•  

    Devenir adulte revient à cesser de nier la vérité,

    ressentir la souffrance refoulée,

    et aussi prendre connaissance dans sa tête

    de l'histoire que le corps sait émotionnellement,

    l'intégrer et ne plus être contraint de la refouler.

     

     

    L'indispensable est la fin de l'attachement pathogène aux parents (à présent intériorisé).

    Se défaire de ce lien baptisé "amour" mais qui n'en est qu'un simulacre,

    composé d'un mélange de gratitude, de pitié, d'attentes, de déni,

    d'illusions, d'obéissance, de peur et de crainte du châtiment.

     

    ALICE MILLER.

     

     

    Là encore, Alice MILLER a su trouver les mots justes.

    Faustine

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

     

     

     

    Le Hygge est estompé, rustique et lent...

      

     

    En danois, le mot rabat-joie" se dit Lyseslukker,

    ce qui signifie littéralement "celui qui éteint les bougies", et ce n'est pas un hasard.

    Le moyen le plus rapide de créer du Hygge, c'est bien d'allumer quelques bougies ou,

    comme on les appelle ici, des lumières vivantes.

     

    Le Hygge est devenu un véritable art de vivre et il fait partie intégrante de l'identité et de la culture danoise.

    Le Hygge est l'antidote  à l'hiver froid, aux jours de pluie et à l'épaisseur de l'obscurité.

    Même si on peut créer du Hygge toute l'année, en hiver il devient plus qu'une nécessité :

    c'est une stratégie de survie.

     

    Le lieu de travail des Danois est parfois comparé au générique de début dans le dessin animé Les Pierrafeu :

    quand 17 heures sonnent, tout le monde est déjà parti.

    En général, les parents s'arrêtent à 16 heures, les autres à 17 heures.

    Tout le monde rentre à la maison pour préparer le dîner.

     

    Le Hygge se caractérise également par une grande prévenance spontanée.

    Personne ne se met en avant ou ne domine la conversation pendant trop longtemps.

    L'égalité est un élément important du Hygge

    (une caractéristique profondément ancrée dans la culture danoise)

    et elle se manifeste aussi par un partage total des corvées lors des soirées hyggelig.

    Ce qui est toujours plus hyggeligt, c'est de préparer tous ensemble le repas,

    plutôt que de laisser l'hôte tout seul dans la cuisine.

     

    Etre avec d'autres personnes est un élément clé du Hygge,

    mais ces liens sociaux sont probablement l'ingrédient le plus important du bonheur.

    Il est largement admis que les relations sociales sont essentielles au bonheur.

      

     

    Les Meilleurs Choses dans la Vie sont gratuites...

    Une vilaine paire de chaussettes en laine n'a rien de tendance, de cher ou de luxueux

    et c'est une caractéristique essentielle du Hygge. Le Hygge est humble et lent.

    C'est choisir le rustique au lieu du neuf.

    De manière générale, le Hygge est la version danoise d'un mode de vie lent et simple.

    Le Hygge c'est regarder le Seigneur des Anneaux en pyjama la veille de Noël,

    c'est s'asseoir sur le rebord de la fenêtre

    et regarder le ciel dehors, en savourant une tasse de son thé préféré,

    c'est regarder le feu de joie d'un solstice d'été, entouré de ses amis et sa famille,

    pendant que votre baguette enroulée cuit lentement.

    La simplicité et la modestie sont essentielles au Hygge.

    Le Hygge, c'est apprécier les plaisirs simples de la vie.

    Les petites étincelles et les crépitements vifs du bois qui brûle

    sont probablement les sons les plus hyggelige qui existent.

    En fait, le hygge est plutôt une affaire de silence,

    permettant d'entendre même les bruits les plus faibles,

    comme les gouttes de pluie sur le toit, le vent qui souffle contre la fenêtre,

    le bruissement des arbres ondulant dans le vent ou les planchers en bois qui craquent sous nos pas.

     

     

    Le Hygge, c'est se sentir en sécurité.

    Ainsi le hygge traduit la confiance que vous accordez aux personnes avec qui vous êtes

    et au lieu où vous vous trouvez.

    Et le sentiment de Hygge traduit le plaisir que vous éprouvez quand quelqu'un vous dit d'écouter votre instinct,

    que vous avez élargi votre zone de confort pour inclure d'autres personnes

    et sentez que vous pouvez être entièrement vous même en leur compagnie.

     

     

    Article extrait de ce livre que je vous recommande...

    FAUSTINE.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  

     

    "ON NE VA PAS VOIR UN PSY POUR CA".

       

    prejuge

     

     

     

    FAUX  :

     

    Beaucoup de souffrances, beaucoup de désordres personnels et familiaux

    seraient évités si ces personnes, pas tout à fait déprimées mais en état de malaise psychologique

    étaient encouragées à consulter un professionnel,

    quelqu'un qui a du temps, qui sait comprendre,

    faire la part entre les difficultés existentielles et une douleur pathologique.

     

     

    EXTRAIT DU LIVRE "JE VAIS CRAQUER".

     

    Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    "Une personne toxique fait du mal, blesse et fait souffrir une autre personne.

    Elle ne reconnaît jamais ses torts, ni n'éprouve aucun regret des gestes qu'elle pose.

    Une personne toxique fait du chantage affectif et est insensible à sa victime.

    Pour arriver à ses fins, elle peut mépriser, jalouser, rabaisser, juger,

    faire du harcèlement ou manipuler de toutes sortes de façon sa victime.

    Elle fait en sorte que tranquillement sa victime perde l'estime de soi

    et devienne son bouche-trou, afin de garder l'emprise sur elle.

    Le plus grande peur d'une personne toxique est de perdre le pouvoir qu'elle exerce sur sa victime.

    Elle ne souhaite aucunement la voir s'épanouir et réussir sa vie.

    Alors, elle sabote les efforts que cette dernière fait pour mener une vie heureuse et productive.

    On peut avoir une relation toxique avec un parent, un ami, un collègue de travail,

    un conjoint (conjointe) ou même nos propres enfants.

    C'est difficile de croire que ce sont les gens qui nous sont les plus chers, qui abusent de nous.

     

     

    Une relation toxique a presque toujours comme base

    une famille dysfonctionnelle qui mène à une dépendance affective.

    Pendant votre enfance, on vous a appris qu'il fallait plaire pour être aimé,

    qu'il fallait vous oublier et faire ce que vos parents vous disaient, sans écouter vos propres besoins.

    Très vite, vous avez compris en tant qu'enfant que si vous vouliez de l'amour,

    de l'attention ou simplement être vu de vos parents, vous deviez être à la hauteur de leurs attentes.

    Cela devient, avec le temps du chantage affectif de la part des parents.

    C'est comme si ils vous disaient, je vais t'aimer si tu agis ou tu fais ce que je te dis de faire.

    Avec le temps vous grandissez et ce lien de dépendance devient de plus en plus fort et toxique.

     

    Y a t-il une personne toxique dans votre vie ?

     

     

      

    Pourquoi est si difficile de sortir d'une relation toxique ?

     

    Tout simplement parce que vous êtes dans l'attente...

    Vous espérez que peut être un jour cette personne

    va vous donner un peu de reconnaissance, de bonheur et d'amour.

    C'est votre enfant intérieur qui est encore en attente.

    En tant qu'adulte, il faut prendre conscience que ce n'est pas le rôle de l'autre de combler vos besoins :

    vous pouvez les combler par vous même et ainsi devenir responsable de votre bonheur.

    Il faut prendre le temps de retrouver votre identité, votre essence et de vous faire confiance.

    Si pour vous, la meilleure décision est de couper les ponts définitivement,

    alors faites le et sachez que ce n'est pas être égoïste que de penser à soi.

    Votre entourage (qui n'est pas au courant de ce que vous vivez pour la plupart du temps),

    vous dira sans doute "tu devrais faire des efforts".

    Ces gens-là ne savent pas à quel point vous souffrez en dedans.

    La décision de couper les ponts n'est jamais facile.

    Mais à partir du moment où vous êtes bien dans votre décision, ce qu'en pensent les autres

    n'est pas vraiment important. Aucune relation ne vaut le coup de continuer à coup de chantage affectif,

    par peur de l'abandon.

     

    Sortir d'une relation toxique, ce n'est pas faire mal à l'autre, c'est ouvrir les yeux, ouvrir son cœur

    et s'aimer assez pour ne plus accepter de vivre dans cette relation.

     

    Aimer, ce n'est pas se donner et s'oublier,

    c'est donner et partager"

     

     

    SOURCE : Le NET

    LA PANTHERE POETIQUE

     

     

       

     

    Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Puisque j'ai brisé mes dernières chaines,

    écarté mes derniers doutes,

    relâché et oublié mes dernières rancoeurs,

    je suis prête.

     

     

    Alors que je ferme doucement la porte sur mon passé,

    je souris, parcourue du frisson de l'inconnue qui s'offre à moi.

    Il est temps de partir à la conquête de celle que je suis devenue.

     

     

     

     

    Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

    L'enfant face à la détresse de son parent, va vouloir combler ou réparer ses blessures.

    Le parent MPN va utiliser la culpabilisation, le chantage affectif, le chantage au suicide

    et sa position de victime pour obtenir l'aide et le soutien de son enfant.

    Celui-ci se retrouve donc enfermé dans un lien de dépendance,

    tiraillé entre son envie d'aider son parent et son incapacité à le faire,

    car un parent MPN n'a aucun intérêt à aller mieux et à reconnaître l'aide de son enfant.

    La peur de ne "plus" être aimé par son parent, de le décevoir,

    la peur qu'il mette ses menaces de suicide à exécution vont placer l'enfant dans un rôle qui n'est pas le sien.

     

    JULIE ARCOULIN.

    D'après ce livre que je vous recommande vivement...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

    Pour favoriser l'épanouissement des enfants,

    il est vital de répondre à leurs besoins fondamentaux,

    amour inconditionnel, affection, tendresse physique,

    attention et encouragements,

    sécurité et protection,

    responsabilisation et autonomisation progressive,

    et aussi des limites claires, un cadre ferme et étayant

    pour leur faire comprendre

    les nécessaires règles de la vie en communauté....

     

     

     

     

     

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    J'ai regardé vos vitrines et les trouve superbes.

    Vous avez du talent et le sens de la mise en scène.

    J'ai particulièrement aimé le thème de l'école si bien rendu avec la phrase de morale au tableau.

    La vitrine de la danse me plait bien ainsi que toutes les autres.

    Vous devriez faire une exposition, je suis sûr que vous auriez du succès.

    Continuez à créer, c'est aussi une forme de thérapie...

    Bonne fin de semaine.

     

    Bien Cordialement

    J-Pierre Bègue.

     

    Développement Personnel...

    Merci à vous....

     

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Dépasser ses peurs, S'Affirmer

    Suivre son intuition

    Changer son  regard, Devenir nous-même

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Quand les émotions sont trop fortes pour être gérées,

    quand les moments que vous vivez vous paraissent inoubliables,

    il convient d'immortaliser à travers les mots....

    C'est chose faite

     

    FAUSTINE.

    Pin It

    3 commentaires
  •  

     

    L'inconscient,

    aussi appelé "ombre" par le psychiatre suisse Carl G.Jung,

    est comme une "autre personne" qui vit en nous.

     

     

    Notre inconscient, aussi appelé "Ombre".

     

    Elle a ses propres projets, émotions, envies.

    Elle prend des décisions à notre place.

    Ses  décisions sont en général contraires à ce que notre "moi conscient" a décidé de faire.

    Ainsi nous avions fermement décidé

    de passer tout le week-end à réviser pour un examen important le lundi matin.

    Mais le dimanche soir arrive et nous ne nous sommes toujours pas mis au travail.

     

    Nous avons l'impression d'être faible, pas à la hauteur.

    Nous sommes frustrés, déçus par nous-même.

    Si nous ne prenons pas conscience de la puissance de notre ombre,

    nous risquons de tomber dans l'auto critique, l'auto dévaluation, voire l'auto détestation.

    Nous finissons par être habités par une voix qui nous explique en permanence que nous sommes nuls,

    faibles, lâches, trop gros, trop bêtes, trop tristes...

     

    Notre ombre est constituée de tous les interdits, les tabous,

    les choses de notre histoire que nous n'osons pas nous reconnaître à nous-même,

    en particulier parce qu'elles peuvent être dangereuses pour nous,

    car elles pourraient aboutir à ce que nous soyons rejetés par notre entourage.

     

    Notre ombre est donc forgée par l'histoire de notre famille,

    l'époque où nous vivons et notre personnalité héritée de nos ancêtres.

    Nous ne l'avons donc pas choisie volontairement.

    C'est important de le savoir pour ne pas éprouver un sentiment de honte exagéré en découvrant notre ombre.

     

    Connaître son ombre, c'est reconnaître des aspects sombres que nous ne voulions pas voir,

    mais aussi des aspects lumineux de nous-même que notre milieu nous avait interdit de voir.

     

     

    Quels sont les compliments qui vous touchent le plus ?

     Quelles sont les qualités dont vous êtes le plus fier,

    celles que vous aimez le plus que les autres remarquent et qu'elles soient publiquement reconnues ?

     

    Certains dirons : "j'aime qu'on me dise que je suis beau."

    d'autres diront "j'aime qu'on me dise que je suis généreux".

    Prenez l'exact contraire de ces compliments qui vous touchent, c'est ce que votre ombre pense.

    En effet, s'il est si important et si plaisant qu'on vous dise que vous êtes beaux, par exemple,

    c'est probablement parce que, au fond, vous n'en êtes pas convaincu.

    Vous avez donc besoin qu'on vous le dise.

     

    Notre ombre se révèle encore lorsque nous "sur-réagissons" à des événements.

    Quand la vivacité de nos réactions nous surprend nous-même.

    Observer ces réactions, les noter, puis y réfléchir, en parler avec un interlocuteur de confiance,

    permet de découvrir de larges territoires de notre ombre,

    dont l'existence nous serait restée inconnue autrement.

     

    Quels sont les compliments que j'ai du mal à accepter ?

    Ce point est particulièrement subtil, et donc très important à explorer.

    Il permet d'accéder aux parties les mieux enfouies de notre ombre.

    Ainsi les gens vous complimentent sur vos talents mais vous rejetez chaque fois ces compliments

    en supposant que les gens vous disent cela "pour vous faire plaisir", "par politesse",

    ou alors carrément qu'ils se trompent parce que le mérite en reviendrait à quelqu'un d'autre...

    Et pourtant, la plupart du temps, les compliments que l'on vous fait ont une base de sincérité et de vérité.

    Ne pas accepter les compliments, c'est en réalité chercher à camoufler une partie de son ombre,

    à savoir un ardent désir d'être admiré pour cette chose,

    mais que vous ne vous permettez pas de ressentir, car on vous a empêché de le faire.

     

    Oser explorer les parties sombres de votre être

    vous  permet de vous réconcilier avec votre ombre.

     

     

     

    SOURCE : SANTE NATURE INNOVATION -

     

     

     

     

     

      

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    "Il y a de la parole en toi, il faut la faire sortir".

     

     

     

    "Cela vient de François, un ami, fine plume et belle âme.

    Sa pensée bienveillante a bouleversé le cours de mon existence et fait changer mon regard.

    Oui François avait raison !

    J'étais alors remplie de mots (et de maux),

    de paroles oubliées, de celles que je n'avais pas bien su dire ou que je n'osais pas prononcer.

    Trop longtemps, je me suis tue, bâillonnée par la peur de mes propres émotions,

    du jugement de l'autre et des conventions.

    Alors j'ai écrit. Et je me suis libérée.

    Nous avons tous en nous cette parole, ces rêves, ces "je t'aime", ces "je souffre"...

    En la laissant sortir, c'est un peu de paix que l'on fait entrer en soi."

     

    Flavie FLAMENT

    pour

    PSYCHOLOGIE MAGAZINE.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    5 commentaires