•  

     

    "Je crois que le cosmos a sa façon de rééquilibrer les choses et ses lois, quand celles-ci viennent à être trop bouleversées.

    Le moment que nous vivons, plein  d'anomalies et de paradoxes, fait réfléchir...

     

     

     

     

    Dans une phase où le changement climatique, causé par les désastres environnementaux, a atteint des niveaux inquiétants,

    D'abord la Chine, puis tant d'autres pays, sont contraints au blocage ;

    l'économie s'écroule, mais la pollution diminue de manière considérable.

    L'air s'améliore ; on utilise un masque, mais on respire...

     

    Dans un moment historique où, partout dans le monde, se réactivent certaines idéologies et politiques discriminatoires,

    rappelant avec force un passé mesquin, un virus arrive, qui nous fait expérimenter que,

    en un instant, nous pouvons nous aussi devenir des discriminés, des ségrégués, ceux qu'on bloque aux frontières,

    qui amènent les maladies.

    Même si nous n'y sommes pour rien.

    Même si nous sommes blancs, occidentaux, et que nous voyageons en première classe (complexe de toute puissance).

     

     

    Dans une société fondée sur la productivité et la consommation,

    dans laquelle nous courons tous 14 heures par jour après on ne sait pas bien quoi,

    sans samedi ni dimanche, sans plus de pause dans le calendrier,

    tout à coup, le "stop" arrive.

    Tout à l'arrêt, à la maison, pendant des jours et des jours.

    A faire le compte d'un temps dont nous avons perdu la valeur, dès qu'il n'est plus mesurable en argent, en profit.

    Sait-on seulement encore quoi en faire ?

     

    Dans une période où l'éducation de nos propres enfants, par la force des choses,

    est souvent déléguée à des figures et institutions diverses,

    le virus ferme les écoles et nous oblige à trouver des solutions alternatives,

    à réunir les mamans et les papas avec leurs propres enfants.

    Il nous oblige à refaire une "famille".

     

    Dans une dimension où les relations, la communication, la sociabilité,

    se jouent essentiellement dans ce non-espace du virtuel des réseaux sociaux,

    nous donnant l'illusion de la proximité,

    le virus nous enlève la proximité, celle qui est bien réelle :

    personne ne doit se toucher, pas de baisers, pas d'embrassades, de la distance, dans le froid du non contact.

    Depuis quand avons-nous pris pour acquis ces gestes et leur signification ?

     

    Dans un climat social où penser à soi est devenu la règle,

    le virus nous envoie un message clair :

    la seule manière de nous en sortir, c'est la réciprocité, le sens de l'appartenance, la communauté,

    se sentir faire partie de quelque chose de plus grand, dont il faut prendre soin, et qui peut prendre soin de nous.

    La responsabilité partagée, sentir que de nos actions dépendent, non pas seulement notre propre sort,

    mais du sort des autres, de tous ceux qui nous entourent. Et que nous dépendons d'eux.

     

    Alors, si nous arrêtions "la chasse aux sorcières",

    de nous demander à qui la faute et pourquoi tout ça est arrivé,

    pour nous interroger plutôt sur ce que nous pouvons apprendre,

    je crois que nous avons tous beaucoup de matière à réflexion et à agir.

     

    Parce qu'avec le cosmos et ses lois, de manière évidente, nous avons une dette excessive.

    Il nous le rappelle au prix fort, avec un virus".

     

    Raffaele Morelli

    Psychiatre et psychothérapeute italien.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    "La question est vertigineuse.

    Ils évoluent dans une matière différente de la nôtre.

    Un monde de matière dans lequel il n'y a pas d'espace ni de temps.

    Les déplacements s'y font instantanément, plus vite que la pensée.

    C'est un univers un peu à l'image du nôtre, dans lequel ils peuvent recréer des mondes.

    Où vivent les morts ?

     

    Cette réalité est difficile à concevoir avec nos mots terrestres.

    En revanche la ressentir est possible.

    C'est ce qu'ont fait celles et ceux qui ont traversé une EMI.

    Et eux-mêmes dans leurs témoignages ont du mal à expliquer avec des mots ce dont ils ont fait l'expérience.

    Ils ont senti, ils ont acquis une connaissance sans qu'elle ait été verbalisée.

    Peut être gagnerions nous à favoriser la pratique

    des techniques et méthodes qui permettent de faire taire notre mental

    et ouvrir nos autres sens de perception, pour commencer à appréhender le monde subtil ?

    Méditation, techniques respiratoires, voyages chamaniques...

    autant de voies à explorer pour commencer à vraiment activer nos outils intuitifs".

     

    Extrait de "Le Test" de Stéphane Allix.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    La plupart des contacts avec les défunts ont lieu au cours de la première phase qui suit la mort.

    L'objectif des défunts est de faire savoir à leurs proches

    qu'ils continuent à vivre et qu'il n'y a pas de souci à se faire sur le lieu où ils se trouvent.

    Ces contacts peuvent cependant se répéter pendant plusieurs années.

    La plupart de ces séries de rencontres avec l'au-delà sont de courte durée,

    jusqu'au moment où le défunt fait ses adieux définitifs pour poursuivre son développement dans l'au-delà.

     

    Phénomène des contacts post mortem

     

    Ces phénomènes sont d'une nature si Subtile que bien des gens doutent de leur réalité.

    D'un côté, les témoins savent ce qu'ils ont vraiment vécu,

    mais de l'autre, ils doutent de la réalité de leur perception.

    Cela est vrai en particulier pour ceux qui tenaient ces phénomènes pour impossibles.

    C'est le mort qui prend l'initiative du contact.

    La plupart des gens n'osent pas parler de leurs expériences à leur famille ou à leurs amis,

    par peur d'être pris pour des fous.

     

    Phénomène des contacts post mortem

    BERNARD JAKOBY

    NOUS NE MOURONS JAMAIS

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    "En vertu de mes recherches durant ces dernières années,

    la vie après la mort est à mes yeux aujourd'hui plus qu'une hypothèse solide.

    Voilà plus de dix ans que j'enquête à travers le monde, rencontrant des chercheurs,

    des médecins, des hommes, des femmes et des enfants

    vivant des expériences incroyables de contacts avec des défunts.

     

    D'après le livre "Le Test" de Stéphane Allix

     

    Je travaille et côtoie des médiums depuis des années.

    Tout ce temps je suis resté dans mon rôle de journaliste rigoureux et objectif.

    Et c'est précisément cette posture qui me conduit aujourd'hui à reconnaître l'évidence :

    la mort n'est pas la fin de la vie".

     

     

     

    Extrait de "Le Test" de Stéphane Allix.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     ...ou La réparation du Karma familial....

     

     

     

    Les soi-disant "moutons noirs" de la famille sont, en fait,

    des chercheurs nés de chemins de libération pour l'arbre généalogique.

    Les membres de l'arbre qui ne s'adaptent pas aux normes et aux traditions du système familial,

    ceux qui, depuis tout petit, cherchent constamment à révolutionner les croyances,

    allant à l'encontre des chemins marqués par les traditions familiales,

    ceux critiqués, jugés et même rejetés,

    sont généralement appelés à libérer l'arbre d'histoires répétitives,

    qui frustrent des générations entières.

     

     

    Les brebis noires, celles qui ne s'adaptent pas, celles qui crient rébellion,

    réparent, désintoxiquent et créent une nouvelle branche...

    Innombrables désirs réprimés, rêves non réalisés, talents frustrés de nos ancêtres

    se manifestent dans leur rébellion à la recherche de réalisation.

     

    L'arbre généalogique, par inertie, voudra continuer à maintenir le cours castrateur et toxique de son tronc,

    ce qui fait de sa tâche un travail difficile et conflictuel...

     

    Mais que personne ne vous fasse douter ! ...

     

    Prenez soin de votre "rareté" comme la fleur la plus précieuse de votre arbre...

    Vous êtes le rêve réalisé de tous vos ancêtres....

     

     

    BERT HELLINGER.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    Ce qui caractérise une NDE,

    c'est surtout la transformation qu'elle induit.

     

     

    Moins de matérialisme, de l'altruisme, le respect de la nature,

    souvent une réorientation professionnelle, et bien sur plus aucune peur de la mort.

    Les expérienceurs sont fatalistes.

    Ils prennent la vie comme elle vient.

    Quoi qu'il arrive, ils l'acceptent avec plus de philosophie, même quand ils perdent un enfant.

    Dans ce cas ils sont tristes de ne plus le voir, mais ils savent où il est...

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    La question de l'au-delà

    apparaît comme une illusion volontaire

    que l'on se crée pour se détourner de l'apparente absurdité de l'existence  humaine.

    Pourtant le constat suivant demeure :

    les indices de la réalité de la vie après la mort,

    patiemment accumulés depuis  quarante ans par les études sur le sujet,

    l'emportent aujourd'hui largement sur l'hypothèse qu'avec la mort tout est fini.

     

     

    La thanatologie moderne fait partie des sciences parapsychologiques

    qui se sont répandues à partir de l'Angleterre et de l'Amérique au début du XIXe siècle.

    A côté de cela on trouve, à toutes les époques,

    des récits de personnes racontant leur expérience qui dépasse l'existence corporelle.

     

    Par mon travail dans les séminaires et les conférences,

    je sais que bien des gens n'échangent leurs expériences personnelles

    que lorsqu'ils se trouvent dans un cadre protégé.

    En même temps, il apparaît de plus en plus clairement

    qu'un nombre extraordinaire de personnes ont vécu des expériences avec l'autre dimension de  l'être,

    bien plus qu'on ne le suppose en général.

     

    La mort et ce qui vient après sont les grands tabous de notre époque,

    et il est effrayant de constater le peu que les hommes savent

    sur ce qui se passe précisément au moment de la mort.

    J'ai consacré  les vingt dernières années de ma vie

    à l'exploration intensive de l'expérience de mort imminente (EMI).

    Les EMI, ou expériences de mort approchée, sont des expériences extracorporelles

    que certaines personnes vivent durant des périodes de mort clinique.

    Pour comprendre ces expériences,

    il est essentiel de savoir que leurs principaux traits d'expérience extra corporelle,

    (tunnel, lumière, vision du défilement de la vie)

    correspondent aux phénomènes qui surviennent au cours du processus de décès.

     

    Des  millions de contacts post mortem attestent que nous ne sommes pas séparés des morts,

    et que le voile qui nous sépare d'eux et de l'autre monde peut parfois devenir transparent.

    Les témoignages de ces patients coïncident de manière étonnante

    avec les descriptions d'expériences suprasensibles vécues lors d'EMI

    Les connaissances sur l'au-delà que nous transmettent les personnes douées de pouvoirs médiumniques,

    que ce soit sous la forme du mysticisme, par les contacts avec les morts ou par la voyance,

    tous ces témoignages nous apportent des informations directes sur le monde spirituel.

    Examinés avec soin , tous les récits sur l'au-delà montrent une cohérence stupéfiante.

     

     

    Monsieur Bernard Jakoby

    auteur de "Nous ne mourrons jamais"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Dans les mémoires,

    Keith Richards explique que durant un accident de voiture,

    il quitta son corps pour surplomber le carambolage de quelques mètres, avec une incroyable sérénité.

    Puis tout redevint normal.

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Les mauvaises langues auront beau jeu de souligner

    que le guitariste des Rolling Stones ne fume pas que des cigarettes en chocolat,

    la sortie hors du corps représente l'étape liminaire d'un phénomène bien plus complexe :

    l'expérience de mort imminente.

     

    Le scénario type est bien connu :

    l'impression de quitter son corps en toute quiétude, de voler à travers une sorte de tunnel,

    voir sa vie défiler, rencontrer des proches décédés et surtout un Etre Lumière qui irradie d'amour...

    puis s'entendre dire que l'heure n'est pas venue,

    et finalement revenir à la case départ,

    quand bien même une équipe médicale vous avait déclaré cliniquement mort.

     

    SOURCE : Revue le Cercle Psy.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    Témoignage d'un chirurgien.

     

    "Après des années de dur labeur,

    j'ai gagné ma place au sein de cette fraternité et sororité séculière des chirurgiens.

    Cependant, la foi spirituelle qui était venue si facilement et naturellement à mon père m'avait échappé.

    Comme beaucoup d'autres chirurgiens dans le monde moderne,

    je maitrisais le côté physique de l' être humain et j'ignorais pleinement son aspect spirituel.

    Je croyais tout simplement qu'il n'existait pas.

     

    Résultat de recherche d'images pour "voyage dans l'au dela"

     

    Puis mon EMI s'est produite en 2008.

    Ce qui m'est arrivé est une illustration de ce qui fait partie intégrante de notre culture au sens large

    comme toutes les histoires individuelles que j'ai entendues auprès des gens que je rencontre.

    Plus de la moitié des témoins rapportent que le monde dont ils ont fait l'expérience

    est bien plus réel que celui-ci.

     

     

    Afficher l'image d'origine

     

     

     

     

    C'est une idée difficile à faire passer auprès des matérialistes sceptiques

    qui ont enfoui profondément leur souvenir de ce monde,

    mais elle est très facile à partager avec ceux qui ont allés là.

     

    Certaines personnes sont venues me voir

    et m'ont raconté en détail des EMI qu'elles avaient vécues plus de sept décennies auparavant.

    D'autres lectures, non seulement sur les EMI mais aussi sur l'après vie,

    ainsi que des écrits de mystiques et de prophètes remontant à des milliers d'années

    ont éclairé les profondes similarités qui existent entre toutes ces expériences.

     

    DR EBEN ALEXANDERE.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    8 commentaires
  •  

    Qu'est ce qu'un médium

     

    "Par le terme de médium,

    on comprend une personne qui peut entrer en contact avec le monde de l'au-delà

    et établir une liaison avec des défunts.

    La plupart des médiums le font en étant pleinement conscients

    et transmettent les messages qu'ils reçoivent de l'autre monde.

    Un médium établit un contact avec son moi suprême (âme), qui permet le contact entre lui et l'au-delà.

    Toute activité médiumnique est donc fondée sur un état de conscience élargie.

    La plupart des gens ne croient même pas qu'il soit possible d'entrer en contact avec l'âme d'un défunt.

               Par conséquent, à toutes les époques, les médiums n'ont pas été pris au sérieux ou ont été redoutés.

    Une autre raison est bien sûr le fait qu'une foule de charlatans se pressent sur ce marché.

    Cela ne doit pas amener les gens à fermer les yeux sur ceux qui ont de véritables pouvoirs médiumniques.

    D'autres encore en ont peur ou font de ces facultés l'oeuvre du diable,

    car elles ne sont pas conciliables avec leur propres conceptions.

     

     

     

     

    Le spiritisme

    Par spiritisme, ou science des esprits, on entend la croyance dans l'apparition des âmes de défunts,

    avec lesquelles on cherche à entrer en contact par l'intermédiaire d'un médium.

    Cette doctrine s'appuie sur la croyance

    que les apparitions surnaturelles sont produites par des forces de l'au-delà.

    Ce phénomène existe depuis toujours.

    Les mystiques et les saints des différentes religions avaient des visions célestes,

    voyaient les esprits, et avaient des contacts avec les morts.

    Friederike Hauffe (1801 - 1829) a été l'une des pionnières parmi les spirites modernes ;

    elle présentait tous les phénomènes caractéristiques des médiums :

    le déplacement d'objets sans cause assignable, des apparitions, des sons d'une origine inconnue....

    Le médecin Justinus Kerner (1786 - 1862) a observé ces phénomènes et a écrit sur elle un livre.

     

     

    Les EMI

     

    Les EMI (Expérience de Mort Imminente)

    sont des aperçus brefs, limités dans le temps, du monde spirituel.

    La plupart des EMI documentées à l'heure actuelle se produisent sur une durée de cinq minutes maximum.

    Les rencontres avec la lumière et les visions rétrospectives de la vie

    constituent alors les raisons principales des transformations de personnalité dans la suite de la vie.

    Il ne faut pas oublier que même la simple vision sans fard de sa propre existence

    constitue pour bien des gens une expérience effrayante :

    Etre confrontés à leurs pensées, leurs actions et leurs sentiments,

    et aux conséquence de leur vie sur les autres les terrorise.

    Ils découvrent les ressorts internes de leur vie et savent qu'ils sont responsables d'eux-mêmes".

     

    Source : "Nous ne mourons jamais"

    Bernard Jakoby

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Evelyne DUMET a 23 ans quand, lors d'une opération consécutive à son accouchement,

    elle connaît une NDE sans avoir jamais entendu parler du phénomène.

    "L'être de lumière m'a demandé "qu'as-tu fait de ta vie ?"

    Je n'avais rien fait de ma vie. Ce fut un choc.

    L'Etre lui annonce qu'elle va revenir sur terre en vertu d'une mission à accomplir.

    Comme la plupart des expérienceurs, elle proteste et refuse de revenir.

    En réponse, on lui annonce que non seulement elle va vivre, mais que son fils va mourir.

    A ce moment, elle ne devra surtout pas se suicider.

    "Il m'a montré ce qui m'attendait : des images tellement terrifiantes que je ne les ai pas oubliées.

    En cas de suicide, je ne reverrais pas mon fils."

    Pendant dix ans, cette infirmière psychiatrique ne parlera de son expérience à personne

    de peur d'être internée.

    "Je savais au fond de moi que je n'étais pas hallucinée."

    Au total, elle vivra 23 autres années d'écartèlement entre la certitude absolue de la réalité de son  expérience

    et la peur de perdre son fils... Sans oser lui en parler et tout en étant persuadée qu'après sa mort,

    il serait heureux.

    Il finit par disparaître dans un accident de voiture. Je redoutais ce moment depuis 23 ans.

     

     

    Evelyne Dumet - Témoignage NDE

     

     

    Aujourd'hui, Evelyne Dumet est médecin et psychanalyste.

    "J'étais athée, je suis devenue croyante.

    Quand je vais à des funérailles, je suis envahie par la souffrance des gens :

    c'est cela qui me fait pleurer, pas la mort de la personne.

    Je parle de ma NDE, un jour ou l'autre à tout patient en deuil.

    " Elle reçoit beaucoup de mères qui ont perdu leur enfant, au point d'envisager un groupe de parole spécifique.

     

    "Ma mission est de leur apprendre que leurs enfants sont toujours là, qu'il y a une vie après la mort.

    Ma mission est  d'aider les autres. Même si ma vie est difficile,

    je n'ai pas le droit de ne pas aller au bout de ce qu'on a prévu pour moi.

    Cette vie est un cadeau, je ne peux pas la gâcher.

     

    Source : Le Cercle Psy

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    6 commentaires
  •  

     

    Depuis toujours, d'innombrables signes ont été recueillis

    qui semblent confirmer que la vie continue pour ceux qui nous ont quittés.

     

     

     

    Nombres de livres ont paru sur la question en de nombreuses langues.

    Il y a même maintenant des revues spécialisées sur ce sujet, des associations en plusieurs pays.

    Et pourtant, malgré tous ces efforts,

    cette découverte fantastique reste pratiquement confinée à quelques initiés.

    La pénétration dans le  "grand public" reste très faible.

    Les chaînes de télévision, la plupart du temps, n'abordent le sujet que sous l'angle de la dérision.

    Le contraste entre une découverte aussi fantastique et la maigre diffusion obtenue

    a quelque chose d'absolument scandaleux.

    Il s'agit pourtant de quelque chose de bien plus important que la bombe atomique ou à neutrons

    (qui ne sont que des engins de mort)

    de plus important que n'importe quelle découverte médicale,

    ne concernant que la prolongation de cette vie qui, de toute façon, un jour finira.

    Il s'agit ici de notre éternité, de la preuve que nous savons, peu à peu,

    que notre vie continue immédiatement, à travers la mort, sans interruption aucune,

    n'en déplaise à nos nouveaux théologiens...

     

     

    Père François Brune.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique