•  

     

     

    "Ne faites pas de suppositions"

     

    Troisième accord Tolteque

     

    Nous avons tendance à faire des suppositions à propos de tout.

    Le problème est que nous croyons ensuite qu'elles sont la vérité.

    Nous serions prêts à jurer qu'elles sont vraies.

    Nous faisons des suppositions sur ce que les autres sont ou pensent,

    forts de quoi nous en faisons une affaire personnelle,

    puis nous leur en voulons.

     

    Les gens nous disent une chose :

    nous faisons des suppositions sur ce que sont leurs motivations.

    Ils ne nous disent rien ?

    Nous faisons alors d'autres suppositions destinées à combler notre besoin de savoir

    et à remplacer celui de communiquer.

     

    Même lorsqu'on entend quelque chose qu'on ne comprend pas,

    on fait des suppositions sur ce que cela signifie,

    puis on les croit.

     

    Nous ne cessons de supposer,

    parce que nous n'avons pas le courage de poser des questions.

     

    DON MIGUEL RUIZ.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    "Quoi qu'il arrive, n'en faites pas une affaire personnelle"

     

     

     

     

     

    Même lorsqu'une situation parait très personnelle,

    même lorsque vous vous faites insulter, cela n'a rien à voir avec vous.

    Ce que les gens disent, ce qu'ils font et les opinions qu'ils émettent

    dépendent seulement des accords qu'ils ont conclus dans leur propre esprit.

     

     

    Quoi que les gens fassent,

    quoi qu'ils ressentent, qu'ils disent ou pensent,

    n'en faites pas une affaire personnelle.

     

    DON MIGUEL RUIZ

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    "Encore et encore, le problème impossible est réglé,

    lorsqu'on voit que le problème est seulement une décision difficile qui attend d'être prise".

     

    Robert H.Schuller

     

     

     

    Le Pouvoir d'une Décision...

     

     

     

    Au fond de vous, vous savez quelles décisions,

    petites ou grandes, vous êtes appelé à prendre ces temps-ci.

    Comme des fruits mûrs, elles attendent d'être cueillies.

     

    Vous pouvez nier votre élan, vous pouvez vous changer les idées,

    vous pouvez trouver des arguments tout à fait logiques

    qui justifieraient d'attendre un peu plus longtemps avant de plonger...

     

    Mais vous pouvez aussi vous simplifier la vie et dire oui maintenant.

    Vous faire confiance, finalement.

    Vous avez l'impression de stagner ?

    Honorez la vérité, votre vérité, et vous réintégrerez doucement le courant naturel de votre vie.

    Car c'est dans la sagesse de votre cœur qu'est la magie.

     

    SOURCE : MATINMAGIQUE.COM

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     PREMIER ACCORD TOLTEQUE

    QUE VOTRE PAROLE SOIT IMPECCABLE.

     

    Au cours de notre domestication, nos parents, frères et sœurs

    ont émis des opinions sur nous sans même y réfléchir.

    Nous avons cru ces opinions et vécu dans la peur qu'elles véhiculaient.

    Quelqu'un exprime une opinion : "Regarde cette fille comme elle est moche !"

    La fille en question entend cela, croit qu'elle est laide et grandit avec l'idée qu'elle n'est pas belle.

    Peu importe qu'elle le soit ou non ; tant qu'elle est d'accord avec cette opinion , elle croira qu'elle est laide.

    Elle subit l'influence d'un sort.

     

    Les Quatre Accords Toltèques....

     

    Si elle réussit à capter notre attention,

    une parole peut pénétrer notre esprit et changer toute une croyance,

    en mieux ou en pire.

     

     

    DON MIGUEL RUIZ.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    En tant que personne libre, je suis entièrement responsable des actes que je choisis de réaliser...

    Je choisis mes actions et mes gestes, je dois donc en assumer les conséquences.

    Je suis responsable à 100 % de mes actes, de mes paroles, de mes pensées et de mes sentiments.

    je ne suis aucunement responsable des actes, des paroles, des pensées et des sentiments des autres.

     

    DE LA RESPONSABILITE A LA CULPABILITE

     

    La position de victime n'est pas à confondre avec l'état de victime.

    La première est un comportement adopté par un individu alors que le second est la conséquence d'un fait extérieur.

    * Position de victime = comportement adopté par un individu

    * Etat de victime = conséquence d'un fait extérieur.

     

     

     

     

     

    La culpabilité est le sentiment de celui qui se juge coupable,

    c'est à dire qui estime avoir commis une faute ou causé du tort à quelqu'un.

    Que la faute soit avérée ou non n'y change rien, c'est l'impression subjective qui est déterminante.

    Ainsi la personne qui est convaincue d'être la cause des émotions d'autrui

    ne peut que se culpabiliser lorsque celles ci sont de nature désagréable.

     

    * Culpabilité saine résultant d'un préjudice réellement causé

    * Culpabilité morbide découlant uniquement d'une prise de responsabilité exagérée

    (ex se sentir responsable des malheurs qui surviennent à nos proches... )

     

     

    Celui qui se culpabilise de façon morbide prend plus de responsabilités qu'il ne faudrait

    mais il ne prend pas les bonnes (c'est à dire les siennes).

    Celles ci ne lui confèrent aucune prérogative, ne lui sont d'aucune utilité pour amorcer le moindre changement.

    Elles contribuent en définitive à victimiser celui qui les adopte, à le confiner dans l'impuissance.

     

    Celui qui se positionne en victime

    n'accepte pas d'endosser la responsabilité de ses gestes, de ses paroles ou de ses émotions.

    Il faut donc que quelqu'un d'autre les assume à sa place.

    Lorsqu'un geste est posé, une parole énoncée, quelqu'un doit en ssumer la responsabilité ;

    si ce n'est pas son initiateur, une autre devra s'en charger qui se culpabilisera.

     

     

    Yves Alexandre THALMANN

    Responsable oui ! Coupable, non !

     

     

    ----------------

     

    Responsable mais non coupable....

    Un cheminement bien à propos ...

    FAUSTINE.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Relisez cet article quand vous n'aurez pas le moral.

     

     

    * Vous représentez forcément quelque chose pour une personne de votre entourage.

     

    * Votre sourire peut rendre quelqu'un heureux même s'il ne vous connaît pas.

     

    * Chaque soir, quelqu'un pense à vous avant de s'endormir.

     

    * Si quelqu'un semble vous haïr, très souvent, c'est seulement pace qu'il veut vous ressembler.

     

    * En moyenne, au moins douze personnes que vous connaissez vous aiment à leur manière.

     

    * Même quand vous faites la plus grosse erreur de votre vie, quelque chose de bon en ressortira.

     

    * Lorsque vous sentez que le monde se braque contre vous, essayez de regarder les choses

    avec  un nouveau regard et vous comprendrez que ce n'est tout simplement pas le cas.

     

    * Si une nouvelle opportunité apparaît, prenez la ;

    et si toute votre vie change à cause de cela, laissez la se produire.

     

    * Personne n'a dit que la vie allait être facile, mais on peut vous promettre qu'elle vaut le coup.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  •  

     

    Le courage de choisir

      

     

    Il faut avoir le courage de changer ce qui ne va pas dans sa vie.

    Prendre des décisions.

    Aller contre soi-même si nécessaire.

    Contre la facilité, les habitudes.

    Ecouter la voix de sa conscience.

    Peser le pour et le contre.

    Se souvenir que tout choix implique un renoncement, et que vivre, c'est choisir.

    Puis lorsqu'on a bien réfléchi,

    marcher d'un pas sûr vers ce qui nous rendre plus heureux.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Plus nous avons des attentes envers les autres et plus nous risquons d'être déçus...

     

     

    Pour parler d'amitié....

     

     

    Si nous attendons que les autres nous aiment, nous admirent, prennent soin de nous et nous respectent,

    nous risquons d'attendre longtemps.

    Mais  si vous vous aimez, si vous vous donnez toute l'attention dont vous avez besoin,

    si vous êtes fier de ce que vous êtes et de ce que vous faites,

    alors vous n'aurez plus besoin d'attendre que les autres le fassent à votre place.

     

    Chaque fois que vous avez des attentes envers quelqu'un, 

    c'est le signe qu'il y a un besoin en vous que vous ne comblez pas vous-mêmes :

    vous attendez que quelqu'un le comble pour vous...

     

    Quand vous apprenez à vous donner vous-même ce que vous demandez aux autres,

    ce que vous attendez des autres,

    une grande liberté apparaît dans votre vie.

     

    Vivre sans attente est une forme de liberté majestueuse !

    Plus vous répondrez vous-même à vos propres besoins, plus votre estime de vous augmentera

    et plus vos besoins seront comblés, par la personne la plus importante de votre vie :

    VOUS.

     

     

    Extrait du livre "Apprendre à s'aimer, un jour à la fois"

    DIANE GAGNON.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  •  

    Il est rare que nous écoutions vraiment.

    Nous attendons plutôt poliment notre tour de prendre la parole en préparant notre intervention.

     

     

    Ecouter vrai....

     

     

    Ce sont des monologues qui s'enchainent .

    Il n'y a pas de rencontre

    et c'est ce qui explique qu'il y ait si peu de conversations nourrissantes, stimulantes, énergisantes :

    nous ne parlons pas vrai. Nous nous croisons. Nous nous manquons.

    C'est là le manque fondamental dont nous souffrons tant.

    Nous manquons de la présence nourrissante qui naît de la rencontre vraie.

    Nous manquons à la fois de la rencontre avec nous-mêmes et de la rencontre avec les autres...

     

    très juste .....

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Respiration consciente et méditation....

     

     

    La respiration consciente est la base même de la pratique de la pleine conscience.

    En respirant consciemment, je ramène mon esprit à mon corps et, ainsi, je suis vraiment présent.

    C'est précisément en pratiquant cette respiration que nous pourrons développer ce lien d'amitié

    avec notre corps, nos émotions, notre mental et nos perceptions.

    Ce n'est qu'après avoir développé cette véritable amitié avec nous-mêmes

    que nous pourrons procéder aux transformations sur différents plans.

     

    THICH NHAT HANH.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

    Pendant des années, certaines femmes se sont silencieusement interrogées :

    "Pourquoi suis-je si différente ? Pourquoi suis-je née au sein d'une famille aussi étrange ?"

     

     

     

    A chaque fois que leur existence voulait s'épanouir,

    il y avait quelqu'un pour répandre du sel sur le sol afin de le rendre stérile.

    Toutes les proscriptions à l'encontre de leurs désirs naturels les tourmentaient.

    Filles de la nature, on les gardait dans les maisons.

    Scientifiques dans l'âme, on leur apprenait le métier de mère.

    Si elles voulaient être mères, on leur disait qu'elles avaient intérêt à se couler doucement dans le moule,

    si elles voulaient inventer, on leur disait d'être des manuelles

    si elles voulaient créer, on leur disait qu'on n'en a jamais fini avec les tâches ménagères.

    Parfois, elles essayaient de satisfaire à ces critères

    et ne s'apercevaient que plus tard de leurs souhaits véritables.

    Il leur fallait alors, pour mener leur vie, connaître l'épreuve mutilante de la famille que l'on quitte,

    du mariage rompu avant que "la mort nous sépare"

    et des jobs abandonnés avant qu'ils puissent se révéler les marchepieds promis vers un avenir rémunérateur.

    Leur route était jonchée de rêves brisées.

    Souvent, ces femmes étaient des artistes qui tentaient de se montrer raisonnables

    en consacrant 80 % de leur temps à des tâches qui tuaient dans l'œuf, jour après jour, leur créativité. 

    Les scénarios sont légion, mais on retrouve une constante :

    on leur a fait remarquer très précocement qu'elles étaient "différentes", avec une connotation péjorative.

    En fait, elles étaient passionnées, curieuses, particulières et dans le droit-fil de leurs instincts.

     

     

    Extrait du Livre

    De Clarissa Pinkilo Estes

    "Femmes qui courent avec  les Loups".

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • Je voulais que ce blog soit immortalisé...

    C'est chose faite...

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique