement des conséquences de l'abus d'alcool.

    Comment devient-on dépendant ?

    La dépendance à l'alcool s'installe de manière insidieuse.

    Les alcooliques sont malheureux de se rendre compte qu'ils ne dirigent plus leur vie ;

    ils deviennent "esclaves".

     

    LA DEPENDANCE PSYCHOLOGIQUE :

    C'est l'anticipation d'une future alcoolisation qui signe la dépendance psychologique ;

    le mécanisme de dépendance passe par l'anticipation :

    Je ne bois que le week end mais la semaine je suis à l'eau.

    Mais si dès le lundi matin vous vous projetez au vendredi soir

    en pensant aux bonnes bouteilles qui vous attendent, c'est déjà une dépendance psychique

    qui risque fort de devenir  une dépendance physique ;

    en effet vous risquez fort dans les 10 ans qui suivent de devenir alcoolo dépendant.

    10 % des consommateurs d'alcool deviennent dépendants.

     

    LA DEPENDANCE PHYSIQUE.

    C'est l'entourage qui, le premier, en prend conscience.

    Il convient d'en parler, mais ne surtout pas porter de jugement.

    Le risque est dans chaque verre.

     

    QUI DEVIENT ALCOOLIQUE ?

    1/3 des personnes sont névrotiques et dépressives

    2/3 n'ont pas de passé douloureux

     

     

    LE BINGE DRINKING

     

    Le binge drinking (biture express)

    ou la beuverie effrénée est un mode de consommation excessif de boissons alcoolisées

    sur une courte période de temps, par épisodes ponctuels ou répétés.

     

    Les jeunes s'alcoolisent avec des prises raprochées et massives d'alcool

    ce qui les amènent à tomber dans un état de confusion en 20 mns.

    Cependant il n'y a pas de dépendance psychique,

    il y a donc moins de risques de devenir dépendant.

    Le risque est plutôt physique (foie et état général)...

     

     

    SEVRAGE

    L'homme peut mourir d'un sevrage brutal.

    Le sevrage se fait à l'hôpital et nécessite huit jours de traitement.

    Lorsque le malade alcoolique cache de l'alcool pour sa consommation, laissez le :

    Il est très anxiogène pour un alcoolique de ne pas avoir son produit.

     

     

    LE TABAC

     

     78 000 personnes meurent des suites de l'usage du tabac chaque année.

     

    Le tabac est  plus addictogène que l'alcool  :

    on ne s'en méfie pas car il n'est pas un modificateur de l'état de conscience.

    Vous pouvez fumer trois paquets de cigarettes, cela ne vous empêche pas de conduire votre voiture.

     

     

     LE CANNABIS

     

    A l'inverse, le cannabis et l'alcool jouent sur l'état de conscience;

    Un accident mortel sur dix implique l'usage du Canabis.

     L'usage du Cannabis remonte à 7000 ans.

     

     

    L'HEROINE

    Six injections suffisent pour rendre une personne accro.

     L'héroïne provoque 460 morts par an.

     

    .

     LE CRACK

    Le crac rend dépendant dès la première prise ;

    il ne faut donc pas y toucher.

     

     

     

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Le 11/10/2016 : Le mal être de l'adolescent - Comment restaurer la communication

    Le 28/10/2016 : Addictions, contradictions avec Paul Belvèze, psychiatre.

    Le 15/11/2016 : Hygiène et alimentation - 2 piliers de l'éducation

    Le 6/12/2016 : Autorité et règles de vie : comment concilier les 2 ?

    Le 12/12/2016 : Face à la maladie de l'aidé, qu'apprend t'on sur soi ?

     

     

    Faustine au fil des conférences....

     

    Si les sujets vous intéressent, synthèse de ces conférences bientôt sur ce blog....

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    ABANDONISME ET PERVERSION NARCISSIQUE

     

     

    Jean-Charles Bouchoux

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     Conférence de LUC FERRY

    Le bonheur, quête accessible ou pure illusion...

     

     

     

    Le bonheur quête accessible ou pure illusion - Luc Ferry

    "La psychologie positive, c'est de la blague, c'est de la daube..."

    LUC FERRY

     

     

    De nombreux ouvrages (Christophe André, Frédéric Lenoir, Dalai Lama)

    nous promettent le bonheur.

     

     

     

     

    PARTISAN DU BONHEUR PAR UN TRAVAIL SUR SOI.

     

     

     LE BONHEUR NE DEPEND QUE DE MOI :

      Un homme malheureux sera malheureux partout,

    un homme heureux, le sera partout également...

    Un homme qui a trouvé le bonheur en lui sera heureux quelque soi son environnement.

      JE PEUX DONC ETRE HEUREUX DANS UN MONDE MALHEUREUX

     

    DIRE OUI A LA VIE

    Le passé n'est plus, le futur n'est pas encore

    seul le présent est, et nous n'y sommes jamais.

    Le Sage est celui qui vit le présent.

     

    ET POUR ETRE EN HARMONIE AVEC MOI MEME JE DOIS IDENTIFIER MA NATURE INTIME

     

    Le bonheur quête accessible ou pure illusion - Luc Ferry

     

     

    VISION REVUE ET CORRIGEE PAR MR LUC FERRY

     

    Le bonheur n'est pas comble de la sagesse mais celui de l'illusion.

    Un bonheur complet durable est impossible à cause du caractère infini du désir humain.

     

     

     LE BONHEUR NE DEPEND PAS QUE DE SOI

     En fonction de ses attachements, 

    le bonheur dépend du monde extérieur et des autres.

     

    AIMER LE MONDE TEL QU'IL EST N'EST PAS POSSIBLE

     Comment peut on aimer la réalité

    lorsque l'on vit en Syrie aujourd'hui par exemple,

    et ce même avec un travail sur soi...

     

    DISSYMETRIE ENTRE LE BIEN ET LE MAL

    Tout ce qui peut rendre heureux peut nous rendre malheureux à tout moment.

    Le bonheur n'est pas durable et il est indéfinissable.

     

     TYRANNIE DU BONHEUR

     

    A viser un bonheur trop élevé, ces personnes se destinent finalement à être déçues.

    En s'engageant dans une recherche individuelle

    elles tendent à se déconnecter des autres et à s'aliéner.

     

     

    Bonne méditation

    fAUSTINE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique