•  

    Je suis sur une plage sous un soleil brûlant et un vent violent.

    J'ai de très longs cheveux qui s'enroulent autour de moi et me font prisonnière.

    Je ne peux plus bouger, ni les jambes, ni les bras.

    Je me transforme en une boule de cheveux et je suis emportée par le vent.

    Je ne distingue plus rien.

    Je me pose cette question :

    vais-je  me brûler sur le sable bouillant ou me noyer dans la mer (mère ?) déchainée ?

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je suis dans une ville abandonnée.

    Je cours à travers les maisons poussiéreuses, vétustes et  délabrées,

     pour raccourcir mon chemin.

    J'ai à la main un bouquet de fleurs que je destine à ma mère...

    Je vais rapidement, de rues en ruelles, mais lorsque j'arrive au but, le bouquet est fané.

     

     

    Pour mon thérapeute : une longue traversée du désert.

    Pour moi : Un chemin difficile pour aller jusqu'à elle, le bouquet fané symbolise l'échec.

     

     

     

     

    Le jour de Noël.

    Ma grand mère n'est pas présente à notre table.

    Je ne l'ai pas vue depuis deux jours, et pourtant elle vit sous mon toit.

    Je réalise qu'elle est probablement décédée pendant son sommeil et je suis effrayée, paniquée.

    Je cours dans le jardin et constate qu'elle n'est pas enterrée.

    Je me décide à ouvrir la porte de sa chambre et vois une forme inerte sous les draps.

    Je comprends qu'elle est morte.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Une personne déprimée perd le contact avec la réalité.

    Elle peut avoir des hallucinations (perception de voix (et)ou vision de gens ou de choses qui n'existent pas)

    ou exprimer des délires (raisonnement non fondé dans la réalité).

     

    A la suite d'une hallucination, le patient considère que sa perception était réelle,

    et il met en doute le fait que sa perception n'était qu'une illusion.

     

    Les personnes anxieuses ou en proie à la dépression

    ainsi que celles présentant un trouble bipolaire sont plus à risque,

    tout comme celles qui souffrent d'un stress intense, temporaire ou non.

      

    Hallucinations....

     

    FAUSTINE OCTOBRE 2014

     

    Echange sur un forum.

    (Les forums sont des lieux d'échange, de discutions et d'entraide. 

    J'ai eu la chance de rencontrer une interlocutrice compétente qui m'a orientée dans la bonne direction...)

     

    Faustine

    - Depuis quelques mois, j'ai des visions d'araignées. Je ne rêve pas.

    J'ouvre les yeux et je vois d'énormes araignées courir sur le mur de la chambre.

    Je me lève d'un bon et me précipite pour les tuer, mais il n'y a rien.

    Ca m'est arrivé une première fois avant les vacances et j'ai mis cela sur le compte de la fatigue,

    mais depuis la rentrée, ça c'est de nouveau produit trois fois.

     

    Réponse 

    - Vous devez sans attendre consulter.

    Vos rêves de nourrissons parlent de cette partie de vous

    qui a été oubliée, maltraitée, dont vous ne vous occupez pas. 

    Il est temps que vous preniez grand soin de vous, vos hallucinations ne sont pas anodines en effet

    et seul un médecin vous aidera à en comprendre l'origine du fait de votre passé, et de votre présent.

     

    Faustine

    - Je ne sais plus vers qui me tourner ;

    je sors en effet d'une thérapie de presque deux ans.

    J'ai l'impression d'être possédée par ma mère et qu'elle me détruit de l'intérieur.

    Cela me poursuit continuellement, même au travail, et m'empêche d'accéder à ce qui va bien dans ma vie.

     

    Réponse

     

    - D'où vos hallucinations d'araignée, puisque c'est l'image de la mère dévorante...

    Deux ans de thérapie analytique est grandement insuffisants

    et vous l'avez arrêtée (pourquoi ?) bien trop tôt ;

    peut être avez vous atteint un niveau qui n'a pas été soutenu par votre analyste ;

    peut être n'est ce pas la thérapie qui vous convient ;

    je vous conseille de renouer avec votre thérapeute ou d'en trouver un autre rapidement ;

    ne restez pas dans cet état... Un travail est à faire vis à vis de cette mère dévorante

    "qui vous sort des yeux" !...

    Pourquoi ne pouvez vous pas enfin prendre vos distances intérieures et psychiques ?

    Vous seule pouvez répondre à cela avec un thérapeute compétent.

     

    ------------------------------------

    FAUSTINE MAI 2015

     

    - Quelques mois ont passé...

    Mes troubles étaient parlants et vos explications d'araignée qui symbolisait la mère

    correspondait bien à ce qui ressort aujourd'hui de mon travail avec mon thérapeute.

    Il m'a aidé à prendre conscience que j'étais victime depuis de très nombreuses années

    d'une mère perverse narcissique. Je vais peut être enfin arriver à profiter de ma vie.

     

    Réponse

     

    - Bonne continuation !!!

    Votre mère a eu des difficultés à construire un lien avec son enfant.

    Elle a aussi son histoire qui peut vous aider à mieux comprendre.

    Mais bien sûr cela n'efface pas votre souffrance.

    Vous allez sortir de cette toile d'araignée, c'est sûr.

     

    Je vous invite, si vous aimez l'art, à vous pencher sur le travail de Louise Bourgeois...

    et ses araignées en bronze de 10 m de haut.

     

    Hallucinations....

    LISE BOURGEOIS - MAMAN

     

    "MAMAN" est une sculpture de la plasticienne Louise BOURGEOIS.

    Dédiée à la mère de l'artiste, elle pend la forme d'une gigantesque araignée.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    Lorsque nous grandissons, nous acquérons des automatismes et notre pensée analytique et critique se développe.

    Puis nous sommes emportés dans la course perpétuelle induite par notre mode de vie moderne.

    Et peu à peu, le mode "faire" éclipse le mode "être".

    Le mode "être" est une disposition naturelle présente en chacun de nous et depuis toujours.

    La méditation de pleine conscience permet de renouer avec celle-ci et de la développer.

    Méditer n'est donc pas une question de capacité mais une question de volonté.

     

    Est ce que tout le monde est capable de méditer ?

     

    Sur un plan psychothérapique, gardons à l'esprit que ce n'est pas tant ce qui nous arrive

    que la manière dont nous y réagissons qui détermine notre mal être.

    Lorsque nous devons faire face à une situation véritablement difficile,

    que la confusion, l'angoisse et la tendance à vouloir agir impulsivement nous envahissent,

    il est opportun de nous arrêter nous observer.

     

    SOURCE : Savoir pour guérir : la méditation en 10 questions.

    FRANCOIS BOUGOGNON.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

     

     

     

    40 % des dépressifs sont des bipolaires qui s'ignorent.

    Le premier symptôme est l'alternance de phases euphoriques et de phases dépressives.

    Autres symptômes :

    - Auto-mutilation

    - Appétit sexuel excessif

    - Jalousie excessive

    - période d'achats compulsifs.

    - Pour une personne sur deux, addiction à l'alcool

     

     

    En phase euphorique, le patient ne ressent plus la douleur,

    se sent fort et invincible. Il est dans un état second...

    Il ne garde aucun souvenir des actes inconsidérés qu'il peut être amené à réaliser.

     

    Que ce soit en phase dépressive ou euphorique, le suicide est possible

    Le traitement consiste en la prescription de régulateurs de l'humeur

    (et en aucun cas d'anti dépresseurs qui risquent de multiplier les phases euphoriques).

     

    En France, le trouble bipolaire est sous-diagnostiqué ;

    en moyenne on constate 10 ans de retard au diagnostic.

     

    Dans la plupart des cas  le bipolaire a une vie psychique et sociale tout à fait normale.

     

    Personnes célèbres qui souffrent de cette pathologie :

    - Vincent Van Gogh

    - Napoléon

    - Britney Spears

    - Robin Williams

    ce qui explique certains de leurs débordements....

     

    SOURCE : Notes prises lors de l'émission

    "Ca commence aujourd'hui" sur A2

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

     

     

    Une expérience inouïe :

    La preuve de l'après-vie ?

     

    Lorsque mon père est décédé, j'ai placé des objets dans son cercueil.

    Je n'en ai parlé à personne.

    Puis j'ai interrogé des médiums qui disent communiquer avec les morts.

    Découvriront-ils de quels objets il s'agit ?

    C'est le Test.

     

    Le Test - Stéphane Allix

     

     

     

     

    Peut-on parler avec les morts ?

    Des femmes et des hommes le prétendent et en font même profession.

    Des milliers de gens les consultent.

    Ces capacités sont-elles réelles ou Est-ce une illusion ?

    Pour répondre à ces interrogations, Stéphane Allix a testé six médiums.

    Les résultats sont stupéfiants et confirment ce que révèlent les recherches scientifiques menées sur ce sujet :

    la vie après la mort est aujourd'hui une hypothèse rationnelle.

     

    Comment devient-on médium ? Est ce un don ou une malédiction ?

    Comment décrire ce qui se passe lors de la mort ? Où va-t-on après ?

    Consulter un médium peut-il aider au processus de deuil ?

    Comment éviter les charlatans ?

    Autant de questions que ce livre aborde, nous entraînant à la découverte d'une réalité à la fois simple et vertigineuse :

    il est possible de communiquer avec ceux que nous aimons au-delà de la mort.

     

    Le Test - Stéphane Allix

    Stéphane Allix est journaliste.

    Fondateur de l'INREES et magazine Inexploré,

    il est l'auteur et l'animateur des "Enquêtes extraordinaires" sur M6

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Dans la peau d'un psy - Marie-Véronique Clancy

     

    Comment se déroule une séance de psychothérapie ?

    Que fait-on pendant la séance ?

    Que dit-on ? Que partage t-on ?

    Et le psy lui, que fait-il ? Quel genre de soin apporte t-il ?

    Comment s'y prend-il ? A quoi pense t-il ?

    Que se passe t-il dans la peau de ce psy que vous venez consulter ?

     

    C'est au travers de six vignettes de séances de psychothérapie,

    à deux ou en groupe, que l'auteur nous ouvre grand les portes de son cabinet,

    pour que chacun puisse vivre une séance comme s'il était dans la peau d'un psy.

     

    Dans la peau d'un psy - Marie-Véronique Clancy

     

    Marie-Véronique Clancy est psycho-praticienne, formée à la Gestalt-thérapie.

    Elle exerce depuis de nombreuses années à Marseille où elle propose des thérapies à deux et en groupe.

    Elle est certifiée de l'Institut de Gestalt IGG-GREFOR.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • JE ME RETROUVE.....

     

     

    Ces mots qui me parlent....

     

    * Le besoin d'affection, et en même temps, la certitude de n'être pas aimée,

    étaient une des caractéristiques de mon état.

    J'avais un besoin intense d'être approuvée par les autres.

     

    * Le voisin ne m'a pas salué aujourd'hui, qu'est ce qu'il a ?

    Sous entendu est ce qu'il m'en veut ?

    Si il m'en veut, j'ai peur, parce que cela fait remonter des tréfonds de ma personnalité,

    l'angoisse d'être seule, abandonnée, blâmée, critiquée, non-aimée, rejetée...

     

    * Je me retrouvais tiraillée entre des besoins contradictoires :

    d'un côté besoin d'être approuvée par les autres,

    d'un autre côté, besoin d'une indépendance absolue...

     

    * Je suis surtout préoccupée de l'effet que je fais sur les autres.

    Si on m'estime, j'ai l'impression d'être aimée et acceptée.

    Sinon, je me sens rejetée.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • " ET POURTANT, "TU AS TOUT POUR ÊTRE HEUREUX "

     

    Selon cette affirmation, seule la misère matérielle ou la maladie physique peuvent expliquer le malheur.

    Mais comment peut-on dire "tu as tout pour être heureux ?".

    Et d'abord, qu'entend-on par ce "Tout" ?

     

     

     

     Making video can be very fun http://studiocigale.fr/films/

     

     

    Généralement on veut dire par là que le sujet "ne manque de rien"

    à savoir qu'il mange à sa faim, qu'il n'a pas froid, est en bonne santé somatique,

    a une famille, est normalement intelligent et instruit.

    Mais alors pourquoi y a-t-il tant de souffrances chez ces hommes et ces femmes

    "qui ont tout pour être heureux " ?

     

    Et moi-même, qui soi-disant "avait tout pour être heureux"

    que m'arrivait-il lorsque je me sentais angoissé "sans motif valable",

    abattu pour de mauvaises raisons"

    ou triste à me morfondre.

     

    Depuis, la vie, comme ce métier m'ont appris les multiples facettes de la souffrance morale :

    l'échec, la solitude, l'humiliation, la trahison, l'angoisse ou la peur,

    la colère, la violence du harcèlement, l'insécurité affective, la tristesse ou le désespoir.

     

    Comment fait-on pour aller mieux lorsqu'on "a tout pour être heureux " ?

     

     

    ALAIN SOUTERAUD

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un enfant n'a pas le choix ; si faute de témoin secourable,

    il se trouve totalement à la merci de ses persécuteurs, il est contraint au refoulement.

    Ce n'est que plus tard, à l'âge adulte, s'il a la chance de rencontrer un témoin lucide, qu'il aura une alternative.

    Il pourra accéder à sa vérité, cesser de s'apitoyer sur son bourreau,

    renoncer à s'efforcer de le comprendre et de ressentir à son égard des sentiments qu'il n'a pas vécus.

     

     

    Si nous réussissons à abandonner cet espoir,

    les attentes se dissiperont d'elles mêmes, et nous lèverons le mensonge de notre prime enfance.

    Nous cesserons de croire que nous n'étions pas dignes d'être aimés.

    Nous n'étions pas en cause. Le fond du problème était la situation de nos parents,

    ce qu'ils avaient fait des traumatismes de leur enfance, dans quelle mesure

    ils étaient ou non parvenus à les intégrer psychiquement, et cela, nous ne pouvons rien y changer....

     

    ALICE MILLER.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    "Le précurseur du miroir, c'est le visage de la mère."

     

    L'amour qu'une mère donne à son enfant est-il mesurable ?

    Pourquoi une mère devrait-elle être "suffisamment bonne" ?

    Trop d'amour est-il nuisible?

    Trois testes du célèbre pédiatre et psychanalyste anglais :

    "La préoccupation maternelle primaire" 1956

    "La mère ordinaire normalement dévouée" 1966

    "La capacité d'être seul" 1958

    pour évoquer la curieuse folie qui prend toute mère enceinte lorsqu'elle fusionne avec son bébé ;

    la nécessité, pour que l'enfant devienne autonome, de ne pas le combler totalement ;

    et les bienfaits qu'il peut retirer d'un peu de solitude

     

    Un livre que j'ai lu deux fois...

    J'en ai compris les grandes lignes mais je dois faire une recherche de vocabulaire

    et le re-lire encore pour tout assimiler....

    Et oui, il faut savoir reconnaître ses lacunes....

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Sandor Ferenczi - L'enfant dans l'adulte.

     

    Avec la sensibilité particulière qu'il avait à l'égard des souffrances de l'enfant,

    Ferenczi n'a eu de cesse de retrouver, enfoui dans l'adulte,

    l'enfant blessé, traumatisé qu'il a été.

    Comment le ramener dans la séance ? Comment l'entendre ?

    Comment la traiter ?

    Si Freud a révélé la part de l'infantile toujours active dans la vie psychique de l'adulte,

    c'est bien Ferenczi qui a développé cette idée jusque dans ses aboutissements les plus ultimes,

    montrant combien ces parties infantiles ne cessent d'orienter et d'animer l'existence.

     

    Sandor Ferenczi - L'enfant dans l'adulte.

     

    Sàndor Ferenczi (1873 - 1933),

    Psychiatre et psychanalyste hongrois, fut selon le Dictionnaire de la psychanalyse,

    "non seulement le disciple préféré de Freud, mais aussi le clinicien le plus doué de l'histoire du freudisme".

    Mélanie Klein et Michael Balint ont été analysés par lui.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    Pour eux, l'enfant n'est qu'un prolongement d'eux mêmes, un faire valoir.

    Ils l'idolâtrent s'il répond à leurs attentes et flattent leur vanité ;

    mais ils peuvent tout autant le rejeter lorsqu'il le déçoit, qu'il ne se révèle pas assez beau,

    assez brillant ou assez docile pour que les parents puissent en être fiers.

    L'enfant n'est pas aimé pour lui-même mais pour ses qualités visibles :

    son physique, sa réussite scolaire, ses aptitudes, sa capacité à briller en société.

    C'est l'enfant à qui l'on demande de jouer du piano, de réciter une poésie ou de chanter devant les amis.

    Plus tard, il n'est apprécié qu'en raison de sa réussite professionnelle et sociale.

     

     

    Les parents narcissiques

     

    L'enfant de parents narcissiques, une fois devenu adulte, ne vit pas pour lui même

    mais pour plaire à ses parents intériorisés et avoir leur approbation.

    Il redoute inconsciemment de se voir retirer leur amour si sa réussite n'est pas suffisamment éclatante,

    ce qui entretient chez lui une angoisse latente de l'échec

    et une recherche épuisante de performance et de perfection.

     

    Les parents narcissiques peuvent aussi être des parents possessifs et tyranniques.

    De tels parents considèrent leur enfant comme un objet qui leur appartient

    et qui doit être entièrement soumis à leur autorité et à leur volonté.

    L'emprise peut prendre des formes diverses :

    autoritarisme, intimidation, dévalorisation, menaces, chantage effectif, manipulation.

     

    La manipulation est insidieuse.

    Elle consiste à exercer une emprise sur l'enfant en en cachant les véritables motifs

    et en le persuadant que c'est pour son bien .

    Le parent prétend tout faire pour son enfant, vouloir l'aider, se sacrifier pour lui

    et le taxera d'ingratitude s'il revendique un peu d'autonomie.

    Lorsque l'enfant se soumet à l'emprise parentale, il se sent craintif, faible et incapable.

    Il a peur de ne pas pouvoir se débrouiller seul s'il prend de la distance.

    Cette crainte ne fait que renforcer sa dépendance et l'empêche de se libérer et de grandir.

     

    UN AMOUR QUI GUERIT

    Jenny Locatelli

    Edmond Marc.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire