•  

     

     

    La dépression infantile précoce,

    éloignée du champ de la parole et de la conscience,

    mais conservée intacte dans les catacombes de l'inconscient,

    jaillit comme un volcan  à l'occasion du choc que provoque une contrariété,

    porteuse de la même signification inconsciente que le désamour subi dans l'enfance.

     

    LA DIP

     

     

    La DIP est susceptible de sommeiller ainsi des années durant,

    parfois vingt, trente ou quarante ans,

    avant de resurgir sous l'effet d'un quelconque facteur déclenchant.

    Le passé exhumé inonde alors le présent.

     

     

    MR MOUSSA NABATI - Le bonheur d'être "soi".

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    "La vérité est que, sitôt que je me sens bien,

    toi tu détruis tout,

    jusqu'à ce que de nouveau je me porte mal,

    parce que la vie qui me procure une amélioration te fâche...

     

    Citation....

     Quand trop c'est trop....

     

    Mais il est affligeant que je ne puisse avoir en même temps, ton affection et ma santé".

     

    MARCEL PROUST - Correspondance.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    "Votre situation inclut un troisième personnage :

    votre père qui est en fait -et vous ne l'entendez pas- le personnage principal.

    Car c'est lui qui verrouillait le piège dans lequel vous étiez prise.

    D'abord en laissant sans jamais vous défendre, votre mère vous tyranniser,

    et surtout en vous empêchant de répliquer pour le préserver lui qui, dites vous,

    "n'a rien demandé dans l'histoire".

     

    Une réponse que je fais mienne....

     

     

    Rien demandé ? N'est-il pas votre père avec ce que cela suppose de devoir de protection ?

    Comment expliquer qu'il assistait en spectateur non concerné à la destruction de sa fille ?"

     

    CLAUDE HALMOS

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  •  

     

     

    De nombreux ouvrages ont dépeint le Pervers Narcissique comme un sociopathe

    agissant comme un prédateur allant jusqu'à détruire l'identité de sa proie

    par la manipulation mentale ou le harcèlement moral.

     

    Le Pervers Narcissique

     

     

    Ces personnes n'ont pas vraiment conscience du mal qu'elles engendrent chez les autres

    et elles n'ont pas vraiment d'émotions en ce sens.

    Un peu comme si la maturité émotionnelle s'était figée en bas âges suite à une grande sensibilité bafouée ;

      leurs mécanismes de défense sont devenus sarcastiques*.

    Satisfaire leurs besoins, leur égo est leur ligne directrice au quotidien.

     

    Il est préférable de s'en éloigner et de se faire aider

    sinon on y perd son énergie et on se désole à tenter de se faire apprécier inutilement.

     

    *Etre sarcastique c'est dire le contraire de ce que l'on pense, sans montrer qu'on pense le contraire de ce que l'on dit....

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Pourquoi reste t-on accroché à ce qui nous fait mal ?

    Souvent parce qu'on a l'angoisse d'être abandonné.

    Cela les pervers narcissiques le savent très bien

    puisqu'ils utilisent justement chez leur victime cette peur pour renforcer leur emprise sur elles.

    Jean-Charles Bouchoux propose d'y remédier dans ce livre plein de sagesse,

    suite de son best seller Les Pervers narcissiques,

    où il explique comme se développe l'angoisse d'abandon et donne à chacun les moyens de s'en libérer.

     

     

    Psychanalyste, Jean Charles Bouchoux pratique aussi la méditation zen.

    De livre en livre, il ne cesse d'ouvrir la psychanalyse à la spiritualité.

    Depuis plus de dix ans, Jean Charles Bouchoux, participe à la formation de thérapeutes,

    de psychanalystes et de public confrontés à la relation d'aide.

    Ancien animateur de maison verte, Jean Charles Bouchou supervise de nombreuses structures

    (association d'aide, de gestion de tutelles, de curatelles, crèches).

    Il tient de nombreuses conférences.

     

    La maison verte

    est un lieu de rencontre et de loisirs pour les tout petits avec leurs parents.

    Pour une vie sociale dès la naissance, pour les parents, parfois très isolés

    devant les difficultés quotidiennes qu'ils rencontrent avec leurs enfants.

    Ni une crèche ni une halte garderie, ni un centre de soins,

    mais une maison où mères et pères, grands-parents, nourrices sont accueillis....

     

    FRANCOISE DOLTO.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Je n'ai pas les mots pour dire ma solitude, ma tristesse ou ma colère

    Je n'ai pas les mots pour dire mon besoin d'échange, de compréhension, de reconnaissance,

    Alors je critique, j'insulte ou je frappe.

    Alors je me pique, je picole ou je déprime.

    THOMAS D'ANSEMBOURG.

     

    Préambule.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    L'amour qu'éprouve pour ses parents l'ancien enfant délaissé,

    n'est pas de l'amour.

    C'est un attachement grevé d'attentes, d'illusions et de dénis

    et dont la rançon sera très élevée.

     

    ALICE MILLER.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Notre Corps ne Ment Jamais - Alice Miller

     

    Quand nous tombons malades, quand nous faisons l'expérience de la dépression,

    de la toxicomanie, de l'anorexie...,

    c'est que nous sommes traversés par un conflit intérieur

    entre ce que nous ressentons et ce que nous voudrions ressentir.

    D'un côté il y a notre corps, qui garde intacte la mémoire de notre histoire...

    De l'autre, il y a notre esprit et notre volonté conditionnés par la morale et l'éducation traditionnelles

    à aimer et honorer quoiqu'il arrive, nos parents.

     

    Ce livre nous montre, à travers de nombreux exemples, notamment les vies d'écrivains célèbres,

    les conséquences parfois dramatiques de ce conflit, mais aussi qu'il existe, aujourd'hui des raisons d'espérer.

    Non nous ne sommes pas obligés d'être les bons enfants de nos parents

    s'ils nous ont fait du mal et s'ils continuent de pratiquer le chantage affectif.

    Oui c'est notre responsabilité que d'être attentifs aux signaux d'alerte que nous envoie notre corps.

    Oui au terme de ce chemin exigeant

    par lequel nous acceptons de relire l'histoire de nos rapports avec nos parents,

    il y a l'espoir de naître à une authentique liberté intérieure.

     

    Notre Corps ne Ment Jamais - Alice Miller

    ALICE MILLER

     

    Alice MILLER a longtemps exercé la psychanalyse avant de se consacrer à ses recherches sur l'enfance.

    Elle est l'auteur de nombreux livres sur les causes et les conséquences

    des mauvais traitements infligés aux enfants.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    IRVIN YALOM - Le Jardin d'Epicure

    "Deviens qui tu es."

     

    "Je me souviens qu'à la fin de la séance vous ne vouliez pas lâcher ma main

    quand j'ai essayé de déguerpir de votre cabinet.

    Je vais vous dire une chose, je vous suis reconnaissante de ne pas avoir lancé d'ultimatum.

    Je vous aurais quitté."

     

    Quand Amelia, SDF accro à l'héroïne et prostituée,

    choisit d'entamer une nouvelle vie et rencontre le docteur Yalom, qu'arrive-t-il ?

     

    Dans la lignée du Bourreau de l'amour, La Malédiction du chat hongrois

    ou dans le secret des miroirs,

    "le jardin d'épicure" est le fruit de toute une vie passée à explorer l'existence humaine.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Alexandre JOLLIEN - Petit traité de l'abandon....

    Pensées pour accueillir la vie telle qu'elle se propose.

    -----------

    Etre vrai, me dépouiller des masques, oser l'abandon plutôt que la lutte,

    voilà qui me guide dans le périple de l'existence, où jamais nous ne pouvons nous installer.

    Pour demeurer fidèle à soi, pour vivre une authentique simplicité du cœur, tout un art est requis.

    C'est celui-ci que j'ai librement esquissé ici.

    Comment s'abandonner à la vie sans baisser les bras ?

    Comment goûter la joie sans nier le tragique de l'existence ?

    Comment traverser le découragement sans devenir amer ?

     

    Alexandre JOLLIEN - Petit traité de l'abandon...

     

     

    Ce petit traité de l'abandon tente de dégager un chemin vers la liberté intérieure

    et de dessiner un art de vivre qui permette d'assumer les hauts et les bas du quotidien.

    Ni mode d'emploi ni recette, juste des explorations pour découvrir quelques outils,

    et des exercices spirituels pour avancer.

    Ainsi, j'ai puisé dans la tradition philosophique et celle du zen une invitation à une vie plus simple,

    car le bonheur ne procède pas de l'accumulation mais du dépouillement.

    C'est la joie qui mène au détachement et non le contraire.

    D'où cet itinéraire vers l'abandon, né de mes joies et de mes blessures."

     

    Alexandre JOLLIEN - Petit traité de l'abandon...

     

     

    Né en 1975,

    Alexandre Jollien a vécu dix sept ans dans une institution spécialisée pour personnes handicapées physiques.

    Philosophe et écrivain, il est l'auteur d'une œuvre qui connaît un succès constant.

    Il se marie en 2004 avec Corinne, Suissesse rencontrée à Dublin.

    Ils ont trois enfants.

    Depuis l'été 2013 il séjourne avec sa famille à Séoul, en Corée du Sud, pour se "refaire une santé".

    Il a en effet l'opportunité d'y approfondir sa pratique du zen tout en se plaçant sous l'égide d'un maître

    et poursuit sa quête de connaissance des Evangiles.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Sa proie peut mettre des années

    avant de se rendre compte du processus de destruction dont elle est l'objet.

     

     

    Au commencement ce sont des brimades, des phrases anodines avec des sous entendus blessants.

    La victime de son côté, donne énormément d'elle, mais ce n'est jamais assez.

    Toujours irréprochable à ses propres yeux, le pervers narcissique considère que les autres ont toujours tort.

    Il peine à voir la disproportion entre le peu qu'il donne et tout ce qu'il prend ou reçoit.

    Selon lui, l'autre ne témoigne qu'ingratitude et mesquinerie.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    QUI EST LE PERVERS NARCISSIQUE ?

     

    Le Pervers Narcissique est quelqu'un qui n'est pas fini.

    Et ce non fini implique qu'il a besoin de l'autre pour le compléter.

     

     

    Perversion Narcissique.

     

     

    QUI SONT SES VICTIMES ?

    Les victimes d'un pervers narcissique présentent le plus souvent une vulnérabilité psychique.

    Sensibles, elles présentent un narcissisme fragile

    avec quelques brèches par lesquelles le pervers va s'introduire.

     

    Elle ont des antécédents traumatiques dans l'enfance ou l'adolescence qu'elles ignorent

    souvent parce qu'ils ont été refoulés, et souvent un père effacé  qui n'a pas été assez sécurisant.

     

    Les  victimes ont les qualités que le pervers  n 'a pas :

    créatrices, prêtes à donner le meilleur d'elles,

    réellement séduisantes, extraverties et vivantes, elles savent exprimer leur joie.

     

    Profondément généreuses et altruistes, elles ne peuvent concevoir que la perversité existe.

    Elles trouvent toujours des excuses à leur bourreau.

    Prêtes à se sentir coupables, elles acceptent aisément la critique

    et s'épuisent à donner au pervers, une impossible satisfaction.

     

    Capables de prendre sur elles et d'intérioriser une culpabilité qui n'est pas la leur,

    elles ont tendance à penser que tout est leur faute.

     

    Les victimes sont pleines d'énergie, d'allant,  d'enthousiasme, de joie de vivre.

    Elles ont un caractère passionné.

     

    Il les vampirise, les dévitalise parce qu'il croit ainsi pouvoir aspirer leurs qualités.

    Ses choix se portent donc vers des personnes honnêtes, aimables, sincères

    mais qui ont aussi un besoin de réparation et de consolation,

    manquent d'esprit critique.

     

    Certains cliniciens ont comparé l'aveuglement des victimes à celui des membres d'une secte face au gourou.

     

     

    Tellement vrai...

     

     

    Dominique BARBIER

    Psychiatre, psychanalyste et psychothérapeute.

    Spécialiste dans l'aide aux victimes,

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire