•  

    "Des familles heureuses, des couples en harmonie, des enfants joyeux et sages...

    Voilà ce que l'on voit en apparence.

    Mais parfois, pourtant, la réalité est tout autre, car l'un des parents est un pervers narcissique.

     

     

    En fait écrire le mot "parent" et "pervers narcissique" l'un à la suite de l'autre

    est presque une insulte pour les parents dignes de ce nom.

    Un parent PN est tout sauf structurant, aimant et préoccupé par le bien être de son enfant.

    Même s'il l'est en apparence, ce n'est que pour mieux le manipuler et le rendre redevable et dépendant.

    Le parent PN considère son enfant comme un objet qui peut servir ses intérêts et son image sociale.

    Il est incapable de considérer que son enfant a des désirs, des émotions et des besoins qui lui sont propres.

    Il considère son enfant comme une propriété sur laquelle il a tous les droits.

    Tant que son enfant fait ce qu'il considère comme bien, il est adulé.

    Si, par hasard, son enfant se distancie en s'affirmant, il le rejette.

    C'est systématique.

    Le parent PN est incapable d'aimer son enfant de façon inconditionnelle.

    Il le culpabilise, fait du chantage affectif, ne prend aucune responsabilité et rejette la faute sur les autres.

    Comme son parent le culpabilise, le rend responsable de tous les maux qui touchent la famille,

    lui fait du chantage, lui fait comprendre que les besoins de son parent sont prioritaires,

    l'enfant pense que tout est de sa faute. 

    L'enfant, jusqu'au moment où sa conscience se réveille,

    est incapable de remettre en cause les comportements et attitudes de son parent toxique.

    De plus, il vit là-dedans depuis tout petit, alors il considère que c'est sa normalité.

    Il ne sait pas qu'ailleurs c'est différent : plus aimant, plus bienveillant, plus sain.

     

    Comme il est en quête de l'amour inconditionnel de son parent,

    il se pliera à ses exigences et se coupera de ses émotions, de ses désirs et de ses besoins.

    Il est, en quelque sorte, coupé de lui-même, de son identité".

     

     

     

    Extrait du livre "Survivre aux parents toxiques"

    de Julie Arcoulin chez City Editions.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    Un être sous emprise le sait il ?

     

     

    "Un individu sous emprise n'a plus de centre de gravité,

    il a perdu toute possibilité de ce rapport qui le renverrait à lui-même et l'aiderait à se réinterroger.

    Le plus souvent donc, il ne le sait pas.

    C'est un événement intérieur qui le lui révèle en commençant à fissurer la belle apparence...

     

    Au fond ce que fait de pire le pervers, c'est de fausser le rapport de l'autre à soi-même,

    à sa boussole interne, à son intuition juste.

    Ce qui est bon ou mauvais pour elles, ces personnes ne le savent plus".

     

    "ANNE DUFOURMANTELLE"

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Le pervers, par ses attaques paradoxales répétées,

    nous conduit vers la folie.

    La violence, la dépression et la dépersonnalisation sont des mécanismes de réponse à ses attaques.

     

     

    La violence est une tentative d'expulsion de la toxicité du pervers.

    La dépression est un retournement sur soi de cette violence

    que bien souvent l'on ne peut retourner contre son bourreau par crainte de représailles ou d'abandon.

    La dépersonnalisation est une tentative d'évitement du conflit.

    La dépersonnalisation et l'état de stress post-traumatique sont des symptômes majeurs des victimes de pervers.

     

    SOURCE : Les pervers narcissiques - jean charles Bouchoux.

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    "Le narcisse a absolument besoin d'apparaître en grand chevalier blanc".

     

     

     

     

     

    Si l'autre ne se rebelle pas, ne cherche pas à avoir un univers propre, il sera assez généreux, assez prodigue.

    Mais si il y a rebellion ou qu'il est démasqué, la rétorsion est terrifiante.

    C'est la raison pour laquelle souvent leurs victimes ne bougent pas.

    Elles ont vraiment peur et la plupart du temps n'en ont pas même conscience.

    L'emprise est en partie construite sur une patiente dévalorisation, un vrai travail arachnéen.

    Ces êtres attaquent directement chez l'autre ses zones de peur,

    de fragilité, d'angoisse, de manque de confiance.

    Ils les pilonnent systématiquement par des petites phrases assassines

    et des humiliations continuelles et très socialement invisibles.

    Ces êtres peuvent être galants et généreux en société et se révéler odieux en privé.

    Si les victimes  se révoltent, ils prendront appui sur l'entourage.

    Leur fausse empathie se présente toujours sous l'angle de la bienveillance.

    Ces hommes ou ces femmes là ne se posent qu'en victimes.

    S'il y a conflit c'est la faute de l'autre. Et tout est constamment retourné en son contraire".

     

    "ANNE DUFOURMANTEL"

    "Se Trouver"

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    Bénéfices d'une analyse pour les victimes de Pervers Narcissiques

     

     

     

    "En fonctionnant comme un mini laboratoire

    où l'on peut revivre des émotions originaires et reprendre le fil là où il s'est trouvé rompu,

    une analyse peut permettre d'éprouver le lien vivant possible, non manipulateur et non destructeur à l'autre.

    Rien que ça c'est beaucoup.

    L'une des caractéristiques des êtres sous emprise, c'est d'avoir été habitués à être dans une dépendance totale.

    Imaginer s'en sortir seul, c'est le bout du monde !

    Déjà pour le névrosé moyen ce n'est pas toujours évident,

    mais là, c'est vraiment une langue étrangère pour eux,

    puisque l'accès à leur boussole intérieure est obstrué et leur estime de soi, démolie.

    Un psy qui est un peu dans le pouvoir peut d'ailleurs facilement devenir leur gourou.

    Dans le meilleur des cas, l'analyse peut les aider à faire confiance en leur capacité à se diriger dans la vie.

      Le pire maître auquel ils ont affaire dans leur vie

    est d'abord celui dont ils soutiennent le régime sadique en eux mêmes"...

     

    ANNE DUFOURMANTELLE

    "Se Trouver".

     

    Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

    Toute la difficulté pour l'enfant confronté à une mère perverse narcissique réside dans un paradoxe ;

    sa souffrance est d'autant plus gigantesque que tous les signes extérieurs de son développement

    ne laissent transparaître aucune faille,

    aucune souffrance, mais renverrait même l'image d'une famille quasi parfaite

    dans laquelle l'enfant se développe et grandit dans l'harmonie sans jamais poser de problème.

    Par conséquent cet enfant n'a aucun moyen direct de crier son malaise,

    aucune accroche possible dans cette illusion d'harmonie et cette réalité factice,

    aucune place pour une quelconque révolte : le piège est bien ficelé, l'image renvoyée est lisse,

    socialement correcte.

    C'est un peu comme avoir un révolver braqué dans le dos et être obligé de faire bonne figure

    pour que celui qui le pointe tire.

     

     

     

    ETRE L'ENFANT D'UNE MERE PERVERSE NARCISSIQUE

     

     

     

     

    - Isolement et solitude

    Le pervers narcissique vit avec son enfant mais ne partage rien,

    sécheresse affective absolue, un gouffre infini les sépare.

    La plaie de l'enfant est à l'intérieur comme sa solitude.

    Que sa mère soit donc rassurée pour l'heure tout semble normal.

    Un dernier aspect du sentiment d'isolement est directement lié à l'autre parent, le conjoint,

    sur lequel le PN exerce une emprise considérable.

     

    SENTIMENT CHEZ L'ENFANT :

     

    - Affirmation de soi très délicate :

    il sait qu'il doit se glisser dans le costume étroit qu'on a confectionné pour lui, sinon il deviendra un étranger.

    Il n'y a pas d'espace pour la contestation, qui serait immédiatement étouffée et violemment réprimée.

    La discrète mais réelle dictature ambiante ne laisse évidemment pas de place à la discussion

    à l'échange de points de vue différents puisque rien ne doit risquer de menacer l'ordre établi.

    L'enfant ne s'oppose pas de front au PN,

     il se réfugie souvent dans le silence ce qui lui vaut alors d'être défini comme un enfant sage et bien élevé.

     

    POURQUOI JE REPOUSSAIS MES PARENTS

    L'enfant dans sa famille témoigne d'une raideur forte vis-à-vis du contact physique.

    Les rares étreintes avec le parent ne sont pas chaleureuses,

    comme si l'enfant se préservait de manière inconsciente d'une dangereuse contamination.

     

    SOURCE : Yvonne Poncet-Bonnissol.

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    "La Perversion Narcissique n'est pas une relation normale.

    C'est un mécanisme qui cherche à détruire l'autre, à le rabaisser, à le faire souffrir, à le rendre fou.

    Vous êtes le médicament de cette personne.

    Il ne supporte pas son conflit intérieur".

     

     

     

    "Quand vous êtes pris sous le feu nourri de quelqu'un de fou,

    vous n'arrivez pas à faire le point, à comprendre ce qui vous arrive et vous vous laissez faire.

      Le livre leur fait comprendre, il se passe ça et ça, leur explique comment s'en sortir...

    C'est donc montrer  à ces personnes qu'elles ne sont pas folles,

    que ce qu'elles vivent existe bien et que c'est insupportable.

    Le Pervers Narcissique est proche de la schizophrénie .

    Vous ne satisferez jamais cette personne."

     

     

    JEAN CHARLES BOUCHOUX

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Se faire déposséder d'années de sa vie par le Pervers Narcissique est déjà monstrueux à assimiler,

    mais l'hémorragie qui peut suivre sera des plus terribles.

     

     

    Comment obtenir de l'aide lorsque tout le monde connaît ce que vous qualifiez de monstre

    comme un être super sympa, l'ami indispensable, le collègue amusant, la mère parfaite...

    C'est quasiment impossible au risque de passer pour fou aux yeux  de tous

    avec un isolement social comme psychologique absolument terrifiant.

     

    Pin It

    votre commentaire
  • La Perversion Narcissique dans le couple,

    La Perversion Narcissique sur l'enfant,

    La Perversion Narcissique au travail....

     

     


    2 commentaires
  •  

     

    Jean-Charles BOUCHOUX, psychanalyste et écrivain,

    auteur de "Les Pervers Narcissiques - Qui sont-ils ? Comment fonctionnent-ils ? Comment leur échapper ?",

    aux éditions Pocket, répond et nous donne quelques pistes pour aider les victimes.

     

     

     

    Qu'est ce qu'un pervers narcissique ?

    Une pervers narcissique, c'est quelqu'un qui emploie massivement des mécanismes pervers narcissiques,

    c'est quelqu'un qui est malade, proche de la schizophrénie.

    Pour ne pas décompenser en schizophrénie, il va créer une relation bizarre avec quelqu'un, appelée la victime.

     

    Ce qui lui fait peur, c'est de se couper en deux,

    comme le docteur Jekyll et M Hyde qui en fait est une seule personne.

    Il va créer une relation fusionnelle avec quelqu'un

    et dans la relation, il va dire "je suis le docteur Jekyll et tu es mister Hyde."

    Il rentre dans un processus très particulier avec des mécanismes très précis.

    On retrouve toujours les mêmes mécanismes d'isolement de la victime, de collage à la victime,

    de critique incessante qui a commencé par de la séduction.

    Il va tenter de faire porter à l'autre sa propre pathologie.

    En clair, il va rendre l'autre fou à sa place.

     

     

    Qui est pervers narcissique ?

    C'est le conjoint, c'est le parent, c'est l'employeur.

    Il y a besoin d'une relation très proche.

     

     

    Un pervers narcissique peut-il changer ?

    Non, on ne soignera pas un pervers narcissique

    puisque pour soigner quelqu'un, il faut qu'il ait envie de s'en sortir.

    Le pervers narcissique n'est pas malade dans sont esprit

    donc il ne veut pas se soigner donc on ne peut pas le soigner.

     

     

    Comment aider les victimes des pervers narcissiques ?

    Pourquoi sont elles restées ?

    Souvent les victimes des pervers narcissiques restent

    parce qu'elles ont le sentiment qu'elles vont réussir à soigner l'autre, à le changer.

    Mais c'est un fantasme. Et dans ce fantasme, on trouve un désir de toute puissance

    "Ah si j'étais capable de soigner l'autre".

    Ce sont souvent des personnes qui ont un grand cœur et qui font des choses pour aider sincèrement l'autre.

    Mais une fois qu'on a compris comment le pervers narcissique fonctionne,

    on a tout intérêt à partir, à mettre un maximum de distance même si c'est difficile.

    L'idée c'est que le sujet ne devienne plus le pervers narcissique mais la victime :

    quel est votre objectif de vie ? Qu'est ce que vous désirez dans la vie ?

    Où est ce que vous souhaitez aller ? Pourquoi avez vous eu besoin de rencontrer une personne comme ça ?

    Qu'est-il venu vous montrer ?

    Quand il y a une répétition,

    c'est souvent qu'il y a quelque chose de l'enfance qui se rejoue et qui se rejouera encore,

    donc on a tout intérêt à faire un travail sur soi quand on a été victime d'un pervers narcissique.

     

    Comment retrouver l'estime de soi après avoir été victime ?

    En se regardant dans la glace !

    Nos pères nous le crient depuis 2000 ans : "connais toi toi-même !".

    C'est en se rencontrant soi-même que l'on n'est plus victime

    parce qu'un pervers narcissique nous reproche d'être nul, qu'on ne vaut rien...

    Il faut réussir à ne pas être blessé par les critiques malveillantes des autres.

    Un pervers narcissique ne blesse que si on lui attribue la force et la capacité de dire ce que nous sommes.

    Nous serons des victimes potentielles tant que nous aurons besoin de l'autre pour certifier notre image.

     

    INTERVIEW  ACCORDEE AU JOURNAL "MARIE CLAIRE"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    "Le lien devient ligature"

    PAUL RACAMIER

     

     

     

    La perversion narcissique résulte d'une captation narcissique

    (enfermement de l'enfant dans le lien d'extrême dépendance, voir d'identité,

    que l'enfant forme avec sa mère, voir plus indirectement avec son père).

     

    Si cette fusion est nécessaire dans les premiers moments de la vie,

    elle  est amenée à se dissiper pour permettre à l'enfant de réussir une séparation

     et ainsi accéder à son devenir d'homme.

    Il ne deviendra un sujet qu'en se séparant psychiquement, ce qui constitue sa seconde naissance.

     

    A défaut de cette séparation,

    si l'enfant a été retenu, amalgamé aux désirs de ses parents, c'est à dire utilisé par eux, l'issu est dramatique.

    L'enfant expulsé dans la vie, privé d'une assise psychique est comme emputé de sa propre origine ;

    il tentera alors de la fonder, d'en être le créateur

    (en psychanalyse : fantasme d'auto engendrement).

     

    Deux issues (folies) :

    - Perversion narcissique - manipulation de la réalité et d'autrui

    - Psychose - perte du sens de la réalité (échec profond de l'élaboration du moi).

     

     

    Pourquoi le pervers utilise t-il autrui et comment se représente t-il autrui ?

     

    Certainement pas comme un semblable mais comme une proie.

    Il se nourrit de la vie des autres, absorbe leur vitalité,

    dévitalise tous les liens possibles,

    ne supporte pas que ça vive et que ça jouisse en dehors de lui.

    Il renforce sa puissance et de se donner une jouissance par l'exercice de l'emprise.

    Il ne lâche pas sa proie, il veut sa peau.

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    "Il ne s'agit pas d'une maladie mentale.

    C'est une structure, une organisation de personnalité.

    Elle touche principalement des personnes qui ont des troubles psycho traumatiques de départ.

    C'est-à-dire qu'elles ont vécu des violences ou elles ont été témoins de violences extrêmes

    dans le cadre de leur univers familial.

    La Perversion narcissique est elle une maladie mentale ?

    Mais ensuite, elles choisissent de se traiter en attaquant les victimes et en instrumentalisant autrui.

    Elles sont conscientes et leurs actions sont intentionnelles.

    Tout est construit avec une préméditation tellement incroyable que les victimes ont du mal à y croire".

     

    Docteur Muriel Salmona, psychiatre-psycho traumatologue.

     

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique