•  

     

     

    La Victime préférée du manipulateur :

    Une Rose sans épines...

    Le bon côté des choses....

    Regard pétillant, sourire sincère.

    souriante et enjouée, la victime est une personne naturelle et agréable.

    C'est une personne gorgée de vitalité qui déborde d'énergie.

    Elle aime rire, partager, s'amuser...

    C'est une bonne vivante qui sait apprécier les choses simples.

    Elle a le plus souvent une grande empathie pour les autres

    et se soucie de leur bien être....

     

     

    Le Bon Côté des Choses...

    FAUSTINE.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un article de Monsieur Pascal Couderc

    Psychanalyste et psychologue clinicien

    exerce à Montpellier et Paris et par téléconsultation (psy en ligne).

     

    Tellement, mais tellement ça !!!

     

    Le cas de la famille perverse

     

    La famille perverse narcissique est le milieu, par excellence, où ce mode relationnel se met en place et s'élabore.

    On peut être victime de ce type de famille de plusieurs manières : en y entrant par le biais d'une union, ou pire

    en y naissant sans pour autant être atteint du trouble commun au reste de la cellule familiale.

     

     

     

    La famille perverse narcissique

     

    Il semble difficile de dresser un portrait robot de la famille perverse narcissique.

    Souvent, le trouble pourra être partagé par les parents et s'étendre à certains membre de la fratrie,

    sans que cela ne soit le cas pour tous. Il y a par contre, toujours un dominant au sein de cette famille,

    mais il n'y a pas de membre attitré pour ce rôle. Parfois, le problème peut venir d'un oncle, d'une tante

    ou d'un grand parent.

    Il semble y avoir en revanche, un mode de fonctionnement et des caractéristiques propres à la famille perverse

    narcissique. On parle de système tribal ou de fonctionnement "en meute",

    car la structure familiale est dominée par un "chef", un pervers dominant.

    Les membres respectent donc une hiérarchie qui les met aux ordres de leur chef.

    Ce dernier a besoin et que l'on l'admire et que l'on l'encense perpétuellement.

    Le rôle des membres d'une famille manipulatrice est donc de servir le chef.

     

    Ces familles représentent de petites sociétés en soi, fonctionnant sur le mode de la pensée unique

    et réglés par des règles rigides. Elles vivent selon des normes comme le goût pour l'argent et les apparences,

    le silence sur soi, la haine de la différence, la xénophobie, l'exclusion de ce qui  n'appartient pas au clan...

    Le fonctionnement d'une famille perverse narcissique se rapproche de celui des sectes.

    Elles veulent donner à croire que leurs membres sont heureux et unis entre eux,

    alors qu'ils sont en réalité tenus par les liens de dépendance.

    L'individualité de chacun a été étouffée très tôt au profit de la personnalité écrasante du chef.

    Le système clanique d'une telle famille exige que son chef désigne un "héritier".

    C'est celui ou celle à qui il va transmettre symboliquement son pouvoir de manipulation.

    Cet héritier ou cette héritière deviendra à son tour plus tard l'homme ou la femme forte du clan.

    Une famille perverse narcissique est un milieu fermé.

    Elle n'a pas d'amis et fuit la compagnie des autres.

    Elle redoute que l'on découvre ce qui se passe dans son huit clos et a peur de se faire démasquer.

    Cette famille dissimule jalousement ses secrets de famille.

     

     

     

    Ce que subissent les victimes

     

    Les victimes de telles familles sont étrangères à leur propre clan, et en deviennent très tôt les esclaves.

    Parce qu'elles refusent d'être au service du chef, elles sont l'objet d'un rejet des autres membres.

    Elles subissent ce que les victimes d'un parent narcissique manipulateur subissent, augmenté par le poids du clan. La blessure de trahison vécue auprès des autres membres de la famille

    dont on aura vainement cherché le soutien, sera cuisante.

    Plus encore que la victime d'un seul parent destructeur,

    la victime d'une famille perverse narcissique vit prisonnière d'un enfer.

    Elle fait face à la perversion vécue comme normale et normative dans un contexte clos où chacun la pratique....

    Le sort des victimes est donc celui des enfants de manipulateurs qui grandissent très tôt dans la peur de leurs

    parents toxiques, de leur harcèlement continuel, de leurs colères, de leurs blessures et de l'humiliation.

    Un parent toxique exerce une véritable emprise sur un enfant en le persuadant très tôt qu'il pense à sa place :

    il fait ainsi de lui son jouet. Dans le cas de la famille toxique, c'est le clan entier qui va se relayer dans ce rôle.

    L'enfant qu'ils auront choisi pour victime sera donc leur bouc-émissaire.

    Il est celui qu'ils choisissent de façon inconsciente pour devenir fou à leur place.

     

     

    Echapper à son emprise.

     

    Comprendre que l'on est issu d'une famille perverse narcissique entière est un chemin difficile.

    Il faut accepter d'être vraiment seul au monde et être capable de se reforger entièrement des repères.

    Plus profondément, cela pose un problème identitaire, relatif à la question de ses origines.

    Des difficultés qui bien souvent, font reculer et atermoient le processus de la prise de conscience.

    De plus il est difficile de fuir ces familles, car elles ne lâchent pas facilement leurs proies.

    Parmi leurs techniques de manipulation, la culpabilité est très employée.

    On en appelle aux devoirs filiaux de la victime, aux liens du sang, si elle décide de prendre ses distances.

    Malheureusement, ce type de manipulation émotionnelle est très fort et fonctionne sur les victimes.

    Faute d'avoir pu se construire, elles restent inconsciemment en quête d 'appuis et d identifications

    dans l'existence. Toutes sortes de justifications peuvent naître en elles pour ne pas rompre alors

    avec cette famille toxique. La plus courante est un faux principe de responsabilité.

    Cela les prédispose à penser qu'elles peuvent "aider" les leurs, au travers d'une dangereuse illusion :

    devenir "le parent de leurs parents".

    Quant aux victimes qui réussissent à fuir courageusement ces familles,

    elles n'en ont pas pour autant fini avec elles !

    Tout comme l'individu, la famille perverse narcissique répugne à lâcher sa proie

    et la poursuit longtemps de sa vindicte.

    Elle tente donc de s'immiscer dans sa vie pour briser tous ses accomplissements personnels :

    son union, son foyer, son travail...

    Il faut s'attendre parfois au pire comme à des attaques en justice sous des prétextes fallacieux,

    car ces  familles sont expertes dans l'art d'instrumentaliser la justice.

    S'il est difficile de "guérir de son enfance",

    il est bien plus compliqué encore de guérir d'une famille perverse narcissique...

    Face à la famille comme face à l'individu rongé par ce trouble, se préserver exige de fuir.

     

    PASCAL COUDERC

     

    Pascal Couderc, psychanalyste et psychologue clinicien accompagne tous ceux  qui désirent se libérer d'une emprise familiale, d'un partenaire narcissique ou d'un supérieur hiérarchique pathologique et manipulateur. Ne restez pas isolés et confiez vos problèmes à un professionnel par Skype ou en cabinet...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    "C'est à long terme que les choses  se gâtent...

    Les victimes qui comprennent les intentions criminelles de leur agresseur

    ont le plus grand mal à être reconnues, entendues.

    Elles passent souvent pour des folles, des menteuses, des paranoïaques.

    Et plus elles tentent de faire entendre leurs voix, plus on les muselle.

    Elles se retrouvent décrédibilisées, bafouées, désespérées et meurtries.

    A une situation déjà terriblement traumatique

    s'ajoute donc le traumatisme de l'incompréhension ou du rejet de l'environnement.

     

     

    Il est difficile de dénoncer son conjoint, ses parents, un membre de sa famille, son enfant même;

    Il est dangereux d'affronter son supérieur hiérarchique, son chef d'entreprise,

    un homme politique ou un personnage puissant.

    Comment dire sa violence, ses crises délirantes quand son entourage le voit calme et serein

    tout en observant une partenaire agitée voire hystérique ?

    Les proches ne savent plus qui croire dans ce spectacle profondément machiavélique...

    Les conséquences à long terme sont donc l'incompréhension et le rejet de la victime

    mais aussi l'affaiblissement de ses résistances physiques et psychiques.

    C'est une porte ouverte à tous les déséquilibres.

    C'est un état où les zones plus faibles peuvent rompre et,

    comme lors de la rupture d'un barrage, entraîner tout sur leur passage".

     

     

    Le manipulateur Pervers Narcissique  - Comment s'en libérer.

     

    Geneviève Schmit.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    Quand vous vous sentez coupable sans raison objective,

    que vous ressentez un incompréhensible malaise

    et que vous vous dévalorisez,

    cherchez autour de vous,

    un pervers n'est pas loin.

    Il aura su vous transfuser sa négativité et sa culpabilité...

     

     

    Le Pervers Narcissique cherche à détruire sa proie en lui inoculant sa toxine.

    Il la transfère sur sa proie qu'il va annexer et dévaloriser après l'avoir ferrée.

    Il fait croire à l'autre que ses actes et ses décisions sont personnels,

    alors qu'ils sont dictés par sa perversité.

    La proie est télécommandée, elle ne le sait pas et elle va mal...

    Donc moins on parle au pervers, moins on se justifie,

    et plus on commence à se porter mieux.

    C'est le début du décrochage.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • PERVERSION NARCISSIQUE

     

    AU TRAVAIL - DANS LE COUPLE -

    DANS LA RELATION PARENTS/ENFANTS

     

     

    Ecoutez avec attention ce pouvoir destructeur....

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    L'emprise psychologique est un vampirisme du quotidien,

    une appropriation totalitaire de l'individu ou du groupe de personnes concernées.

    L'emprise perverse est un système de domination psychologique

    mis en place par une personne ou une organisation sur une autre personne

    ou un groupe de personnes par des techniques de manipulation mentale.

    Elle a pour unique objectif de satisfaire les propres besoins de l'individu manipulateur,

    au détriment de sa ou ses proies.

    On peut se retrouver sous l'emprise d'un parent, d'un conjoint, d'un individu ayant autorité,

    d'un ami, d'une organisation, d'une idéologie.

     

    L'emprise...

    On peut "mettre sous emprise", comme le fait le pervers narcissique,

    ou "être sous emprise", comme l'est sa victime.

     

     

     

    Une personne piégée par la puissance de la dépendance affective perverse n'existe plus en tant que telle.

    Elle appartient à l'autre, et sa vie n'aura de sens que si elle vient le satisfaire.

    Une personne sous emprise ne pense plus par elle-même

    et recherche constamment l'appui ou l'aval de l'autre, que ce soit le pervers narcissique lui-même,

    le père, l'avocat, le psy, la police... C'est comme si elle était coupée de son raisonnement personnel.

    Un accompagnement psychologique compétent a toute son importance.

     

     

    Une victime non avisée de ce qu'est le phénomène d'emprise perverse

    peut avoir l'impression d'être dans une voie sans issue, une impasse psychique et relationnelle.

    Cette impasse pourrait la pousser à désirer la mort,

    perçue alors comme seule échappatoire à la folie et la souffrance.

    En effet, l'emprise perverse rend la personne sous influence totalement tributaire de l'autre

    qui devient alors, pour elle, un maître à penser et à agir, comme pourrait l'être un gourou.

     

    Les personnes sous emprise perverse parlent souvent en termes de "besoin"

    pour exprimer la nécessité impérieuse qu'elles ressentent d'être en contact avec l'autre.

    C'est comme si elles avaient besoin de leur dose afin d'apaiser l'angoisse, et c'est réellement ce qui se passe.

    Les proies sous emprise perverse sont dépossédées de leurs potentiels intellectuel et émotionnel.

    A partir de là, elles deviennent incapables de prendre une décision rationnelle et surtout personnelle.

     

    Une fois que la victime d'une emprise perverse

    a compris qu'elle n'est pas reliée à l'autre par un sentiment d'amour,

    mais qu'elle se trouve piégée dans une relation de dépendance affective puissante,

    d'addiction hautement toxique,

    elle se heure la plupart du temps à l'incompréhension de son entourage,

    ainsi qu'à celle des institutions censées l'aider.

    Ces aléas la rendent doublement victime.

     

     

    GENEVIEVE SCHMITT

    "Modèle d'identification du pervers narcissique"

     

    L'emprise...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Les gens les plus intelligents sont plus exposés aux pervers narcissiques

    Une révélation gratifiante pour moi - FAUSTINE

     

     

    La prise de pouvoir sur quelqu'un peut se définir en un seul mot "décervelage".

    Le processus en œuvre dans le décervelage consiste en une perte progressive des capacités psychiques d'une personne soumise à des manipulations quotidiennes qui agissent comme des micros agressions.

    Le poison est instillé à dose homéopathique

    Le manipulé devient peu à peu incapable de faire la différence entre ce qui est bon ou mauvais pour lui

    et n'a pas conscience de ce "décervelage".  Incapable de discernement, privé de ses capacités d'analyse,

    de son esprit critique et de son libre arbitre, il obéit aux injonctions du manipulateur sans résistance.

    D'où la passivité qui caractérise une personne assujettie.

     

    En réalité, ce sont souvent les personnes les plus "intelligentes", dans le sens de "brillantes"

    qui sont paradoxalement plus "sensibles" (ou les plus exposées) aux techniques de manipulation.

      La manipulation instaure une relation d'emprise totalement asymétrique,

    d'autant plus forte qu'elle s'inscrit sur le long terme.

     

    Nous savons maintenant comment fonctionnent les circuits neuronaux d'auto inhibition d'une personne manipulée.

    Cette auto inhibition se traduit par un phénomène d'autodestruction

    dont les conséquences physiologiques peuvent être très graves.

     

    Le décervelage ne représente que la phase préalable d'une dévitalisation

    dont les effets se répercutent sur la santé mentale et physique du manipulé.

    "La manipulation altère profondément la personnalité du manipulé"

    En quoi consiste cette altération ?

    Du fait de l'action du "décervelage",

    le manipulateur pourra dès lors "imprimer" son mode de pensée chez le manipulé

    exactement comme on grave un nouveau fichier sur un disque CD vierge.

    De nouveaux comportements vont alors apparaître.

    La personne manipulée se retrouve alors en conflit de loyauté entre ce que la manipulation lui "impose" de faire

    et les valeurs morales que ces nouveaux comportements transgressent.

    Pour que le manipulé ne puisse pas retrouver ses capacités psychiques,

    l'état de confusion mentale doit être soigneusement entretenu.

    Un des meilleurs moyens pour y parvenir réside dans l'utilisation du discours paradoxal :

    "faites ce que je dis, mais pas ce que je fais

    et surtout puissiez-vous ne rien comprendre à ce que je vous raconte de manière à ce que,

    quoi que vous pensiez, quoi que vous disiez ou quoi que vous fassiez, je puisse toujours avoir raison."

    Ce type de communication,

    qui tend à faire agir les unes contre les autres différentes aires de la personnalité du manipulé,

    pour le dire simplement "rend fou".

     

     

     

     

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les pervers narcissiques se protègent.

    Ils ont en eux un secret qui ne doit surtout pas être percé à jour et encore moins divulgué.

    Ils ont une faiblesse leur orgueil démesuré,

    un manque, l'empathie et l'affect,

    une faille, leur manque de construction,

    leur régression infantile à la moindre contrariété

    Leur susceptibilité est sans limite, et comme un enfant, ils se mettront dans une colère noire

    et si vous leur faites le moindre reproche ;

    tout autant ils se plaindront si vous ne vous occupez pas d'eux comme on s'occupe d'un petit enfant.

    Mais là où un enfant pleurera, va taper du pied,

    ils useront de leur force verbale pour vous critiquer, vous blesser, vous dénigrer.

    Et si la forme peut être très calme, écoutez le fond.

     

     

    Les mots dits posément peuvent faire de plus grands ravages que les grosses colères.

    Et vous vous sentirez à votre tour comme un enfant, un  enfant puni, incompris, un enfant rejeté.

    Ils se nourrissent de faux semblants que vous ne devez sous aucun prétexte remettre en question.

    C'est pourquoi, même lorsque c'est vous qui leur parlez, c'est en fait eux qui parlent à travers vous.

    Les pervers narcissiques mettront toute leur énergie et leur pouvoir de suggestion

    pour que vous suiviez leur script. Si vous veniez à vous en écarter, ils ne vous laisseront pas poursuivre.

    En d'autres termes, vous êtes un peu leur mégaphone. Il peuvent aussi parler pour vous.

     

    N'oubliez pas que le pervers narcissique vous chosifie.

    Votre présence se justifie uniquement dans la mesure où vous lui prêtez toute votre attention

    et lui de son côté fera tout ce qu'il faut pour que cela reste à sens unique.

    Que demandez de plus à une relation !!!

     

    N'oubliez pas non plus qu'ils sont prédateurs.

    Vous êtes des proies. Ce qu'ils cherchent et jalousent ? Vous.

    Ce que vous êtes. Vos qualités. Votre empathie. Votre intelligence. Votre don du pardon.

     

    Leurs techniques pour obtenir 100 % d'attention : Bloquer la communication

    Ils parlent par dessus vos paroles

    Ils dévient du sujet que vous aviez initié

    Ils se lancent dans des méandres pour ne pas répondre jusqu'à ce que vous perdiez le fil

    Ils vous coupent, s'immiscent dans vos conversations avec les autres pour mettre leur grain de sel

    et affirment des choses à votre propos avec éclat et conviction.

     

     

    Ils vous font comprendre que vous ne savez pas.

    Eux  savent. Vous, vous ne savez rien du tout.

     

     

    Ils mettent en avant des objections puériles et hors sujet et hors de proportion

    avant même que vous ayez terminé d'exprimer votre propos de sorte que

    dans la confusion vous abandonniez l'idée de faire passer votre message et que vous en sortiez frustrés.

    Le but est que vous en tiriez une leçon (renforcement négatif).

     

     

    Ils explosent et leur furie vous fait taire.

    Vous essayez de les calmer et eux vous reprochent de vouloir éteindre le feu après l'avoir allumé.

    Si besoin, ils répètent des centaines de fois les mêmes histoires

    pour que leur mensonge à la longue s'imposent comme la vérité et afin d'avoir le dernier mot.

     

    Ils utilisent des mots savants, directifs, vous font sentir qu'en bon "parent"

    (et c'est valable pour tous les PN, parents, conjoints, proches...)

    ils font "ça" pour vous.. et que vous devriez être reconnaissant

    de tous ces  efforts qu'ils font pour vous ramener sur le droit chemin.

     

    Toute relation est compétition pour un pervers narcissique qu'il doit gagner par tous les moyens.

    Pour le pervers narcissique, c'est vous le méchant.

    Il ne vous fait rien si ce n'est vous aider et vous, vous le rabaissez...

     

    Il s'arrange toujours pour que vous vous taisiez et que rien ne sorte.

    Personne ne doit savoir.

    Pour autant il vous reprochera de ne pas parler, de tout garder pour vous, de le rendre "fou" par votre mutisme.

     

    Son image, c'est sa survie et vous n'êtes qu'un de ses miroirs interchangeables

     

    dans  lesquels il ne peut concevoir que de se voir exceptionnel et magnifique....

     

    Source : LE NET

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    La victime ne parvient pas à sentir qu'elle a été une victime.

     

     

    De cette façon dans la thérapie,

    le client est dès le départ bien incapable de déterminer le vrai coupable.

    Même si les émotions réprimées, arrivent à remonter à la surface,

    elles auront du mal à disputer la place aux mécanismes précocement acquis.

    C'est qu'ils ont servi tellement longtemps à minimiser la douleur.

    Ne plus y avoir recours, c'est comme nager contre le courant ;

    Non seulement cela fait peur,

    mais cela fait naître aussi des sentiments d'isolement.

    On s'expose au reproche d'apitoiement larmoyant sur soi-même.

    Or c'est pourtant ici que commence le chemin qui mène à la maturité.

     

    ALICE MILLER.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le Pervers Narcissique nous accuse très souvent de choses dont nous ne sommes pas coupables.

    Parce qu'il nous emmène dans un flou artistique,

    on n'est pas loin, encore une fois, de la tentative d'hypnose.

    Il nous balance des injonctions paradoxales, il nous balance des accusations qui sont fausses.

     

    Le Pervers Narcissique

     

    Jusqu'au moment où, encore une fois, le cerveau démissionne

    et on ne sait plus où on en est,

    on ne sait plus qui on est.

    Et là, il nous tient à sa merci.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Les victimes, plus fragiles ou qui ont simplement gardé plus d'humanité,

    s'installent peu à peu dans un malaise dont elles ne saisissent pas l'origine.

    Elles se sentent doublement coupables,

    car elles ne comprennent pas qu'en donnant autant d'eux mêmes,

     elles récoltent  si peu, ou tant de douleur.

    Elles prennent sur elles  la culpabilité induite par le pervers narcissique

    qui sait si bien leur transfuser la sienne.

     

     

     

    Cette manipulation, la plupart du temps, se fait de façon anodine ou insidieuse.

    Elle  est d'autant plus efficace, qu'elle affaiblit durablement ses victimes.

    Les phrases prononcées sont apparemment sans importance,

    quelquefois au comble de l'insignifiance,

    mais elles amenuisent toujours l'autre, faisant de lui un objet.

    A l'arrivée, la radioactivité du pervers narcissique est telle

    que ses proies ne savent plus où elles en sont

    ni même ce qu'elles ont fait pour en arriver là.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique