•  

    L'alcool aide à rester de bonne humeur

    et les drogues dures se montrent encore plus efficaces en la matière.

     

     

     

     

    Mais comme ces émotions ne sont pas authentiques, ne concordent pas avec la véritable histoire du corps,

    l'effet de tels produits est nécessairement temporaire,

    et il faut bientôt des doses  de plus en plus élevées pour combler le trou laissé par l'enfance.

     

    ALICE MILLER.

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Trop souvent, nous préférons chercher secours auprès des médicaments, de la drogue ou de l'alcool,

    aboutissant à bloquer encore un peu plus l'accès à notre vérité.

    Pourquoi donc ?

    Parce qu'il est douloureux de le reconnaître ?

     

     

    Oui c'est incontestable.

    Mais ces souffrances sont temporaires et avec un bon accompagnement,

    elles restent supportables.

    Le problème réside plutôt, à mon avis, dans la pénurie de tels accompagnateurs,

    car presque tous les professionnels de la santé,

    semblent imprégnés par les préceptes de la morale traditionnelle

    et sont dans l'incapacité de se ranger du côté de l'ancien enfant

    et admettre les effets de ses blessures précoces.

     

    ALICE MILLER

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Faute d'attachement nourrissant affectivement,

    l'individu se lie, fusionne avec un produit, se replie sur lui-même derrière son écran pour oublier ses angoisses.

    Coupé de ses émotions, il tente de se remplir, se calmer....

    Il y a addiction quand la personne se plaint d'une impulsion incontrôlable,

    quand le plaisir des débuts est devenu souffrance,

    quand il n'y a plus que ça qui compte, que les liens avec le monde sont distendus.

     

    Ses causes sont multiples : un tempérament dépressif, une nature compulsive, une fragilité génétique.

     

    Dépendance affective aux réseaux sociaux.

     

    L'addiction est un processus complexe

    qui se développe par une interaction entre une substance, un comportement et un sujet vulnérable.

     

     

     

    PSYCHOLOGIE MAGAZINE  10/2015

     

     

     

     

    Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    Les Addictions - De 2500 Avant JC à Aujourd'hui...

     

     

    Dès 2500 avant J.-C

    C'est en Asie mineure que les premières drogues font leur apparition,notamment celles issues du pavot.

    Extase, fuite ou apaisement, leur usage et leur valeur varieront avec les époques.

    Ainsi, Andromaque de Crète, médecin de l'empereur romain Néron,

    inventa le breuvage composé à 30 % d'opium.

     

    Au XIXe siècle,

    l'absinthe inspire à Verlaine ses Poèmes saturniens.

    Prisée pour ses vertus hallucinogènes,

    la "fée verte" provoque surtout des troubles neurologiques

    et fera des ravages dans la population,

    au point d'être interdite en 1915 avant de réapparaître en 2002

    sous une forme édulcorée.

     

    Dans les années 1960

    le LSD devient le symbole du psychédélisme,

    tandis que le cannabis se répand comme étendard du peace an love.

     

    Dans les années 1990

    Changement de rythme :

    les danseurs de musique techno et amateurs de rave parties se ruent sur l'ecstasy,

    qui favorise la transe et enlève la sensation de fatigue.

    Dans un monde devenu plus tressant,

    il s'agit désormais de "tenir" à l'aide de substances stimulantes.

     

    Aujourd'hui

    C'est la montée des dépendance comportementales

    (jeu, achat, sexe, sport, travail, Internet...) qui préoccupe les addictologues.

    Moins dangereuses pour la santé que les dépendances à des substances,

    elles peuvent néanmoins envahir la vie des sujets

    au point de la détruire.

     

    Louis Lafargue

    Psychologie magazine : octobre 2015

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Alcoolisme et Toxicomanie

     

    Derrière l'alcoolisme et la toxicomanie

    se retrouve un  seul et même problème :

    des carences affectives accumulées depuis la tendre enfance.

    Le manque de communication véritable au sein de la famille

    les a empêchés d'acquérir une estime de soi et une confiance en soi

    qui sont essentielles à un développement équilibré.

    Leur grande difficulté consiste à exprimer leurs émotions.

    Pour compenser, ils ont choisi l'alcool ou la drogue

    pour se mettre à l'abri de tout ce qui peut venir perturber leur vie.

     

    Alcoolisme et Toxicomanie

     

    L'alcool et la drogue anesthésient les problèmes pendant un certain temps.

    Ils procurent une euphorie, un certain calme, une forme de paix, un moment d'oubli

    et leur permettent de s'exprimer,

    ce qu'ils ne savent pas faire quand ils sont à jeun.

     

    D.PIETRO - LA DEPENDANCE AFFECTIVE.

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    ALCOOL, cause ou conséquence ?

     

     

    LES ADDICTIONS : L'alcool 

     

    L'excès d'alcool intervient fréquemment au cours des réactions dépressives,

     s'installent insidieusement, durent et finissent par imprégner plus ou moins complètement un mode de vie.

    L'abus d'alcool ou de tout toxique n'est souvent qu'un symptôme au milieu de difficultés plus complexes.

    Mais tant que cet excès n'est pas réglé, toute évolution favorable est impossible.

     

     

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    LA BOULIMIE

     

     

    La Boulimie

     

    La boulimie constitue un comportement addictif,

    exactement au même titre que l'alcoolisme, le tabagisme et toutes les autres toxicomanies.

    Elle est censée, dans une visée antidépressive et anxiolytique, remplir le vide d'amour et d'identité du sujet

    pour qu'il puisse lutter contre sa DIP (Dépression Infantile Précoce)

    et ses parties inanimées, dans l'espoir de se sentir vivant, plein et entier.

     

    Mais, paradoxalement, loin d'apaiser le moindre tourment,

    elle finit par se retourner contre lui en abîmant sa santé, certes

    mais aussi en intensifiant ses sentiments de culpabilité et d'autodépréciation.

     

    D'après le livre de Monsieur Moussa NABATI

    "Le bonheur d'être soi".

     

    Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

    LA BOULIMIE EST UNE FACON DE SE REMPLIR POUR OUBLIER CE QUI FAIT DEFAUT,

    A SAVOIR LE MANQUE DE MERE NOURRICE.

     

     

    La Boulimie 

     

     

    "Manger trop", adorer manger puis haïr l'avoir fait,

    est le signe que le rapport désir/satisfaction n'est pas établi.

    Le boulimie est bien connue comme un moyen de lutter contre la dépression que l'on a coutume de comparer

    à un gouffre oral, impossible à remplir

     

    P.DELAROCHE.

     

     

     

    La Boulimie

     

     

    POURQUOI UNE PRISE DE POIDS ?

     

    Quand le stress s'installe en continu, avec son cortège de pensées sombres,

    il perturbe totalement notre appareil psychique ;

    Le cerveau ne fait pas la différence entre les sources de stress :

    résultat il stocke pour parer à l'éventualité d'une disette.

    psychologie magazine.

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique