•  

    "Il y a un certain nombre d'années, avant que je ne rencontre la psychanalyse,

    une amie chère me dit à propos de son analyse :"ça m'a sauvé la vie !".

    J'en fus interloquée. Quoi ?

    Comment cette amie d'enfance que j'avais toujours admirée

    et à qui tout semblait réussir pouvait-elle avoir besoin d'être "sauvée" ?

    Et comment son psy sur la base de simples échanges de paroles, pouvait-il avoir contribué à ce sauvetage ?

    Sauver la vie ?!

    L'expression était forte, ce n'était pas simplement : "ça m'a aidée à passer un moment difficile".

    Non, cette jeune femme brillante et marquée en apparence du sceau de la réussite

    avait dit "ça m'a sauvé la vie !". C'était invraisemblable !

    Il m'a fallu à mon tour avoir besoin d'entreprendre une analyse,

    puis commercer une pratique d'analyse pour me remettre de mon étonnement initial.

      

    Aujourd'hui je voudrais apporter mon témoignage.

    Témoigner de l'incroyable expérience et du formidable parcours qu'est une cure analytique.

    Oui, une analyse, ça peut sauver la vie ! En tout cas ça vous change la vie.

    Comment ?

    Comment, se demandera t-on, une pratique basée sur la parole peut elle avoir des répercussions sur votre vie,

    votre façon d'être avec les autres, votre corps, vos pensées, votre caractère ?

    Celui qui a été au bout de son analyse sait au plus intime de lui-même, de sa chair, de sa vie

    que l'analyse est une expérience qui vaut la peine d'être tentée, d'être vécue,

    qu'il y a un avant et un après,

    qu'il n'est plus, au terme de son parcours analytique,

    ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre,

    que les choses ont changé pour lui, que sa vie s'en est trouvée transformée

    parfois de façon discrète et pourtant de façon radicale"

    .

     

    "L'EFFET DIVAN"

    Valérie BLANCO.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

     

    "J'étais toujours dans une recherche de fusion avec autrui.

    Il m'avait toujours fallu avoir une meilleure amie dont j'étais extrêmement proche.

    Cette amie, je ne voyais pas ses défauts.

    Enfin, je ne voulais pas les voir, car quand enfin je les voyais, c'était la fin de mon amitié.

     

     

     

    Témoignage....

     

      

    Aujourd'hui mes rapports amicaux ont complètement changé :

    mes amis ne sont plus des gens avec lesquels je dois parfaitement m'entendre sinon rien.

    Non, maintenant, je fréquente tel ou tel ami pour des bons moments ensemble, selon nos envies.

    Avec l'un, ça va être pour rire, avec l'autre pour discuter philosophie, avec tel autre encore pour dîner.

    Je ne suis plus dans les mêmes attentes,

    du coup je suis beaucoup moins déçue, c'est plus léger et j'ai beaucoup plus d'amis !"

     

    Extrait du livre : L'effet Divan - Valérie Blanco.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique