•  

    BIENVENUE SUR MON BLOG ....

     

    FAUSTINE 

     

     

     

     

    "AVANT JE SUBISSAIS, MAINTENANT JE DECIDE.

    OR, LA JOIE DE VIVRE VIENT DU SENTIMENT DE CREER SA VIE ET DE S'APPARTENIR"

     

    Patricia DELAHAIE

     

    Tout est dit....

     

     

     

     

    AFIN DE ME SUIVRE REGULIEREMENT

    Visitez mon nouveau BLOG

     

     UN PETIT CLIC SUFFIT.....

     

    N'oubliez pas de vous abonner au flux RSS(gratuit)

    OU

    De vous inscrire à la Newsletter

    en haut à droite...

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    30 commentaires
  •  

     

    Merci de laisser un petit message,

    signe de votre passage chez moi ....

     

    Faustine.

     

    Un petit mot....

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    60 commentaires
  •  

    LES NON DITS, LES EMOTIONS REFOULEES.

     

     

    Cette souffrance non dite, non mise en mots,

    souvent parce qu'on n'a pas trouvé comment la dire ou que, socialement il a bien fallu la taire,

    cette souffrance du parent ou du grand parent,

    comme le clivage ainsi constitué,

    sont deux composantes essentielles de la dynamique du secret nocif, taraudeur

    et dont le fait caché fini souvent par devenir répétitif tel un ressac.

     

    Anne Ancelin  Schützenberger

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Qu'est ce qu'un médium

     

    "Par le terme de médium,

    on comprend une personne qui peut entrer en contact avec le monde de l'au-delà

    et établir une liaison avec des défunts.

    La plupart des médiums le font en étant pleinement conscients

    et transmettent les messages qu'ils reçoivent de l'autre monde.

    Un médium établit un contact avec son moi suprême (âme), qui permet le contact entre lui et l'au-delà.

    Toute activité médiumnique est donc fondée sur un état de conscience élargie.

    La plupart des gens ne croient même pas qu'il soit possible d'entrer en contact avec l'âme d'un défunt.

               Par conséquent, à toutes les époques, les médiums n'ont pas été pris au sérieux ou ont été redoutés.

    Une autre raison est bien sûr le fait qu'une foule de charlatans se pressent sur ce marché.

    Cela ne doit pas amener les gens à fermer les yeux sur ceux qui ont de véritables pouvoirs médiumniques.

    D'autres encore en ont peur ou font de ces facultés l'oeuvre du diable,

    car elles ne sont pas conciliables avec leur propres conceptions.

     

     

     

     

    Le spiritisme

    Par spiritisme, ou science des esprits, on entend la croyance dans l'apparition des âmes de défunts,

    avec lesquelles on cherche à entrer en contact par l'intermédiaire d'un médium.

    Cette doctrine s'appuie sur la croyance

    que les apparitions surnaturelles sont produites par des forces de l'au-delà.

    Ce phénomène existe depuis toujours.

    Les mystiques et les saints des différentes religions avaient des visions célestes,

    voyaient les esprits, et avaient des contacts avec les morts.

    Friederike Hauffe (1801 - 1829) a été l'une des pionnières parmi les spirites modernes ;

    elle présentait tous les phénomènes caractéristiques des médiums :

    le déplacement d'objets sans cause assignable, des apparitions, des sons d'une origine inconnue....

    Le médecin Justinus Kerner (1786 - 1862) a observé ces phénomènes et a écrit sur elle un livre.

     

     

    Les EMI

     

    Les EMI (Expérience de Mort Imminente)

    sont des aperçus brefs, limités dans le temps, du monde spirituel.

    La plupart des EMI documentées à l'heure actuelle se produisent sur une durée de cinq minutes maximum.

    Les rencontres avec la lumière et les visions rétrospectives de la vie

    constituent alors les raisons principales des transformations de personnalité dans la suite de la vie.

    Il ne faut pas oublier que même la simple vision sans fard de sa propre existence

    constitue pour bien des gens une expérience effrayante :

    Etre confrontés à leurs pensées, leurs actions et leurs sentiments,

    et aux conséquence de leur vie sur les autres les terrorise.

    Ils découvrent les ressorts internes de leur vie et savent qu'ils sont responsables d'eux-mêmes".

     

    Source : "Nous ne mourons jamais"

    Bernard Jakoby

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    Plus vous donnez à cette petite fille en vous

    l'amour qu'elle a toujours attendu,

    plus vous vous libérez pour pouvoir offrir à votre conjoint,

    vos amis, votre famille et bien sûr vos enfants,

    un amour généreux.

     

     

    De cette façon, non seulement vous vous transformez vous même,

    mais vous transformez le monde autour de vous,

    et les vies des générations à venir.

    Il n'y a pas à craindre que l'amour que vous vous êtes donné tant de mal

    à faire entrer dans votre vie soit limité,

    qu'il va repartir ou disparaître.

    L'amour est comme un pigeon voyageur :

    nous l'envoyons vers d'autres mais il revient toujours.

     

    SUSAN FORWARD.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

     

    C'est une folie de haïr toutes les roses parce qu'une épine vous a piqué,

    D'abandonner tous les rêves parce que l'un d'entre eux ne s'est pas réalisé,

    De renoncer à toutes les tentatives parce qu'on a échoué...

     

     

     

     

    C'est une folie de condamner toutes les amitiés parce qu'une d'elles vous a trahi,

    De ne croire plus en l'amour, juste parce qu'un d'entre eux a été infidèle,

    De jeter toutes les chances d'être heureux, juste parce que quelque chose n'est pas allé dans la bonne direction.

    Il y aura toujours une autre occasion, un autre ami, un autre amour, une force nouvelle.

    Pour chaque fin, il y a toujours un nouveau départ...

     

    Le Petit Prince

    Antoine de St Exupéry

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

    Depuis quelques années, l'écriture a fait son  apparition dans le développement personnel.

     

     

    Des mots pour soigner les maux....

     

     

      

    Véritable méthode pour réparer le passé,

    construire le présent et préparer l'avenir,

    c'est un miroir qui permet de s'interroger sur soi,

    parfois même de résoudre des situations.

    "Elle est un fil de vie qui respire et bouge au fur et à mesure des évènements de l'existence",

    (expose la graphothérapeute Dominique Vaudoiset)

    et le crayon, un outil qui permet de se libérer la tête en quelques minutes.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

    Rechercher l'amour maternel, la tendresse, l'affection, le réconfort,

    un lien privilégié avec une personne que l'on ne connaît pas vraiment,

    mais qui nous a frappé par sa gentillesse, sa personnalité

    et sur qui nous faisons un transfert affectif.

     

     

    Le Transfert Maternel - définition.

     

     

     

    Voilà ce qu'est le transfert maternel....

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    On lui livre sa face cachée, ses ombres, ses travers, ses mesquineries.

    Homme ou Femme, il est celui qui écoute sans juger.

    Entre lui et son patient, un lien singulier se noue et une relation parfois complexe peut s'installer.

     

    Un ami ? Certainement pas.

    Un confident ? Oui forcément.

     

     

     

    Pas facile de définir le lien hors norme qui s'établit entre un patient

    et celui désigné le plus souvent par un laconique "mon psy".

    Pourtant le véritable moteur d'une thérapie est ce qui se passe entre patient et thérapeute.

    Cette rencontre humaine qui se joue dans un cadre très précis.

     

    De quoi est donc faite cette singulière relation ?

     

    Le transfert mais aussi son au-delà

     

    Les psychothérapeutes intègrent cette notion de transfert dans leur pratique,

    mais ne limitent pas la relation du patient à ce mécanisme.

    "Il y a aussi un au-delà du transfert, de la tendresse, et un amour sans passion et sans passage à l'acte".

     

    Besoin d'écoute, besoin de cadre.

     

    "Mes parents ne se sont pas occupés de moi.

    Ce qui m'avait manqué, je suis allée le chercher chez les psys".

     

    Le thérapeute est pour beaucoup l'interlocuteur idéal, celui qui enfin accueille, ouvre un espace.

    Ecoutant et capable d'attention sans jugement, le psy est celui à qui on peut livrer sa face cachée.

    C'est donc à l'intérieur d'un cadre plutôt rigide (régularité des séances, temps limité, coût financier),

    que se rencontre la plus grande des libertés.

    Un psy bien formé apprend à ne pas mette ses humeurs, ses sentiments, sa personnalité en avant.

    Un psy est toujours "faussement ami", il garde à l'intérieur de lui la distance bénéfique au patient.

     

    Apprendre la juste distance

     

    Les psychothérapeutes,

    même s'ils n'interprètent pas tous le transfert comme leurs confrères psychanalystes,

    savent bien que ce qui se joue dans la rencontre avec leurs patients est souvent emblématique d'autre chose.

    Le lieu thérapeutique est alors comme une chambre d'échos.

    Grâce aux liens qui se nouent avec le psy,

    une thérapie permet de revisiter toutes les manières erronées ou saines

    que nous avons de nous lier aux autres.

     

    SOURCE : Psychologie.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

     

    Personne n'a encore jamais réussi à inventer le remède miracle, la solution magique contre la dépression.

    Le manque sur lequel repose la dépression n'est pas concrètement réparable.

    L'attitude la plus saine et la plus salutaire consiste dans un premier temps

    à s'accepter comme déprimé et à changer son regard.

     

     

    Que faire de la dépression ?

     

     

    Il est en effet capital de considérer la dépression, la sienne ou celle de son entourage

    non pas comme une maladie honteuse, mais comme un message de l'inconscient

    signalant une souffrance de l'enfant intérieur.

    Elle contient la promesse de devenir soi,

    celui ou celle qu'on a toujours été mais qu'on n'a jamais osé être, par crainte de nuire de blesser...

     

    Un tel changement de regard favorise un lâcher-prise , une attitude d'écoute et de réceptivité

    permettant ainsi aux émotions refoulées, séquestrées par couches depuis des décennies,

    d'être enfin ressenties et dites à travers les mots.

     

    Plus le déprimé se débat en cherchant à se débarrasser de sa souffrance dans la précipitation et l'urgence,

    plus la dépression s'accentue et lui colle à la peau en se chronicisant dans le temps.

    La dépression lâchera sans que l'on ait à se débattre

    dès qu'on aura entendu son message et compris son sens.

     

    * Il faut cesser d'éponger en "pharmakos", toutes les fautes et tous les péchés tout le mal d'autrui,

    ne plus se sacrifier, s'écraser, en ne disant jamais non, en étant parfait, gentil, sage comme une image

    et modelable pour plaire, pour ne pas se sentir coupable.

     

    * Il faut s'aimer, devenir plus égoïste, se préférer à autrui,

    s'occuper et prendre soin de soi-même comme une gentille mère le ferait de son bébé,

    s'accorder du temps, dépenser de l'argent pour soi, y compris pour des futilités,

    afin de désincarcérer sa libido, d'arroser les plantes de son propre jardin plutôt que celui d'autrui.

     

    * Etre moins sévère, moins exigeant, plus tendre avec soi-même,

    mais plus mauvais à l'égard d'autrui,

    en osant dire non à ceux qui cherchent à nous faire couler.

     

    * Apprendre à se révolter, à désobéir, à refuser d'être passivement conforme aux attentes

    et aux modèles extérieurs afin de découvrir sa vérité profonde et devenir soi.

     

    * Parvenir à se pardonner tout le mal qu'on a subi durant des décennies sans avoir pu réagir,

    tout le mal qu'on s'est infligé pour expier sa culpabilité imaginaire et puis...

    tout le mal qu'on n'a pas fait à autrui.

     

    Extrait du Livre de Moussa Nabatti

    "La Dépression, une épreuve pour grandir."

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    "Je caressais le rêve d'écrire le récit de ma vie depuis longtemps, avant même de devenir psychothérapeute.

    J'en avais vraiment envie.

    Je ne pouvais pas dire exactement pourquoi j'avais ce désir, mais aujourd'hui je le sais :

    c'est pour aider d'autres personnes qui souffrent.

    Les gens aiment s'identifier à quelqu'un, surtout quand ils vivent un problème.

    Ils ont besoin de ne pas se sentir seuls.

     

     

     

    C'est ce qui m'a amené aussi, un jour, à devenir psychothérapeute.

    On ne choisit pas cette activité professionnelle par vertu.

    La plupart des thérapeutes que je connais ont un passé chargé,

    un  vécu qu'ils ont essayé de comprendre et dont ils veulent tirer profit pour aider les autres.

    Le mien est marqué du signe des carences affectives, de l'alcoolisme et de la dépendance.

    Ce sont ces expériences qui m'ont amené à travailler sur moi pour m'en sortir.

     

    En 1983, j'ai rencontré la fraternité des Alcooliques Anonymes et j'ai finalement cessé de boire.

    Mais où était le bonheur promis ?

    J'étais encore très malheureux parce que le problème de fond n'était pas résolu.

    Je me sentais vulnérable, isolé, souffrant.

    L'abstinence n'avait pas mis fin à cette horrible sensation de vide intérieur que je traînais depuis des années.

    Heureusement je n'ai pas rechuté, ce qui aurait facilement pu m'arriver.

     

    Je me suis alors tourné vers la psychothérapie individuelle et vers les thérapies de groupe.

    J'ai fait plusieurs démarches en ce sens.

    Peu à peu, je me suis découvert et j'ai évolué vers une plus grande ouverture.

    Le cheminement était cependant très lent.

    Les livres de psychologie se sont accumulés sur les tablettes de ma bibliothèque.

    Puis j'ai commencé des études dans cette discipline,

    autant par besoin personnel que dans une perspective de réorientation professionnelle.

     

     

    Il m'aura fallu beaucoup de thérapies, de démarches personnelles,

    de remises en question et de réflexion pour m'en sortir.

    Peu à peu, j'ai changé des choses en dedans de moi et je suis devenu autonome.

    J'ai découvert que je pouvais développer une saine estime de soi

    et atteindre l'autonomie affective par des efforts personnels".

     

    DANIEL PIETRO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Comment faire face à notre propre mort ?

    Comment affronter le départ d'un proche ?

    Qu'advient-il de ceux que nous aimons, après leur mort ?

     

    Nous ne mourons jamais - Bernard Jakoby

    Dans cet ouvrage pionnier, Bernard Jakoby décrit de manière concrète ce qui nous arrive après le mort.

    Il explore systématiquement les recherches les plus récentes et les plus diverses sur la mort :

    expériences de mort imminente,

    retour par hypnose dans des vies antérieures

    et comptes-rendus des médiums communiquant avec l'au-delà.

     

    Tous les témoignages concordent parfaitement et nous apportent des descriptions saisissantes

    de la vie après la mort.

    Les conclusions de l'auteur sont remarquables :

    chacun d'entre nous est immortel et la vie terrestre est une étape du cheminement éternel de notre esprit.

    Après notre mort, nous retrouvons ceux  qui nous ont précédés,

    et nous poursuivons sans cesse notre élévation spirituelle.

     

    Ce livre, clair et précis, est un guide précieux pour découvrir les mystères de l'au-delà.

    Il permet aussi de comprendre le sens profond de notre vie.

     

    --------------------

     

    Bernard Jakoby

     

    Nous ne mourons jamais - Bernard Jakoby

     

    Né en 1957 en Allemagne, Bernard Jakoby est le grand spécialiste allemand

    de la trans communication et des NDE.

    Il est considéré aujourd'hui comme un expert de la recherche sur la mort et l'après-vie.

    Il a participé à nombre de séminaires et conférences en collaboration avec des médecins,

    psychologues et infirmières travaillant dans les services de soins palliatifs.

    Il vit à Berlin.

    Ses livres sont des best-sellers, traduits dans de nombreuses langues.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires