•  

     

     

     

    Selon la légende bien connue, la femelle du coucou, dans ses menées prédatrices,

    opère avec une précision qui pourrait faire pâlir  d'envie n'importe quel praticien du noyautage pervers.

    Elle pond un œuf, ne le couve pas, le met à couver dans le nid d'une autre oiselle ;

    là va naître son oisillon ;

    celui ci se comportera dans la couvée adoptive comme un parasite  absolu.

     

    Dans cette façon d'occuper et de parasiter un nid déjà fait et en "état de marche",

    dans cette façon d'exploiter une organisation existante et fonctionnante,

    on reconnaît la manière dont les noyaux pervers s'installent dans des "fromages"

    dont ils comptent bien se nourrir.

    Tel un coucou....

    Le coucou ne parasite pas n'importe quel nid :

    ses prédilections, selon les régions, vont à des rouges-gorges,

    aux rousserolles effarvattes, aux accenteurs, fauvettes et bergeronnettes.

    Ces oiseaux vont être bernés. On se gardera cependant de les prendre pour des idiots.

    Car la mère coucou prend d'incroyables précautions.

    L'œuf qu'elle va pondre (un seul) sera de la couleur et à peu près de la taille de ceux du nid qu'elle convoite.

    Elle est donc spécialisée, elle pond à point nommé, et  à toute vitesse :

    dissimulée dans les feuillages des environs, elle attend que la femelle à berner quitte son  nid un bref instant ;

    alors elle fonce, pond aussitôt son œuf, prélève à la place un des œufs existants ,

    qu'elle emporte et qu'elle mange, et s'envole ;

    ni vu, ni connu, l'embrouille est précise à la seconde et au millimètre près.

     

    De même le noyau pervers ne peut il prendre pied

    que sous les dehors du banal, de l'ordinaire et de l'identique :

    il doit tout faire pour passer d'abord inaperçu, pour se fondre dans l'ensemble.

    Ainsi, et ainsi seulement, ne sera-t-il pas d'emblée rejeté :

    une infiltration ne débute jamais par un coup d'éclat.

     

    L'oisillon coucou va naître.

    Il est taillé pour grandir beaucoup plus et beaucoup plus vite que les oisillons légitimes.

    Il poussera ceux ci hors du nid et restera seul.

    Il dévore, sans cesse réclame à manger, et la femelle complètement bernée ne cesse de le nourrir ;

    bientôt , il la dépasse en taille.

    Beaucoup s'étonnent et même s'indignent

    de ce qu'un oiseau par ailleurs aussi "précis" que la bergeronnette ou la rousserolle se laisse à ce point berner.

    Quelle complaisance stupéfiante pour une monstrueuse supercherie !

     

    De même en va-t-il, ici encore, pour les noyaux pervers.

    Leurs composants auront été préalablement adoptés dans et par un milieu qui se montre

    suffisamment accueillant pour délivrer un capital de confiance familière.

    Les prédations et dégâts qu'ils se mettent peu à peu à commettre

    seront longtemps tolérés et longtemps ne seront pas reconnus.

    Et bien des maux auront été commis avant que ne s'efface la marque adoptive.

     

    Pour avoir moi-même eu à éradiquer quelque élément de noyau pervers

    qui avait pourtant commis des dégâts, j'ai pu mesurer la force qu'il faut dégager

    pour se déprendre de quelqu'un que l'on avait adopté comme un familier

    (... et qui en aura, tel un coucou, usé, mésusé et abusé à son profit).

     

     

    PAUL-CLAUDE RACAMIER - LES PERVERSIONS NARCISSIQUES.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

    LE MANIPULATEUR NARCISSIQUE,

    UN MAITRE CHANTEUR REDOUTABLE.

     

     

    Le chantage affectif est une corde à l'arc du manipulateur narcissique.

    Il use à outrance de la culpabilisation pour vous maintenir prisonnière de la toile qu'il a tissée.

    Le but ?

    Assouvir son besoin de domination.

    Comédien, il endosse à merveille le rôle de la victime.

    Avec lui, la dépendance affective s'installe lentement mais sûrement.

    Une relation particulièrement toxique et destructrice qui fait beaucoup de dégâts.

    Plus vous essayez d'échapper au manipulateur narcissique,

    plus il redoublera d'efforts pour vous garder prisonnière.

    C'est simple, il n'est jamais coupable de rien.

    D'ailleurs, la victime éprouve une culpabilité écrasante

    lorsqu'elle arrive à se défaire de ce lien pervers.

    Elle a beau savoir que la fuite est la seule solution, elle ne peut s'empêcher de se sentir coupable

     

     

     

    SOURCE : la manipulation mentale perverse narcissique (page Facebook)

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

     TELLEMENT CA......

     

     

    Lorsque vous démasquez un(e) pervers(e) narcissique, très souvent,

    il est diffcile de démontrer que cette personne est manipulatrice.

     

    Même les miroirs s'y trompent....

     

     

    N'avez-vous pas remarqué que les pervers (es) narcissiques sont sociables, souriants, aimables

    avec un semblant de générosité et de bienveillance ?

    Ils savent duper leur entourage.

    Du coup, lorsque vous accusez quelqu'un d'être un(e) pervers(e) narcissique, personne ne vous croît

    car ce manipulateur hors pair anticipe et dépeint à qui veut l'entendre un portrait sombre de vous.

    Evidemment ceux qui ne côtoient pas les pervers narcissiques dans la sphère privée n'y  verront que du feu.

    L'entourage se fie au sourire, au visage angélique, aux paroles flatteuses.

    Il/elle est adorable, il/elle est un amour, il/elle m'a aidé(e), c'est mon ami(e).

     

    C'est simplement un leurre.

    Le PN séduit son entourage afin de le maintenir sous sa coupe

    et entretenir ainsi son image de personne bienveillante, aimante, chaleureuse.

    Il aime se faire plaindre. C'est un acteur/une actrice.

     

    Il/Elle sait verser de fausses larmes, gémir, retourner sa  veste.

     

    Pour vraiment les connaître, il faut creuser et surtout écouter les versions de chacune des parties.

     Les pervers narcissique

    HOMMES COMME FEMMES

    arborent un masque (celui de la sympathie) mais cela ne dure jamais bien longtemps.

    Tôt ou tard nous finissons par découvrir leur véritable visage.

     

    SOURCE : Site de "La manipulation mentale perverse narcissique"... FaceBook

     

     

     

      

    Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    POUR MIEUX COMPRENDRE FAUSTINE...

    (C'est tout à fait ça... Merci Annabelle Boyer)

     

    Parents manipulateurs narcissiques...

     

    Quand la limite est atteinte, il faut bien se dire que le manipulateur ne changera pas.

    Il est centré sur lui et le reste.

    Le parent PN reste dans un rapport d'autorité ;

    il n'a pas compris que vous avez murie, que vous avez grandie, vieillie et que le rapport est devenu égalitaire.

    Il n'a jamais franchi cette étape car il est incapable d'introspection,

    incapable de se rendre compte qu'il cause du tort.

    Il faut couper les ponts totalement.

     

    A chaque fois que vous acceptez de répondre au téléphone,

    à chaque fois que vous acceptez de vous rendre dans un repas de famille,

    à chaque fois que vous acceptez de l'aider ou de faire quelque chose pour lui,

    à chaque fois vous retombez dans le piège de la manipulation et tout reprend...

     

    Il va vous avoir à l'usure, il va essayer de vous demander des petits services

    et les parents manipulateurs sont excellents pour vous faire sentir coupable.

    L'enfant devenu adulte va culpabiliser comme si tout ce qui arrive à son parent était de sa faute.

    Il faut couper les ponts et gérer le sentiment de culpabilité qui va ressortir et rejaillir...

     

    Il faut accepter de vous couper de votre famille,

    il faut vous construire une autre famille, un autre réseau...

     

    Consolidez votre confiance en vous.

    Vos parents savent quand vous êtes dans une période de vulnérabilité, quand vous êtes fatiguée,

    Le manipulateur a trouvé le chemin pour se rendre à votre esprit.

    Il faut donc se consolider.

     

    Vous avez une force incroyable en vous et cette force a été écrasée par les phrases du manipulateur.

    Il faut arrêter les pensées inconscientes qui passent par votre esprit.

    Consolidez continuellement votre confiance en vous.

    C'est difficile quand ça vient d'un parent...

     

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    ABSENCE DE REACTION DU CONJOINT

     

    Pourquoi ?

     

     

    Le conjoint sur lequel le pervers narcissique exerce une emprise considérable,

    est pris dans une relation de soumission

    devant abandonner presque totalement sont rôle de parent,

    pour se dévouer exclusivement à celui d'époux ou d'épouse.

    L'enfant est doublement orphelin de ses parents.

    Il réalise l'impensable,

    il lui faut faire son deuil

    et surmonter l'anachronisme qu'il y a à vivre avec ceux qui sont déjà morts

    et qu'il doit déjà "enterrer".

     

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    "Des familles heureuses, des couples en harmonie, des enfants joyeux et sages...

    Voilà ce que l'on voit en apparence.

    Mais parfois, pourtant, la réalité est tout autre, car l'un des parents est un pervers narcissique.

     

     

    En fait écrire le mot "parent" et "pervers narcissique" l'un à la suite de l'autre

    est presque une insulte pour les parents dignes de ce nom.

    Un parent PN est tout sauf structurant, aimant et préoccupé par le bien être de son enfant.

    Même s'il l'est en apparence, ce n'est que pour mieux le manipuler et le rendre redevable et dépendant.

    Le parent PN considère son enfant comme un objet qui peut servir ses intérêts et son image sociale.

    Il est incapable de considérer que son enfant a des désirs, des émotions et des besoins qui lui sont propres.

    Il considère son enfant comme une propriété sur laquelle il a tous les droits.

    Tant que son enfant fait ce qu'il considère comme bien, il est adulé.

    Si, par hasard, son enfant se distancie en s'affirmant, il le rejette.

    C'est systématique.

    Le parent PN est incapable d'aimer son enfant de façon inconditionnelle.

    Il le culpabilise, fait du chantage affectif, ne prend aucune responsabilité et rejette la faute sur les autres.

    Comme son parent le culpabilise, le rend responsable de tous les maux qui touchent la famille,

    lui fait du chantage, lui fait comprendre que les besoins de son parent sont prioritaires,

    l'enfant pense que tout est de sa faute. 

    L'enfant, jusqu'au moment où sa conscience se réveille,

    est incapable de remettre en cause les comportements et attitudes de son parent toxique.

    De plus, il vit là-dedans depuis tout petit, alors il considère que c'est sa normalité.

    Il ne sait pas qu'ailleurs c'est différent : plus aimant, plus bienveillant, plus sain.

     

    Comme il est en quête de l'amour inconditionnel de son parent,

    il se pliera à ses exigences et se coupera de ses émotions, de ses désirs et de ses besoins.

    Il est, en quelque sorte, coupé de lui-même, de son identité".

     

     

     

    Extrait du livre "Survivre aux parents toxiques"

    de Julie Arcoulin chez City Editions.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    Un être sous emprise le sait il ?

     

     

    "Un individu sous emprise n'a plus de centre de gravité,

    il a perdu toute possibilité de ce rapport qui le renverrait à lui-même et l'aiderait à se réinterroger.

    Le plus souvent donc, il ne le sait pas.

    C'est un événement intérieur qui le lui révèle en commençant à fissurer la belle apparence...

     

    Au fond ce que fait de pire le pervers, c'est de fausser le rapport de l'autre à soi-même,

    à sa boussole interne, à son intuition juste.

    Ce qui est bon ou mauvais pour elles, ces personnes ne le savent plus".

     

    "ANNE DUFOURMANTELLE"

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Le pervers, par ses attaques paradoxales répétées,

    nous conduit vers la folie.

    La violence, la dépression et la dépersonnalisation sont des mécanismes de réponse à ses attaques.

     

     

    La violence est une tentative d'expulsion de la toxicité du pervers.

    La dépression est un retournement sur soi de cette violence

    que bien souvent l'on ne peut retourner contre son bourreau par crainte de représailles ou d'abandon.

    La dépersonnalisation est une tentative d'évitement du conflit.

    La dépersonnalisation et l'état de stress post-traumatique sont des symptômes majeurs des victimes de pervers.

     

    SOURCE : Les pervers narcissiques - jean charles Bouchoux.

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    "Le narcisse a absolument besoin d'apparaître en grand chevalier blanc".

     

     

     

     

     

    Si l'autre ne se rebelle pas, ne cherche pas à avoir un univers propre, il sera assez généreux, assez prodigue.

    Mais si il y a rebellion ou qu'il est démasqué, la rétorsion est terrifiante.

    C'est la raison pour laquelle souvent leurs victimes ne bougent pas.

    Elles ont vraiment peur et la plupart du temps n'en ont pas même conscience.

    L'emprise est en partie construite sur une patiente dévalorisation, un vrai travail arachnéen.

    Ces êtres attaquent directement chez l'autre ses zones de peur,

    de fragilité, d'angoisse, de manque de confiance.

    Ils les pilonnent systématiquement par des petites phrases assassines

    et des humiliations continuelles et très socialement invisibles.

    Ces êtres peuvent être galants et généreux en société et se révéler odieux en privé.

    Si les victimes  se révoltent, ils prendront appui sur l'entourage.

    Leur fausse empathie se présente toujours sous l'angle de la bienveillance.

    Ces hommes ou ces femmes là ne se posent qu'en victimes.

    S'il y a conflit c'est la faute de l'autre. Et tout est constamment retourné en son contraire".

     

    "ANNE DUFOURMANTEL"

    "Se Trouver"

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    Bénéfices d'une analyse pour les victimes de Pervers Narcissiques

     

     

     

    "En fonctionnant comme un mini laboratoire

    où l'on peut revivre des émotions originaires et reprendre le fil là où il s'est trouvé rompu,

    une analyse peut permettre d'éprouver le lien vivant possible, non manipulateur et non destructeur à l'autre.

    Rien que ça c'est beaucoup.

    L'une des caractéristiques des êtres sous emprise, c'est d'avoir été habitués à être dans une dépendance totale.

    Imaginer s'en sortir seul, c'est le bout du monde !

    Déjà pour le névrosé moyen ce n'est pas toujours évident,

    mais là, c'est vraiment une langue étrangère pour eux,

    puisque l'accès à leur boussole intérieure est obstrué et leur estime de soi, démolie.

    Un psy qui est un peu dans le pouvoir peut d'ailleurs facilement devenir leur gourou.

    Dans le meilleur des cas, l'analyse peut les aider à faire confiance en leur capacité à se diriger dans la vie.

      Le pire maître auquel ils ont affaire dans leur vie

    est d'abord celui dont ils soutiennent le régime sadique en eux mêmes"...

     

    ANNE DUFOURMANTELLE

    "Se Trouver".

     

    Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

    Toute la difficulté pour l'enfant confronté à une mère perverse narcissique réside dans un paradoxe ;

    sa souffrance est d'autant plus gigantesque que tous les signes extérieurs de son développement

    ne laissent transparaître aucune faille,

    aucune souffrance, mais renverrait même l'image d'une famille quasi parfaite

    dans laquelle l'enfant se développe et grandit dans l'harmonie sans jamais poser de problème.

    Par conséquent cet enfant n'a aucun moyen direct de crier son malaise,

    aucune accroche possible dans cette illusion d'harmonie et cette réalité factice,

    aucune place pour une quelconque révolte : le piège est bien ficelé, l'image renvoyée est lisse,

    socialement correcte.

    C'est un peu comme avoir un révolver braqué dans le dos et être obligé de faire bonne figure

    pour que celui qui le pointe tire.

     

     

     

    ETRE L'ENFANT D'UNE MERE PERVERSE NARCISSIQUE

     

     

     

     

    - Isolement et solitude

    Le pervers narcissique vit avec son enfant mais ne partage rien,

    sécheresse affective absolue, un gouffre infini les sépare.

    La plaie de l'enfant est à l'intérieur comme sa solitude.

    Que sa mère soit donc rassurée pour l'heure tout semble normal.

    Un dernier aspect du sentiment d'isolement est directement lié à l'autre parent, le conjoint,

    sur lequel le PN exerce une emprise considérable.

     

    SENTIMENT CHEZ L'ENFANT :

     

    - Affirmation de soi très délicate :

    il sait qu'il doit se glisser dans le costume étroit qu'on a confectionné pour lui, sinon il deviendra un étranger.

    Il n'y a pas d'espace pour la contestation, qui serait immédiatement étouffée et violemment réprimée.

    La discrète mais réelle dictature ambiante ne laisse évidemment pas de place à la discussion

    à l'échange de points de vue différents puisque rien ne doit risquer de menacer l'ordre établi.

    L'enfant ne s'oppose pas de front au PN,

     il se réfugie souvent dans le silence ce qui lui vaut alors d'être défini comme un enfant sage et bien élevé.

     

    POURQUOI JE REPOUSSAIS MES PARENTS

    L'enfant dans sa famille témoigne d'une raideur forte vis-à-vis du contact physique.

    Les rares étreintes avec le parent ne sont pas chaleureuses,

    comme si l'enfant se préservait de manière inconsciente d'une dangereuse contamination.

     

    SOURCE : Yvonne Poncet-Bonnissol.

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    "La Perversion Narcissique n'est pas une relation normale.

    C'est un mécanisme qui cherche à détruire l'autre, à le rabaisser, à le faire souffrir, à le rendre fou.

    Vous êtes le médicament de cette personne.

    Il ne supporte pas son conflit intérieur".

     

     

     

    "Quand vous êtes pris sous le feu nourri de quelqu'un de fou,

    vous n'arrivez pas à faire le point, à comprendre ce qui vous arrive et vous vous laissez faire.

      Le livre leur fait comprendre, il se passe ça et ça, leur explique comment s'en sortir...

    C'est donc montrer  à ces personnes qu'elles ne sont pas folles,

    que ce qu'elles vivent existe bien et que c'est insupportable.

    Le Pervers Narcissique est proche de la schizophrénie .

    Vous ne satisferez jamais cette personne."

     

     

    JEAN CHARLES BOUCHOUX

     

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique