•  

    Cette rencontre, cœur même de la psychothérapie,

    consiste en un contact affectueux, profondément humain entre deux êtres,

    l'un (généralement le patient, mais pas toujours) plus perturbé que l'autre.

    Le thérapeute a un double rôle : à la fois observer la vie de son patient et y participer.

    Observateur, il doit être suffisamment objectif pour fournir les conseils élémentaires nécessaires au patient.

    Participant, il pénètre dans la vie du patient

    et peut être affecté, et même transformé par cette rencontre.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    Cinq années sont passées...

     

    "Combien de fois , en surfant sur le net, je me suis sentie angoissée devant ces articles sur "la fin de thérapie"...

    Aujourd'hui pourtant, c'est moi qui en ai pris l'initiative...

    Parce que tout mon mal être est sorti, 

    parce que je me sens mieux,

    parce que la vie me sourit de nouveau,

    parce que j'ai les armes maintenant pour me défendre,

    parce que tout simplement l'heure est venue"...

     

     

     

    FAUSTINE

     

     

    "La fin d'une thérapie, c'est surtout la fin d'une relation entre Ce client et Ce thérapeute.

    Freud parle de la résolution de la névrose de transfert.

    Quelque chose dans la relation thérapeutique s'est dénoué, allégé,

    celle-ci est devenue de plus en plus "réelle".

    L'un et l'autre, patient et thérapeute, se voient continuer leur chemin séparément,

    le client parce qu'il n'a plus (trop) de dépendance,

    le thérapeute parce qu'il n'a plus (trop) d'inquiétude.

    A un moment la personne sait qu'elle va se détacher de l'arbre".

     

    Source : le net

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

    VICTIME DU PERVERS NARCISSIQUE 

     

    La victime du pervers devra respecter un processus équivalent à ceux du deuil

    pour espérer sortir de l'emprise de son bourreau :

    sortir du déni,

    accueillir colère et tristesse pour pouvoir se reconstruire.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    "Contrairement à la croyance répandue,

    la solitude ne se réduit pas à une réalité extérieure.

    Elle est ancienne et intérieure, reflet du vide maternel.

     

    La  Solitude

     

    Ce qu'il faut viser, ce n'est pas de se faire entourer, à n'importe quel prix,

    de boucher un trou, mais de s'habiter soi-même,

    d'abord, pour ne plus dépendre des autres comme un nourrisson, mais les désirer en tant qu'adulte.

     

    D'ailleurs, si le besoin fait peur et éloigne, le désir rapproche".

     

    SOURCE

    Mr Moussa Nabati

    Renouer avec sa bonté profonde.

    La  Solitude

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    "Il peut être déchirant pour toute femme,

    de reconnaître que sa mère ne l'a pas aimée, ou mal.

    Dans leur tristesse,

    certaines disent qu'il leur semble par moments être au fond d'une rivière noire et profonde

    et qu'elles ne remonteront jamais à la surface.

    D'autres paniquent devant l'intensité de leur tristesse.

    Mais je les rassure sur le fait qu'elles ne sont pas en train de devenir folles,

    qu'elles sont simplement en deuil.

    Elle ne vont pas se briser en mille morceaux.

    Leurs larmes leur permettent en fait de guérir.

     

     

    Le chagrin, comme la dépression, est une chose dont on a toujours l'impression qu'elle ne s'arrêtera jamais.

    Nous craignons de rester dans cet état jusqu'à la fin de nos jours,

    ce qui peut nous pousser à afficher un sourire de façade et à faire semblant que tout aille bien.

    Si nous ne nous confrontons pas à notre chagrin en lui faisant courageusement face,

    il va continuer à nous dominer.

    Il nous faut traverser le chagrin, pas simplement le contourner ou passer par dessus.

    Il faut vraiment entrer dedans.

    Ce qui demande énormément de courage".

     

    SUSAN FORWARD.

     

     

    "J'ai publié cet article le 7 septembre 2016 pour la première fois.

    Il correspondait alors vraiment à ce que je ressentais, à ce que je vivais.

    "Etre au fond d'une rivière noire et profonde et ne jamais pouvoir remonter à la surface".

    Je rassure ceux qui se reconnaitront,

    avec une aide professionnelle solide, on s'en sort...

    La liberté et le bonheur sont vraiment au bout de ce chemin....

    FAUSTINE - Juillet 2019

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • "La représentation négative, dépressive de soi, dont de plus en plus de personnes souffrent et se plaignent à l'heure actuelle, ,'a strictement rien à voir avec la réalité. Elle ne se justifie par aucun défaut visible, objectif, que ce soit la beauté physique, la santé, le travail, l'intelligence ou la richesse. Elle n'a pas pour origine le manque réel de quelque chose ou de quelqu'un, qui serait concrètement repérable et réparable. Elle ne reflète pas ce qu'est le sujet vraiment, mais ce qu'il croit, ce qu'il s'imagine être, ce qu'il fantasme, sous le prisme déformant du petit garçon ou de la petite fille intérieure. Ce n'est donc pas l'adulte qui se perçoit à l'aide de ses propres yeux d'homme ou de femme, mais l'enfant en lui qui l'observe et le juge sans indulgence. D'où l'inutilité fonciere de s'épuiser à "réparer" ces prétendues insuffisances ou disgrâces par des mesures extérieures : changement impulsif d'emploi, de résidence ou de partenaire, recours à la chirurgie esthétique....

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L'enfant connecté à l'inconscient parental hérite de sa problématique demeurée irrésolue, restée en souffrance. Il rejoue inlassablement le même scénario en actes, comme s'il s'agissait du sien propre, dans l'espoir de desserrer le blocage.

    SOURCE

    Mr Moussa Nabati

    Renouer avec sa bonté profonde.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    J'ai aimé ma mère. 

    D'aussi loin que je puisse me souvenir et très jeune déjà, 

    je l'ai soutenue et ai tout fait pour la voir heureuse... En vain.

    Elle n'a pas eu une enfance facile

    et c'est certainement pour cela que je n'ai rien pu faire pour lui donner le sourire.

     A l'adolescence, mystérieusement, elle m'a considérée comme sa rivale, son mauvais objet.

    Au mieux j'étais transparente à ses yeux.

     

    Ma mère

     

     

     

    J'ai très vite senti  qu'elle me manquait en quelque chose

    mais je ne suis jamais parvenue à identifier le vide qu'elle laissait en moi.

    C'est une femme à deux facettes... Les gens en connaissent une, moi une autre.***

    Faire le deuil d'une mère vivante me prendra des années....

     

     

    Ma mère

    Ce que j'ai compris :

    Le propre du pervers narcissique est qu'il a plusieurs visages. Il passe d'une facette à l'autre en quelques secondes.Il a deux fonctionnements différents en fonction du public face auquel il se trouve. Il sera ouvert et agréable devant les gens et se transformera en véritable bourreau lorsque vous serez en tête à tête. 

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    La démarche thérapeutique n'a pas le pouvoir de modifier ce qui a été,

    ni d'effacer les traumatismes vécus par le patient.

    Mais elle peut aider à changer son rapport à son passé, à s'en distancier ;

    c'est ce que l'on peut entendre par "nous réparer".

     

    La Réparation Thérapeutique

     

    La relation thérapeutique vise à apporter au patient

    ce qui lui fait défaut pour pouvoir se développer sainement ;

    autrement dit, ce qui a manqué aux relations objectales du patient devrait lui être fourni par le thérapeute.

     

     

    C'est lorsque la situation émotionnelle traumatique a pu être revécue,

    maitrisée et transformée dans le cadre de la thérapie (expérience émotionnelle corrective)

    que le retour du souvenir intervient et que le lien se fait entre l'expérience présente et le passé.

    C'est la transformation  de ces perturbations dans le cadre thérapeutique

    qui est au cœur du processus de changement.

     

     

    Le thérapeute comme bon parent :

    Douceur, patience, compréhension, empathie authentique, respect, sincérité, humilité, cohérence

    sont les mots clés d'un bon lien thérapeutique.

     

    C'est avec l'enfant intérieur que se construit le lien réparateur.

    Cela implique une sorte de retour à l'enfant et à l'enfance dans l'adulte,

    retour que désigne la notion de régression.

     

     

    Un amour qui guérit

    Jenny Locatelli

    Edmond Marc.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Il est rare que nous écoutions vraiment.

    Nous attendons plutôt poliment notre tour de prendre la parole en préparant notre intervention.

     

     

    Ecouter vrai....

     

     

    Ce sont des monologues qui s'enchainent .

    Il n'y a pas de rencontre

    et c'est ce qui explique qu'il y ait si peu de conversations nourrissantes, stimulantes, énergisantes :

    nous ne parlons pas vrai. Nous nous croisons. Nous nous manquons.

    C'est là le manque fondamental dont nous souffrons tant.

    Nous manquons de la présence nourrissante qui naît de la rencontre vraie.

    Nous manquons à la fois de la rencontre avec nous-mêmes et de la rencontre avec les autres...

     

    très juste .....

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

       

     

     

    La Respiration - Omraam Mikhaël Aïvanhov

     

    "Inspirer, expirer... Inspirer, expirer...

    Ce mouvement de flux et de reflux est la clé de tous les rythmes de l'univers.

    En tâchant de le rendre conscient en vous-même,

    vous entrez dans l'harmonie cosmique et vous sentes peu à peu

    votre respiration se fondre dans la respiration de Dieu".

     

     

    La Respiration - Omraam Mikhaël Aïvanhov

    Omraam Mikhaël Aïvanhov

    (1900 - 1986)

    est un philosophe, ésotériste bulgare,

    fondateur de la Fraternité blanche universelle implanté en France, en Suisse et au Canada.

     

    C'est en 1917, à la suite d'expériences mystiques intervenues dans sa seizième année,

    que Michaël Aïvanhov rencontrera à l'âge de dix-sept ans le professeur spirituel Peter Deunov

    qui devint son enseignant spirituel pendant les vingt années suivantes".

     

    (Un personnage très controversé... )

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    La plus grande dangerosité est que l'enfant devienne, de fait, un "enfant nié"

    dont les perceptions, sensations et sentiments ont été ignorées

    au profit du narcissisme d'un parent.

    Voici ce qu'un enfant risque lorsqu'il a un parent toxique.

     

    L'une des tendances lourdes du parent toxique

    est de nier toute opinion, toute personnalité pour y substituer son ressenti propre.

    L'enfant est alors obligé de nier complètement ce qu'il ressent pour rester cohérent.

    Dans le meilleur des cas, il gardera éternellement un doute sur la validité de ce qu'il ressent.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire