• La Rage

     

    La personne qui est parvenue à un arrangement avec sa rage

    a l'impression nouvelle qu'elle va pouvoir mieux vivre sa vie.

    Pourtant, un  beau jour, il suffit d'un mot, d'un regard, d'une intonation,

    de l'impression d'être manipulée ou sous estimée,

    pour que sa rage s'accumule de nouveau.

     

    Alors le vieux reste de souffrance qui couvait s'enflamme.

    On peut comparer aux ravages d'une bombe à fragmentation

    la rage résiduelle consécutive à d'anciennes blessures.

    Une fois les éclats enlevés, il demeure néanmoins de minuscules fragments qui vont,

    en certaines occasions, réveiller la douleur et faire souffrir

    comme le ferait la blessure originelle, comme si la rage était en train de monter.

     

     

    Ce n'est pourtant pas cette fureur originelle qui est en cause,

    mais de toutes petites particules qui en sont issues,

    des substances irritantes demeurées dans la psyché, impossible à extraire complètement.

    La douleur qu'elles provoquent est presque aussi intense que celle de la blessure d'origine.

    La personne se contracte dans la crainte de cette souffrance, ce qui a pour résultat d'aggraver celle-ci.

    Elle va manœuvrer sur trois fronts :

    essayer de maîtriser l'événement extérieur,

    tenter de contrôler la douleur qui émane de la vieille douleur interne

    et essayer de se mettre à l'abri en fonçant la tête la première sur une position de repli psychologique.

     

     

    C'est trop demander à une seule personne.

    D'où la nécessité impérative de s'arrêter au beau milieu de tout cela

    et de se retirer dans la solitude de la montagne afin de s'occuper d'abord du plus ancien événement,

    ensuite du plus récent, de décider de l'attitude à adopter

    et de rentrer au bercail pour y agir dans la dignité.

     

    Personne ne peut échapper à son histoire.

    Il est possible de repousser celle-ci à l'arrière plan, mais elle n'en sera pas moins toujours présente.

    Pourtant en agissant ainsi, vous pouvez surmonter votre rage.

    Les choses finiront par se calmer peu à peu et tout ira bien.

    Pas très bien, bien.

    Vous pourrez aller de l'avant. 

    La rage ne s'en va pas toute seule, comme un calcul rénal, si l'on attend suffisamment longtemps.

    Il faut faire ce qu'il faut.

    Alors elle disparaîtra et votre vie sera plus créatrice.

     

    Clarissa Pinkola Estes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « L'enfant intérieur.Connexion à l'Enfant Intérieur »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :