•  

    Deux livres qui pourront vous éclairer sur les thérapies à distance.

     

     

     

    PASCALE CLAIRE - L'ENVOL DU CYGNE

     

     

    Pascale, une femme de quarante-trois ans, reprend un jour contact avec Cécile, dont elle est sans nouvelles depuis plusieurs années. S'engage entre elles un dialogue intense par e-mail. Très vite, Pascale se sent prise dans un tourbillon de sentiments vis-à-vis de Cécile. De fil en aiguille, elle se décide à tenter une thérapie par courriel avec Léo, un thérapeute québécois découvert sur Internet. Au cours de celle-ci, Pascale va être amenée à faire la connaissance de son enfant intérieur et apprendre à l'aimer.

     

     

     

    JEAN-PIERRE BEGUE - PSYCHANALYSE A DISTANCE.

     

     

    Dans une Première partie l'auteur rappelle les apports de Freud, Lacan et Jung pour montrer que l'analyse n'est pas une pratique figée mais qu'au contraire elle peut utiliser de nouveaux concepts voire une nouvelle technologie comme l'Internet.

     

    Il nous montre l'importance de conserver les règles fondamentales de l'analyse en les rappelant et en mettant au centre de la démarche l'inconscient, le transfert, le contre-transfert et la reconnaissance du désir dans son dévoilement.

     

    Puis il nous fait témoin de l'analyse à distance de quatre patients : Marie et sa névrose obsessionnelle, Laurence qui ne voit que la moitié des choses, Bertrand et ses problèmes sexuels, Harry dont la douleur dans la poitrine l'empêche de travailler depuis plusieurs années.

    Le lecteur participe pleinement à l'analyse de chacun des patients dont il peut suivre l'évolution au fil des séances grâce notamment à l'interprétation des rêves qui ponctuent le déroulement de la cure.

     

    Cet ouvrage constitue non seulement un bon plaidoyer pour l'analyse à distance mais aussi une bonne initiation à ce qu'est une analyse et la façon dont elle est menée.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • Qu'est ce qu'une personne qui n'ose pas s'affirmer ?

     

     

    Le manque d'affirmation de soi.

     

     

    C'est une personne dont chaque action est accompagnée d'angoisse plus ou moins inconsciente.

    On découvre une personne qui n'ose jamais être elle-même, ni spontanée.

    On découvre une personne qui n'ose jamais parler en public, ni contredire, ni s'opposer.

    On arrive à un père despote, à une enfance empoisonnée par l'infériorisation, la culpabilité et l'angoisse.

    On arrive à des refoulements considérables d'agressivité.

    Donc on aboutit à une angoisse généralisée et puissante devant toute affirmation de soi ;

    angoisse qui dévore l'énergie du patient qui,

    d'affaiblissement en affaiblissement,

    culbute dans la psychasthénie

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    LE BONHEUR D'ÊTRE SOI - MOUSSA NABATI

     

    Le bonheur d'être soi - Moussa Nabati

     

    Un travail intéressant, un conjoint et des amis aimants, le confort matériel....

    Comment expliquer que l'on n'est pas heureux quand on a tout pour l'être ?

    Moussa Nabati explique que l'obstacle au bonheur

    réside dans la difficulté à être soi-même et montre, comment,

    en renouant avec son histoire personnelle,

    on peut parvenir à exister pleinement.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un parent atteint de sentiments d'infériorité a besoin que son enfant reste inférieur.

     

     

    SENTIMENTS D'INFERIORITE

     

     

     

    Il a besoin que son enfant n'ait pas de vie personnelle et spontanée

      Il a besoin de la faiblesse de l'enfant pour renforcer les sentiments de domination

    qui lui donnent une sensation de force.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

    Le problème de l'enfant qui se fait abuser par les humeurs des autres,

    n'est pas tellement dans l'abus de soi,

    mais dans le fait qu'il n'en fut pas protégé par le parent le plus important pour l'enfant.

    En l'occurrence pour la petite fille comme pour la jeune fille, la mère est le parent le plus important.

    De même, c'est le vide ou l'absence de présence maternelle de la mère

    qui fait que la fille se fait plus facilement traumatiser par l'action des autres.

     

     

     

    La mère, le parent le plus important...

     

     

    Il dépend souvent que la mère ne soit pas une eau trouble.

    Or beaucoup de mères sont névrosées ou ignorent complètement les mécanismes de l'angoisse enfantine.

    L'idéal reste donc : savoir qu'on est névrosé, l'accepter et, ensuite, tout faire pour en sortir.

    Si la personnalité de la mère est normale,

    toutes les chances sont données pour que les réactions de l'enfant soient saines

    et pour que sa personnalité s'épanouisse harmonieusement.

    Dans ce cas, l'enfant possède des atouts qui lui permettront de devenir ce qu'il est.

     

    Ainsi dans les tout premiers ages de la vie, règne un personnage incomparable en soi :

    la mère qui devrait être une auberge.

    Quand l'auberge est fermée,

    elle impose à l'enfant son inquiétude, son angoisse, une sensation perpétuelle de danger,

     ses humeurs, ses rancunes.

    Elle supporte difficilement qu'un enfant possède sa personnalité propre.

    Elle éprouve le besoin qu'on lui montre qu'on l' aime, qu'on lui est soumis, qu'on la respecte.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

     

    Moi Christiane F. 13 ans, droguée, prostituée.

     

    L'herbe bleue, les chemins de Katmandou, Moi Christiane F.

    Ce live relate, l'histoire vraie de Christiane FELSCHEZINOW à la fin des années 70 qui,

    pour échapper à une enfance terne et peu joyeuse, mais également pour "être à la mode" et

    faire partie d'une bande cool, plonge de plus en plus profondément dans l'enfer de la drogue

    et finira par se prostituer à 14 ans pour subvenir à ses besoins quotidiens d'héroïne.

     

     

    L'HERBE BLEUE

     

    L'herbe bleue, les chemins de Katmandou, Moi Christiane F.

     

    Un soir, une jeune fille de quinze ans, mal dans sa peau, est invitée à une soirée.

    Au jeu "il court le furêt", elle ne le sait pas mais, dans dix des 14 verres, il y a du LSD.

    C'est sa première prise de drogue à son insu. Elle y prend gout et tout s'enchaine très vite :

    elle se drogue de plus en plus souvent, développe une addiction, quitte ses parents, vend sa "came"

    et se retrouve presque à la rue.

    "Quand on a commencé, il n'y a plus de vie possible sans drogue, mais c'est une existences d'esclave.

    Et pourtant je suis ravie d'y retourner. Heureuse ! Heureuse !

    Ca n'a jamais été meilleur qu'hier soir. Chaque fois est la meilleure".

    Elle ferra de nombreuses tentatives pour arrêter de se droguer et finira dans un hôpital psychiatrique.

    Elle meurt trois semaines après avoir décidé d'arrêter d'écrire son journal.

     

     

     

    LES CHEMINS DE KATMANDOU

     

    L'herbe bleue, les chemins de Katmandou, Moi Christiane F.

     

    La triste épopée d'un groupe de jeunes qui prennent le Chemin de Katmandou au Népal,

    le lieu de l'oubli et de la drogue.

    Certains n'y arriveront pas, d'autres y arriveront... Mais à quel prix ?

    Chacun a son motif pour partir.

    La montée vers le sommet du chemin de Katmandou est une descente périlleuse ver la mort.

    Ce roman parle de la cause défendue des hippies, l'amour à travers un univers mortuaire, la drogue.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

    Je suis simple et j'aime les gens simples.

    Ceux avec qui je peux être moi même, car la simplicité fait la beauté du cœur.

     

     

    Pour moi, il vaut mieux être simple et remarquable,

    que d'être faux pour se faire remarquer....

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

    Les blessures intérieures sont au nombre de cinq :

    Le rejet, l'abandon, l'humiliation, la trahison et l'injustice...

     

     

    Les cinq blessures....

     

    Je vais donc vous  parler de la blessure de rejet,

    puisqu'apparemment elle est celle qui me concerne le plus...

     

     

    Rejeter c'est repousser quelqu'un, ne pas vouloir l'avoir à ses côtés ou dans sa vie.

    Le blessure de rejet est très profonde et se met en place très tôt dans la vie de l'enfant.

    Quiconque en souffre  se sent rejeté en son for intérieur,

    et interprète tout ce qui arrive dans son entourage à travers le filtre de cette blessure.

    Il se sent rejeté dans certaines situations alors que ce n'est pas le cas.

    Selon Lise Bourbeau, la blessure de rejet est vécue avec le parent de même sexe.

    Dans son livre Lise Bourbeau précise que

    "le parent du même sexe a pour rôle de nous apprendre à aimer, à nous aimer et à donner de l'amour.

    Le parent du sexe opposé nous apprend à nous laisser aimer et à recevoir de l'amour."

    En réponse à ce rejet, la personne finit souvent par rejeter le parent qui lui inflige cette blessure.

    Afin d'éviter sa blessure, l'enfant va se créer un masque, celui du fuyant...

     

    Le fuyant aura tendance à se créer son propre monde

     car il pense ne pas être assez important pour avoir droit à une place... 

    Il se dévalorise sans cesse et préfère ne pas s'attacher aux choses pour pouvoir mieux fuir

    Il a du mal à croire qu'un autre puisse l'aimer et demeure dans le besoin de l'amour du parent du même sexe.

    Le fuyant a aussi peur du jugement car synonyme de rejet selon lui.

    En plus de sa peur de prendre trop de place, de gêner les autres,

    le fuyant craint le fait de commettre une erreur et aura tendance à être perfectionniste.

    Ainsi, la personne qui souffre de rejet est caractérisée par le fait de se sous estimer

    et de rechercher la perfection à tout prix. Cette situation le mène

    à une recherche constante de la reconnaissance des autres, une reconnaissance très difficile à rassasier.

    Derrière ce masque se cache une personne débrouillarde, dotée d'une bonne capacité de créer,

    une aptitude à travailler seule et à être autonome.

     

    SOURCE : Le Net

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    ABSENCE DE REACTION DU CONJOINT

     

    Pourquoi ?

     

     

    Le conjoint sur lequel le pervers narcissique exerce une emprise considérable,

    est pris dans une relation de soumission

    devant abandonner presque totalement sont rôle de parent,

    pour se dévouer exclusivement à celui d'époux ou d'épouse.

    L'enfant est doublement orphelin de ses parents.

    Il réalise l'impensable,

    il lui faut faire son deuil

    et surmonter l'anachronisme qu'il y a à vivre avec ceux qui sont déjà morts

    et qu'il doit déjà "enterrer".

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    La Révolution Dolto

     

    Ne pas manquer... Mercredi sur la 3

     

     

    A l'occasion des trente ans de la disparition de Françoise Dolto,

    portrait de la pédiatre et psychanalyste française

    dont les idées révolutionnaires ont modifié les rapports parents-enfants

    et la façon de considérer ces derniers.

    Françoise Dolto a bataillé pour que les plus jeunes soient considérés comme des personnes

    et plus comme des petits animaux, dont les besoins devaient être satisfaits mécaniquement...

     

    MERCREDI 30 MAI A 20H55 SUR LA TROIS...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    Pour ma part, après deux expériences négatives auprès de deux psychiatres différents,

    je me suis lancée, sur un coup de tête il est vrai,

    dans un échange de mails avec un cyberpsy.

    Je pensais que quatre mails suffiraient à résoudre mes problèmes.

    J'étais loin du compte.

     je passai rapidement à des séances par Skype

    La Skype Thérapie

     

    Que penser de la Skype Thérapie ?

    Malgré mes réticences, cette formule m'a tout de suite aidée. J'ai répondu à une journaliste de "Psychologies magazine" sur le sujet :

     

    INTERWIEW

     

    Pourriez vous me raconter comment et pourquoi vous avez décidé d'entreprendre une thérapie à distance ?

    Dans un premier temps, j'ai été dirigée par mon médecin traitant vers un psychiatre. Je n'ai pas trouvé l'écoute que j'attendais et les séances de duraient que 20 minutes par mois ; j''ai vite compris que cela ne m'aiderait pas. J'ai donc parallèlement contacté un psy en ligne, dans un premier temps par mail. Nous avons échangé pendant 6 séances par écrit puis il m'a conseillé, au vue de mes problèmes de continuer par Skype. J'ai très vite quitté mon psychiatre...

    Pourquoi ce psy et pas un autre ?

    J'ai longuement hésité à me décider pour un psy et je me suis lancée un peu sur un coup de tête dans cette aventure... J'ai apprécié son site où figurait un numéro adéli et où il faisait part de son parcours étudiant et professionnel. Rien en apparence n'était caché.

     

    Si vous avez un rituel particulier avant le moment de la séance ?

    Non pas de rituel particulier si ce n'est relire des notes que je prenais tout au long de la semaine et m'assurer aussi de ne pas être dérangée pendant la séance... Couper le téléphone fix et le portable et fermer la maison à double tour. Un peu d'appréhension avant la séance, comme dans une salle d'attente je pense.

     

    Avez vous suivi une thérapie en cabinet avant ? Comptez vous le faire un jour ?

    J'ai eu deux expériences avec des psychiatres à 15 ans d'intervalle, aussi décevantes l'une que l'autre. Je n'exclus pas de consulter un psychologue psychanalyste en cabinet si le besoin s'en fait sentir. Encore faut-il trouver la bonne personne dans un rayon de kilomètres raisonnable.

     

    Quels sont les inconvénients, selon vous, de la Skype thérapie ?

    Je pense que la thérapie par Skype est plus familière qu'en cabinet, le cadre thérapeutique moins facile à respecter. C'est le thérapeute qui "s'invite" chez vous. Vous êtes dans votre cadre de vie habituel donc plus à l'aise, un peu comme si vous receviez un ami chaque semaine. Après c'est une relation qui me convenait tout à fait et qui m'a apporté énormément. Les problèmes de transfert ont compliqué la fin de ce travail et l'ont certainement écourté.

     

    Les avantages ?

    Un premier contact par mail pour voir si le thérapeute me convenait, et surtout ne plus faire un nombre considérable de kilomètres pour 20 mns de consultation.

     

    Le contact physique vous manque-t-il ? Est ce au contraire un avantage ?

    Non le contact physique ne m'a pas manqué ; les psychiatres que j'ai consultés auparavant étaient bien plus rigides que celui par Skype ; j'étais plus à l'aise.

     

    Le paiement par carte comme pour n'importe quel autre objet ou prestation ne ramène-t-il pas la séance au rang de banal bien de consommation ?

    Que ce soit par Skype ou en cabinet, une thérapie a un coût et c'est un service comme un autre. Je payais mes séances à l'avance pour un mois et par chèque, les règles étaient  fixées au départ.

     

    ---------------------------------------------------------------

    Je vous invite à retrouver les résultats de cette interwiew dans le "psychologies magazine" n° 349 de mars 2015

     

    La Skype Thérapie

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

     

    Si la majorité écrasante de la clientèle des "psy" de tout bord se compose de femmes,

    cela ne signifie pas qu'elles sont plus déprimées que les hommes,

    mais au contraire que, étant plus solides, plus souples et plus capables de remises en question,

    elles ne craignent pas de consulter et de demander un soutien.

      

     

    Les femmes et la thérapie.

     

    MOUSSA NABATI

    "La dépression, une épreuve pour grandir ?"

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire