•  

    PARENT "Manipulateur Pervers Narcissique".

     

    Le parent MPN est , en général, très absent en tant que "parent nominatif",

    en tant que parent aimant, présent, faisant passer son enfant en priorité.

    Par contre, il est très présent toxiquement parlant.

    Il a souvent des paroles assassines blessantes à votre sujet.

    Peut être pas à vous directement, mais auprès d'autres personnes...

    Sachez que ces propos ne sont que la projection de lui-même.

    C'est douloureux, ça blesse, ça crève le cœur...

    Mais votre moyen de survie est de vous dire que ce ne sont que des projections de lui-même.

    Rien de ce qu'il dit n'est vrai.

    Il essaye simplement de vous nuire, de vous affaiblir.

     

     

     

    Parent MPN (Manipulateur Pervers Narcissique)

    " Tu n'es qu'une sale teigne "

     

     

     

    Un parent Pervers Narcissique, ne sait pas ce que c'est "aimer inconditionnellement son enfant".

    En tant qu'enfant de Pervers Narcissique,

    nous sommes toujours à la recherche de cet amour...

    Les enfants de MPN font parfois des choses un peu folles en espérant avoir l'amour de leur parent en retour.

    Mais vous ne l'aurez jamais... Allez le chercher ailleurs.

    Il s'agit de faire le deuil d'un parent vivant

    et c'est un combat permanent entre son instinct de survie et son besoin de reconnaissance de ce parent.

    Une grande partie de la construction des enfants de manipulateur pervers narcissique

    consiste en fait en une réparation.

    Réparer ce que le parent a brisé, cassé, violé, sali, anéanti.

    Remplir ce manque d'amour qui nous écrase le cœur.

    Dans la lignée du deuil du parent vivant... il faut également accepter.

    Accepter ce qu'est ce parent MPN mais surtout accepter ce qu'il n'est pas et ne sera probablement jamais.

    Quand on est un enfant de MPN, la construction est difficile.

    Le meilleur conseil à donner est de s'entourer de personnes aimantes, chaleureuses et drôles.

     

    Chaque jour, dites vous et redites vous que vous êtes une personne formidable.

    Puisez dans l'affection et l'amour que votre entourage vous donne pour consolider votre estime de vous,

    pour vous redonner confiance en vous et en les autres.

    Donnez autant d'amour que vous pouvez et apprenez à en recevoir...

    C'est la clé de la guérison...

     

    JULIE ARCOULIN

    BELGIQUE.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    QUI EST L'ENFANT DU PERVERS NARCISSIQUE ?

     

     

     

     

    Qui est l'enfant du pervers narcissique.

     

     

     

    L'enfant recherche l'affection du parent maltraitant.

    Il intègre les messages comme une réalité, une image négative de lui même qui entraîne un vide intérieur.

    Il est difficile pour l'enfant de se construire autour de l'affirmation de soi.

    C'est un enfant qui ne demande pas.

     

    Il n'est pas comme le parent le souhaite,

    il est maladroit et donc sans cesse sujet à dévalorisation,

    mais cette maladresse n'est qu'une conséquence de la dévalorisation constante.

     

    L'enfant ne peut trouver sa place, il est orphelin d'un parent bien vivant,

    ce parent ne sachant pas ce qu'est l'affect ;

    il est là mais détaché de tout rapport chaleureux nécessaire à son équilibre.

     Il veut être, aux yeux de l'entourage, un bon parent,

    il ment, il manipule, sait se faire aimer des autres.

     

    Ces mécanismes sont à l'origine de l'absence de tout lien sain,

    aucune individualité n'est possible, le droit d'exister n 'est pas accordé.

     

    Avoir été victime d'un(e) pervers narcissique laisse toujours un état de destruction massive.

     

    DOMINIC ANTON

     

     

     

     

      FLUX RSS (GRATUIT)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    L'enfant du Pervers Narcissique : définition.

     

    C'est un objet sur lequel on projette à sa guise ses colères,

    ses frustrations, ses peines, son mal de vivre.

     

    L'enfant du Pervers Narcissique : définition.

     

    On ne l'aime pas mais on y est attaché.

     

    DOMINIC ANTON.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

    L'enfant face à la détresse de son parent, va vouloir combler ou réparer ses blessures.

    Le parent MPN va utiliser la culpabilisation, le chantage affectif, le chantage au suicide

    et sa position de victime pour obtenir l'aide et le soutien de son enfant.

    Celui-ci se retrouve donc enfermé dans un lien de dépendance,

    tiraillé entre son envie d'aider son parent et son incapacité à le faire,

    car un parent MPN n'a aucun intérêt à aller mieux et à reconnaître l'aide de son enfant.

    La peur de ne "plus" être aimé par son parent, de le décevoir,

    la peur qu'il mette ses menaces de suicide à exécution vont placer l'enfant dans un rôle qui n'est pas le sien.

     

    JULIE ARCOULIN.

    D'après ce livre que je vous recommande vivement...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    « Quand mes parents ont divorcé, mon père m’a très vite fait comprendre que je devais être là pour lui »

     confie Fanny, jeune avocate de 31 ans. « Pendant des années j’ai essuyé ses larmes,

    mais je n’avais rien en retour si ce n’est du mépris.

    Mon père était un père idéal aux yeux de tout le monde,

    mais à la maison il montrait un tout autre visage, j’en ai beaucoup souffert ».

     

     

     

     

    Le pervers narcissique se caractérise par deux traits de personnalité très distincts :

    « La personnalité narcissique est extrêmement égocentrique d’une part,

    et d’autre part il a une grande immaturité émotionnelle.

    Son âge émotionnel s‘est figé à 5-6 ans et il adopte au fil du temps

    un comportement de celui d’un pré-adolescent.

    Il a une incapacité à gérer les frustrations, une image de soi primordiale,

    un caractère boudeur, il punit, il râle… » explique Geneviève Schmit,

    thérapeute spécialisée dans l’accompagnement des victimes de manipulateurs.

     

     Enfant, il est assez difficile - voire impossible - de se rendre compte qu’un de ses parents se comporte ainsi.

    Une prise de conscience souvent très longue :

    « De lui même l’enfant va pouvoir réaliser qu’il se trouve dans ce système lorsque sa propre maturité

    émotionnelle commence à dépasser celle du parent toxique.

    À ce moment là, il y a souvent un clash,

    soit l’enfant se soumet au parent toxique parce que c’est ce qui est le plus confortable pour lui,

    soit il va chercher le moyen de nager en eaux troubles. »

    Une situation difficile, que Fanny, 31 ans, a vécu à la sortie de l’adolescence :

    «  Vers mes 18-19 ans, j’ai commencé à réaliser que mon père avait une emprise terrible sur moi,

    mais je me sentais totalement prisonnière de cette relation.

    Pendant quelques années j’ai décidé de faire le dos rond pour ne pas le brusquer, mais cela n’a pas duré ». 

     

    Vivre avec un parent pervers narcissique est un vrai combat,

    et s’en défaire est extrêmement compliqué

    car cela peut rapidement nous faire perdre tous nos repères, toute confiance en soi.

    À l’âge adulte, il est important de faire un travail de reconstruction :

    « Un individu qui a une bonne image de soi retrouvée, une stabilité,

    pourra trouver la bonne position par rapport au parent toxique. »

     

    Pour se défaire de cette relation étouffante il n’existe pas beaucoup de solutions :

    Soit on s’éloigne du parent toxique, on met des distances, on coupe les ponts mais sans culpabiliser.

    Soit on agit avec suffisamment de recul, presque comme si c’était une personne étrangère,

    comme un infirmier qui gère un malade, mais cela demande beaucoup de stabilité émotionnelle.

     

    En somme, il faut partir ou agir mais surtout parvenir à se défaire de cette emprise,

    qui parfois relève de la manipulation affective :

    « Le parent toxique peut se faire passer pour victime, ou se montrer comme s’il avait besoin de l‘autre.

    L’enfant, même à l’âge adulte, va se sentir responsable du bonheur et du bien-être du parent toxique

    et va essayer d’aider ses parents qu’il n’arrivera, en réalité, jamais à aider. » 

     

    Face à un parent toxique, le réel risque est de passer à côté de sa propre vie

    pour s’occuper de sa mère ou son père.

    Un risque que Fanny a décidé de ne pas prendre :

    « J’ai réussi à m’affirmer vers mes 21 ans. Un jour j’ai dit stop, plus rien ne pouvait m’atteindre venant de lui.

    Aujourd’hui je me suis libérée, je vois toujours mon père mais j’ai instauré beaucoup de distance. »

     

    Et de conclure :

     « Son mal-être ne me touche plus, je me suis fait ma carapace,

    mais je n’arrive malgré tout pas encore à lui lâcher entièrement la main ».

     

    Geneviève Schmitt

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

    Oui, il est possible de se reconstruire...

    Il faut pour cela, passer par certaines étapes.

    Il y a une série de deuils à faire, des croyances à nettoyer, des chaînes à briser, il y a de l'amour à se donner.

    Ce travail de reconstruction peut-être long ou pas.

    Chaque situation, chaque personne a son rythme et il est important de le respecter.

     

    Artiste européen émigré en Australie dès son plus jeune âge, Loui Jover fait partie de ces créatifs qui associent une esthétique élégante à une logique de réutilisation. Quand de vieux livres sont font œuvres d'art...  Né en 1967 en Europe, Loui Jover immigre rapidement en Australie où il développe un goût et un talent assez prononcé pour le dessin. Talent qui le poussera à faire des études en art dès 1980, grâce à un cours par correspondance du Melbourne Art Institute, et à en faire plus...

     

    Il est important de vous faire accompagner par un thérapeute à certains moments de cette reconstruction.

    Cela ne fera qu'accélérer les choses.

    Veillez cependant à vous adresser à quelqu'un qui est informé (voire formé)

    sur cette problématique et qui la comprend.

    Certains psys et thérapeutes ne connaissent pas bien ce "phénomène".

     

     

    Extrait de ce livre que je vous recommande....

     

    Se reconstruire

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique