• La Perversion Narcissique dans le couple,

    La Perversion Narcissique sur l'enfant,

    La Perversion Narcissique au travail....

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  

     

    Jean-Charles BOUCHOUX, psychanalyste et écrivain,

    auteur de "Les Pervers Narcissiques - Qui sont-ils ? Comment fonctionnent-ils ? Comment leur échapper ?",

    aux éditions Pocket, répond et nous donne quelques pistes pour aider les victimes.

     

     

     

    Qu'est ce qu'un pervers narcissique ?

    Une pervers narcissique, c'est quelqu'un qui emploie massivement des mécanismes pervers narcissiques,

    c'est quelqu'un qui est malade, proche de la schizophrénie.

    Pour ne pas décompenser en schizophrénie, il va créer une relation bizarre avec quelqu'un, appelée la victime.

     

    Ce qui lui fait peur, c'est de se couper en deux,

    comme le docteur Jekyll et M Hyde qui en fait est une seule personne.

    Il va créer une relation fusionnelle avec quelqu'un

    et dans la relation, il va dire "je suis le docteur Jekyll et tu es mister Hyde."

    Il rentre dans un processus très particulier avec des mécanismes très précis.

    On retrouve toujours les mêmes mécanismes d'isolement de la victime, de collage à la victime,

    de critique incessante qui a commencé par de la séduction.

    Il va tenter de faire porter à l'autre sa propre pathologie.

    En clair, il va rendre l'autre fou à sa place.

     

     

    Qui est pervers narcissique ?

    C'est le conjoint, c'est le parent, c'est l'employeur.

    Il y a besoin d'une relation très proche.

     

     

    Un pervers narcissique peut-il changer ?

    Non, on ne soignera pas un pervers narcissique

    puisque pour soigner quelqu'un, il faut qu'il ait envie de s'en sortir.

    Le pervers narcissique n'est pas malade dans sont esprit

    donc il ne veut pas se soigner donc on ne peut pas le soigner.

     

     

    Comment aider les victimes des pervers narcissiques ?

    Pourquoi sont elles restées ?

    Souvent les victimes des pervers narcissiques restent

    parce qu'elles ont le sentiment qu'elles vont réussir à soigner l'autre, à le changer.

    Mais c'est un fantasme. Et dans ce fantasme, on trouve un désir de toute puissance

    "Ah si j'étais capable de soigner l'autre".

    Ce sont souvent des personnes qui ont un grand cœur et qui font des choses pour aider sincèrement l'autre.

    Mais une fois qu'on a compris comment le pervers narcissique fonctionne,

    on a tout intérêt à partir, à mettre un maximum de distance même si c'est difficile.

    L'idée c'est que le sujet ne devienne plus le pervers narcissique mais la victime :

    quel est votre objectif de vie ? Qu'est ce que vous désirez dans la vie ?

    Où est ce que vous souhaitez aller ? Pourquoi avez vous eu besoin de rencontrer une personne comme ça ?

    Qu'est-il venu vous montrer ?

    Quand il y a une répétition,

    c'est souvent qu'il y a quelque chose de l'enfance qui se rejoue et qui se rejouera encore,

    donc on a tout intérêt à faire un travail sur soi quand on a été victime d'un pervers narcissique.

     

    Comment retrouver l'estime de soi après avoir été victime ?

    En se regardant dans la glace !

    Nos pères nous le crient depuis 2000 ans : "connais toi toi-même !".

    C'est en se rencontrant soi-même que l'on n'est plus victime

    parce qu'un pervers narcissique nous reproche d'être nul, qu'on ne vaut rien...

    Il faut réussir à ne pas être blessé par les critiques malveillantes des autres.

    Un pervers narcissique ne blesse que si on lui attribue la force et la capacité de dire ce que nous sommes.

    Nous serons des victimes potentielles tant que nous aurons besoin de l'autre pour certifier notre image.

     

    INTERVIEW  ACCORDEE AU JOURNAL "MARIE CLAIRE"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    "Le lien devient ligature"

    PAUL RACAMIER

     

     

     

    La perversion narcissique résulte d'une captation narcissique

    (enfermement de l'enfant dans le lien d'extrême dépendance, voir d'identité,

    que l'enfant forme avec sa mère, voir plus indirectement avec son père).

     

    Si cette fusion est nécessaire dans les premiers moments de la vie,

    elle  est amenée à se dissiper pour permettre à l'enfant de réussir une séparation

     et ainsi accéder à son devenir d'homme.

    Il ne deviendra un sujet qu'en se séparant psychiquement, ce qui constitue sa seconde naissance.

     

    A défaut de cette séparation,

    si l'enfant a été retenu, amalgamé aux désirs de ses parents, c'est à dire utilisé par eux, l'issu est dramatique.

    L'enfant expulsé dans la vie, privé d'une assise psychique est comme emputé de sa propre origine ;

    il tentera alors de la fonder, d'en être le créateur

    (en psychanalyse : fantasme d'auto engendrement).

     

    Deux issues (folies) :

    - Perversion narcissique - manipulation de la réalité et d'autrui

    - Psychose - perte du sens de la réalité (échec profond de l'élaboration du moi).

     

     

    Pourquoi le pervers utilise t-il autrui et comment se représente t-il autrui ?

     

    Certainement pas comme un semblable mais comme une proie.

    Il se nourrit de la vie des autres, absorbe leur vitalité,

    dévitalise tous les liens possibles,

    ne supporte pas que ça vive et que ça jouisse en dehors de lui.

    Il renforce sa puissance et de se donner une jouissance par l'exercice de l'emprise.

    Il ne lâche pas sa proie, il veut sa peau.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    "Il ne s'agit pas d'une maladie mentale.

    C'est une structure, une organisation de personnalité.

    Elle touche principalement des personnes qui ont des troubles psycho traumatiques de départ.

    C'est-à-dire qu'elles ont vécu des violences ou elles ont été témoins de violences extrêmes

    dans le cadre de leur univers familial.

    La Perversion narcissique est elle une maladie mentale ?

    Mais ensuite, elles choisissent de se traiter en attaquant les victimes et en instrumentalisant autrui.

    Elles sont conscientes et leurs actions sont intentionnelles.

    Tout est construit avec une préméditation tellement incroyable que les victimes ont du mal à y croire".

     

    Docteur Muriel Salmona, psychiatre-psycho traumatologue.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    Un pervers narcissique,

     

    c'est quelqu'un qui emploie massivement des mécanismes pervers narcissiques,

    c'est quelqu'un qui est malade, proche de la schizophrénie.

    Pour ne pas décompenser en schizophrénie, il va créer une relation bizarre avec quelqu'un appelé la victime.

     

     

    Ce qui lui fait peur, c'est de se couper en deux,

    comme le docteur Jekyll et M.Hyde qui en fait est une seule personne.

    Il va créer une relation fusionnelle avec quelqu'un et dans la relation,

    il va dire "je suis le docteur Jekyll et tu es Mister Hyde".

    Il rentre dans un processus très particulier avec des mécanismes très précis.

    On retrouve toujours les mêmes mécanismes d'isolement de la victime,

    de collage à la victime, de critiques incessantes qui a commencé par de la séduction.

    Il va tenter de faire porter à l'autre sa propre pathologie.

    En clair, il va rendre l'autre fou à sa place.

     

    Le Pervers Narcissique peut être le conjoint, le parent, l'employeur.

    Souvent les victimes de Pervers Narcissiques restent

    parce qu'elles ont le sentiment qu'elles vont réussir à soigner l'autre, à le changer.

    Mais c'est un fantasme, et dans ce fantasme, on trouve un désir de toute puissance

    "ah si j'étais capable de soigner l'autre".

    Ce sont souvent des personnes qui ont un grand cœur et qui font des choses pour aider sincèrement l'autre.

    Mais une fois qu'on a compris comment le PN fonctionne, on a tout intérêt à partir,

    à mettre un maximum de distance même si c'est difficile.

     

     

    Comment retrouver l'estime de soi après avoir été victime ?

     

    En se regardant dans la glace !

    Nos pères nous le crient depuis 2 000 ans : "Connais toi toi-même !".

    C'est en se rencontrant soi-même que l'on n'est plus victime,

    parce qu'un PN nous reproche d'être nul, qu'on ne vaut rien...

    Il faut réussir à ne pas être blessé par les critiques malveillantes des autres.

    Un PN ne blesse que si on lui attribue la force et la capacité de dire ce que nous sommes.

    Nous serons des victimes potentielles tant que nous aurons besoin de l'autre pour certifier notre image.

     

    JEAN CHARLES BOUCHOUX.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    La proie se sent investie par le désir de "sauver" le manipulateur,

    (non encore révélé comme tel) de la souffrance qu'il exprime.

     

    La proie devient "sauveur"

    d'un manipulateur qui se positionne en tant que victime

    ou personne en demande, dans le besoin.

    En effet, le manipulateur sait brillamment parler de son enfance douloureuse,

    de ses blessures, de ses espoirs et de ses désespoirs

    qui vont immanquablement attendrir la proie en demande de jouer les Saint Bernard.

    En laissant son hyper empathie brouiller sa conscience,

    elle pensera peut être agir de manière humaine, aimante, généreuse ou altruiste

    alors même qu'elle ne fera que répondre à son besoin inconscient,

    bien que déjà très marqué,

    de retenir à elle l'individu dont elle est devenue dépendante sans le savoir.

    En le "sauvant", elle créée un lien puissant et inconscient

    qui est censé la protéger du sentiment d'abandon.

    En effet, à travers le prisme de ses propres valeurs,

    elle ne peut imaginer que la personne qu'elle aide et soutient à cœur joie puisse un jour l'abandonner.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  •  

     

     

    LA PAROLE EST SON INSTRUMENT DE MANIPULATION PREFERE :

     

    - Messages contradictoires

    - Détournement de la parole

    - En perdant son souffre douleur dans un dédale d'informations contradictoires,

    il l'empêchera de penser et de réagir sainement.

    - Le pervers garde une impression de contrôle... une manière pour lui de se valoriser.

    - Le pervers communique de façon paradoxale ce qui va lui permettre d'assujettir sa victime.

     

     

     

    PN - La parole, son instrument de manipulation préféré.

     

     

     

    S'EN SORTIR :

     

    - Expliquer les évènements et demander de l'aide aux autres.

    - Arrêter de se justifier : plus on se justifie, plus le pervers se sent en position de force.

    - Oser la détester

    - Couper court à toute communication : s'éloigner et ne plus avoir aucun contact

     

    Jean-Charles Bouchoux

    Eyrolles 2013

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    L'épuisement moral, émotionnel et physique qui découle de la relation avec le manipulateur pervers

    rend la victime pratiquement incapable de s'en sortir sans l'aide de professionnels avertis.

    Le fait que le pervers narcissique oscille entre un comportement "gentil" et "pas gentil"

    maintient sa victime dans un stress constant l'obligeant à une adaptation perpétuelle.

    La victime doit en permanence réajuster son attitude pour tenter de préserver les moments agréables

    et faire ainsi peut être durer son illusion personnelle.

     

     

    Cet épuisement empêche le cerveau de fonctionner normalement :

    la victime se focalise et tourne en boucle sur des choses qui ne sont pas les plus importantes à gérer.

    L'épuisement coupe la personne de toute réflexion utile,

    la fait s'enfoncer de plus en plus sous le joug du manipulateur pervers.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

     

     

    "Ce n'est jamais la colère, la rage et la panique qui vous feront agir dans le sens de votre liberté

    et de la préservation de vos intérêts légitimes.

    Il vous faudra lever une petite armée de personnes-ressources pour vaincre cet ultime combat.

     

    Conseil pour combattre la perversion narcissique

     

     

     

    Renforcez activement vos liens d'amitié avec les personnes-ressources de votre entourage.

    Allez vous-même les rechercher.

    Ne vous dévoilez pas à elles sur un mode plaintif, et cela même si la situation le justifie.

    Montrez vous forte, juste et désireuse de sauver votre peau.

    Les amis n'aiment pas participer activement à une guerre qui n'est pas la leur...

    Ces amis ressources ne sont pas vos psys ni vos avocats et ne sont pas là pour gérer vos conflits internes :

    montrez leur que vous savez où vous allez et comment y aller.

    C'est ainsi qu'ils pourront réellement et concrètement vous aider.

    Prenez également soin de votre santé, de votre énergie vitale.

    Vous êtes en train de parcourir un marathon dont vous connaissez la ligne de départ mais pas la ligne d'arrivée.

    Il vous faut donc des forces pour une durée indéterminée".

     

     

     

    "Le manipulateur Pervers Narcissiques"

    Comment s'en libérer

    Geneviève SCHMIT

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    La Victime préférée du manipulateur :

    Une Rose sans épines...

    Le bon côté des choses....

    Regard pétillant, sourire sincère.

    souriante et enjouée, la victime est une personne naturelle et agréable.

    C'est une personne gorgée de vitalité qui déborde d'énergie.

    Elle aime rire, partager, s'amuser...

    C'est une bonne vivante qui sait apprécier les choses simples.

    Elle a le plus souvent une grande empathie pour les autres

    et se soucie de leur bien être....

     

     

    Le Bon Côté des Choses...

    FAUSTINE.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    "C'est à long terme que les choses  se gâtent...

    Les victimes qui comprennent les intentions criminelles de leur agresseur

    ont le plus grand mal à être reconnues, entendues.

    Elles passent souvent pour des folles, des menteuses, des paranoïaques.

    Et plus elles tentent de faire entendre leurs voix, plus on les muselle.

    Elles se retrouvent décrédibilisées, bafouées, désespérées et meurtries.

    A une situation déjà terriblement traumatique

    s'ajoute donc le traumatisme de l'incompréhension ou du rejet de l'environnement.

     

     

    Il est difficile de dénoncer son conjoint, ses parents, un membre de sa famille, son enfant même;

    Il est dangereux d'affronter son supérieur hiérarchique, son chef d'entreprise,

    un homme politique ou un personnage puissant.

    Comment dire sa violence, ses crises délirantes quand son entourage le voit calme et serein

    tout en observant une partenaire agitée voire hystérique ?

    Les proches ne savent plus qui croire dans ce spectacle profondément machiavélique...

    Les conséquences à long terme sont donc l'incompréhension et le rejet de la victime

    mais aussi l'affaiblissement de ses résistances physiques et psychiques.

    C'est une porte ouverte à tous les déséquilibres.

    C'est un état où les zones plus faibles peuvent rompre et,

    comme lors de la rupture d'un barrage, entraîner tout sur leur passage".

     

     

    Le manipulateur Pervers Narcissique  - Comment s'en libérer.

     

    Geneviève Schmit.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    Quand vous vous sentez coupable sans raison objective,

    que vous ressentez un incompréhensible malaise

    et que vous vous dévalorisez,

    cherchez autour de vous,

    un pervers n'est pas loin.

    Il aura su vous transfuser sa négativité et sa culpabilité...

     

     

    Le Pervers Narcissique cherche à détruire sa proie en lui inoculant sa toxine.

    Il la transfère sur sa proie qu'il va annexer et dévaloriser après l'avoir ferrée.

    Il fait croire à l'autre que ses actes et ses décisions sont personnels,

    alors qu'ils sont dictés par sa perversité.

    La proie est télécommandée, elle ne le sait pas et elle va mal...

    Donc moins on parle au pervers, moins on se justifie,

    et plus on commence à se porter mieux.

    C'est le début du décrochage.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique