•  

    Samedi 12 janvier 2019

    Je voulais me faire mon propre jugement, mais pensais vraiment à du charlatanisme...

    J'en suis revenue chamboulée, bouleversée et ébahie et sans pratiquement plus aucun doute...

     

     

    Conférence et contact médiumnique en salle...

    Une expérience pour le moins troublante

     

     

     

    "Ils viennent à moi et je les reconnais.

    Soit, ils se montrent tels qu'ils étaient humains, ou se font ressentir par leurs énergies.

    Ils me parlent et c'est tout.

    Mes ressentis sont divers, selon ce que le défunt veut faire parvenir comme message.

    Je répète tout ce qu'on me dit, tout ce qu'on me montre ou ce qu'on me fait ressentir.

    Je tente d'être le plus juste possible tout simplement".

    JM Cahart...

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    6 commentaires
  •  

    Les jeunes enfants observent attentivement ce qui se passe dans leur milieu ambiant

    et acquièrent la sagesse que leur lèguent leurs parents par le biais de leur mémoire subconsciente.

    Ils adoptent le comportement et les croyances de leurs parents.

     Les bébés sont capables d'apprendre des tâches complexes par simple observation de leurs parents.

    Ces croyances, attitudes et comportements de base observés chez les parents sont intériorisés,

    traçant des voies synaptiques dans le subconscient.

    Si le jugement tel que "tu es un imbécile" est émis par les parents,

    l'enfant mémorise cet avis comme s'il s'agissait d'une vérité absolue,

    car sa conscience n'est pas encore assez évoluée pour faire la différence entre l'absolu et les nuances.

    Une fois intégrées, ces insultes agissent comme des vérités qui modèleront le comportement

    et le potentiel de l'enfant sa vie durant, sans même qu'il en ait conscience.

     

     

    Quand ils arrivent à l'adolescence, les enfants débordent d'informations :

    savoir marcher, savoir qu'ils sont imbéciles ou le contraire ! 

    Les croyances qu'ils ont héritées de leurs parents

    se comparent à une banque de programmes destinés au décodage des signaux de l'environnement

    et à l'activation de comportements types, sans qu'interviennent ni questions ni jugements.

     Elles constituent un disque dur sur lequel s'enregistrent les expériences de vie

     

     

     Extrait de ce livre :

    Rebondir - Daniel Dufour.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    Selon la mythologie grecque,

    il y eut autrefois une séduisant jeune homme nommé Narcisse

    qui était si beau que les hommes et les femmes en tombaient amoureux au premier regard.

    Un jour, alors que Narcisse était assis au bord d'un lac,

    son regard s'est posé sur la surface de l'eau et y a vu le reflet d'un jeune homme ravissant.

    Ne se doutant pas que c'était lui même qu'il regardait,

    il s'est épris de sa propre image au point de refuser de manger, de dormir ou de quitter cet endroit.

    Il est mort le regard attaché à l'image de ce garçon reflétée par l'eau.

    On dit que la fleur blanche que nous appelons narcisse est celle qui a fleuri à l'endroit où son corps repose.

     

    Afficher l'image d'origine

     

    C'est là un mythe célèbre.

    Le terme narcissique qualifie une personne en adoration devant elle même, comme Narcisse.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

    La peur de l'autre, de l'eau ou des chiens,

    La honte de son physique ou de ses choix sexuels,

    Le sentiment d'être une mère incapable...

    Par peur de ne pas être normal ou par honte de souffrir d'un mal qu'ils considèrent comme mineur,

    la plupart des gens taisent leur douleur.

     

     

     

    Pourtant, ces maux isolent et sont source de tristesse, d'angoisse voire de désespoir.

    Ces figures du malheur ordinaire sont autant de tabous de Claude Halmos, psychanalyste, dévoile :

    En parler est le premier pas.

    Elle apporte, dans ce livre documenté et organisé par thèmes,

    Une information aussi sérieuse que si elle était destinée à des spécialistes,

     dans un langage accessible à tous.

     

    Elle donne à chacun des armes pour prendre sa vie en main,

    Une boussole pour retrouver sa route.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    Ce ne sont pas les faits en eux-mêmes qui nous font souffrir.

    La souffrance vient de ce que l'on n'a pas pu montrer ses sentiments,

    ni en parler, ni le hurler, ni en pleurer, ni le partager,

    et qu'on a tout enduré en silence.

     

     

    Cette souffrance prend sa source dans le secret,

    tel un "cadavre dans le placard", voire un fantôme qui crie vengeance

    ou demande à être reconnu et pleuré.

     

    Anne Ancelin Schutzenberger.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    Séparation, perte d'emploi, maladie : la vie n'épargne personne.

    Loin de constituer des obstacles infranchissables,

    les embûches qui pavent notre route nous incitent à changer, à évoluer.

    Quelles que soient nos origines et notre culture,

    nous avons tous la capacité innée de surmonter les épreuves

    et de créer une réalité bien plus attrayante que celle dont nous avons l'habitude.

    Dans cet ouvrage, le Dr Daniel Dufour nous explique

    comment notre corps réagit devant les difficultés de la vie et nous apprend à nous battre pour nous-mêmes.

    Il rappelle à chacun qu'il dispose du pouvoir de refuser ce qui lui est étranger

    et de conduire sa vie comme il lui plaît, dans le respect des autres.

    Rebondir, c'est non seulement vaincre l'adversité, c'est aussi transformer l'infortune en succès !

    Le Dr Daniel Dufour pratique une médecine globale dans laquelle sont traités tant les causes de la maladie que les symptômes.

    Persuadé que l'abandon est l'une des premières causes du mal-être,

    il y a consacré plus de quinze années de recherche.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Rire, c'est risquer de paraître fou,

    Pleurer, c'est risquer de paraître fragile,

    Aller vers quelqu'un, c'est risquer de s'engager.

    Exposer ses sentiments, c'est risquer d'exposer son moi profond,

    Présenter ses idées, ses rêves aux autres, c'est risquer de les perdre.

    Aimer, c'est risquer de ne pas être aimé en retour.

    Vivre, c'est risquer de mourir.

    Espérer, c'est risquer de désespérer.

    Essayer, c'est risquer d'échouer.

     

     

     

    Risquer d'aimer...

     

     

     

    Mais il faut prendre des risques,

    car le plus grand danger dans la vie,

    c'est de ne rien risquer du tout.

    Celui qui ne risque rien ne fait rien, n'a rien, n'est rien.

    Il peut éviter la souffrance mais il n'apprend rien, ne ressent rien,

    ne peut ni changer, ni se développer,

    ne peut ni aimer ni vivre.

    Enchaîné par sa certitude,

    Il devient esclave, il trahit sa liberté

    Seuls ceux qui risquent d'aimer sont libres.

     

    Auteur inconnu.

    Source : psychanalyse jungienne.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    "Nombreuses sont les femmes dont les parents se sont demandé, tout au long de leur enfance,

    comment cette petite étrangère s'était arrangée pour entrer dans la famille.

    D'autres parents ont passé leur temps à lever les yeux au ciel,

    ignorant la petite fille ou la regardant d'un œil glacial, quand ils ne lui causaient pas de préjudice.

     

    Le Vilain Petit Canard

     

    Vous qui avez connu cette expérience, reprenez courage.

    Vous vous êtes vengée, quoique bien involontairement,

    en vous montrant difficile à élever et en étant une éternelle épine dans le pied de vos géniteurs.

    Peut être même aujourd'hui encore, tremblent-ils lorsque vous débarquez chez eux.

    Il est dure de passer des années auprès de ceux qui ne peuvent vous aider à vous épanouir.

    Dire que l'on est une survivante est déjà énorme. Pour beaucoup, le pouvoir est dans le terme même.

    Et pourtant vient le moment, au cours du processus d'individuation,

    où la menace, le traumatisme appartiennent au passé.

    Alors, il est temps de franchir l'étape qui suit la survie :

    celle où l'on guérit, où l'on prend vigueur.

    Il est temps de cesser de vous préoccuper de ce qu'ils ne vous ont pas donné

    et de vous consacrer plutôt à découvrir votre véritable famille.

    Vous n'appartenez peut être même pas à celle dans laquelle vous êtes née.

    Peut-être en faites vous partie sur le plan génétique,

    mais appartenez-vous à une autre sur le plan du tempérament.

     

    Lorsque vous avez besoin de conseils, n'écoutez pas les timides de cœur.

    Soyez gentille, soyez bonne avec eux, mais fuyez leurs avis.

    On vous a qualifié d'insolente, d'incorrigible, d'insurgée, d'effrontée, de rebelle, de sans foi ni loi ?

    Vous êtes sur la bonne voie.

    Le Femme Sauvage n'est pas loin.

    Ce n'est pas le cas ? Il n'est pas trop tard. Pratiquez votre  Femme Sauvage."

     

     

    Clarissa Pinkola Estes

    Le Vilain Petit Canard

    Extrait de ce livre

    que je vous recommande.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

     

    Bonne Année à Vous Tous

    Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns.

    Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier.

    Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences,

    Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants.

    Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir.

    Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence et aux vertus négatives de notre époque,

    Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l'aventure, à la vie, à l'amour,

    car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.

    Je vous souhaite surtout d'être vous, fier de l'être et heureux,

    car le bonheur est notre destin véritable."

     

    JACQUES BREL

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire