•  

    "Pensez à me raconter vos rêves,

    ils nous seront particulièrement utiles

    pour explorer votre inconscient

    et faire advenir des émotions depuis trop longtemps refoulées."

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

    Tu es capable

    Tu peux le faire

    Tu as les ressources en toi pour réussir

    Tu as le droit d'échouer

    Tu as le droit de faire des erreurs

    Tu as le droit de ne pas être parfait

    Et je t'aime....

     

    AUTEUR INCONNU

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    7 commentaires
  •  

    Dans la vie, tu vas réaliser qu'il y a un rôle pour toutes les personnes que tu rencontres.

    Certaines vont te tester, d'autres vont t'utiliser,

    d'autres vont t'aimer et d'autres vont t'enseigner.

     

     

    Mais celles qui sont les plus importantes sont celles qui font ressortir le meilleur de toi-même.

    Ce sont des personnes étonnantes et rares

    qui vont te rappeler pourquoi la vie vaut la peine d'être vécue."

     

    SOURCE : "La panthère poétique".

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    "Il y a de la parole en toi, il faut la faire sortir".

     

     

     

    "Cela vient de François, un ami, fine plume et belle âme.

    Sa pensée bienveillante a bouleversé le cours de mon existence et fait changer mon regard.

    Oui François avait raison !

    J'étais alors remplie de mots (et de maux),

    de paroles oubliées, de celles que je n'avais pas bien su dire ou que je n'osais pas prononcer.

    Trop longtemps, je me suis tue, bâillonnée par la peur de mes propres émotions,

    du jugement de l'autre et des conventions.

    Alors j'ai écrit. Et je me suis libérée.

    Nous avons tous en nous cette parole, ces rêves, ces "je t'aime", ces "je souffre"...

    En la laissant sortir, c'est un peu de paix que l'on fait entrer en soi."

     

    Flavie FLAMENT

    pour

    PSYCHOLOGIE MAGAZINE.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  • Le transfert se manifeste aussi par de la sympathie,

    de la confiance, de l'idéalisation, la peur de le quitter,

    de l'anxiété quand il s'absente,

    le besoin de lui parler.

     

    Le Transfert

     

     

     

     

     

    Dans les thérapies non psychanalytiques,

    telles que les thérapies cognitives et comportementales,

    techniques qui se situent dans l'ici et maintenant,

    le transfert est immédiatement repéré et analysé.

    Le thérapeute assume consciemment le rôle de "bonne mère" offrant un cadre rassurant,

    ou d'une "mauvaise", le temps que le patient défoule son agressivité.

    Il s'agit surtout d'amener le patient à changer.

     

    Le "transfert" au sens propre du terme,

    concerne la psychanalyse ou les thérapies classiques inspirées de la psychanalyse.

     

     

    Source : psychologie magazine 11/2015

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les Centres Médico-Psychologiques (CMP)

    sont des établissements publics en général pluridisciplinaires

    (psychiatres, psychologues, infirmières, assistants sociaux)

    qui offrent une prise en charges des soins médico psychologiques sans frais

    pour les patients.

     

    Conseil pratique - Les C.M.P

     

    Les adresses de ces centres se trouvent

    soit dans les pages jaunes,

    soit sur le site internet de l'agence régionale de santé (ARS) de votre région,

    soit sur le site de la caisse d'assurance maladie.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Une personne souffrant "d'abandonnite", 

    (et le plus souvent occultée donc non reconnue et ressentie pour ce qu'elle est),

    cache  au tréfonds d'elle même, une violente colère liée à ce qui a été vécue dans le passé ;

     

    L'abandonite

     

    En surface, le raisonnement, la logique du "bien penser", l'éducation,

    voire les thérapies qui façonnent la pensée

    et amènent la personne à la conclusion que "tout cela n'est que du passé et doit être oublié".

    A cela près qu'entre le tréfonds et la surface apparaît une forte tension

    qui produit un profond mal-être et une grande souffrance.

    Afin de survivre, la victime tente de minimiser l'événement et la portée de celui ci par son mental ;

    ce faisant, elle essaie en quelque sorte de "normaliser" cet évènement,

    de le rendre acceptable et de pardonner.

    Son mental va ainsi la conduire à vivre en faisant tout pour plaire à l'autre,

    être accepté par lui et même en être aimé.

    L'abandonné désir en effet retrouver sa place dans le clan, appartenir de nouveau à son milieu.

    La victime qui n'est pas reconnue pour ce qu'elle est vraiment,

    met en place un système de survie allant dans le sens de ce qu'elle pense que son bourreau désire.

    Ce faisant elle abandonne à son tour ce qu'elle est.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    9 commentaires
  • Lorsque la victime prend conscience de la manipulation, c'est un CHOC EMOTIONNEL.

    Elle est sidérée, son angoisse se mêle à l'effondrement, c'est comme un coup de poignard.

    Elle réalise qu'elle est trompée abusée  mais elle est toujours sous le pouvoir de son agresseur ;

    elle n'est pas sortie de la phase d'emprise.

    Ce n'est que lorsqu'elle sera sortie de cette phase,

    que sa colère pourra se manifester et jouer son rôle libérateur.

    Ses tentatives d'apaiser la haine par plus d'amour n'aboutiront pas.

     

    Car avec un pervers, plus on est gentil, plus sa violence se réactive.

    (Je confirme....)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    La mère narcissique phalloïde est une femme bien entendu castratrice,

    profondément haineuse , sans cesse évitant la dépression qu'elle frôle,

    avide de posséder ses proies jusqu'à en disposer mortes,

    et capable d'utiliser ses propres enfants comme otages, instruments de vengeance et projectiles téléguidés.

     

    La vérité n'importe pas au pervers narcissique.

    Tout en masques et faux-semblants, couvert de vernis,

    il n'a que faire de la vérité : moins exigeantes et plus avantageuses sont les apparences.

    Ce qui compte pour lui n'est pas d'être ni même d'avoir, c'est de paraître.

    Le terrain de prédilection, l'instrument majeur de la perversion narcissique, c'est la parole.

    On est surpris de constater à quel point la sottise de quelques uns

    se montre capable de freiner et de ligoter les capacités de clairvoyance et de créativité d'autrui.

    (C'est sordide, mais tellement étrange, qu'il faut le constater pour le croire).

    Tout noyau pervers est un poison.

    Il opère comme un poison : il contamine, pompe les énergies autour de lui, dégrade et disqualifie.

    Ce qu'il fait peut être de pire est de disqualifier les uns par les autres.

    Quoi de plus déroutant pour l'esprit qu'une folie si minutieusement et trompeusement travestie ?

    Et si gravement anti thérapeutique ?

    Et si radicalement antipsychanalytique ?

     

     

     

     

    Ma mère et (moi)

     

     

     

     

    L'objet d'une prédation ne peut être que proie ou pigeon.

    Le Pervers Narcissique a besoin de public et de proies.

    Il en trouve.

    Cet objet de la perversion narcissique est interchangeable :

     rien de plus et rien de moins qu'une marionnette.

    Ses contours sont certes reconnus.

    Mais non sa réalité intime, ni ses désirs propres, ni son narcissisme, ni sa part de mystère.

    Il n'est pas objet libidinal, même pas objet de haine (pas si sûre)

    et surtout pas d'identification proprement dite.

    L'objet du pervers narcissique ne sera donc pas dénié dans son existence, mais dans son importance ;

    il n'est supportable que s'il est dominé, maltraité, sadisé et par dessus tout maîtrisé.

     

    Reconstruction de la victime

    Il nous est arrivé de consacrer des soins infinis à panser chez nos patient(e)s

    leur narcissisme très tôt meurtri par les manœuvres délétères et disqualifiantes

    de parents pathologiquement narcissiques ;

    rien n'est plus important alors que d'aider les patients

    à reconstituer -à constituer- la peau déchirée de leur moi.

    Encore heureux s'ils n'ont pas été à tout jamais délités !

    Même des sujets déjà mûrs ne sortent jamais indemnes des serres d'une phalloïde narcissique.

     

    Monsieur Paul-Claude RACAMIER

    Les Perversions Narcissiques.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Pour être en mesure d'acquérir un comportement social équilibré,

    une personne doit apprendre à être sure d'elle-même et autonome.

    Beaucoup de parents encouragent leurs enfants à développer leur propre identité,

    d'autres, à l'inverse, découragent le développement de l'individualité.

    Quand ce qui fait le caractère unique d'un enfant est anéanti, l'enfant fait ce qu'on attend de lui.

    Il se laisse diriger et obéit aux conventions

    mais il n'apprend pas à développer des idées, des goûts ou des intérêts personnels.

     

    Le Schéma "d'exclusion".

     

    Plus tard, il a l'impression de ne rien avoir à dire.

    La moindre conversation est un fardeau.

    Il aime écouter mais ne peut aborder un sujet par lui même et faire valoir son opinion.

    Au bout d'un certain temps, il évite les contacts sociaux plutôt que de se sentir inutile dans un groupe.

    Ce scénario peut contribuer à le rendre anxieux et à souffrir d'isolement.

    Plus le sentiment d'exclusion commence tôt, plus ce schéma aura d'emprise.

    Ce schéma prend souvent forme à l'adolescence.

    En effet c'est un age où la pression subie par nos congénères est la plus intense.

    De nombreux adolescents se sentent marginaux, isolés, en désaffection.

     

    "Je réinvente ma vie"

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ce nom qu'à Dieu Ils donnent

     

    Guillaume de Fonclare

     

    A la suite d'une série de malaises, un écrivain croit toucher à la limite entre la vie et la mort.

    Dès lors, il s'interroge sur la notion de destin,

    en questionnant les hasards et les coïncidences heureuses de son existence pour y trouver un sens.

    Afin d'approfondir ces réflexions, il décide de se retirer du monde pendant deux mois et de rechercher dieu par tous les moyens,

    y compris par la pratique active de la méditation.

    Dans le même temps, il réapprend à gérer les impératifs de la vie quotidienne et à s'occuper de lui sans aide,

    lui qui souffre depuis quinze ans d'une maladie invalidante qui a restreint ses capacités d'action.

     

    Simple et bouleversant, ce livre est le récit d'un road-trip intime à la recherche du divin.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Une vie bouleversée - Lettres de Westerbork

     

     

     

    Etty Hillesum

     

    De 1941 à 1943, à Amsterdam, une jeune femme juive de vingt-sept ans tient un journal.

    Le résultat : un document extraordinaire, tant par la qualité littéraire que par la foi qui en émane.

    Une foi indéfectible en l'homme alors qu'il accomplit ses plus noirs méfaits.

    Partie le 7 septembre 1943 du camp de transit de Westerbork, d'où elle envoie d'admirables lettres à ses amis,

    Etty Hillesum meurt à Auschwitz le 30 novembre de la même année.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire