• JE ME RETROUVE.....

     

     

    Ces mots qui me parlent....

     

    * Le besoin d'affection, et en même temps, la certitude de n'être pas aimée,

    étaient une des caractéristiques de mon état.

    J'avais un besoin intense d'être approuvée par les autres.

     

    * Le voisin ne m'a pas salué aujourd'hui, qu'est ce qu'il a ?

    Sous entendu est ce qu'il m'en veut ?

    Si il m'en veut, j'ai peur, parce que cela fait remonter des tréfonds de ma personnalité,

    l'angoisse d'être seule, abandonnée, blâmée, critiquée, non-aimée, rejetée...

     

    * Je me retrouvais tiraillée entre des besoins contradictoires :

    d'un côté besoin d'être approuvée par les autres,

    d'un autre côté, besoin d'une indépendance absolue...

     

    * Je suis surtout préoccupée de l'effet que je fais sur les autres.

    Si on m'estime, j'ai l'impression d'être aimée et acceptée.

    Sinon, je me sens rejetée.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • " ET POURTANT, "TU AS TOUT POUR ÊTRE HEUREUX "

     

    Selon cette affirmation, seule la misère matérielle ou la maladie physique peuvent expliquer le malheur.

    Mais comment peut-on dire "tu as tout pour être heureux ?".

    Et d'abord, qu'entend-on par ce "Tout" ?

     

     

     

     Making video can be very fun http://studiocigale.fr/films/

     

     

    Généralement on veut dire par là que le sujet "ne manque de rien"

    à savoir qu'il mange à sa faim, qu'il n'a pas froid, est en bonne santé somatique,

    a une famille, est normalement intelligent et instruit.

    Mais alors pourquoi y a-t-il tant de souffrances chez ces hommes et ces femmes

    "qui ont tout pour être heureux " ?

     

    Et moi-même, qui soi-disant "avait tout pour être heureux"

    que m'arrivait-il lorsque je me sentais angoissé "sans motif valable",

    abattu pour de mauvaises raisons"

    ou triste à me morfondre.

     

    Depuis, la vie, comme ce métier m'ont appris les multiples facettes de la souffrance morale :

    l'échec, la solitude, l'humiliation, la trahison, l'angoisse ou la peur,

    la colère, la violence du harcèlement, l'insécurité affective, la tristesse ou le désespoir.

     

    Comment fait-on pour aller mieux lorsqu'on "a tout pour être heureux " ?

     

     

    ALAIN SOUTERAUD

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un enfant n'a pas le choix ; si faute de témoin secourable,

    il se trouve totalement à la merci de ses persécuteurs, il est contraint au refoulement.

    Ce n'est que plus tard, à l'âge adulte, s'il a la chance de rencontrer un témoin lucide, qu'il aura une alternative.

    Il pourra accéder à sa vérité, cesser de s'apitoyer sur son bourreau,

    renoncer à s'efforcer de le comprendre et de ressentir à son égard des sentiments qu'il n'a pas vécus.

     

     

    Si nous réussissons à abandonner cet espoir,

    les attentes se dissiperont d'elles mêmes, et nous lèverons le mensonge de notre prime enfance.

    Nous cesserons de croire que nous n'étions pas dignes d'être aimés.

    Nous n'étions pas en cause. Le fond du problème était la situation de nos parents,

    ce qu'ils avaient fait des traumatismes de leur enfance, dans quelle mesure

    ils étaient ou non parvenus à les intégrer psychiquement, et cela, nous ne pouvons rien y changer....

     

    ALICE MILLER.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    "Le précurseur du miroir, c'est le visage de la mère."

     

    L'amour qu'une mère donne à son enfant est-il mesurable ?

    Pourquoi une mère devrait-elle être "suffisamment bonne" ?

    Trop d'amour est-il nuisible?

    Trois testes du célèbre pédiatre et psychanalyste anglais :

    "La préoccupation maternelle primaire" 1956

    "La mère ordinaire normalement dévouée" 1966

    "La capacité d'être seul" 1958

    pour évoquer la curieuse folie qui prend toute mère enceinte lorsqu'elle fusionne avec son bébé ;

    la nécessité, pour que l'enfant devienne autonome, de ne pas le combler totalement ;

    et les bienfaits qu'il peut retirer d'un peu de solitude

     

    Un livre que j'ai lu deux fois...

    J'en ai compris les grandes lignes mais je dois faire une recherche de vocabulaire

    et le re-lire encore pour tout assimiler....

    Et oui, il faut savoir reconnaître ses lacunes....

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Sandor Ferenczi - L'enfant dans l'adulte.

     

    Avec la sensibilité particulière qu'il avait à l'égard des souffrances de l'enfant,

    Ferenczi n'a eu de cesse de retrouver, enfoui dans l'adulte,

    l'enfant blessé, traumatisé qu'il a été.

    Comment le ramener dans la séance ? Comment l'entendre ?

    Comment la traiter ?

    Si Freud a révélé la part de l'infantile toujours active dans la vie psychique de l'adulte,

    c'est bien Ferenczi qui a développé cette idée jusque dans ses aboutissements les plus ultimes,

    montrant combien ces parties infantiles ne cessent d'orienter et d'animer l'existence.

     

    Sandor Ferenczi - L'enfant dans l'adulte.

     

    Sàndor Ferenczi (1873 - 1933),

    Psychiatre et psychanalyste hongrois, fut selon le Dictionnaire de la psychanalyse,

    "non seulement le disciple préféré de Freud, mais aussi le clinicien le plus doué de l'histoire du freudisme".

    Mélanie Klein et Michael Balint ont été analysés par lui.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    Pour eux, l'enfant n'est qu'un prolongement d'eux mêmes, un faire valoir.

    Ils l'idolâtrent s'il répond à leurs attentes et flattent leur vanité ;

    mais ils peuvent tout autant le rejeter lorsqu'il le déçoit, qu'il ne se révèle pas assez beau,

    assez brillant ou assez docile pour que les parents puissent en être fiers.

    L'enfant n'est pas aimé pour lui-même mais pour ses qualités visibles :

    son physique, sa réussite scolaire, ses aptitudes, sa capacité à briller en société.

    C'est l'enfant à qui l'on demande de jouer du piano, de réciter une poésie ou de chanter devant les amis.

    Plus tard, il n'est apprécié qu'en raison de sa réussite professionnelle et sociale.

     

     

    Les parents narcissiques

     

    L'enfant de parents narcissiques, une fois devenu adulte, ne vit pas pour lui même

    mais pour plaire à ses parents intériorisés et avoir leur approbation.

    Il redoute inconsciemment de se voir retirer leur amour si sa réussite n'est pas suffisamment éclatante,

    ce qui entretient chez lui une angoisse latente de l'échec

    et une recherche épuisante de performance et de perfection.

     

    Les parents narcissiques peuvent aussi être des parents possessifs et tyranniques.

    De tels parents considèrent leur enfant comme un objet qui leur appartient

    et qui doit être entièrement soumis à leur autorité et à leur volonté.

    L'emprise peut prendre des formes diverses :

    autoritarisme, intimidation, dévalorisation, menaces, chantage effectif, manipulation.

     

    La manipulation est insidieuse.

    Elle consiste à exercer une emprise sur l'enfant en en cachant les véritables motifs

    et en le persuadant que c'est pour son bien .

    Le parent prétend tout faire pour son enfant, vouloir l'aider, se sacrifier pour lui

    et le taxera d'ingratitude s'il revendique un peu d'autonomie.

    Lorsque l'enfant se soumet à l'emprise parentale, il se sent craintif, faible et incapable.

    Il a peur de ne pas pouvoir se débrouiller seul s'il prend de la distance.

    Cette crainte ne fait que renforcer sa dépendance et l'empêche de se libérer et de grandir.

     

    UN AMOUR QUI GUERIT

    Jenny Locatelli

    Edmond Marc.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Qu’est-ce que l’écriture représente pour vous ?

    Pour aller mieux

     

    L’écriture vous permet de vous libérer, de vous alléger.

    C’est une façon de confier à la page ce qui vous semble pesant et difficile à exprimer de vive voix.

    Cette démarche n’est pas simple mais elle a le mérite de faire émerger ce qui vous fait souffrir,

    de le nommer et d’éviter ainsi de garder enfouies des blessures non cicatrisées.

    Il y a un aspect thérapeutique qui peut se révéler efficace et constructif.

    Excellente méthode qui se double d’un travail de rédaction parfait pour l’intellect. Bravo !

     

    Votre rapport à l’écriture est certes positif

    mais c’est probablement aussi l’expression d’une frustration ou d’un sentiment de solitude.

    Avez-vous l’impression que vos proches, votre famille soient prêts à vous entendre parler des épreuves

    qui ont laissé en vous des traces douloureuses ?

    Il est probable que vous manquiez de confiance en eux pour leur parler sans détour

    des périodes compliquées de votre vie. Peut-être craignez-vous leurs réactions ?

     

    Ne vous enfermez surtout pas dans l’écriture !

    Continuez à vous y adonner si vous en tirez bénéfice mais n’hésitez pas à aller vous confier à un professionnel,

    si besoin. Et pourquoi ne pas lui apporter vos écrits personnels ?

    Cela pourrait s’avérer être une excellente entrée en matière

     

    TEST "PSYCHOLOGIE.COM"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  A Méditer cet été...

     

    "Il faut toujours avoir le courage de ses propres idées

    et ne pas craindre les conséquences,

    parce que l'homme est libre uniquement

    quand il peut exprimer sa propre pensée,

    sans se plier aux conditionnements"...

     

    CHARLIE CHAPLIN

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je pars pour quelques semaines de vacances,

    et là encore j'irai méditer avec mon ami Lolo en Aveyron...

    Passez tous une belle fin d'été....

    FAUSTINE.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  •  

     

    Etre analysé par le père de la psychanalyse, comment était ce ?

    Très peu de patients du Dr Freud ont gardé des traces écrites de leur analyse

    et plus rares encore sont ceux qui les ont publiées.

    Les souvenirs intimes réunis dans ces pages constituent l'un des premiers témoignages

    d'une analyse conduite par Sigmund Freud.

     

    Le Dr Smiley Blanton, professeur, psychiatre

    et cofondateur de la Fondation américaine pour la Religion et la Psychiatrie,

    a conservé soigneusement des notes et un journal intime de ses rencontres avec Freud.

    Le lecteur en vient ainsi à connaître la personnalité de Freud aussi bien que celle du Dr Blanton.

    On apprend également -ce qui est plus important- de quelle façon Freud travaillait :

    ce qu'il disait, ses diverses réactions, comment le patient était questionné, etc.

     

    Le journal retrace l'analyse du Dr Blanton de septembre 1929 à juin 1930

    et durant trois périodes ultérieures : en 1935, 1937 et 1938.

     

    Des notes biographiques et une introduction de Margaret Gray Blanton, veuve de l'auteur,

    complètent le journal et le replacent dans son contexte historique.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    UN ROMAN....

     

    Itinéraire d'une psychanalyse sauvage - JC BOUCHOUX

     

    Un homme, qui n'est jamais nommé :

    "Je", à la fois personnage principal et narrateur se réveille amnésique à l'hôpital.

    Une femme, qui dit être sa femme est à ses côtés.

    Elle lui propose de partir avec lui à la recherche de son histoire.

    De son passé, il retrouvera d'abord des textes allégoriques.

    En effet, pour se débarrasser de ses angoisses,

    "Je" avait pris l'habitude d'écrire des nouvelles métaphoriques

    dans lesquelles il faisait vivre à ses protagonistes ses problématiques irrésolues....

     

    Itinéraire d'une psychanalyse sauvage - JC BOUCHOUX

    JEAN-CHARLES BOUCHOUX

     

    Depuis plus de dix ans, Jean-Charles Bouchoux, psychanalyste,

    participe à la formation de thérapeutes, de psychanalyste et de public confrontés à la relation d'aide.

    Ancien animateur de maison verte, Jean-Charles Bouchoux supervise de nombreuses structures

    (association d'aide, de gestion de tutelles, de curatelles, crèches, thérapeutes).

    Il tient de nombreuses conférences

    (Ajaccio, Troyes, Amiens, Paris, Belleville/Saônes, Bruxelles, Arles, Montpellier, Nîmes, Lausanne).

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

     

     

    La plupart des parents savent percevoir

    la signification des manifestations émotionnelles de leur jeune enfant

    et y réagir de façon adaptée.

     

     

    Quand il rit, ils l'accompagnent de leur sourire

    et quand il est inquiet, ils savent le prendre dans leurs bras et le serrer contre eux.

    Ces attitudes rassurantes engagent l'enfant vers une relation équilibrée et saine avec le monde et lui-même.

    Il apprend à faire confiance à sa compréhension des choses,

    et à croire que les autres peuvent l'aider à se comprendre lui-même.

     

    FRAGMENTS D'UNE PSYCHANALYSE EMPATHIQUE;

    SERGE THISSERON.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    En France, le psychiatre Christophe André

    est le grand spécialiste de la méditation de pleine conscience, qu'il a su,

    avec chaleur et conviction, rendre accessible à un public très large,

    via plusieurs ouvrages et même une appli ("méditer avec Christophe André").

    La méditation est devenue un équivalent de ce qu'était la psychanalyse en France dans les années 1970 :

    plus encore qu'un outil psychothérapeutique, une hygiène de vie,

    voire, pour certains, une éthique existentielle ou une pratique spirituelle.

     

     

     

     

    J'aurai la chance de participer à cette conférence :

     

    Thème de la conférence :

    Bonne humeur, paix intérieure, confiance, sérénité...

    Mais aussi cafard, inquiétude, nostalgie, agacement, désespoir.

     

    Mélange subtil d'émotions et de pensées,

    nos états d'âme sont le cœur battant de notre vie intérieure et de notre lien au monde.

    Toujours présents, toujours influents, ils accompagnent chaque moment de notre existence.

    La conférence proposera comment mieux les explorer et les comprendre,

    comment les savourer ou les pacifier,

    pour nous guider vers un petit peu plus de bonheur, de sagesse et de sérénité.

     

    Source : Le Cercle Psy.

     

     

     

    Christophe André sera à Paris pour une conférence intitulée :
     

     

     Les états d'âme, un apprentissage de la sérénité

    Date et heure Vendredi 6 octobre 2017 à 19h45. 

    Lieu
    Le Grand Rex - 1 boulevard Poissonnière, Paris 2ème (métro Bonne Nouvelle).   

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire