•  

     

     

    Il ne s'agit là que d'une hypothèse, une intuition,  une interprétation.

    Dans mon esprit, l'enfant entretient de nombreux liens conscients avec sa mère et son père.

    Ceux ci lui transmettent certains principes et valeurs par le biais de l'éducation,

    à travers leurs actes et leurs paroles.

     

     

     

     

    Cependant, la relation principale entre le petit et ses géniteurs se tisse selon moi

    au niveau infra-verbal inconscient,

    entre les enfants intérieurs des trois membres du triangle.

    Le petit humain est ainsi connecté,

    même et surtout lorsqu'il n'en a nulle conscience,

    au passé de ses parents, à leurs ailleurs et avant,

    à la petite fille et au petit garçon, heureux ou malheureux,

    qu'ils furent et qu'ils abritent toujours en eux.

    L'enfant est connecté à la DIP de ses parents quand elle est restée non résolue, inconsciente.

    Il ne sait rien, mais connaît toute leur histoire.

    Un parent qui a eu la chance de vivre son enfance dans la légèreté et l'insouciance,

    nourri, aimé et protégé correctement au sein du triangle

    (ce qui ne signifie pas qu'il a été élevé dans du coton, sans avoir éprouvé aucune souffrance),

    n'agira pas avec sa progéniture de la même manière qu'un autre.

    Je pense à celui ou à celle qui n'a pas pu être enfant en son lieu et temps,

    qui a vécu une enfance blanche.

     

    Monsieur Moussa Nabati

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    Les enfants, autrefois, venaient consulter avec des problèmes

    provenant des relations familiales,  de l'histoire parentale.

    Aujourd'hui c'est l'absence de repères et de limites qui, le plus souvent,

    les empêche de se développer normalement.

     

     

     

    "Avoir de l'autorité, ce n'est pas être autoritaire".

     

     

     

    Le malentendu vient de la croyance issue d'une dérive de la salutaire révolte de Mai 68,

    que toute autorité serait répressive, et d'une mauvaise lecture de Françoise Dolto.

    Elle a posé que l'enfant était une personne à respecter,

    mais a affirmé aussi qu'il avait un besoin vital d'éducation.

    On l'a oublié et on vit dans la peur de casser, si on l'éduque, sa personnalité.

    Tout cela fait que les parents ne se sentent plus de légitimité.

    Or il existe des règles de développement pour le corps, la santé des enfants.

    Et nous les appliquons sans nous poser de questions.

    Mais il en existe aussi pour leur construction psychique.

    Il y a des âges pour faire les choses, il faut avoir une place dans la famille,

    mais pas toute la place,

    on ne peut pas tout faire, pas tout avoir, etc...

    Si on ne respecte pas ces règles,

    l'enfant a des problèmes de comportement, d'image de lui-même, scolaires...

    Parce que rien n'est à la place dans la vie.

     

    CLAUDE HALMOS.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Certains adultes apprennent aux enfants

    à ne pas avoir d'estime ou d'amour de soi de façon gratuite.

     

     

    L'enfant croit alors qu'il doit refouler cela et c'est ce qu'il fait.

    Les parents rendent l'enfant dépendant d'eux pour l'amour et l'estime de soi

    en mettant des conditions d'obéissance, de présumée sagesse,

    de se tenir tranquille, ne pas trop s'exprimer.

    Naturellement, la froideur d'un parent fait le travail

    pour que l'enfant finisse par croire qu'il n'est pas digne d'amour, ni de lui-même, ni de personne.

     

    PASCALE claire

    L'envol du Cygne.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    NOS PARENTS PLANTENT EN NOUS DES GRAINES MENTALES ET EMOTIONNELLES,

    DES GRAINES QUI SE DEVELOPPENT EN MEME TEMPS QUE NOUS.

     

     

    DANS CERTAINES FAMILLES, CE SONT DES GRAINES D'AMOUR, DE RESPECT ET D'INDEPENDANCE.

    MAIS DANS D'AUTRES, CES GRAINES SONT LA PEUR, L'ASSUJETTISSEMENT OU LA CULPABILITE"

     

    Susan Forward.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Il est plus facile à un enfant de se séparer de parents suffisamment bons

    que de parents qui ne l'ont pas été.

    (Car toujours on espère... )

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

    LES ENFANTS SONT TOUJOURS PLUS HEUREUX

    AVEC DEUX PARENTS SEPARES MAIS EPANOUIS,

     

     

    QU'AVEC CEUX QUI S'OBLIGENT A RESTER ENSEMBLE POUR EUX.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    En Afrique de l'Ouest, on dit que si l'on est dur avec un enfant, on fait partir l'âme de son corps,

    parfois à quelques mètres, parfois à plusieurs jours de marche.

    On doit certes mettre dans la balance les besoins de l'âme de l'enfant et son besoin de sécurité,

    de soins, ainsi que des notions soigneusement examinées de "conduite civilisée".

     

     

    Education

     

     

    Mais je m'inquiète toujours pour ceux qui sont trop bien élevés ;

    on voit souvent ce regard d'une "âme faible" dans leurs yeux.

    Quelque chose ne va pas.

    Une âme en bonne santé doit briller, la plupart du temps, à travers la personne et flamboyer les autres jours.

    Quand la blessure est grave, l'âme s'enfuit.

     

     Clarissa Pinkola Estes

    Femmes qui courent avec les loups

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    Les jeunes enfants observent attentivement ce qui se passe dans leur milieu ambiant

    et acquièrent la sagesse que leur lèguent leurs parents par le biais de leur mémoire subconsciente.

    Ils adoptent le comportement et les croyances de leurs parents.

     Les bébés sont capables d'apprendre des tâches complexes par simple observation de leurs parents.

    Ces croyances, attitudes et comportements de base observés chez les parents sont intériorisés,

    traçant des voies synaptiques dans le subconscient.

    Si le jugement tel que "tu es un imbécile" est émis par les parents,

    l'enfant mémorise cet avis comme s'il s'agissait d'une vérité absolue,

    car sa conscience n'est pas encore assez évoluée pour faire la différence entre l'absolu et les nuances.

    Une fois intégrées, ces insultes agissent comme des vérités qui modèleront le comportement

    et le potentiel de l'enfant sa vie durant, sans même qu'il en ait conscience.

     

     

    Quand ils arrivent à l'adolescence, les enfants débordent d'informations :

    savoir marcher, savoir qu'ils sont imbéciles ou le contraire ! 

    Les croyances qu'ils ont héritées de leurs parents

    se comparent à une banque de programmes destinés au décodage des signaux de l'environnement

    et à l'activation de comportements types, sans qu'interviennent ni questions ni jugements.

     Elles constituent un disque dur sur lequel s'enregistrent les expériences de vie

     

     

     Extrait de ce livre :

    Rebondir - Daniel Dufour.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    On dit avec justesse, que la période de 0 à 7 ans est la plus importante dans la vie d'un enfant.

    C'est dans ces années là que tout se dessine, se décide,

    que se développe la connaissance de soi, l'estime de soi, la confiance de soi.

     

     

    L'enfant enregistre tout ce qui se passe autour de lui.

    Parfois consciemment, parfois inconsciemment.

    Et ce qu'il aura enregistré inconsciemment ressortira de façon claire plus tard dans sa vie.

    L'attitude des parents pour un enfant de cette tranche d'âge est importante.

    Les peurs, les manques, les blessures y prennent racine

    et il est difficile après coup de s'en départir.

     

     

    D.PIETRO

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

    Pour favoriser l'épanouissement des enfants,

    il est vital de répondre à leurs besoins fondamentaux,

    amour inconditionnel, affection, tendresse physique,

    attention et encouragements,

    sécurité et protection,

    responsabilisation et autonomisation progressive,

    et aussi des limites claires, un cadre ferme et étayant

    pour leur faire comprendre

    les nécessaires règles de la vie en communauté....

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    L'AGRESSIVITE VISIBLE

     

    L'AGRESSIVITE VISIBLE

     

    L'agressivité visible, c'est celle qu'on remarque.

    La personne est irritable, mord sans raison, riposte aigrement, même si autrui est courtois,

    veut toujours avoir raison, a un caractère entier,

    écrase les autres (de préférence ses inférieurs) sous ses reproches ou ses "hurlements".

    Cette agressivité est toujours basée sur la peur.

    L'agressivité visible est d'une forme banale et courante.

    Elle peut faire de grands ravages (parents envers enfant).

    Elle provient de sentiments d'infériorité ou de culpabilité, d'angoisses inconscientes.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    Dès l'enfance, au sein du triangle père mère enfant,

    deux ingrédients, deux matériaux fondateurs :

    l'amour et la loi, la tendresse et l'autorité .

     

    L'autorité

     

    Ces deux notions s'avèrent complémentaires.

    De toute évidence, l'autorité n'est pas synonyme de brutalité, de sévérité excessive, de violence.

    Elle représente une forme d'amour offerte à ceux qu'on aime.

     

    MR MOUSSA NABATI - Le bonheur d'être soi.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique