•  

     

     

     

    Toute la difficulté pour l'enfant confronté à une mère perverse narcissique réside dans un paradoxe ;

    sa souffrance est d'autant plus gigantesque que tous les signes extérieurs de son développement

    ne laissent transparaître aucune faille,

    aucune souffrance, mais renverrait même l'image d'une famille quasi parfaite

    dans laquelle l'enfant se développe et grandit dans l'harmonie sans jamais poser de problème.

    Par conséquent cet enfant n'a aucun moyen direct de crier son malaise,

    aucune accroche possible dans cette illusion d'harmonie et cette réalité factice,

    aucune place pour une quelconque révolte : le piège est bien ficelé, l'image renvoyée est lisse,

    socialement correcte.

    C'est un peu comme avoir un révolver braqué dans le dos et être obligé de faire bonne figure

    pour que celui qui le pointe tire.

     

     

     

    ETRE L'ENFANT D'UNE MERE PERVERSE NARCISSIQUE

     

     

     

     

    - Isolement et solitude

    Le pervers narcissique vit avec son enfant mais ne partage rien,

    sécheresse affective absolue, un gouffre infini les sépare.

    La plaie de l'enfant est à l'intérieur comme sa solitude.

    Que sa mère soit donc rassurée pour l'heure tout semble normal.

    Un dernier aspect du sentiment d'isolement est directement lié à l'autre parent, le conjoint,

    sur lequel le PN exerce une emprise considérable.

     

    SENTIMENT CHEZ L'ENFANT :

     

    - Affirmation de soi très délicate :

    il sait qu'il doit se glisser dans le costume étroit qu'on a confectionné pour lui, sinon il deviendra un étranger.

    Il n'y a pas d'espace pour la contestation, qui serait immédiatement étouffée et violemment réprimée.

    La discrète mais réelle dictature ambiante ne laisse évidemment pas de place à la discussion

    à l'échange de points de vue différents puisque rien ne doit risquer de menacer l'ordre établi.

    L'enfant ne s'oppose pas de front au PN,

     il se réfugie souvent dans le silence ce qui lui vaut alors d'être défini comme un enfant sage et bien élevé.

     

    POURQUOI JE REPOUSSAIS MES PARENTS

    L'enfant dans sa famille témoigne d'une raideur forte vis-à-vis du contact physique.

    Les rares étreintes avec le parent ne sont pas chaleureuses,

    comme si l'enfant se préservait de manière inconsciente d'une dangereuse contamination.

     

    SOURCE : Yvonne Poncet-Bonnissol.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    "La Perversion Narcissique n'est pas une relation normale.

    C'est un mécanisme qui cherche à détruire l'autre, à le rabaisser, à le faire souffrir, à le rendre fou.

    Vous êtes le médicament de cette personne.

    Il ne supporte pas son conflit intérieur".

     

     

     

    "Quand vous êtes pris sous le feu nourri de quelqu'un de fou,

    vous n'arrivez pas à faire le point, à comprendre ce qui vous arrive et vous vous laissez faire.

      Le livre leur fait comprendre, il se passe ça et ça, leur explique comment s'en sortir...

    C'est donc montrer  à ces personnes qu'elles ne sont pas folles,

    que ce qu'elles vivent existe bien et que c'est insupportable.

    Le Pervers Narcissique est proche de la schizophrénie .

    Vous ne satisferez jamais cette personne."

     

     

    JEAN CHARLES BOUCHOUX

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  

    Se faire déposséder d'années de sa vie par le Pervers Narcissique est déjà monstrueux à assimiler,

    mais l'hémorragie qui peut suivre sera des plus terribles.

     

     

    Comment obtenir de l'aide lorsque tout le monde connaît ce que vous qualifiez de monstre

    comme un être super sympa, l'ami indispensable, le collègue amusant, la mère parfaite...

    C'est quasiment impossible au risque de passer pour fou aux yeux  de tous

    avec un isolement social comme psychologique absolument terrifiant.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La Perversion Narcissique dans le couple,

    La Perversion Narcissique sur l'enfant,

    La Perversion Narcissique au travail....

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  

     

    Jean-Charles BOUCHOUX, psychanalyste et écrivain,

    auteur de "Les Pervers Narcissiques - Qui sont-ils ? Comment fonctionnent-ils ? Comment leur échapper ?",

    aux éditions Pocket, répond et nous donne quelques pistes pour aider les victimes.

     

     

     

    Qu'est ce qu'un pervers narcissique ?

    Une pervers narcissique, c'est quelqu'un qui emploie massivement des mécanismes pervers narcissiques,

    c'est quelqu'un qui est malade, proche de la schizophrénie.

    Pour ne pas décompenser en schizophrénie, il va créer une relation bizarre avec quelqu'un, appelée la victime.

     

    Ce qui lui fait peur, c'est de se couper en deux,

    comme le docteur Jekyll et M Hyde qui en fait est une seule personne.

    Il va créer une relation fusionnelle avec quelqu'un

    et dans la relation, il va dire "je suis le docteur Jekyll et tu es mister Hyde."

    Il rentre dans un processus très particulier avec des mécanismes très précis.

    On retrouve toujours les mêmes mécanismes d'isolement de la victime, de collage à la victime,

    de critique incessante qui a commencé par de la séduction.

    Il va tenter de faire porter à l'autre sa propre pathologie.

    En clair, il va rendre l'autre fou à sa place.

     

     

    Qui est pervers narcissique ?

    C'est le conjoint, c'est le parent, c'est l'employeur.

    Il y a besoin d'une relation très proche.

     

     

    Un pervers narcissique peut-il changer ?

    Non, on ne soignera pas un pervers narcissique

    puisque pour soigner quelqu'un, il faut qu'il ait envie de s'en sortir.

    Le pervers narcissique n'est pas malade dans sont esprit

    donc il ne veut pas se soigner donc on ne peut pas le soigner.

     

     

    Comment aider les victimes des pervers narcissiques ?

    Pourquoi sont elles restées ?

    Souvent les victimes des pervers narcissiques restent

    parce qu'elles ont le sentiment qu'elles vont réussir à soigner l'autre, à le changer.

    Mais c'est un fantasme. Et dans ce fantasme, on trouve un désir de toute puissance

    "Ah si j'étais capable de soigner l'autre".

    Ce sont souvent des personnes qui ont un grand cœur et qui font des choses pour aider sincèrement l'autre.

    Mais une fois qu'on a compris comment le pervers narcissique fonctionne,

    on a tout intérêt à partir, à mettre un maximum de distance même si c'est difficile.

    L'idée c'est que le sujet ne devienne plus le pervers narcissique mais la victime :

    quel est votre objectif de vie ? Qu'est ce que vous désirez dans la vie ?

    Où est ce que vous souhaitez aller ? Pourquoi avez vous eu besoin de rencontrer une personne comme ça ?

    Qu'est-il venu vous montrer ?

    Quand il y a une répétition,

    c'est souvent qu'il y a quelque chose de l'enfance qui se rejoue et qui se rejouera encore,

    donc on a tout intérêt à faire un travail sur soi quand on a été victime d'un pervers narcissique.

     

    Comment retrouver l'estime de soi après avoir été victime ?

    En se regardant dans la glace !

    Nos pères nous le crient depuis 2000 ans : "connais toi toi-même !".

    C'est en se rencontrant soi-même que l'on n'est plus victime

    parce qu'un pervers narcissique nous reproche d'être nul, qu'on ne vaut rien...

    Il faut réussir à ne pas être blessé par les critiques malveillantes des autres.

    Un pervers narcissique ne blesse que si on lui attribue la force et la capacité de dire ce que nous sommes.

    Nous serons des victimes potentielles tant que nous aurons besoin de l'autre pour certifier notre image.

     

    INTERVIEW  ACCORDEE AU JOURNAL "MARIE CLAIRE"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    "Le lien devient ligature"

    PAUL RACAMIER

     

     

     

    La perversion narcissique résulte d'une captation narcissique

    (enfermement de l'enfant dans le lien d'extrême dépendance, voir d'identité,

    que l'enfant forme avec sa mère, voir plus indirectement avec son père).

     

    Si cette fusion est nécessaire dans les premiers moments de la vie,

    elle  est amenée à se dissiper pour permettre à l'enfant de réussir une séparation

     et ainsi accéder à son devenir d'homme.

    Il ne deviendra un sujet qu'en se séparant psychiquement, ce qui constitue sa seconde naissance.

     

    A défaut de cette séparation,

    si l'enfant a été retenu, amalgamé aux désirs de ses parents, c'est à dire utilisé par eux, l'issu est dramatique.

    L'enfant expulsé dans la vie, privé d'une assise psychique est comme emputé de sa propre origine ;

    il tentera alors de la fonder, d'en être le créateur

    (en psychanalyse : fantasme d'auto engendrement).

     

    Deux issues (folies) :

    - Perversion narcissique - manipulation de la réalité et d'autrui

    - Psychose - perte du sens de la réalité (échec profond de l'élaboration du moi).

     

     

    Pourquoi le pervers utilise t-il autrui et comment se représente t-il autrui ?

     

    Certainement pas comme un semblable mais comme une proie.

    Il se nourrit de la vie des autres, absorbe leur vitalité,

    dévitalise tous les liens possibles,

    ne supporte pas que ça vive et que ça jouisse en dehors de lui.

    Il renforce sa puissance et de se donner une jouissance par l'exercice de l'emprise.

    Il ne lâche pas sa proie, il veut sa peau.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

    Conférence :

    Les manipulateurs pervers narcissiques

     

    Le 30/03/2018 - 19H30 à 21H30

    Hôtel Arlux

    Rue de Lorraine

    6700 ARLON

    BELGIQUE

     

     

     Les manipulateurs, pervers narcissiques sont comme un poison dont on boirait chaque jour une petite goute.

    Pas assez pour avoir une réaction soudaine

    mais juste ce qu'il faut pour nous atteindre, nous affaiblir, nous détruire à petit feu.

    Juste ce qu'il faut pour penser que l'on ne peut pas s'en passer

    et ne pas voir qu'il s'infiltre dans les moindres recoins de notre estime de soi, de notre corps, de notre âme.

     

    Emprise, violence physique et ou psychologique, destruction massive, manipulation,

    culpabilité, chantage affectif, humiliations, mensonges...

    Si ces mots vous sont familiers, il est temps de vous informer et d'entrevoir les solutions.

     

    Nous aborderons les difficultés que représente le fait de grandir

    face à un parent manipulateur pervers narcissique. Les impacts que ça laisse, les blessures qu'il faut guérir,

    les croyances que l'on développe en tant qu'enfant et les traces et conséquences dans la vie d'adulte.

     

    Dans un couple, un MPN est une vraie arme de destruction massive.

    Estime de soi, confiance en soi, intégrité physique et psychologique, dépendance affective, peur

    sont autant d'éléments utilisés et entachés par son emprise.

    Enfin nous aborderons les solutions et les façons de s'en sortir.

    Nous vous donnerons des pistes afin de vous reconstruire et de vous en sortir.

     

    Cette conférence s'adresse également aux avocats, juristes, juges, assistants sociaux, psy,

    personnel soignant en tous genres, médiateurs enseignants, éducateurs, coach et toute personne qui,

    de près ou de loin, sont en contact ou seront en contact avec des victimes de manipulateurs.

    Venez vous informer, apprendre les clés pour les reconnaître, connaître les comportements à avoir

    face à ce type de personnes et les meilleures façons d'aider leurs victimes.

     

    Cette conférence sera réaliste mais pleine d'espoir !!

    Le premier pas de la libération est l'information et avec elle la prise de conscience.

    Le livre "Survivre aux parents toxiques",

    qui traite des parents manipulateurs pervers narcissiques écrit par Julie Arcoulin, sera disponible sur place.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    Les biens matériels sont des illusions.

    Schopenhauer démontre avec élégance que l'accumulation de richesses

    n'en finit jamais et n'apporte que déception ;

    Plus nous possédons, plus nos exigences s'accroissent.

     

    A méditer....

    Philippe Schopenhauer, philosophe - (1788-1860)

     

    La richesse est comme l'eau de mer :

    plus nous en buvons, plus nous avons soif.

    Finalement, nous ne possédons pas nos biens : ils nous possèdent.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

    citation

     

     

    LA REUSSITE CE N'EST PAS QUAND TU ES AU SOMMET

    MAIS QUAND TU TOUCHES LE FOND

    ET QUE TU ES CAPABLE DE REBONDIR.

     

    NICOLAS HOCQ

    HYPNOTHERAPEUTE - COACH

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    La crise touche autant l'entourage que le jeune lui même :

    "au désarroi des adolescents répond souvent celui des parents, tout aussi intense.

    Le désarroi des parents provient des sentiments mitigés ou isolés d'angoisse, d'impuissance,

    de déception et de tristesse ressentis sourdement face à un jeune qu'ils ne saisissent plus,

    qui devient comme un étranger indifférent à combler leurs espoirs et leurs attentes".

    Il réactive chez eux des conflits anciens mal résolus ou des blessures mal cicatrisées,

    des sentiments d'être abandonnés ou d'avoir perdu l'amour de leur enfant.

    Ils peuvent y répondre en cherchant à conserver le lien antérieur

    par la complaisance et l'identification aux goûts et activités des adolescents

    ou par une crispation autoritaire et un besoin de contrôle qui ne fait qu'exaspérer les conflits.

    La tâche des parents est alors d'accompagner l'adolescent dans sa marche vers l'autonomie,

    d'accepter la transformation du lien sans chercher à le culpabiliser ou à le retenir,

    et de le rassurer sur leur présence à ses côtés quand elle est sollicitée.

     

    "Aimer son enfant,

    c'est l'aider à trouver l'estime de soi nécessaire

    pour qu'il nous quitte dès qu'il se sentira prêt".

     

    Marcel RUFO

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    La Confusion des sentiments....

    Un magnifique livre, fort bien écrit... J'ai beaucoup aimé - Faustine

     

     

    LA CONFUSION DES SENTIMENTS DE STEFAN ZWEIG

     

    Au soir de sa vie, un vieux professeur se souvient de l'aventure qui,

    plus que les honneurs et la réussite de sa carrière, a marqué son existence.

    A dix-neuf ans, il a été fasciné par la personnalité d'un de ses maîtres ;

    l'admiration et la recherche inconsciente d'un Père font alors naître en lui

    un sentiment mêlé d'idolâtrie, de soumission et d'un amour presque morbide.

    Freud a salué la finesse et la vérité avec lesquelles l'auteur d'Amok et du Joueur d'échecs

    restituait le trouble d'une passion et le malaise qu'elle engendre chez celui qui en est l'objet.

    Parue en 1927, ce récit bref et profond connut un succès fulgurant,

    en raison de la nouveauté audacieuse du sujet.

    Il demeure assurément l'un des chefs d'œuvre du grand écrivain autrichien.

     

     

    Dans cette nouvelle, Stefen Zweig excelle à décrire la force destructrice de la passion,

    en butte aux contraintes de la morale.

    Avec la finesse de style qui le caractérise, l'auteur dit l'ambiguité du désir et de l'amitié,

    la "confusion" des pulsions et des êtres, la complexité de la nature humaine.

    Sa capacité à révéler dans La Confusion des sentiments la réalité du tabou de l'homosexualité

    fut saluée notamment par Freud...

    Nathalie Gouiffès

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    Selon les biographes Judith Miller et Laurie Mylroie,

    Saddam Hussein est né le 28 avril 1937 et a grandi dans une famille de paysans

    qui vivait près de Tikrit, dans une grande pauvreté.

    Son père biologique et son frère ainé seraient morts d'un cancer, juste avant sa naissance.

    Sa mère aurait tenté d'avorter.

    Il semble qu'elle ait ensuite refusé de voir son enfant,

    qui a été confié à un oncle pendant trois ans, jusqu'à son remariage.

     

    Petite histoire à méditer....

     

     

    La suite ne fut que maltraitance physique et psychologique.

    Son beau père, un berger, ne cessait d'humilier le gamin, le traitait de fils de P...  ou de chien,

    le battait et le martyrisait sans pitié.

    Pour exploiter au maximum la force de travail de l'enfant sans défense,

    il lui avait interdit jusqu'à sa dixième année d'aller à l'école

    et l'éveillait au milieu de la nuit pour l'envoyer garder le troupeau.

     

    Tout enfant se forge, en ces années décisives, ses images du monde et ses valeurs.

    Il naît en lui des désirs qu'il rêve de réaliser un jour.

    Pour Saddam placé sous le joug de son beau père, ces désirs ne signifiaient vraisemblablement qu'une chose :

    exercer un pouvoir illimité sur d'autres humains.

    Dans son cerveau se formait l'idée que le seul moyen de retrouver sa dignité volée

    serait d'exercer sur d'autres le même pouvoir que cet homme sur lui.

    Il ne connut dans son enfance aucun autre idéal, aucun autre modèle :

    face à ce beau père tout puissant, il était la victime soumise sans défense à ce régime de terreur.

    Son corps ne connaissait rien d'autre que la violence.

    C'est sur le même modèle que, plus tard, Saddam organisa la structure totalitaire de son pays.

     

    Tout dictateur nie les souffrances de son enfance et tente de les masquer derrière sa folie des grandeurs.

    Nous savons que le caractère d'un tyran ne change pas au cours de sa vie,

    qu'il abuse de son pouvoir aussi longtemps qu'il ne rencontre aucune résistance.

    La raison d'agir ainsi n'est pas d'abord politique.

    Elle est sous entendue par un besoin profond, caché derrière tous les agissements conscients de la personne :

    faire en sorte, grâce à cette puissance, que les humiliations subies dans l'enfance,

    obstinément niées, n'aient jamais eu lieu.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires