•  

    Avoir grandi comme une petite adulte qui n'a jamais eu la liberté d'être une enfant a un coût élevé.

    Vous avez été entraînée à consacrer toute votre attention à votre mère,

    devenant ainsi spécialiste de ses besoins plutôt que des vôtres,

    à rester vigilante pour anticiper les difficultés et les résoudre.

    Mais il y a un revers cruel à cette inversion des rôles : c'est un mécanisme voué à l'échec.

    Un enfant ne peut résoudre les problèmes de sa mère : seule cette dernière peut le faire.

    Même le plus beau sourire et les plus grands sacrifices qu'un enfant puisse offrir

    ne peuvent pas changer sa mère.

    Mais la petite fille ne peut pas s'empêcher d'essayer.

    Et quand ses efforts s'avèrent vains, elle se sent défaillante et honteuse.

    Les jeunes filles s'accommodent de ces sentiments

    en prenant la résolution, quand elles seront grandes, d'y arriver,

    et un fois adultes, elles s'efforcent inlassablement de remplir cette mission.

    Elles en font trop pour les autres, donnent trop, aident trop.

    C'est ce que les psychologues appellent une compulsion de répétition.

    Lorsque vous êtes poussée par cette compulsion,

    votre vie ressemble à une interminable série de fardeaux,

    un tourbillon infini de problèmes à résoudre.

    La joie, l'insouciance et le plaisir sont absents du paysage.

    Et il devient difficile de distinguer l'amour de la pitié.

     

    SUSAN FORWARD

    "Ces mères qui ne savent pas aimer."

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Donald WINICOTT

    (1896-1971)

     

    Pédiatre anglais qui parallèlement à son activité médicale, a pratiqué la psychanalyse pour enfants et adultes.

    Son expérience de la pédiatrie et la lecture d'un livre de Sigmund Freud

    le font s'engager dans une longue analyse personnelle, de l'âge de 30 à 40 ans.

    Il devient élève de Mélanie Klein.

     Il se forme pour devenir analyste de 1927 à 1934

    Il est qualifié comme analyste pour enfants en 1935.

     

    D.Winicott

     

    Son œuvre considérable a entrainé un tournant fondamental dans la théorie et la pratique psychanalytiques.

     Le contact permanent avec les bébés et les enfants lors de ses consultations hospitalières

    lui ont permis de valider certains éléments de la théorie freudienne mais d'en remettre d'autres en cause.

    Il constate ainsi que la plupart des  enfants présentant des troubles

    ont manifesté des difficultés dans leur développement affectif

    au cours de la toute première enfance et même au stade de nourrisson.

    Tout ne se joue pas donc autour du complexe d'Œdipe comme Freud le prétend.

     

    Son œuvre est centrée sur la nécessité, pour le développement, d'un environnement "suffisamment bon",

    faute de cela, l'enfant se construira une personnalité d'emprunt.

    Winicott apporte un éclairage nouveau sur le fonctionnement mental du très jeune enfant.

    Il considère que le bébé est une personne dès les premiers jours.

    Il estime que l'enfant sait plus de choses sur sa mère qu'elle en connaît sur lui

    car il a partagé durant neuf mois sa vie intime.

    Winnicott s'est aussi penché sur les soins prodigués aux nourrissons.

    Il donne beaucoup d'importance à la manière dont la mère porte son enfant (holding),

    la manière dont elle le soigne (handling)

    et la manière qu'elle a de lui présenter les objets nouveaux (objet presenting).

     

     

     

    Le "squiggle game"

    (Technique inventée par D.W.WINNICOTT)

     

    D.Winicott

     

    C'est une technique projective qui instaure une intimité entre patient et thérapeute,

    et qui établit une aire de jeu entre eux deux.

    Le  thérapeute fait un gribouillis et demande à l'enfant de le transformer, d'en faire quelque chose.

    Ensuite c'est l'enfant qui fait un gribouillis, et le thérapeute complète.

    En général, le jeu évolue vers le détail significatif qui permet d'atteindre la zone de conflit, le point de détresse.

    A chaque fois qu'il approche de cette zone de détresse, l'individu  se surprend lui-même à être très angoissé.

    S'opère alors un changement qualitatif dans l'expression, dans le matériel psychique.

    Il est arrivé à Donald Woods Winnicott de voir un enfant tous les six mois ou tous les ans.

    La séance peut durer 2 ou 3 heures.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Extrait de "cessez d'être gentil, soyez vrai". Thomas d'Ansembourg

     

    J'ai appris à être un petit garçon sage et raisonnable et à être toujours à l'écoute des autres.

    Parler de soi et de ses émotions n'était pas bien perçu.

    Parler de soi était suspecté d'égocentrisme, de narcissisme, de nombrilisme.

     

    Peut être vous reconnaitrez vous.

     

     

    Si un jour j'étais en colère et que je l'exprimais, j'ai pu entendre :

    "Ce n'est pas bien d'être en colère. Un petit garçon sage ne se met pas en colère.

    Va dans ta chambre et tu reviendras quand tu auras réfléchi."

     

    J'allais réfléchir  avec ma tête qui avait tôt fait de me juger coupable.

    Alors je me coupais de mon cœur en me mettant ma colère dans ma poche 

    et je redescendais racheter l'intégration familiale en affichant un faux sourire.

     

    Si un autre jour j'étais triste et ne savais que faire de mes larmes,

    secoué tout à coup par une de ces lourdes peines qui peuvent s'abattre sur vous

    sans que vous compreniez pourquoi et que j'avais juste besoin d'être rassuré et consolé,

    j'ai pu entendre : "Ce n'est pas bien d'être triste, avec tout ce qu'on fait pour toi !

    Et puis il y en a qui sont bien plus malheureux. Vas dans ta chambre, tu reviendras quand tu auras réfléchi".

    Renvoyé de nouveau !

     

    Je remontais dans ma chambre et le processus rationnel reprenait le dessus :

    "C'est vrai, j'ai pas le droit d'être triste, j'ai un papa, une maman, des frères et sœurs,

    des livres pour aller à l'école et des jouets, une maison et à manger, de quoi je me plains ?

    C'est quoi, cette tristesse ? je suis un égoïste, un nul !"

    De nouveau, je me condamnais ,me culpabilisais, me recoupais de mon cœur.

     

    La tristesse allait rejoindre la colère dans ma poche

    et je redescendais racheter ma place au sein de la famille avec un faux sourire.

     

    ON APPREND TÔT A ÊTRE GENTIL PLUTÔT QU'A ÊTRE VRAI.

     

    Et un autre jour que j'étais tout joyeux, que j'explosais de bonheur,

    j'ai pu entendre cette phrase :

    "Ne te réjouis pas trop  parce que la vie n'est pas si drôle !"

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

    La Boulimie

     

    Elle est le besoin compulsif et parfois non maîtrisable d'avaler de la nourriture.

    La Boulimie nous parle du besoin de combler un vide existentiel,

    de gérer nos  angoisses à tout moment par la nourriture.

    La relation que nous entretenons avec la nourriture

    est fortement imprégnée du souvenir de cette relation à la mère.

    Chaque tension, frustration, manque, besoin de compenser ou de récompenser,

    se fera par la nourriture.

    La peur, l'incertitude de ne pouvoir recommencer

    entraînent l'attitude compulsive et répétitive ou bien le stockage.

     

    MICHEL ODOUL

    DIS MOI OU TU AS MAL JE TE DIRAI POURQUOI.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Il n'y a aucune fatalité.

    Nul n'est condamné à vivre avec un "faux moi" indéfiniment.

     

     

    Citation....

     

     

    "La fatigue chronique, la répétition de rencontres malheureuses, la colère ou le manque d'estime de soi

    indiquent que notre être profond désire ardemment être libéré de sa prison.

     

    SARAH SERIEVIC.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • "Ecrire, C'est Hurler Sans Bruit"

     

    Marguerite DURAS.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

    En vérité, quelles que soient les conditions matérielles,

    l'histoire transgénérationnelle reste à jamais sauvegardée dans le "disque dur" du roman familial.

     

    L'enfant "Phamakos" capte avec ses antennes de petit Martien

    cette souffrance parentale enfouie

    et cherche à guérir l'enfant intérieur déprimé que le parent porte en lui.

     

    Ce genre de dysfonctionnement au sein du triangle père-mère-enfant

    pourrait perdurer durant de nombreuses générations, reproduit indéfiniment.

    Jusqu'au jour où quelqu'un a le courage de se mettre à l'écoute de sa dépression

    en la considérant avec bienveillance,

    comme le miroir et le messager de l'inconscient familial,

    avec la promesse de briser le cercle vicieux et infernal.

     

     

    MOUSSA NABATI

    LA DEPRESSION UNE EPREUVE POUR GRANDIR.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    "La psychothérapie est avant tout une rencontre avec une intelligence

    qui ne règle jamais un traumatisme, mais qui permet de mieux le vivre."

     

     

    Une définition qui me plait bien.... FAUSTINE.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Que voit le bébé quand il tourne son regard vers le visage de la mère ?

    Généralement ce qu'il voit c'est lui-même.

    En d'autres termes, la mère regarde le bébé

    et ce que le visage exprime est en relation directe avec ce qu'elle voit.

     

     

     

     

    Selon ce que ce visage exprime l'amour ou le rejet,

    la joie ou la dépression, la fierté ou l'angoisse,

    l'enfant va se sentir plus ou moins accueilli et va investir différemment l'image de soi.

    Il y a donc un jeu de miroir réciproque entre la mère et l'enfant,

    et ce jeu contribue au sentiment d'amour de soi de l'enfant.

    Si celui-ci ne sent pas qu'un regard aimant est posé sur lui,

    il pourra difficilement s'aimer et s'estimer lui-même.

     

    WINICOTT

     

    Extrait du livre "Un amour qui guérit"

    Jenny Locatelli

    Edmond Marc.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    PATRICIA D'ANGELI

    PSYCHOTHERAPIE

    Guérir vos blessures intérieures avec la Thérapie Symbolique Avancée.

     

     

    Faire de la thérapie, c'est aider une personne à aller mieux,

    mais sans forcément modifier ou faire évoluer ce qu'elle est en essence.

    Faire de la psychothérapie, c'est aider une personne à aller vers sa guérison

    en lui permettant de changer ce qu'elle est au plus profond d'elle-même.

     

    L'ESSENCE DE SOI-MÊME

    "La psychothérapie touche notre inconscient.

    Elle parle le langage des rêves, 

    car notre esprit profond ne comprend pas les concepts rationnels de notre esprit logique.

    Faire de la psychothérapie, c'est voyager dans un monde de symboles et de poésie,

    d'analogies et de résonances subtiles, c'est comprendre l'inconscient,

    les mythes qui le fondent et les archétypes qui l'expriment.

    Alors, le miracle du changement devient possible".

     

    PSYCHOTHERAPIE vous parle de vous, de votre âme profonde et de ses multiples aspects :

    sage ou enfant intérieur, critique, masculin ou féminin.

    C'est un livre pour vous-mêmes, votre couple et votre vie sociale

    - ou pour vos patients si vous êtes déjà psychothérapeute.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Etes vous une enfant de la psychanalyse ?

     

    Pour Mieux se Connaître

     

    Vous êtes une pragmatique.

    Vous êtes aussi attachée à certaines règles de vie tels que l'ordre, le respect de la parole des adultes,

    mais pas en tant que principes rigides ou comme un but en soi,

    mais plutôt comme une nécessité

    car vous pensez qu'il est indispensable de maintenir une certaine discipline pour être fonctionnel.

    En d'autres termes, vous ne confondez pas règles et valeurs.

    Vous avez des valeurs et pour vous, les règles sont ajustables,

    car elles ne sont que des conventions, des moyens au service de vos valeurs.

    Concernant les émotions, les désirs, vous pensez qu'il ne faut pas les nier

    sous peine de les voir ressurgir puissance 10 000.

    Vous optez donc la plupart du temps pour un compromis, à l'écoute de vos émotions et de vos besoins,

    mais sans en devenir l'esclave pour autant.

    Pour vous, si problème il y a, solution existe-t-il aussi et ce dans le monde réel.

    En matière d'éducation, vous êtes également dans le compromis, pensant qu'il est bon de faire preuve d'autorité,

    tout en écoutant ce que les autres ont à vous dire,

    c'est-à-dire leurs désirs et leurs ressentis.

     

    TEST

    Les enfants de la Psychanalyse

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Savoir pour guérir - La dépression

     

     

    Professeur Raymund Schwan

    Professeur Philippe Courtet

     

    La dépression est une maladie fréquente qui touche chaque année trois millions de français.

    La dépression est la première cause de suicides. Pourtant des solutions existent.

    Ce livre s'adresse en première ligne aux patients et à leur entourage,

    c'est à dire aux premier concernés et intéressés par la maladie.

    Il est écrit par des psychiatres, chercheurs et professeurs de psychiatrie

    qui leur proposent de faire le tour de cette pathologie.

    Ce livre ne se veut pas pour autant savant.

    Il s'agit tout simplement de se mettre à la portée des premiers intéressés

    et de leur donner les moyens de savoir pour guérir.

    Car savoir, c'est refuser de continuer à subir

    et devenir acteur dans un processus qui doit mener la personne souffrant de dépression vers sa guérison.

    C'est redevenir peu à peu maître de son avenir.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires