•  

     

     

    Mon ami(e) ne me rappelle pas, est-il en train de me rejeter ?

    Mon dernier travail n'est pas parfait, suis je compétente ?

    Ceux d'entre vous qui ont des angoisses d'abandon, de rejet ou d'incompétence se reconnaitront peut-être.

    Au lieu de porter sur vous un jugement négatif,

    prenez le temps d'accepter ces angoisses,

    elles sont normales et font partie de nous, de notre passé....

     

     

    Abandon, Rejet, Incompétence....

     

     

    Si vous avez peur d'être abandonnée, c'est probablement que vous avez vécu l'abandon

      mais que vous êtes aussi capable de donner beaucoup d'affection.

     

    Si vous avez peur d'être rejeté,

    c'est aussi probablement parce que vous accordez beaucoup d'importance aux liens qui vous relient aux autres

    et vous êtes surement quelqu'un qui favorise leur insertion dans les groupes.

     

    Si vous avez peur d'être incompétente,

    c'est probablement que vous êtes rigoureuse et cherchez à faire du bon travail.

     

    FREDERIC FANGET.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    Le syndrome d'abandon ou abandonnisme

     

    est un état psychologique de sentiment d'insécurité permanente lié à une peur irrationnelle d'être abandonné.

    La personne qui souffre d'un état d'abandonnisme est en demande d'affection pour combler un manque originel.

    Le sentiment d'abandon n'est pas une émotion et il peut être plus ou moins bien supporté suivant la personne.

     

    Le syndrome d'abandon

     

    Mais ce sont le renoncement à soi-même et le repli sur soi-même qui prédomine avant tout.

    La personne qui éprouve le sentiment d'abandon va se sentir "mise à l'écart", autant dire indigne.

    L'abandonné ressent aussi souvent de la culpabilité et un grand sentiment de dévalorisation de lui-même.

     

    Le sentiment d'abandon se traduit par toutes sortes de manifestations,

    repli sur Soi, dépression, conduites d'anxiété, agressivité, automutilation,

    sentiments d'injustice, d'impuissance et d'insécurité, car le souvenir d'un abandon mal vécu,

    non surmonté ou trop vite refoulé dans la petite enfance a des répercussions dans l'âge adulte,

    il peut amener à une dépendance extrême et infantilisante.

     

    Inutile de chercher à l'extérieur ce qui vous manque à l'intérieur.

    Vous cherchez éperdument à compenser le manque de nourriture affective

    en essayant de puiser ou de soutirer aux autres des bribes d'affection.

    Guérir du syndrome d'abandon est complexe et doit être étudié au cas par cas,

    même s'il coéxiste des généralités de comportements.

     

     

     

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    Chez certaines personnes particulièrement vulnérables,

    le sentiment d'abandon s'impose tel un véritable handicap.

    Vécu comme une torture, il se répercute de l'imaginaire sur le réel,

    à travers des conduites d'échecs ou des difficultés :

    ex : Refus inexplicable d'accomplir ce qui, dans un temps précédent, était source de défis heureux...

     

     

    Parfois bien invalidant....

     

     

    Le sentiment d'abandon se traduit par toutes sortes de manifestations ;

    Repli sur soi, dépression, anxiété, agressivité, automutilation...

    Car le sentiment d'un abandon mal vécu, non surmonté ou trop vite refoulé dans la petite enfance

    a des répercussions dans l'âge adulte ;

    Il peut amener à une dépendance extrême et infantilisante....

     

     

    Exactement ce que l'on vit... FAUSTINE.

     

     

     

    SOURCE : Extrait sur le NET

     

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

    L'abandonnique n'a pas acquis le sentiment de sa propre valeur.

    Il doute de susciter amour et sympathie.

     

    L'abandonnique

     

    Cette non valorisation le maintient dans un état d'insécurité intérieure profond et l'inhibe.

    Il se sent exclu. Du même coup, il a tendance à survaloriser l'autre de manière radicale.

    Il slalome entre angoisses, désirs avortés, doutes, anticipant les coups à venir.

    Pour lui, le monde est parsemé d'embûches, inquiétant, suspect, désespérant.

    Il craint de décevoir, de déplaire, de lasser.

     

    Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    "Au secours, aimez moi"

    ainsi pourrait se résumer ce que ressent en permanence

    un adulte souffrant de syndrome abandonnique.

     

    Le syndrome abandonique

     

    Trouvant naissance dans la petite enfance, voire dans la vie fœtale,

    le syndrome abandonnique se construit à la suite d'une sentiment d'abandon réellement vécu

    dans un passé dont l'adulte n'a parfois plus conscience.

    Souffrant d'une insécurité affective constante, l'adulte aura toujours peur,

    consciemment ou inconsciemment, de voir cet abandon se répéter.

     

    On peut constater, entre autre,

    des réactions de repli profond sur soi-même,  des angoisses répétées,

    des signes de la dépression et une agressivité réactionnelle en réponse à un cri intérieur et dévastateur :

    "je ne suis pas aimée parce que je ne suis pas aimable"

    au sens que l'autre n'a pas de raisons suffisantes de m'aimer car je n'en suis pas digne.

     

    Comment réagir quand on souffre de ce qu'on nomme aussi "l'abandonnite" ?

    En prendre conscience est le premier pas vers la recherche de ce qui l'a déclenché.

    Il est parfois difficile de faire le travail seule et on ne saurait que trop mettre en avant

    la nécessité d'un travail thérapeutique analytique

    afin de dénouer les fils de cette souffrance envahissante et oppressante.

     

    "Au secours, aimez-moi", résonnant comme un "Au secours, je ne m'aime pas." 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Trouble mental pouvant toucher l'enfant, l'adulte et le vieillard

    et provoqué par l'absence ou la disparition d'un lien affectif ou matériel considéré comme essentiel à la vie.

    L'état psychique de l'abandonnique est dominé par l'angoisse de l'abandon.

     

     

    L'abandonique - définition.

     

    Il se sent ou se croit abandonné sans l'être réellement.

    C'est souvent un état chronique remontant à l'enfance qui a perturbé le caractère et le comportement

    et qui devient tout à coup plus difficile à supporter par suite de la réactivation de l'angoisse initiale

    par une circonstance extérieure.

     

    L'enfant souffrant d'angoisse d'abandon risque de devenir un adulte abandonnique

    s'il n'a pas été aidé dans son enfance.

    "Toute frustration éveille la blessure initiale".

    Le sentiment de manque apparaît très vite après une frustration qui déclenche une crise.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Le cadre thérapeutique sera attaqué de toutes les manières,

    car il s'agit bien pour lui de tester le lien,

    la solidité du thérapeute, sa ténacité, sa sincérité, sa capacité à être là.

    Nourrir le lien, maintenir le contact ici et maintenant avec le patient,

    le soutenir dans la difficile épreuve de la séparation et de l'absence

    est certainement la posture thérapeutique la plus appropriée.

     

    L'abandonique et la thérapie.

    "Ceci explique cela" 

     

    Dans la relation thérapeutique, le transfert est une étape fondamentale.

    Le thérapeute s'efforce de limiter le transfert.

    Il pourra grâce au contre transfert identifier les sentiments de colère, de rejet, de lassitude.

     

    Le thérapeute est un objet nouveau et essentiel

    sur lequel se cristallisent l'attente et l'avidité affective de l'abandonnique.

    Il devra rester attentif, respectueux, chaleureux, cultiver la patience, prendre soin de la relation.

     

    La relation thérapeutique constitue pour le patient abandonnique,

    l'expérience extraordinaire d'une relation stable.

    Il se sent accepté, compris, souvent pour la première fois de sa vie. 

     

    -----------------------------------------

     

    SOURCES : Paysages et visages de l'abandonnique par Nadia About,

    infirmière et membre de la Sté française de Gestalt.

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Une personne souffrant "d'abandonnite", 

    (et le plus souvent occultée donc non reconnue et ressentie pour ce qu'elle est),

    cache  au tréfonds d'elle même, une violente colère liée à ce qui a été vécue dans le passé ;

     

    L'abandonite

     

    En surface, le raisonnement, la logique du "bien penser", l'éducation,

    voire les thérapies qui façonnent la pensée

    et amènent la personne à la conclusion que "tout cela n'est que du passé et doit être oublié".

    A cela près qu'entre le tréfonds et la surface apparaît une forte tension

    qui produit un profond mal-être et une grande souffrance.

    Afin de survivre, la victime tente de minimiser l'événement et la portée de celui ci par son mental ;

    ce faisant, elle essaie en quelque sorte de "normaliser" cet évènement,

    de le rendre acceptable et de pardonner.

    Son mental va ainsi la conduire à vivre en faisant tout pour plaire à l'autre,

    être accepté par lui et même en être aimé.

    L'abandonné désir en effet retrouver sa place dans le clan, appartenir de nouveau à son milieu.

    La victime qui n'est pas reconnue pour ce qu'elle est vraiment,

    met en place un système de survie allant dans le sens de ce qu'elle pense que son bourreau désire.

    Ce faisant elle abandonne à son tour ce qu'elle est.

     

     

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    Un abandon peut être aussi ressenti comme tel sans qu'il y ait eu de réel abandon.

    Cela signifie qu'il n'est pas nécessaire d'avoir été éloigné physiquement de ses parents pour ressentir l'abandon.

    Un enfant a en effet besoin d'amour afin de grandir de façon harmonieuse.

    Or, seul un amour inconditionnel peut renforcer chez lui le sentiment d'exister par lui même

    et par voie de conséquence le sentiment d'être une personne importante et qui a de la valeur.

     

     

     

     

     

     

     

    Un enfant qui ne fait pas l'objet de violences physiques, s'il est régulièrement rabaissé,

    va développer le sentiment qu'il n'a aucune valeur et qu'on ne peut pas l'aimer :

    il est à ce point "nul".

     Dans ce cas il n'existe pas de mauvais traitements physiques  à proprement parler,

    mais les sévices psychiques sont intenses.

    Tous ces actes commis à l'encontre de l'enfant

    l'amènent à se sentir sans valeur et à se dévaloriser à son tour :

    il se convainc non seulement qu'il est un être sans importance,

    mais également qu'il est un être taré, limité, voire nuisible

     

    Daniel Dufour.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  

     

    LA BLESSURE D'ABANDON

     

    Chacun sait que donner la peur à un enfant revient à cacher un serpent dans sa poche.

    Or on distille la peur, goutte à goutte, jour après jour, année après année.

    C'est une peur souterraine, souvent inconsciente, qui touche les fibres les plus profondes de l'enfant, puis de l'adolescent, puis de l'adulte.

    Qu'arrive-t-il si un enfant à l'impression que sa mère lui retire son amour ?

    C'est la situation la plus profondément angoissante pour lui (même s'il ne s'en rend pas compte consciemment).

    L'angoisse la plus grande qui puisse saisir un enfant vient de la sensation d'être abandonné,

    donc de perdre toute sécurité

     Il ne s'agit pas ici d'abandon physique mais d'abandon psychologique, infiniment plus profond et plus grave.

     

     

    L'abandon

     

     

     

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique