•  

    Il n'y a aucune fatalité.

    Nul n'est condamné à vivre avec un "faux moi" indéfiniment.

     

     

    Citation....

     

     

    "La fatigue chronique, la répétition de rencontres malheureuses, la colère ou le manque d'estime de soi

    indiquent que notre être profond désire ardemment être libéré de sa prison.

     

    SARAH SERIEVIC.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    "Dis merci à la dame",

    "Tu n'as pas oublié le mot magique ?",

    "Surtout, n'oublie pas de dire merci"...

     

    Oui, ces codes de politesse sont indispensables pour vivre en société

    et nous les enseignons à nos enfants.

     

    Dire Merci....

     

     

    Mais, là où je vous entraîne, c'est vers une autre forme de merci.

    Celui que même nous adultes avons parfois du mal à prononcer.

    Un merci sincère, authentique, profond.

    Un merci que l'on adresse à quelqu'un ou même à une situation.

    Remercier pour ce qui nous est donné, pour ce que nous venons de vivre.

    Dire merci à la vie d'être là, dire vraiment merci à ceux que l'on aime, dire merci d'être en vie.

    Dire merci avec un grand M.

    Un merci qui vient du cœur et non plus de la tête,

    un merci que l'on choisit de dire et non pas un merci que notre automatisme de vie nous a appris à prononcer.

     

     

    Jeanne Siaud-Facchin

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

    C.G.Jung - "Ma vie"

     

    "J'ai donc entrepris aujourd'hui, dans ma quatre-vingt-troisième année,

    de raconter le mythe de ma vie"

    C'est en 1957, quatre ans avant sa mort, que C.G.Jung,

    un des grands fondateurs de la psychanalyse,

    se fait le témoin de lui-même.

     

    Très peu d'événements extérieurs :

    l'enfance de fils de pasteur, les combats psychiatriques du début du siècle,

    la rencontre avec Freud suivie des démêlés avec le maître,

    les voyages en Afrique du Sud et au Nouveau Mexique...

    Autant d'aventures qui ne sont évoquées qu'en fonction des rencontres

    plus fondamentales du conscient et de l'inconscient.

     

    "Ma vie est l'histoire d'in inconscient qui a accompli sa propre réalisation."

    Souvenirs, rêves et pensées est l'autoanalyse d'un des grands rêveurs de l'humanité

    qui s'explique en même temps sur les mythes, les symboles et,

    jamais plus clairement qu'ici, sur la religion.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

      

     

    L'enfant thérapeute de sa mère.

     

     

    X a souffert de la DIP (dépression infantile précoce) en raison d'une carence narcissique.

    Il était certes aimé, couvé, hyper protégé, mais pas pour lui-même,

    simplement en tant que petit garçon,

    dans la gratuité du désir.

     

     

    Sa mère, déprimée, donc psychologiquement absente,

    avait un besoin vital de son fils comme prothèse,

    comme antidépresseur pour continuer à se sentir vivante, bonne et utile.

     

     X sorti de sa fonction et de sa place d'enfant,

    empêché de vivre sainement son enfance,

    s'est érigé en enfant thérapeute,

    en parent de sa mère.

     

    Ainsi confronté aux infortunes de sa mère,

    X s'était donné inconsciemment pour mission de la protéger,

    de ne jamais la quitter pour la rendre heureuse.

     

    Plus un enfant est petit et plus il est sensible aux épreuves que ses parents affrontent consciemment.

    Il entreprend surtout d'éponger ce qui les tourmente intérieurement à l'insu d'eux mêmes.

     

    Extrait de "Guérir son enfant intérieur" de Moussa Nabati.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    En amitié, la chose la plus difficile est d'écouter l'autre sans le juger.

     

     

     

     

    Parfois quand on écoute l'ami qui est dans le pétrin,

    qui ne s'en sort pas, qui coule, qui pleure,

    la tentation immédiate, et c'est l'instinct de vie,

    c'est de passer à l'action, de trouver des solutions.

    Et quand il n'y a pas de solutions ?

    Et bien, l'ami c'est de larges bras ouverts qui accueillent l'autre tel qu'il est

    et nourrit pour lui un amour inconditionnel.

    Il aime sans conditions.

     

     

    PETIT TRAITE DE L'ABANDON

    ALEXANDRE JOLLIEN

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

    L'écriture offre  des avantages positifs inégalables sur de nombreux aspects.

    Vous aurez l'impression de vous être libéré de tout ce qui vous préoccupait,

    en y mettant des mots, en essayant de le comprendre et de le résoudre.

    Voici quelques uns des avantages de l'écriture en tant que thérapie :

     

    1 - Favorise la créativité

     

    Ecrire est une chose créative en soi,

    cela nous aide à mieux nous exprimer, à chercher de nouvelles solutions,

    de nouvelles idées et nous aide à imaginer et à rêver.

     

    2 - Nous aide à gérer nos émotions

    Lorsque nous écrivons, nous renversons toutes nos émotions sur le papier.

    Ce n'est pas rare que nous pleurions ou que nous riions en rédigeant.

    Cependant, ce que nous transmettons par le biais de l'écriture, nous aide à gérer ces émotions

    et à apprendre à les vivre depuis un autre point de vue.

     

    3 - Nous permet de mieux nous connaître

    Ce que nous écrivons provient du cœur, de notre être le plus profond.

    Ainsi, exprimer ce que l'on ressent avec des mots nous permet de nous connaître nous-même,

    de voir à quel point les circonstances de la vie nous affectent,

    d'analyser cette colère ou cette frustration que nous ressentons.

    Nous pouvons y mettre un nom et les affronter droit dans les yeux.

     

    4 - Nous  donne la possibilité de partager nos sentiments.

     

    Ce que  nous écrivons peut rester pour nous ou peut être montré à d'autres personnes,

    pour partager ce que nous ressentons et ce que nous avons vécu.

     

    Le fait de montrer ce que nous avons écrit permet d'avoir d'autres points de vue,

    et les autres pourront alors ressentir de l'empathie pour nous.

     

    Docteur James Pennebaker

    Expresive Whriting : Words  that heal

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    "Ma rencontre avec lui devenait l'affaire la plus importante de la journée,

    de la semaine, et même de la vie"

     

    Ferdinando Camon, La Maladie Humaine.

     

     

    Thérapie, ces questions que l'on se pose...

     

    Extraits du livre de Dominique Dyens - Cet autre Amour...

     

    Je tenais à les partager ici,

    car ils sont la représentation exacte de mes ressentis lors de ma première thérapie...

    FAUSTINE.

     

     

     

    "Durant la première année, mon souhait de poursuivre l'analyse

    alors même que, pensais-je, j'avais dépassé, voire résolu les problèmes factuels qui m'avaient amenée à consulter

    devenait un problème.

    Avais je le droit de vouloir creuser davantage ?

    Etais-je suffisamment névrosée pour postuler à une analyse à durée indéterminée ?

    Et si j'agissais par pur narcissisme ?

    Pour le plaisir de me montrer et aussi de me plaindre, car au fond chez un psychanalyste,                                    on se plaint parfois, de la vie et des gens. Ne suis-je pas en train d'usurper la place d'un autre qui aurait davantage besoin de ce créneau horaire que moi ? ...

    Je n'ai pas envie de vous quitter, j'ai simplement besoin d'être autorisée à demeurer".

     

    --------------

    "Sur les notes de mon iPhone, je consigne mes séances.

    L'écriture me sert d'exutoire et m'aide à classer et clarifier mes pensées.

    Et ce n'est qu'une fois la séance couchée sur le papier et mes émotions calmées que je peux m'en aller".

     

    ------------------

    "Le transfert c'est une comète. Un espace spatio-temporel accessible aux seuls analysants.

    Un objet affectif non identifié, un truc sidérant qui m'a propulsée dans une dimension émotionnelle

    dont jusqu'à présent j'ignorais tout. Même s'il m'asservit dans un état de joie et de souffrance

    dont je désespère de pouvoir sortir un jour...

    Le transfert est en train de me faire vivre une expérience humaine unique,

    si forte et si bouleversante qu'il me semble que je ne m'en remettrai jamais."

     

    ----------------

     

    "Si auparavant je ne m'autorisais à lire que ce que je pouvais comprendre,

    j'essaie à présent de lire ce que je ne comprends pas.

    La corrélation étroite entre psychanalystes et écrivains me fascine..

    Je suis avide d'apprendre mais également très frustrée de l'étendue de mon ignorance.

    J'aimerais tant rattraper les années, que je vais dans tous les sens".

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Mais qu'est ce que c'est vraiment qu'une psychothérapie ?

     

    (Explication très claire de Chantal Rialland)

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

    Ce beau métier de psychologue

     

    Il est un cerveau et un cœur et ne juge jamais.

    Il constate, aime et comprend.

    Il sait que beaucoup d'hommes ont peur et sont plongés dans l'angoisse.

    Les hommes cherchent avant tout la sécurité.

    Celle-ci doit leur être donnée par leur famille et la société.

    Quand ils ne l'y trouvent point, monte leur angoisse.

    Leur donner une sécurité nouvelle sera le rôle du psychologue.

    Il travaillera à ce que chacun la trouve en soi.

    Il regarde d'un même oeil toutes les actions humaines ;

    rien ne l'étonne, rien ne l'écoeure.

    Parce qu'il cherche les motifs et comprend sans juger, jamais.

     

    Le psychologue rétablit la balance, par l'équilibre et la lucidité qu'il donne à chacun.

    Il parle à chacun son langage et n'oublie jamais le terrible pouvoir des mots.

    Il entend secrets et confessions que nul autre n'entend jamais.

    C'est la matière humaine qui se déverse devant lui.

    Il considère cela comme un honneur.

     

    PIERRE DACO.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     
     

    Abandonner, c'est quitter, laisser, ne pas vouloir s'en occuper.

    Selon Lise Bourbeau, la blessure d'abandon est vécue avec le parent du sexe opposé.

    Ce parent peut être physiquement présent,

    mais affectivement et moralement absent de la vie de l'enfant.

     

    Celui qui souffre de la blessure d'abandon ne s'est pas senti suffisamment nourri affectivement.

     Lise Bourbeau met en avant la difficulté de distinguer la blessure de rejet de celle d'abandon.


    Afin d'éviter sa blessure, l'enfant va se créer un masque, celui du
     DEPENDANT 

     

     

     

     

    La principale caractéristique du dépendant

    est sa croyance qu'il ne peut arriver à rien tout seul

    et qu'il a besoin de quelqu'un d'autre pour tenir debout, pour le supporter dans la plupart de ses actions.

    Au travers de son masque, on peut y distinguer le petit enfant insécurisé qui a besoin d'aide.


    De tous les masques, le dépendant est celui le plus à même de devenir victime.


    Prêt à tout pour ne pas perdre l'autre,

    il est capable d'endurer des situations extrêmement difficiles plutôt que de rompre.

    Pour ce faire, le dépendant a souvent recours au déni de sa situation,

    en proclamant à qui veut l'entendre que tout va bien,

    plutôt que d'affronter son problème et prendre le risque, selon lui, d'être abandonné.

     

     

    Le dépendant fusionne facilement.

    Il pense que seul l'amour des autres peut lui permettre de tenir debout.


     Sa recherche d'une présence constante d'un autre

    est aussi pour lui un moyen d'éviter de ressentir la tristesse qui l'habite, au plus profond de lui,

    sans parvenir à la comprendre. Pour ne jamais la laisser monter en lui,

    il se « gave » de contacts et d'interactions.
     
    Le dépendant préfère ne pas formuler de demandes,

    car leur refus serait vécu comme un abandon.

     

    Sa plus grande peur est la solitude.

    Le dépendant développe toutes sortes de stratégies pour ne jamais se confronter à sa blessure d'abandon

    (acceptation sans limites de situations abusives, rôle de sauveur, dramatisation de sa situation, etc.).

    Tout est bon pour attirer l'attention et, surtout, ne pas se retrouver seul,

    ce qui provoquerait irrémédiablement le réveil de ses souffrances les plus profondes.

    Derrière le masque se cache une personne tenace,

    persévérante dans ses demandes, naturellement gaie et sociable.

    Elle peut s'avérer être douée pour la comédie et venir en aide aux autres.

    Elle possède souvent des talents

     

    SOURCE : LE NET

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les pervers narcissiques se protègent.

    Ils ont en eux un secret qui ne doit pas être percé à jour et encore moins divulgué.

    Ils ont une faiblesse, leur orgueil démesuré,

    un manque, l'empathie et l'affect,

    une faille, leur manque de construction, leur régression infantile

    à la moindre contrariété 

     

    Le Lourd Secret du Manipulateur Pervers

     

     

    Leur susceptibilité est sans limite,

    et comme un enfant, ils se mettront dans une colère noire si vous leur faites le moindre reproche :

    tout autant ils se plaindront si vous ne vous occupez pas d'eux comme on s'occupe d'un petit enfant.

    Mais là où un enfant pleurera, va taper du pied,

    ils useront de leur force verbale pour vous critiquer, vous blesser, vous dénigrer.

    Et si la forme peut être très calme, écoutez le fond.

    Les mots dits posément peuvent faire de plus grands ravages que les grosses colères.

     

    Et vous vous sentirez à votre tour comme un enfant,

    un enfant puni, incompris, un enfant rejeté.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

     

     

     

    Haine éprouvée par la mère

    ou haine inconsciente et refoulée de la mère ? 

     

    Les enfants paraissent capables de faire face à la haine à leur égard et cela n'est, bien sûr,

    qu'une façon de dire qu'ils peuvent affronter et utiliser l'ambivalence que ressent et manifeste la mère.

     

     

    Ce qu'ils ne peuvent pas utiliser de façon satisfaisante dans leur développement affectif,

    c'est la haine inconsciente refoulée de la mère

    qu'ils ne rencontrent dans leurs expériences vécues qu'à l'état de formations réactionnelles.

    Au moment où la mère hait, elle manifeste une tendresse particulière.

    Il n'y a aucun moyen pour un enfant de faire face à ce phénomène.

     

    D.W.WINNICOTT

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire