•  

     

     

     

    Relisez cet article quand vous n'aurez pas le moral.

     

     

    * Vous représentez forcément quelque chose pour une personne de votre entourage.

     

    * Votre sourire peut rendre quelqu'un heureux même s'il ne vous connaît pas.

     

    * Chaque soir, quelqu'un pense à vous avant de s'endormir.

     

    * Si quelqu'un semble vous haïr, très souvent, c'est seulement pace qu'il veut vous ressembler.

     

    * En moyenne, au moins douze personnes que vous connaissez vous aiment à leur manière.

     

    * Même quand vous faites la plus grosse erreur de votre vie, quelque chose de bon en ressortira.

     

    * Lorsque vous sentez que le monde se braque contre vous, essayez de regarder les choses

    avec  un nouveau regard et vous comprendrez que ce n'est tout simplement pas le cas.

     

    * Si une nouvelle opportunité apparaît, prenez la ;

    et si toute votre vie change à cause de cela, laissez la se produire.

     

    * Personne n'a dit que la vie allait être facile, mais on peut vous promettre qu'elle vaut le coup.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  •  

     

    Le courage de choisir

      

     

    Il faut avoir le courage de changer ce qui ne va pas dans sa vie.

    Prendre des décisions.

    Aller contre soi-même si nécessaire.

    Contre la facilité, les habitudes.

    Ecouter la voix de sa conscience.

    Peser le pour et le contre.

    Se souvenir que tout choix implique un renoncement, et que vivre, c'est choisir.

    Puis lorsqu'on a bien réfléchi,

    marcher d'un pas sûr vers ce qui nous rendre plus heureux.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Plus nous avons des attentes envers les autres et plus nous risquons d'être déçus...

     

     

    Pour parler d'amitié....

     

     

    Si nous attendons que les autres nous aiment, nous admirent, prennent soin de nous et nous respectent,

    nous risquons d'attendre longtemps.

    Mais  si vous vous aimez, si vous vous donnez toute l'attention dont vous avez besoin,

    si vous êtes fier de ce que vous êtes et de ce que vous faites,

    alors vous n'aurez plus besoin d'attendre que les autres le fassent à votre place.

     

    Chaque fois que vous avez des attentes envers quelqu'un, 

    c'est le signe qu'il y a un besoin en vous que vous ne comblez pas vous-mêmes :

    vous attendez que quelqu'un le comble pour vous...

     

    Quand vous apprenez à vous donner vous-même ce que vous demandez aux autres,

    ce que vous attendez des autres,

    une grande liberté apparaît dans votre vie.

     

    Vivre sans attente est une forme de liberté majestueuse !

    Plus vous répondrez vous-même à vos propres besoins, plus votre estime de vous augmentera

    et plus vos besoins seront comblés, par la personne la plus importante de votre vie :

    VOUS.

     

     

    Extrait du livre "Apprendre à s'aimer, un jour à la fois"

    DIANE GAGNON.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  •  

    Il est rare que nous écoutions vraiment.

    Nous attendons plutôt poliment notre tour de prendre la parole en préparant notre intervention.

     

     

    Ecouter vrai....

     

     

    Ce sont des monologues qui s'enchainent .

    Il n'y a pas de rencontre

    et c'est ce qui explique qu'il y ait si peu de conversations nourrissantes, stimulantes, énergisantes :

    nous ne parlons pas vrai. Nous nous croisons. Nous nous manquons.

    C'est là le manque fondamental dont nous souffrons tant.

    Nous manquons de la présence nourrissante qui naît de la rencontre vraie.

    Nous manquons à la fois de la rencontre avec nous-mêmes et de la rencontre avec les autres...

     

    très juste .....

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Respiration consciente et méditation....

     

     

    La respiration consciente est la base même de la pratique de la pleine conscience.

    En respirant consciemment, je ramène mon esprit à mon corps et, ainsi, je suis vraiment présent.

    C'est précisément en pratiquant cette respiration que nous pourrons développer ce lien d'amitié

    avec notre corps, nos émotions, notre mental et nos perceptions.

    Ce n'est qu'après avoir développé cette véritable amitié avec nous-mêmes

    que nous pourrons procéder aux transformations sur différents plans.

     

    THICH NHAT HANH.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

    Pendant des années, certaines femmes se sont silencieusement interrogées :

    "Pourquoi suis-je si différente ? Pourquoi suis-je née au sein d'une famille aussi étrange ?"

     

     

     

    A chaque fois que leur existence voulait s'épanouir,

    il y avait quelqu'un pour répandre du sel sur le sol afin de le rendre stérile.

    Toutes les proscriptions à l'encontre de leurs désirs naturels les tourmentaient.

    Filles de la nature, on les gardait dans les maisons.

    Scientifiques dans l'âme, on leur apprenait le métier de mère.

    Si elles voulaient être mères, on leur disait qu'elles avaient intérêt à se couler doucement dans le moule,

    si elles voulaient inventer, on leur disait d'être des manuelles

    si elles voulaient créer, on leur disait qu'on n'en a jamais fini avec les tâches ménagères.

    Parfois, elles essayaient de satisfaire à ces critères

    et ne s'apercevaient que plus tard de leurs souhaits véritables.

    Il leur fallait alors, pour mener leur vie, connaître l'épreuve mutilante de la famille que l'on quitte,

    du mariage rompu avant que "la mort nous sépare"

    et des jobs abandonnés avant qu'ils puissent se révéler les marchepieds promis vers un avenir rémunérateur.

    Leur route était jonchée de rêves brisées.

    Souvent, ces femmes étaient des artistes qui tentaient de se montrer raisonnables

    en consacrant 80 % de leur temps à des tâches qui tuaient dans l'œuf, jour après jour, leur créativité. 

    Les scénarios sont légion, mais on retrouve une constante :

    on leur a fait remarquer très précocement qu'elles étaient "différentes", avec une connotation péjorative.

    En fait, elles étaient passionnées, curieuses, particulières et dans le droit-fil de leurs instincts.

     

     

    Extrait du Livre

    De Clarissa Pinkilo Estes

    "Femmes qui courent avec  les Loups".

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • Je voulais que ce blog soit immortalisé...

    C'est chose faite...

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    PARLER

     

    Se parler franchement - Dire son ressenti

    Avouer ses faiblesses - Témoigner de son intimité...

    Revendiqué par les uns, attendu par les autres, espéré par tous,

    Le parler-vrai est dans l'air du temps.

    Noyé sous ces injonctions, nous avons le sentiment que "parler-vrai",

     c'est-à-dire, dans l'instant, ce que nous pensons être notre vérité.

    Mais s'exprimer sincèrement n'est pas tout dire.

    Parler-vrai, c'est être dans une parole juste, celle qui nous touche au plus profond de nous mêmes,

    celle qui parle de notre émotion la plus forte.

    Or, rien n'est plus difficile, rien n'est plus fragilisant.

    Pour autant, chacun peu apprendre à s'exprimer dans l'authenticité de son être.

    C'est d'ailleurs l'un des seuls gages de liens durables et confiants entre soi et les autres.

     

    ANNE LAURE GANNAC ET VIOLAINE GELLY

    PSYCHOLOGIE MAGAZINE 04/2012

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    La nouvelle réalité est nôtre depuis que nous l'avons conçue ;

    il nous faut maintenant vivre avec elle.

    Elle ne peut être un poids puisque nous la désirons au plus profond de nous ,

    mais il arrive qu'elle dérange une partie de notre entourage qui peut se sentir déstabilisé par elle.

     

     

    Vivre notre nouvelle réalité...

     

    Si notre entourage nous respecte, aucune difficulté ne surviendra.

    Si ce n'est pas le cas, une séparation interviendra.

    Celle-ci peut provoquer de la tristesse mais pas de la douleur,

    car, si notre entourage ne nous respecte pas, nous ne souffrirons pas de nous éloigner.

    Quant à celles et ceux qui nous aiment pour ce que nous sommes et non pour ce qu'ils désirent que nous soyons,

    ils apprécieront notre changement

    qui est la preuve que nous nous respectons et que nous sommes en vie.

     

     

    DR Daniel Dufour - Rebondir

    Vivre notre nouvelle réalité...

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    Pout savoir de manière fiable si une femme a eu,

    à un moment donné ou durant toute sa vie, le statut de vilain petit canard,

    il suffit d'observer si elle est incapable d'accepter un compliment sincère.

    Ce pourrait être bien sûr affaire de modestie ou de timidité

    (quoiqu'on classe trop souvent sous le label "simple timidité" de nombreuses blessures graves)

    mais souvent, ce compliment est reçu avec embarras par la femme

    parce qu'il provoque automatiquement un dialogue déplaisant dans son esprit.

     

     

    Si vous lui dites qu'elle est jolie, ou que ce qu'elle crée est beau,

    ou si vous la complimentez sur une réalisation,

    quelque chose dans son esprit va lui dire qu'elle ne le mérite pas et que vous êtes stupide de penser ainsi.

    Plutôt que de comprendre que la beauté de son âme transparaît quand elle est elle-même,

    la femme va changer de sujet .

     

    Extrait de Femme qui court avec les loups - Clarissa

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Pour votre famille vous venez d'une autre planète.

    Vous avez des plumes, ils ont des écailles.

    Votre bonheur, ce sont les forêts, les étendues sauvages, la vie intérieure, la majesté de la nature.

    Le leur, c'est de plier, ranger, trier.

    Si tel est votre cas, vous êtes victime du syndrome du Zygote Interverti.

     

    Le syndrome du Zygote Interverti

    Les membres de votre famille sont lourds et lents, vous filez comme le vent.

    Ils sont bruyants, vous aimez le calme, ou bien vous chantez et ils sont silencieux.

    Quand vous savez quelque chose, vous savez, un point c'est tout ;

    eux ont besoin de trois cent trente trois pages de preuves.

    Aucun doute : c'est le syndrome du Zygote Interverti.

     

    Jamais entendu parler ? Et bien, voilà....

     

    Un jour, la fée Zygote traversait le ciel au-dessus de votre ville  natale,

    portant dans son panier un tas de petits zygotes tout excités.

    Et parmi ces zygotes, il y avait vous, destinée à des parents qui sauraient vous comprendre.

    Or voilà que la fée Zygote rencontre une zone de turbulence.

    Vous passez accidentellement par-dessus le bord  du panier et,

    cul par-dessus tête, vous entrez dans une famille absolument pas faite pour vous.

    Votre "vraie famille" se trouve à cinq kilomètres de là.

    C'est pourquoi vous êtes tombée amoureuse d'une famille qui n'était pas la vôtre

    et qui vivait à cinq kilomètres de chez vous.

    Vous auriez aimé que monsieur et madame X soient vos parents.

    Il y a des chances qu'ils auraient dû l'être.

    Et c'est pourquoi vos parents ne vous voient pas arriver sans crainte

    "Que va t-elle encore nous  faire ?" se lamentent-ils.

    Tout ce que vous voulez, c'est qu'on vous aime. Tout ce qu'ils veulent, c'est avoir la paix.

     

    Pour des raisons qui leur sont propres

    (de par leurs goûts, leur constitution, leur innocence, leurs handicaps,

    leurs problèmes psychiques, leur ignorance soigneusement entretenue),

    les membres de votre famille ne sont pas à l'aise avec  l'inconscient

    et votre arrivée appelle l'archétype du Fripon, celui qui remue les choses.

    Et vous n'êtes pas encore passée à table que déjà ils meurent d'envie de mettre un cheveu dans la soupière.

     

    Lorsque les parents sont sans cesse offensés et que des enfants ont l'impression de tout faire de travers,

    c'est le signe de la présence de zygotes sauvages dans la famille.

     

    Je vais vous confier ce grand secret.

    Ce qu'ils veulents de vous, c'est la cohérence.

    Ils veulent que vous soyez demain comme hier et comme aujourd'hui.

    Ils ne veulent pas que vous changiez... Il faut aborder un autre point toutefois.

    Les Zygotes Intervertis apprennent à survivre.

    Il est dur de passer des années auprès de ceux qui ne peuvent vous aider à vous épanouir.

    Dire que l'on est un  survivant est déjà énorme.

    Pour beaucoup, le pouvoir est dans le terme même.

    Et pourtant vient le moment, au cours du processus d'individuation,

    où la menace, le traumatisme appartiennent au passé.

    Alors, il est temps de franchir l'étape qui suit la survie : celle où l'on guérit, où l'on prend vigueur.

     

      

    Le syndrome du Zygote Interverti

     Extrait de ce livre

    "Femmes qui courent avec les loups"

    Clarissa Pinkola Estes

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    A mon ami blogueur "Lolo"

     

     

     Un livre imprimé pour sceller notre belle amitié....

     

    En recopiant ton blog, j'ai rencontré l'amitié, la simplicité

    et j'ai aussi appris à comprendre ce langage particulier : "Le Laurent".

     

     

    Un livre imprimé pour sceller notre belle amitié....

     

    Je me suis régalée de fleurs, de vues vertigineuses, de photos grandioses et natures, de poésie...

     

    Quelle curieuse rencontre que la nôtre...

     

    Un livre imprimé pour sceller notre belle amitié....

    Et si un jour, pour une raison ou une autre, on se perd de clavier,

    il restera ce petit livret dans un coin de nos bibliothèques respectives...

    Je te laisse à la lecture...

    Bizzs de 19

    FAUSTINE.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique