•  

     

    "Le fait de faire un régime est associé à un gain de poids et à un risque de surpoids.

    Les régimes font grossir

    et sont probablement un des facteurs responsables de l'épidémie d'obésité dans le monde.

     

    Régime = gain de poids

     

    Si vous faites un régime draconien pour perdre des kilos rapidement

    votre cerveau comprendra que vous vivez un grand stress.

    Son rôle est de vous maintenir en bonne santé.

    Il se moque bien des canons de beauté et de la dictature de la maigreur.

    En ce qui le concerne, il voit que vous avez perdu rapidement cette fameuse couche de protection

    et va donc activer un mécanisme d'adaptation

    pour que vous repreniez du poids comme avant ou peut-être plus qu'avant.

    Ne voyez pas votre poids comme la cause de votre problème,

    car en réalité il est la conséquence de ce que vous vivez.

    Le cerveau contrôle tout :

    les émotions, la faim, la satiété, le poids...

    C'est le chef d'orchestre de notre corps !"

     

    Source :

    Extrait du livre de Sophie Deram

    "Le Poids des Régimes"

    livre que je vous recommande...

     

    Régime = gain de poids

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Lire pour le plaisir. D'abord.

     

    Lire pour comprendre et apprendre....

     

    Mais aussi pour comprendre, apprendre et aller mieux.

    Ouvrages de développement personnel, de psychologie, romans ou recueils de poésies,

    tous contiennent de précieux ferments de vie et de guérison.

     

    Flavia Mazelin Salvi

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Certains ont peur du transfert car ils craignent de tomber dans une addiction à la thérapie

    mais il faut passer par ce temps de dépendance pour revenir parler de semaine en semaine ;

    on ne guérit pas du mal de vivre en six mois ou avec un livre de psycho.

    Mais il n'est pas stupide d'en avoir peur :

    certains psys mal analysés ou pervers abusent réellement du pouvoir que leur confère le transfert.

     

     

    Transfert ; faut il en avoir peur ?

     

    A la fin de la thérapie, le transfert est "liquidé".

    Cela arrive au moment où le patient en sait suffisamment sur lui-même.

    Les thérapeutes comparent souvent cette phase

    au moment où un parent lache la main d'un enfant pour le laisser marcher seul.

    Mais même longtemps après la fin de la thérapie,

    il reste toujours des sentiments, un petit plus qui fait que le psy sera toujours quelqu'un de pas ordinaire.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

     

    Le but final d'un traitement psychologique.

     

     

    Le But final d'un Traitement Psychologique.

     

     

    Le but final d'un traitement psychologique est de renforcer l'énergie du "Moi".

    Au plus la personnalité devient forte, au plus elle est capable de voir avec lucidité ce qui se passe

    et de lutter contre les tensions inconscientes.

    La situation "Enfant devant son père" se modifie en situation "adulte devant adulte".

    Tout être humain cherche, qu'il le veuille ou non, la sécurité, la paix, l'équilibre, le bien être.

    Tout sentiment d'insécurité procure une sensation de solitude, de peur, d'angoisse.

    Toute angoisse, quelle qu'elle soit, déclenche une protection ;

    Les deux protections élémentaires sont la fuite et l'agressivité .

    Tout être humain est à la recherche d'un absolu.

    Dès qu'un être humain sent que son amour est refusé,

    il entre dans un état de frustration, d'agressivité ou de haine.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un livre d'Irvin D.YALOM

     

    Comment je suis devenu moi-même

     

    Après avoir passé sa vie à explorer celle des autres,

    Irvin Yalom, le psychiatre américain auteur de

    "Et Nietszche  a pleuré" et "Le problème spinoza", se penche sur son propre parcours.

    Son récit s'ouvre sur l'évocation d'un rêve :

    âgé d'une dizaine d'années, il passe à vélo devant la maison d'une fille qu'il trouve séduisante malgré son acné,

    et lui adresse un tonitruant "Salut Rougeole !".

    Le père de celle-ci, l'obligeant à s'arrêter, l'interpelle :

    "Qu'est ce que tu crois que ça lui a fait ?".

    Pour le futur thérapeute, c'est la rencontre avec  l'empathie : il n'oubliera jamais la leçon.

     

    Pour la première fois, tissant des liens entre sa formation, les histoires de ses patients,

    les héros de ses romans, ses amours et ses regrets personnels,

    Irvin Yalom nous révèle le cheminement de sa pensée.

    Comment je suis devenu moi-même n'est pas seulement l'histoire d'un homme,

    c'est aussi une invite au lecteur à voyager au plus près de ce qu'il est et à songer au sens de sa propre vie.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    TEST : FATIGUE OU DEPRIME

     

     

    Fatigué ou Déprimé ?

     

     

      LE FATIGUE                                                                                  LE DEPRIME

    - A ENVIE DE FAIRE LES CHOSES MAIS SE FATIGUE .                         -  A PERDU L'ENVIE D'ENTREPRENDRE QUOI QUE CE SOIT ET SE LE REPROCHE.

    _______________________________________________________________________________________________________________________

    - ENTAME SA JOURNEE AVEC UN CERTAIN ENTRAIN                         -  EST ANEANTI DES LE REVEIL A LA PERSPECTIVE DE LA JOURNEE QUI

       MAIS NE TIENT PAS LA DISTANCE, NE PEUT ACHEVER                       S'ANNONCE.

       CE QU'IL A ENTREPRIS                                                                           SON MANQUE D'ELAN VITAL LUI FAIT DIRE : "ENCORE UNE JOURNEE".

     ________________________________________________________________________________________________________________________

     

    - TERMINE SA JOURNEE DECOURAGEE, A BOUT.                               - SE SENT MOINS MAL LE SOIR : "LE MEILLEUR MOMENT DE LA JOURNEE, C'EST

                                                                                                                       LE SOIR.

    ________________________________________________________________________________________________________________________

     

    - RUMINE VOLONTIERS SES SOUCIS AVANT DE                                - S'ENDORT SOUVENT BIEN, MAIS SE REVEILLE PLUS TOT QU'A L'ORDINAIRE ET

      S'ENDORMIR.                                                                                           CONNAIT ALORS DES ETATS D'ANGOISSE.

    _______________________________________________________________________________________________________________________

     

    - EST TRES CONSCIENT DES FACTEURS EXTERIEURS :                     - PERCOIT SOUVENT QUE SON ETAT VIENT DE L'INTERIEUR.

      TROP DE TRAVAIL, VIE INADAPTEE.

    ________________________________________________________________________________________________________________________

     

    - SAIT QU'IL DOIT Y AVOIR UNE SOLUTION, MEME SI                      - N'A PAS VRAIMENT D'ESPOIR D'EN SORTIR.

      ELLE EST DIFFICILE A TROUVER DANS L'INSTANT.

    ________________________________________________________________________________________________________________________

     

    - A UN FUTUR CLAIR, CA IRA MEIUX DEMAIN OU APRES-                 - A UN FUTUR SOMBRE, "JE NE VOIS PAS CE QUI POURRAIT CHANGER".

      DEMAIN, OU APRES LES VACANCES.

     

     

     

    SOURCE : JE VAIS CRAQUER

    DR HENRI CUCHE

    DR ALAIN GERARD.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

     

    Maigrir est soi-disant facile et c'est devenu un style de vie.

    Nous sommes obsédés par la recherche d'un corps parfait,

    grâce au contrôle de soi et aux connaissances nutritionnelles mais ce n'est pas comme cela que cela se passe...

     

    Effet YOYO

     

    On passe notre temps à essayer de réduire les portions

    et à saliver devant tous ces aliments alléchants disponibles au quatre coins de la planète.

    De plus comme ils sont interdits, nous avons tendance à en manger le double,

     

    quand nous nous décidons à en manger, tout en se sentant coupables.

    Comme si nous leur disions adieu !

    Dans cette situation nous nous disons :

    "Puisque j'en ai mangé un et que de toute façon je n'ai pas tenu mon régime, je vais en manger d'autres".

    Ce raisonnement de "tout ou rien" nous rend encore plus fautif et rabaisse notre estime de soi.

    Nous nous disons que nous n'avons ni force de volonté ni discipline.

    Nous sommes très impatients, exigeants et nous voulons des résultats rapides.

    Généralement, nous nous souvenons d'avoir perdu rapidement du poids au premier régime

    et nous nous disons que si nous y sommes arrivés une fois la chose se reproduira à nouveau.

    Nous voulons à tout prix retrouver cet amour perdu.

    Cependant votre corps possède une mémoire et ne permettra pas que vous perdiez du poids si facilement,

    car pour lui, souvenez vous, cela constitue un réel danger.

    C'est pour cette raison qu'il est de plus en plus difficile de perdre du poids avec des régimes successifs

    et que le poids augmente de plus en plus... C'est le fameux effet yoyo !

     

     

    LE POIDS DES REGIMES

    SOPHIE DERAM

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Lorsque les "thérapisés" deviennent eux mêmes des professionnels  de la thérapie en font leur métier,

    leur engagement dans  l'exploration de l'inconscient

    déteint de manière assez forte sur leur vie familiale.

     

    psy de père en fils...

     

    C'est la thèse d'une jeune psychologue, Marion Mari Bouzid, elle même enfant de thérapeute,

    qui a rencontré neuf enfants adultes, de psychanalystes ou psychologues ;

    Sur ces neuf, huit d'entre eux avaient déjà fait une psychothérapie ou étaient en voie de devenir psy...

    "Dans leur majorité, ces enfants ont confié qu'ils avaient entamé une psychothérapie

    parce que c'était pour eux la seule manière de se rapprocher de leurs  parents.

    Des parents psy qui se marient entre psy, n'ont que des amis psys,

    ont tendance à interpréter au quotidien  les actes manqués de leurs proches...

    "La psychothérapie ou la psychanalyse est plus qu'une simple profession,

    c'est une passion, une manière de vivre.

     

    En même temps, la règle est de ne pas pratiquer de thérapie en famille.

    Résultat : les enfants à l'adolescence se ruent sur les livres de Freud

    pour comprendre la théorie qui mobilise tant leurs parents,

    se forger des arguments pour communiquer avec eux...

     

    Et quelques années plus tard,

    ils s'allongent eux-mêmes sur le divan ou entreprennent des études de psychologie.

     

    SOURCE : LE FIGARO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Trouble mental pouvant toucher l'enfant, l'adulte et le vieillard

    et provoqué par l'absence ou la disparition d'un lien affectif ou matériel considéré comme essentiel à la vie.

    L'état psychique de l'abandonnique est dominé par l'angoisse de l'abandon.

     

     

    L'abandonique - définition.

     

    Il se sent ou se croit abandonné sans l'être réellement.

    C'est souvent un état chronique remontant à l'enfance qui a perturbé le caractère et le comportement

    et qui devient tout à coup plus difficile à supporter par suite de la réactivation de l'angoisse initiale

    par une circonstance extérieure.

     

    L'enfant souffrant d'angoisse d'abandon risque de devenir un adulte abandonnique

    s'il n'a pas été aidé dans son enfance.

    "Toute frustration éveille la blessure initiale".

    Le sentiment de manque apparaît très vite après une frustration qui déclenche une crise.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    FEVRIER 2016 

     

    Découragement...

     

    Je ne pourrai jamais rien  changer.

    Je ne pourrai jamais passer à autre chose.

    Tous mes efforts restent vains.

    Vivre avec la colère, les regrets, la rancœur

    Vivre avec cette glue qui me colle à la peau.

    La thérapie est une béquille,

    elle aide à comprendre, elle aide un temps,

    elle endort la souffrance qui toujours se réveille

     lorsque tu la lâches, tu retombes

    car on ne peut pas avancer avec ce vide en soi.

     

     

    Marre de faire belle figure à tous ces gens,

    qui font leur deuil de moi,

    Plus facilement que je ne le ferai d'eux.

     

    Le mot "pardon" est rayé définitivement de mon vocabulaire.

     

    FAUSTINE Février 2016 

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

    LE PERVERS NARCISSIQUE

     

    Le Pervers Narcissique

     

    Un pervers narcissique est un individu présentant une personnalité marquée à la fois par un narcissisme exacerbé et des traits de perversion morale :

     

    LE NARCISSISME est une composante de toute personnalité, fondation en quelque sorte de notre Moi et de l'amour de soi. Sa fragilité, ses insuffisances conduisent à des troubles dits "narcissiques", comme le besoin inlassable d'être admiré associé à un besoin de reconnaissance et d'empathie.

     

    LA PERVERSION est aussi une composante commune de la personnalité de chacun : c'est le fait de détourner. La pathologie associée correspond à un type particulier de personnalité, tendant vers la satisfaction de ses désirs et de ses besoins aux dépens des autres. Il va donc utiliser l'autre à ses propres fins sans aucun respect d'autrui.

     

    Parler de manipulation ne peut se faire qu'en décrivant comment fonctionne le pervers narcissique.

    Celui-ci, sous l'influence de son Moi grandiose, essaie de créer un lien avec autrui

    en s'attaquant tout particulièrement à l'intégrité narcissique de ce dernier,

    c'est-à-dire au fondement même de sa personnalité afin de la désarmer et de se l'approprier.

    Il attaque la confiance de soi et l'auto-estime chez l'autre ;

    il cherche et réussit à faire croire que le lien  de dépendance de l'autre envers lui est irremplaçable,

    et que c'est l'autre qui en a besoin et qui le sollicite : voilà le détournement.

     

    Le pervers  narcissique est envieux de la pensée autonome de sa proie,

    de son intensité émotionnelle et de sa créativité.

    Ce qui exacerbe sa possessivité, c'est le fait de se lancer "à la conquête" du territoire psychique de l'autre.

    Il ignore ce qui peut aller à l'encontre de son propre intérêt.

    Ce qui importe pour lui, c'est de regonfler son Moi et pour cela il veut un "être" qui l'admire

    et qui va lui renvoyer une image extraordinaire ou prestigieuse de lui-même.

     

    Le pervers narcissique traite autrui comme une chose, un ustensile.

    Il faut donc avoir une certaine prédisposition psychopathologique

    pour pourvoir pratiquer une manipulation mentale,

    dont le but n'est pas une communication ni un échange, mais un "discours falsifié" qui amène à une conversion.

     

    Si l'auditeur, dont le parcours de vie se trouve en attente, en questionnement, en défaillance,

    est disponible pour cette écoute,

    il est prêt à répondre au chant des sirènes et à écouter toute la fable jusqu'à son dénouement.

     

    Source : BULLES N°111 - 3eme trimestre 2011 LNADFI

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire