• L'adolescence...

     

      

    "Souvent à l'adolescence, les enfants font le procès de leur entourage.

    Pas encore adulte, plus vraiment enfant,

    ne reconnaissant pas dans le miroir un corps en perpétuel changement,

    l'adolescent vit un passage narcissique difficile.

    Cette phase nommée à tort crise, est indispensable au sortir de l'enfance

    et les procès nécessaires à la désidéalisation des parents et de la société.

     

    L'adolescence...

     

     

    Si l'adolescence est douloureuse, c'est parce qu'elle représente une perte :

    perte de l'enfance, de la pensée magique, de l'illusion que tout est possible.

    Dès son plus jeune âge, l'enfant si précieux, si investi, si narcissisé,

    entend sans cesse répéter qu'il est le plus beau, le plus intelligent, le plus doué...

     

    Etre adolescent, c'est se rendre compte qu'on est moins bien que ce qu'on nous a laissé croire

    et penser que de ce fait la vie n'est peut être pas aussi formidable que ce qu'on avait imaginé...

    découvrir, reconnaître et accepter ses propres limites, avec lesquelles il va falloir composer ;

    affronter la nécessaire obligation de faire des choix,

    vécus comme des amputations puisqu'ils supposent de renoncer à une partie de soi-même.

    Etre adolescent, c'est aussi se détacher des parents qui nous ont protégés jusque là.

    Alors malgré les copains, on se retrouve avec un sentiment de solitude parfois insupportable

    dans une espèce de couloir sombre où tous les repères se brouillent :

    l'enfance est en train de disparaître, ; on tâche d'avancer, sans trop s'arrêter,

    sans trop regarder en arrière, sans trop s'abimer,

    parce qu'au bout du couloir, il y a une petite lueur à laquelle on s'accroche.

    Mais quand on l'atteint, le paysage ne ressemble pas tout à fait à celui de notre imagination,

    et la désillusion est parfois cruelle. En tout cas, elle ne se fait jamais sans une remise en cause

    qui peut être radicale et prendre la forme d'une démolition

    parce que ni le monde, ni nous-mêmes ne sommes à la hauteur de nos espérances"

    Professeur Marcel RUFO.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Conseil pour combattre la perversion narcissiqueCitation »
    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 22 Septembre à 04:36

    dans mon petit matin !

    2
    Vendredi 22 Septembre à 10:46

    Bonjour,

    merci de ces petites infos d'enfance,

    on garde parfois une ame d’enfant pour certaines choses, heureusement que l'on ne perd pas tout de sa jeunesse

      • Vendredi 22 Septembre à 22:05

        Oui c'est quelquefois reposant....

        Je te souhaite un bon week end.

        Bizzs FAUSTINE.

    3
    Vendredi 22 Septembre à 11:28

    Bonjour Faustine,

    J'ai gardé une âme d'enfant volontairement parce qu'adulte très tôt, il a fallut que je pense pour mes parents, à la place de mes parents irresponsables concernant mon devenir. Je suis une adulte, mais j'ai gardé mon âme d'enfant pour certaines choses tout en étant lucide pour les choses importantes. Personne pour traverser ma vie d'adolescente, je me suis construite seule et à la vas comme j'te pousse... Ghis.

    4
    Vendredi 22 Septembre à 16:57

    Ce deuil de l'enfance "magique" n'est jamais aisé : la toute-puissance de l'enfant et son égocentrisme relié doivent laisser place à l'empathie, l'ouverture à l'autre & la notions d'altérité & d’opposition, bref à la maturité relationnelle. Nous devons tous essayer de garder de nous enfants l'aptitude au rêve, à s'émerveiller... mais avec la rigueur rationnelle de l'adulte qui permet de faire le lien entre nos projets fantasmés et la réalité sinon nous risquons d'entretenir des rêves illusoires qui nous mèneront à de cruelles désillusions. Oui, protéger, cajoler notre enfant intérieur mais sans rester "collés" ou revenir à son enfance. La vie d'adulte a aussi beaucoup d'avantages : si j'avais eu à l'adolescence la maturité que j'ai aujourd'hui combien de mauvaises passes, je me serais évitées ! laissons l'enfance colorer notre vie mais sans nous y enfermer ! Quoi de plus agaçant qu'un adulte qui ne s'assume pas : son immaturité mène à des situations disharmonieuses pour lui autant que pour ceux autour de lui. Chaque âge apporte ses bienfaits. Sachons les apprécier.

      • Vendredi 22 Septembre à 22:04

        Une bonne analyse....

        Depuis que je suis en thérapie, les phases de régression me replongent inéxorablement au stade infantile... Et j'ai du mal à revenir totalement

        dans ma réalité d'adulte.... C'est très particulier à vivre, un peu comme nager entre deux eaux....

        Bon week end.

        FAUSTINE.

         

         

         

    5
    Vendredi 22 Septembre à 17:42

    Il y a bien ce fameux adage qui dit bien ce qu'il veut dire : " Si jeunesse savait, et si vieillesse pouvait ! "

      • Vendredi 22 Septembre à 20:56

        Cette citation est bien parlante effectivement. Je sais que ta jeunesse a été terrible.... Et malgré ton mari et tes enfants tu en souffres encore....

        Moi j'ai déjà 4 ans 1/2 de thérapie derrière moi, et je commence à trouver la plénitude.... Plus de haine, plus de colère.

        Je sais que tu n'aimes pas les psys, mais moi ça me fait un bien fou.

        Je pense bien à toi.

        BIZZ FAUSTINE.

    6
    Samedi 23 Septembre à 10:27

    Merci Faustine,

    j'ai eu deux psys et ce n'était que des charlatans. Je n'ai plus de haine dans le cœur, plus que de l'indifférence ; Il ne faut simplement pas que j'évoque avec mon mari le passé parce qu'alors là, je pleure de rage de ne pas pouvoir retenir mes larmes d'enfants. Je ne veux me souvenir que des bons moments avec ma mère, plus qu'avec mon père.

    J'aurais deux souvenirs d'enfance à te faire lire si tu le veux. Cela explique bien les moments d’accalmie que j'ai eux enfant avec chacun d'eux. Mes abandons furent entrecoupés, tout au long de ma vie d'enfant, de moments doux à mon cœur, ce qui à rendu plus dur les multiples séparation avec ma mère que j'adorais et un père que j'aimais mais dont j'avais peur...

     

    http://la-rose-de-janvier.eklablog.com/seul-noel-d-enfant-1-a127530372

    http://la-rose-de-janvier.eklablog.com/seul-noel-d-enfant-2-a127554080

    http://la-rose-de-janvier.eklablog.com/seul-noel-d-enfant-3-a127584488

    &

    http://la-rose-de-janvier.eklablog.com/le-cagibi-1-a126573688

    http://la-rose-de-janvier.eklablog.com/le-cagibi-2-a126673498

    http://la-rose-de-janvier.eklablog.com/le-cagibi-3-a126674492

    http://la-rose-de-janvier.eklablog.com/le-cagibi-4-a126674662

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :