•  

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Je ne sais pas si je suis encore vivante

    Sinon quelle est cette douleur qui me hante ?

    Mon corps se balance au dessus d'une mer immense

    Et je m'accroche à vous

    Il ne me reste plus que quelques souvenirs d'enfance qui déjà deviennent flous

     

    Je n'ai ni chaud ni froid

    Et je m'ennuie beaucoup

    J'arrive, attendez-moi

    Je viens même à genoux

     

    Tes paupières bleues sous mes doigts se dessinent

    C'est ton cou que je tords, c'est moi que j'assassine

    Notre amour n'était rien qu'un légter malentendu qu'on a pris au sérieux

    Fallait-il en arriver là j'ai toujours eu pour nous des projets plus heureux

     

    Je n'ai ni chaud ni froid

    Et je m'ennuie beaucoup

    J'arrive, attendez-moi

    Je viens même à genoux

     

    Je ne sais pas si je suis encore vivante

    Sinon pourquoi faudrait-il que je chante....

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

    Nos inquiétudes

    Un film de Judith Du Pasquier

    Arcabis Films.

     

    Impossible de raconter une psychanalyse.

    Six personnes prennent ici le risque d'en parler.

    Six voix, six  visages, de tous âges, s'adressent à nous.

    Des morceaux de vie passent, déchiquetés, re-tricotés.

    Les figures du psychanalyste rôdent, invisibles et silencieuses.

    "La séance, c'est un espace hors du temps, hors du temps balisé.

    Votre parole prend toute la place et vous ne trichez pas avec votre parole.

    Les mots ont ici une valeur qu'ils n'ont nulle part ailleurs".

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

    C'est un drôle de silence qui vient de la rue,

    Comme un dimanche imprévu.

    Un homme chante là-bas, sur un balcon,

    Sa voisine l'accompagne au violon.

     

    On a dit aux enfants des mots qui rassurent,

    C'était comme une aventure.

    On a collé leur dessin sur le frigo.

    On a éteint les chaines d'infos.

     

    On fait comme si, tout n'était qu'un jeu.

    On fait comme si, on fait comme on peut.

    Quand vient la nuit, en fermant les yeux.

    On fait comme si ce monde, était encore heureux.

     

    On fait comme si, on n'était pas là

    Parents, amis, on se reverra.

    Et même si, ce printemps s'en va,

    Juré, promis, le monde recommencera.

     

     

    Malgré les peurs il y a des rires qui s'accrochent

    Etre si loin nous rapproche

    Même pour parler de rien, du bleu du ciel

    Surtout donne moi des nouvelles...

     

    On fait comme si, tout n'était qu'un jeu.

    On fait comme si, on fait comme on peut.

    Quand vient la nuit, en fermant les yeux.

    On fait comme si ce monde, était encore heureux.

     

    On fait comme si, on n'était pas là

    Parents amis, on se reverra.

    Et même si, ce printemps s'en va,

    Juré, promis, le monde recommencera.

     

     

    C'est un drôle de silence qui vient de la rue,

    Juste un dimanche de plus

    Sur que nos vies d'après seront plus belles

    surtout donne moi des nouvelles.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •   

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    .... L'Ane au fond du puits....

     

    Un jour, l'âne d'un fermier tomba dans un puits.

    L'animal gémissait pitoyablement depuis des heures, et le fermier se demanda quoi faire.

    Finalement, il décida que l'animal était vieux et le puits devait disparaître de toute façon ;

    ce n'était pas rentable pour lui de récupérer l'âne.

     

    Il invita tous ses voisins à venir et à l'aider.

    Tous saisirent une pelle et commencèrent à  enterrer le puits.

    Au début, l'âne réalisa ce qui se produisait et se mit à crier terriblement.

    Puis, à la stupéfaction de chacun, il se tut...

     

    Quelques pelletées plus tard,

    le fermier regarda dans le fond du puits et fut étonné de ce qu'il vit...

    A chaque pelletée de terre qui tombait sur lui, l'âne faisait quelque chose de stupéfiant :

    il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus...

     

    Bientôt chacun fut stupéfié que l'âne soit hors du puits et se mette à trotter !

     

    A méditer....

     

     

    La vie va essayer de t'engloutir de toutes sortes "d'ordures"..

    Le truc pour se sortir du trou est de se secouer pour avancer.

     

    Chacun de tes ennuis est une pierre qui te permet de progresser.

    Nous pouvons sortir des puits les plus profonds en n'arrêtant jamais...

    Il ne faut jamais abandonner !

    Secoue toi et fonce !

     

    Rappelle toi les cinq règles simples à ne jamais oublier,

    surtout dans les moments les plus sombres...

     

    Pour être heureux, libère ton cœur de la haine,

    libère ton esprit des inquiétudes,

    vis simplement,

    donne plus et attends moins....

     

     

     

    SOURCE : Le Net, auteur inconnu....

     

     

      

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    Hé toi qu'est ce que tu regardes ?

    T'as jamais vu une femme

    Qui se bat

    Suis moi

    Dans la ville blafarde

    Et je te montrerai

    Comme je mors, comme j'aboie.

     

    Prends garde Sous mon sein la grenade

    Sous mon sein là regarde

    Sous mon sein la

    Grenade

    Prends garde Sous mon sein la grenade

    Sous mon sein là regarde

    Sous mon sein la

    Grenade

     

    Hé toi, Mais qu'est ce que tu crois ?

    Je ne suis qu'un animal

    Déguisé en madone

    Hé toi je pourrais te faire mal

    Je pourrais te blesser,

    oui Dans la nuit qui frissonne

     

    Prends garde Sous mon sein la grenade

    Sous mon sein là regarde

    Sous mon sein la

    Grenade

    Prends garde Sous mon sein la grenade

    Sous mon sein là regarde

    Sous mon sein la

    Grenade

     

    Hé toi, qu'est ce que tu t'imagines ?

    Je suis aussi vorace

    Aussi vivante que toi

    Sais tu ?

    Que là sous ma poitrine

    Une rage sommeille

    Que tu ne soupçonnes pas

     

    Prends garde Sous mon sein la grenade

    Sous mon sein là regarde

    Sous mon sein la

    Grenade

    Prends garde

    Sous mon sein la grenade

    Sous mon sein là regarde

    Sous mon sein la

    Grenade

    Prends garde

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    Depuis le temps que tu dors
    Ça fait des mois, des mois que tu hibernes
    Que tu sors pas de ta caverne
    T'as beau tout faire pour le cacher
    Sous tes airs d'ours mal léché
    Tu vibres encore
    Tu vibres encore

    Allez, debout, allez, sors
    Je te sens battre au fond de moi
    T'es pas tout neuf, mais pas si vieux
    Non, t'es flambant vieux
    Et tu speedes encore
    Oui, tu speedes encore
    Réveille-toi, fais pas le mort
    L'univers ne s'arrête pas
    Parce qu'on n'a plus voulu de toi
    Allez hop
    Tu es libre alors
    Oui, libre encore
    Allez, quitte ce corps sage
    Bats plus vite que ton âge
    Sors de ta cage
    Allez hop

    Speed encore
    Speed encore
    Bats, mon cœur
    Cogne et sors
    De ce corps
    Allez hop
    Speed encore
    Speed encore
    Bats, mon cœur
    Et sors
    De ce corps
    Allez hop
    Speed encore
    Mon cœur, sors
    Sors
    De ce corps
    Allez hop
     
    Allez hop
    Speed encore
    Allez hop
    Allez hop
    Allez hop
    Allez hop
    Allez hop
    Allez hop- La

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  •  

     

     

     

    Je m'souviens on avait des projets pour la terre

    pour les hommes comme la nature

    faire tomber les barrières, les murs, les vieux parapets d'Arthur

     

    fallait voir, imagine notre espoir

    on laissait nos cœurs, au pouvoir des fleurs

    jasmin, lilas,

    c'était nos divisions nos soldats

    pour changer tout ça

     

    changer le monde changer les choses

    avec des bouquets de roses

    changer les femmes, changer les hommes

    avec des géraniums

     

    je m'souviens, on avait des chansons, des paroles

    comme des pétales et des corolles

    qu'écoutait en rêvant la petite fille au tourne-disque folle

    le parfum, imagine le parfum

    l'Eden, le jardin, c'était pour demain,

    mais demain c'est pareil, le même désir veille là tout au fond des cœurs

    tout changer en douceur

    changer les âmes

    changer les cœurs avec des bouquets de fleurs

    la guerre au vent, l'amour devant grâce à des fleurs des champs

     

    ah! sur la terre, il y a des choses à faire

    pour les enfants, les gens, les éléphants

    ah ! tant de choses à faire

    moi pour

    te donner du cœur

    je t'envoie des fleurs

     

    tu verras qu'on aura des foulards, des chemises et que voici les couleurs vives

    et que même si l'amour est parti ce n'est que partie remise

    par les couleurs, les accords, les parfums

    changer le vieux monde pour faire un jardin

    tu verras

    tu verras le pouvoir des fleurs

     

    y a une idée pop dans mon air

     

    changer les âmes

    changer les cœurs avec des bouquets de fleurs

    la guerre au vent, l'amour devant grâce à des fleurs des champs

     

    changer les âmes

    changer les cœurs avec des bouquets de fleurs

    la guerre au vent l'amour devant grâce à des fleurs des champs

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique