• L'abandonnique

     

     

     

     

     

    L'abandonnique n'a pas acquis le sentiment de sa propre valeur.

    Il doute de susciter amour et sympathie.

     

    L'abandonnique

     

    Cette non valorisation le maintient dans un état d'insécurité intérieure profond et l'inhibe.

    Il se sent exclu. Du même coup, il a tendance à survaloriser l'autre de manière radicale.

    Il slalome entre angoisses, désirs avortés, doutes, anticipant les coups à venir.

    Pour lui, le monde est parsemé d'embûches, inquiétant, suspect, désespérant.

    Il craint de décevoir, de déplaire, de lasser.

     

    « Perversion narcissique : effet sur les victimes.Vocation »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 24 Août 2016 à 11:17

    J'ai parcouru quelques pages, belle démarche Faustine.

    J'ajoute une chose, simple, concernant les besoins d'un "abandonnique" :
    qu'au moins une personne lui valide son existence.
    Par exemple, lui dire "pour moi tu comptes, tu as ta place, tu es important, etc."

    Pour le reste, de ce que j'ai lu, c'est sensé.

    Attention avec les termes, qu'ils ne nous enferment pas dans des représentations prédéfinies de certains.
    Par exemple : l'hypersensibilité indique une sensibilité plus fine, c'est tout.
    Alors que certains psy américains sont en train de classer l'hypersensibilité dans les psychopathologies = danger.
    Par rapport à quoi une personne serait hypersensible ? Par rapport aux insensibles de plus en plus nombreux ?

    En bref, ne pas se cloisonner dans des termes ni des théories.
    S'écouter et s'exprimer (en psychothérapie ou non, par exemple sur un blog comme ici...)

    Un salut

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :