• Bienvenue sur mon blog...

     

     

    Je ne suis plus la personne que j'ai été, je ne le serai plus jamais....

    Mais je ne suis pas la personne que je voudrais être non plus...

    Je suis en cours d'amélioration.

     

    Bienvenue sur mon Blog

     

    FAUSTINE

     

     

    Bienvenue sur mon blog...

     

    "Le dénominateur commun chez les femmes mal aimées par leur mère

    est le besoin de validation, le besoin de trouver quelqu'un qui leur dise :

     

    "Oui ce que tu as vécu est vraiment arrivé,

    Oui ce que tu ressens est justifié,

    Je comprends".

     

    A travers cet extrait du livre de Suzan Forward,

    vous comprendrez le pourquoi de ce blog.

    L'occasion unique aussi de pouvoir à travers les mots des autres,

    exprimer mes propres maux sans jamais blesser les personnes concernées....

     

     

    Les articles publiés ici, sont pour beaucoup, extraits de livres référencés dans la rubrique du même nom...

    Beaucoup me correspondent, tous sont des réponses à des questions que je me suis longtemps posées.

     Je souhaite que ce blog vous aide

    autant qu'il m'aide depuis le 24 février 2015...

    Bonne visite...

     bizz

    FAUSTINE.

     

    AFIN DE ME SUIVRE REGULIEREMENT

    Visitez mon nouveau BLOG

     

     UN PETIT CLIC SUFFIT.....

     

    N'oubliez pas de vous abonner au flux RSS(gratuit)

    OU

    De vous inscrire à la Newsletter

    en haut à droite...

     

     

     

      

     

     

    « Faustine aime.....Citation »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 21 Juin 2016 à 12:56

    Bonjour Faustine,

    D'abord excuse-moi de na pas être un "commentateur" plus assidus. La raison est tout simplement que les réflexions que tu y exposes sont trop sérieuses pour qu'un olibrius comme moi ait la prétention de donner un avis. Je lis avec un infini respect tes articles, il se pourrait bien qu'ils m'aide à être meilleur grand-père que le père que j'ai été même si, à priori, mes enfants ne semblent pas trop se plaindre de moi.

    Merci et persiste.

      • Mardi 21 Juin 2016 à 13:08

        Merci infiniment de ton commentaire qui me va droit au coeur.

        Mon psy dit toujours qu'il n'y a pas  de parents parfaits, que ça n'existe pas. Effectivement nous faisons des erreurs, le métier de parents est bien difficile.

        Ensuite il y a les parents malades de leur enfance, qui ont refusé de se faire aider parce que "ça ne se faisait pas". Et là forcément les enfants trinquent... C'est un passage obligé.

        Merci pour tes encouragements et tes visites...

        Bonne journée.

        FAUSTINE.

      • Mardi 21 Juin 2016 à 16:37

        *qu'ils m'aident**

        Ma lecture en ce moment : Le monde intérieur de l'enfance de Frances G. Wickes

      • Mardi 21 Juin 2016 à 17:30

        Merci pour l'info... Je le lirai. Bonne soirée.

    2
    Samedi 22 Octobre 2016 à 20:11

    Oui, je comprends ce que tu dis et oui, je comprends ton mal être parce que je l'ai vécu. J'ai manqué de reconnaissance, d'amour, d'attention et je les ai cherché chez mes maîtresses d'école et professeurs de chant, de dessin, de couture etc. Oui il me reste cette soif de reconnaissance! Elle est présente et je ne peux rien y changer! Partout ou je suis passée, j'ai toujours recherché la reconnaissance de mes paires. Je ressens un besoin d'être reconnu pour ce que je suis, si non, je ne me sens pas exister ! Amicalement, Ghislaine.

      • Samedi 22 Octobre 2016 à 21:57

        Oui Ghislaine, je vis cela depuis environ quatre ans. Avant je ne percevais  pas ce malaise, tout était enfoui. Il a fallu que je m'attache à mon premier thérapeute pour découvrir cet énorme gouffre, ce vide. Toute petite je faisais des transferts sur des copines, cousines, prof... Puis c'est revenu... Aujourd'hui le moindre attention, la moindre parole empathique, me font avancer. C'est ce qui me permet de me reconstruire. A l'inverse, je suis devenue hypersensible, susceptible. Voilà pourquoi ce blog me permet de reprendre confiance en moi, me permet de rester à la surface. Comme tu le dis c'est ce qui nous permet d'exister...

        on ressent bien dans tes récits et même à travers tes commentaires ce besoin de reconnaissance... Je pense qu'on vivra cela tout le reste de notre vie, on ne pourra jamais combler ce vide...

        Un bon week end

        BIZZS

         

        FAUSTINE

    3
    Dimanche 23 Octobre 2016 à 11:07

    Bonjour Faustine,

    Il est impossible de combler ce vide affectif! On essai de le remplacer par différentes choses. Jamais je n'ai dis "Papa" jamais je n'ai dis,"Maman"... ou si peu de fois, que je ne m'en souviens plus. J'ai quitté le foyer (qui n'en était pas un), à 13 ans pour vivre pendant deux ans dans la rue dans les années 60. depuis ma naissance, je n'ai fais que des allez et retour, d'abord chez mes parents, et à partir de huit ans, chez les sœurs, familles d'accueil avec tout ce que cela comporte de perversion dans certaine familles d'accueil. Je sais ce que c'est de se construire seule et sans appui. j'ai toujours ce grand vide au fond de moi qui ne se comblera jamais... Je suis fière d'avoir réussir à m'en sortir... en apparence, car au fond de moi, je suis toujours le petite fille abandonné de ses parents, et n'ayant aucune famille du côté d'eux. Pas de cousins, cousines, grand-pères, grands-mères, oncles, tantes, n'ont voulu me recueillir lorsque j'étais enfant. Mon père, alcoolique, je ne l'ai plus vu je devais avoir entre cinq et six ans.  Ma mère s'est servit de moi pour son intérêt personnel lorsque je me trouvais avec elle par intermittence, et surtout, j'étais de la viande fraîche pour son amant. C'est pour cela que je me suis sauvé de chez moi à 13 ans.

    Ce fut la vie mon école. je peints, je dessine, je bricole, je fais beaucoup de chose de mes mains! Tout cela pour être reconnue, pour ne pas passer inaperçu lors de mon passage sur cette terre. j'écris et c'est ça qui me sauve! je suis une hypersensible comme toi.  j'ai beaucoup d'empathie pour mes semblables. j'ai besoin de me sentir aimé, alors, je donne beaucoup de ma personne, et pas toujours aux bonnes personnes. donc, à nouveau, je souffre. Pleurer: je sais faire et sans me forcer: une vraie fontaine! LOL! Je cache ma solitude d'enfant délaissée derrière une gaîté d'adulte non feinte; mais quand même avec une certaine tristesse au cœur... C'est pour ça que je te comprends. Voilà ce qu'est pour moi la solitude, et ni mon mari, ni mes enfants qui connaissent mon histoire, ne sont conscients de de cette solitude intérieur qui ne peut se combler...

     

    solitaire

    (Sans musique)

     

    Je ne sais vraiment pas pourquoi

    Ce sentiment de solitude

    S'insinue fortement en moi

    Et sape toutes mes certitudes

     

    Je me sens  bien trop transparente

    C'est comme si je n’existais pas

    Devant une foule d'indifférents

    Dans cette arène ou je combat

    Refrain

    Je ressens toujours un grand vide

    Ma vie s'écoule comme une histoire

    Qui n'est plus qu'un nombre de rides

    Quand mon présent n'est qu'illusoire

     

    Je me sens tell'ment inutile

    A quoi bon marcher dans le noir,

    En ne traînant que mon cafard

    Pour seul compagnon en exile

    Couplets

    Je sais mon âme est trop fragile

    Pour affronter tous les ailleurs

    Lorsque l'on se sens malhabile,

    On cherche à protéger son cœur:

     

    On se referme de l'intérieur

    Pour fuir les contacts extérieurs

    Sans besoin qu'on me tienne la main

    Je me calfeutre dans mon coin.

    Refrain

    Je sais que mes incertitudes

    N'apportent rien à mes désirs

    Mes rêves ne sont que des études

    Qui resteront que souvenirs.

      

    J'ai le cœur en décrépitude

    Sans but précis où me fixer

    Comment puis-je me débarrasser

    De cet ennuie qui me bouscule.

    La fin

    J'ai beau dire, j'ai beau faire,

    M'inventer des chimères

    Je ne peux me défaire

    De cet ennuie qui me bouscule.

     

    J'ai beau dire, j'ai beau faire

    Me construire des repaire

    Je ne peux me défaire

    De cette lassitude.

    BIS

    J'ai beau dire, j'ai beau faire

    M'inventer des chimères ...

    N.GHIS.

     

    Texte écrit le 09/05/2016

    La Rose De Janvier

    4
    Dimanche 23 Octobre 2016 à 19:46

    Je n'ai pas connu toutes ces abominations qui ont été les tiennes et j'en serais  presque honteuse de me plaindre à côté de ce que tu as vécu...

    Plusieurs degrés dans la souffrance, mais chaque souffrance est à prendre en compte je pense.

    Tu es très courageuse, et tu écris très bien. Voilà effectivement ce qui te sauve, ta créativité.

    J'ai beaucoup d'admiration pour toi.

    Je te souhaite une bonne soirée et à bientôt sur ton blog.

    BIZZ FAUSTINE.

    5
    Jeudi 22 Décembre 2016 à 11:32

    Cette image est tout simplement magnifique *-* je l'adore ! et ton texte est très beau, continue si ton blog t'aide autant je trouve ça super d'aider et de soutenir les gens comme tu le fais ! Ma petite vie à côté est bien simple et tranquille c'est pourquoi moi aussi je te soutiens en voyant tes textes !! Bonne chance et courage ! 

      • Jeudi 22 Décembre 2016 à 12:20

        Merci pour ton passage et tes commentaires bien sympas...

        Je vois que tu écris. J'irai te lire...

        Passe de bonnes fêtes toi aussi.

        BIZZS FAUSTINE.

      • Jeudi 22 Décembre 2016 à 12:23

        De rien et merci pour ta "future lecture" ^^

    6
    Mercredi 22 Mars à 04:21
    • n devient distant et silencieux quand les actes des autres vous déçoivent et que les mots ne servent plus à rien.

    • ....et c'est ce qui arrive dans ma vie..pourquoi ? la solitude n'et que la partie visible d e cet iceberg.

    • Je recherche la cause et les solutions.
      • Mercredi 22 Mars à 20:50

        J'aimerais t'aider Loupzen...

        Se réparer d'une trahison n'est pas chose simple... Je ne te connais que très peu encore alors que faire sinon t'assurer de ma compassion ?

        Bien peu de chose.

        Et même si la partie visible de l'iceberg est minime, la présence d'amis, même virtuels représentent un véritable soutien...

        Alors ne lâche pas ton blog, d'expérience je sais que ça aide à lutter contre cette solitude.

        Bonne soirée.

        FAUSTINE.

    7
    Mercredi 22 Mars à 20:55

    Moi aussi en ce moment, je ressens de la solitude et par moment, je me demande, "A quoi bon..." Je suis tentée de tout arrêter et ce sentiment dure depuis plusieurs jours : une sorte de lassitude. Bonsoir Faustine. Dort bien. Amicalement, Ghislaine.

      • Mercredi 22 Mars à 21:07

        Oh là contagion... Mettez vous tous en pause mais n'arrêtez pas.

        Ghislaine, ça serait bien dommage d'abandonner un si beau blog...

        Et où en est la parution de ce livre ?

         

        Je sais pour ma part que je ne pourrai pas stopper mon blog.

        Je suis d'ailleurs en train de mettre en page tous les articles et les plus beaux commentaires, pour le faire imprimer en quelques exemplaires

        comme je l'ai fait pour le fil d'Ariane.

        En offrir un exemplaire à quelques uns de mes amis, et en garder un très précieusement.

        Ce blog m'a permis de renaitre à moi même...

        Meilleur moral...

        Bonne soirée.

        FAUSTINE.

         

         

    8
    Mercredi 22 Mars à 21:40

    La contagion?... Tu as raison : C'est comme un virus. Il est vrai que même mon homme qui est adorable, ne peut pas grand chose pour moi : ça vient de bien plus loin... de mon enfance. Je me sens seules et il ne peut rien y faire ! C'est à l'intérieur de moi... J'essaie d'étouffer ce sentiment de solitude intérieur ; mais quelques fois, je n'y arrive pas : elle est latente, sournoise, imprévisible, et parfois, j'ai envie de crier : que dis-je ! Hurler...

      • Mercredi 22 Mars à 21:47

        Oui je comprends bien ce que tu ressens.

        Je connais bien ce sentiment de vide, qui aujourd'hui semble vouloir se calmer. Peut être à force de me libérer par la parole,
        certainement aussi grâce à certains amis virtuels, et puis aussi je pense parce que ma vie prend un nouveau virage...

        Je sais que tu  es fortement opposée aux psys, mais quand  on trouve le bon, c'est réparateur même si ce travail d'analyse est extrêmement difficile. Je commence à en apprécier les résultats...

        Mais cette sensation de vide et d'abandon est ravageur je le confirme. Bon courage et toutes mes pensées sont avec toi.

        BIZZS FAUSTINE.

    9
    Mercredi 22 Mars à 21:50

    Hurlements intérieurs

     

    Hurlements intérieurs

    Hurlements intérieurs

     

    Hurlements intérieurs

     

    Hurlements intérieurs

    Le dégoût s'est ajouté à la routine de sa vie. Elle est écœurée de l'existence qu'elle mène! Elle est malade de se dessécher! Malade de végéter depuis tant d'années! Elle est comme une plante qui manque d'air! Une plante qui manque d'eau! Une plante que l'on délaisse...

    Elle en ai assez d'être là pour les autres quand il n'y a personne pour elle! Elle en a assez de faire semblant d'être heureuse! De toujours faire semblant de quelque chose! De dire que tout va bien alors que rien ne va! D'afficher un sourire quand elle a envie de pleurer! D'être constamment en représentation pour la galerie!... Eux vont bien! Ils sont bien! Ils ne voient rien que leur petite personne! Ne se soucient que de leur petite personne! Ils ne voient rien parce qu'ils ne veulent pas voir! C'est dérangeant de voir ce que l'on se refuse à voir! Peu importe la tristesse, la détresse des autres! Il lui faut rester à sa place! Ne surtout pas en bouger!  Ne rien montrer! Ne pas déranger! Ne pas les déstabiliser dans leur Petit bonheur sécurisant, étriqué, factice!... Elle est dans un équilibre précaire d'une vie sans équilibre. Elle est le pilier de la maison. Si le pilier bouge, toute la maison S'écroule! Elle es, bien malgré elle, le pilier de cette maison, fatiguée de sa fuite en avant. Fatiguée de donner le change! De mentir pour éviter les questions...

    lu qui n'est que l'écho d'une prison dans sa propre maison. Ou est la solution?...

    Elle a froid dans son corps. Elle a froid dans son cœur. Elle a froid dans sa vie, froid dans ses envies d'ailleurs...

    Ses désirs sont de glace. Elle vivote. Elle s'étiole. Elle est prisonnière d'une vie dont elle ne veut plus. Qui ne la comble pas et qui ne la veut plus non plus! Elle souffre. Elle est triste. Elle dépérit. Elle s'enivre de mots qui la soûlent, mais dont elle a besoin pour continuer sa route! Ses yeux ont le vague à l'âme. Son âme est dans le vague! Et vogue la galère supportant ses peines sur les vagues de ses désillusion...

    Elle n'a plus envie d'avoir envie. Plus rien ne l'intéresse. Elle est vide de tous sentiments de bien être. Elle s'illusionne pour aller mieux; mais tout l’insupporte! Elle supporte...

    Elle se raisonne: «il y a pire que moi!» Elle déraisonne et elle s'assomme de tranquillisants éclats de rire qui sonnent faux. Qui sonnent le glas de sa joie de vivre. Elle se cache pour laisser rouler ses larmes sur son visage amaigrit et qui ne sont qu'un semblant de soulagement. Elle abandonne la lutte, puis elle reprends la lutte: elle y est obligée! Elle n'a pas le choix! Elle a l'obligation d'une vie sans attraits faisant partie du lot quotidien de nombreuses existences! De ses tempêtes et de ses peurs incertaines.De ses peurs de femme seule entourée; mais seule dans le secret de son jardin secret où fleurissent et fanent les fleurs de ses pensées désenchantées...

    Se libérer... Être libérée des chaînes invisibles qui entravent mon besoin de liberté!

    Prisonnière de sa propre existence. Elle est une prisonnière non volontaire de sa propre existence... Ah! S'évader de cette cage dorée! S'évader de ce donjon où ses pas martèlent le sol dans un vide absolut.

    Elle a mal. Elle a très mal. Elle a si mal! C'est mal! C'est mal d'avoir envie de vivre autre chose que la routine d'une vie routinière? Des hurlements s'étranglent dans sa gorge. Ce ne sont que mes hurlements silencieux. Des hurlements intérieurs...

    Un cauchemar? "Ça n'est pas possible! Je vais me réveiller? Il faut que je me réveille!» se dit-elle. Et recommence la journée. Dans son déroulement, l'interminable et banale journée: une de ces journées inintéressante, prévisible et sans attrait qui lui permettra l'attente de la nuit pour atteindre un sommeil désiré, telle une petite mort où elle s'enfoncera dans des rêves qui  ne lui apporteront qu'un semblant de bien être et de liberté. La clef de ses songes lui appartiennent! Là, pas de prison virtuelle. Son esprit s'envole et quitte son corps qui se repose pour pouvoir affronter la routine du prochain jour qui se lèvera bien assez tôt pareil aux autres jours, précédant immanquablement toutes les autres journées vides de sens ou elle évolue telle un zombi dans cette prison qu'elle s'est construite elle-même, pensant que c'était là le chemin qu'elle devais prendre...

    Il est certain que lorsque le vin est tirer, il faut le boire! Pas moyen de faire différemment! Beaucoup doivent affronter le vide de leur vie dont ils ne voulaient surtout pas! Elle ne fais pas exception à la règle! Elle se dois d'assumer les erreurs de ses choix et se taire; mais les hurlements intérieurs de son âme continuent leur vacarme assourdissant, martelant avec insistance, l'idée d'une liberté dont elle ne peux jouir par scrupules, par peur de faire mal, par peur de faire souffrir et de se tromper encore..

     

    N. Ghis. 

    Hurlements intérieurs 

    Hurlements intérieurs

    10
    Mercredi 22 Mars à 22:05

    Merci Faustine. Si je suis venu à toi, c'est parce que je sais que tu sais. Bécaud chantait : "La solitude, ça n'existe pas " Et bien, il se trompait.

      • Jeudi 23 Mars à 05:23

        Bonjour, me pardonnerez-vous de m'initier dans votre échange (je n'aime pas le mot conversation ).Je ressens cette lassitude à exister pour .....qui et quoi. ce grand vide ne peut être que passager et c'est en écrivant (pour moi ) que je devine la solution . C'est égoïste mais salutaire et tant mieux si d'autres en profite..c'st aussi cela le partage.

        Est-ce l'effet d'un printemps "malmené " par l'actualité ? Tous les matins j'ai la désagréable sensation en lisant les posts et commentaires sur GOOGLE+que les internautes sortent leurs poubelles !

        Quant à Bécaud, je chante souvent "ET MAINTENANT....que vais-je faire ?.....sinon continuer à exister pour toutes celles et ceux qui se battent pour vivre et comptent sur nous et sur Vous.

        Je vous souhaite le meilleur pour cette journée.

         

    11
    Lundi 3 Juillet à 10:16

    Bonjour Faustine , ton petit aparté sur les Pnm  m'a interpellé , il est vrai 

    Qu'après nous ne sommes plus les même , c'est une expérience destructrice certes 

    Mais constructive pour qui y échappe ....Belle journée à toi et merci pour tes articles intéressants 

      • Lundi 3 Juillet à 12:21

        Merci Betty de ton passage...

        Oui je l'ai découvert trop tardivement... Mais aujourd'hui avec l'aide d'un bon psy, je vais en sortir grandie je pense...

        Je suis contente que mon blog te semble utile et intéressant...

        A bientôt

        Bizzs

         

        FAUSTINE.

    12
    Lundi 3 Juillet à 13:08

    Grandie sans doute , parce que de tes souffrances ,tu en fais  une résilience 

    Que nos douleurs nous aident au moins à çà , Etre mieux qu'avant moralement....Bises

    13
    Vendredi 8 Septembre à 01:24

                              J'ai ce vécu ,j'ai aussi éprouvé ce ressenti mais je me suis libérée un certain 14 juillet!J'avance et je pourrais dire "à grands pas"!

    J'ai oublié cette lassitude à exister dont parle Loupzen,je me bats chaque matin avec les pensées défaitistes de mon époux .Parfois je me mets dans ma bulle pour ne pas me laisser contaminer par des propos négatifs.Le soir je cherche ce qui a été un plus et ne me sert du négatif que pour essayer de progresser encore et encore ,de telle sorte que si j'ai avancé de 3 pas et reculé de 2 ,j’en ai gagne 1 !!

    Quant la douleur est trop forte,je m'arrête,je pleure ,je ne pense plus que mourir serait mieux ,je fais confiance en mon indien!

    Bisous

      • Dimanche 10 Septembre à 03:38

        Qu'il est difficile de s'élever lorsqu'on a soi même tant de poids sur ses épaules...sommes nous condamner à mener de tels combats?

        Sabine est pour moi une révélation.....comment pourrais-je baisser les bras  devant son courage et devant son exemple....

        Si Nous sommes présent sur cette terre pour une ou des raisons bien précises alors Sabine aura mené à bien sa mission.

    14
    Mardi 12 Septembre à 18:52

    Oui Sabine est courageuse et elle avance....

    Votre complicité à tous les deux vous permet peut être de rester à "la surface"....

    Le livre que je viens de terminer, pourrait je pense vous intéresser...

    C'est l'objet de mon dernier article....

    Bonne soirée à tous les deux.

    FAUSTINE

    15
    Jeudi 14 Septembre à 11:35

    merci du petit accueil, je prends un petit café et je m'installe dans le fauteuil

      • Jeudi 14 Septembre à 17:15

        Merci de ton passage par ici...

    16
    Vendredi 15 Septembre à 13:18

    Un petit coucou, un petit bisous, un tout petit passage : je ne vais pas fort moi non plus et ne sais quoi mettre ou plutôt je sais; mais je n'en ai pas le courage. Bien à toi gentille amie. Ghis.

      • Vendredi 15 Septembre à 22:17

        Bien difficile à gérer ces petits passages à vide...

        Je pense bien à toi et te souhaite du courage pour remonter la pente...

        A bientôt Ghis

        Bizzs

        FAUSTINE

    17
    Samedi 16 Septembre à 11:30

    Merci beaucoup pour ton petit mot gentil. Ton amie Ghislaine.

    18
    Jeudi 21 Septembre à 09:25

    Bisous Faustine et surtout bon courage ... je crois que nous avons toutes et tous quelque chose de notre enfance qui "coince" . Mais je ne veux pas remuer mon passé surtout mes 18 années de mariage pouah j'ai "occulté" ouf enfin !!!

    Excuse-moi ne me répond pas ici car je ne repasse jamais sous les coms que je dépose, je m'économise à bientôt 78 ans faut savoir lever le pied !

    Bisous !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :