•  

    Jacques LACAN, né le 13 avril 1901, décédé le 9 septembre 1981, est un psychiatre et psychanalyste français.

    Après des études de médecine, il s'oriente vers la psychiatrie et passe sa thèse de doctorat en 1932.

    Tout en suivant une psychanalyse avec Rudolph Loewenstein,

    il intègre la Société psychanalytique de Paris en 1934.

    Jacques Lacan est l'un des grands interprètes de Freud,

    et donne naissance à un courant psychanalytique :

    le lacanisme.

     

     

    A Propos de Jacques LACAN...

     

     

    Si tous les lacaniens se réclament de Freud,

    tous les freudiens ne sont pas lacaniens.

     

    Les analystes non lacaniens prétendent que le patient doit être rassuré dans un cadre immuable :

    Un psy toujours égal à lui-même,

    des séances à durée déterminée.

     

    Les lacaniens à l'inverse, privilégient l'effet de surprise.

    On ne sait jamais si l'analyste va être ou non de bonne humeur.

    Il peut rester totalement muet, ou se montrer chaleureux et plein d'humour.

    La séance se termine lorsque le patient a énoncé un mot, une idée qui éclaire sa problématique,

    même si elle n'a commencé que depuis dix minutes...

     

    (Très peu pour moi... FAUSTINE)

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

    "Un jour enfin, j'ai osé lui répondre.

     

    Vous ne pouvez pas décemment vous rendre deux fois par semaine chez votre psy

    sans modifier votre attitude le reste de la semaine.

    Le travail se poursuit les autres jours.

     

     

    Lire, c'est retrouvé son histoire dans les mots des autres....

     

    Ce jour-là, nous avions une réunion de famille à Paris.

    J'ai parlé à mon père d'une façon telle qu'il a compris que j'allais voir une psychanalyste.

    Il m'a lancé :

    "Le jour où tu arrêteras de claquer ton fric chez les psys, tu iras sans doute mieux !"

    Je lui ai répondu :

    "Des millions de dollars ne parviendront pas à réparer l'enfance que je n'ai pas eue".

    Ensuite je lui ai balancé  ce que j'avais sur le cœur.

    Vous imaginez, à cinquante ans, j'osais pour la première fois de ma vie lui parler !

    Je n'en revenais pas de pouvoir le faire.

    En n'ayant plus peur de lui j'entrais enfin dans l'âge adulte."

     

     

    Clara, 58 ans, comédienne.

    RECITS DE DIVAN, PROPOS DE FAUTEUIL

     

     

     

     

    .

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  •  

     

    Parfois des personnes surgissent sur votre chemin,

    apparaissent dans votre vie par enchantement

    et vous sentez tout de suite qu'ils sont là  pour vous enseigner une leçon, 

    vous libérer de quelque chose ou vous aider à devenir ce que vous avez toujours rêvé d'être.

     

    Quel est le sens de la vie

    Parfois les choses qui vous arrivent peuvent sembler difficiles, douloureuses et injustes.

    Mais avec le recul, vous constatez que sans avoir surmonté ces obstacles

    vous n'auriez jamais réalisé votre potentiel, découvert votre force de caractère,

    révélé la puissance de votre volonté, votre grandeur de cœur.

    TOUTE CHOSE A UNE RAISON D'ETRE,

    il n'y a pas de hasard.

     

     Si quelqu'un vous aime, aimez-le sans réserve,

    non seulement parce qu'il vous aime mais parce que d'une certaine manière,

    il vous apprend à aimer et à savoir comment ouvrir votre cœur et vos yeux aux choses de la vie.

    VIVEZ LE MOMENT PRESENT.

    Appréciez chaque moment de votre vie et tirez de ces moments tout ce que vous pouvez,

    parce que probablement vous ne le vivrez jamais plus.

    Parlez aux personnes à qui vous n'avez jamais parlé jusqu'à présent et écoutez les réellement.

     

    Redressez-vous et tenez votre tête droite parce que c'est votre droit.

    Dites vous que vous êtes quelqu'un d'exceptionnel et croyez en vous-même.

     

    SOURCE LE NET - AUTEUR INCONNU.

    Article dédié à Laurent, Viviane et Anne Marie....

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    La Haine ne rend pas malade.

    C'est vrai de la haine refoulée, déconnectée,

    mais non du sentiment vécu consciemment et exprimé.

     

    La Haine

     

    Adultes, nous n'éprouvons de la haine que lorsque perdure une situation

    où l'expression de nos sentiments nous est refusée.

    Dans cet état de dépendance, nous commençons à haïr.

    Dès que nous en sortons, dès que nous nous délivrons de cet esclavage, la haine s'évanouit.

    Mais tant qu'il demeure, il ne sert à rien de s'interdire de haïr, comme le prescrivent toutes les religions.

    Il faut comprendre ce qui se passe pour pouvoir adopter ce comportement qui nous libère

    de la dépendance génératrice de Haine.

     

    ALICE MILLER.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    PREMIERE SEANCE

    ROBERT NEUBURGER

     

    Donner à des femmes, des hommes, des couples, l'occasion de rencontrer Robert Neuburger

    pour un entretien unique

    et de décider ensuite si leur problématique requiert - ou non - une psychothérapie,

    telle est l'idée à l'origine des vingt entretiens publiés ici, qui tous ont parus dans Psychologies Magazines.

    Derrière les demandes, surgit chaque fois, grâce à l'écoute, à la confiance et au respect,

    une histoire singulière, touchante.

    Humaniste, utile, engagé, ce livre pas comme les autres, montre

    qu'offrir un espace de parole est souvent plus efficace que de prescrire des pilules du "bonheur".

     

     

     

     

     

     

     

    DES ANALYSES HEUREUX - MICHELE COSTA MAGNA

     

    A quoi sert la psychanalyse ?

    Pour s'y risquer, faut-il être malade mental, "avoir un grain", ou simplement ne pas aller bien ?

    Pourquoi s'allonger sur un divan ? Quel psychanalyste choisir ? Que lui dire ?

    Pour répondre à ces questions, voici les témoignages de 21 personnes qui, ayant fait une analyse

    (terminée au moment où elles parlent), en sont satisfaites et ont accepté de la raconter.

    Treize femmes et huit hommes qui évoquent leur histoire telle qu'ils l'ont partagée avec leur psychanalyste.

    Michèle Costa Magna est psychanalyste.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Pour votre famille vous venez d'une autre planète.

    Vous avez des plumes, ils ont des écailles.

    Votre bonheur, ce sont les forêts, les étendues sauvages, la vie intérieure, la majesté de la nature.

    Le leur, c'est de plier, ranger, trier.

    Si tel est votre cas, vous êtes victime du syndrome du Zygote Interverti.

     

    Le syndrome du Zygote Interverti

    Les membres de votre famille sont lourds et lents, vous filez comme le vent.

    Ils sont bruyants, vous aimez le calme, ou bien vous chantez et ils sont silencieux.

    Quand vous savez quelque chose, vous savez, un point c'est tout ;

    eux ont besoin de trois cent trente trois pages de preuves.

    Aucun doute : c'est le syndrome du Zygote Interverti.

     

    Jamais entendu parler ? Et bien, voilà....

     

    Un jour, la fée Zygote traversait le ciel au-dessus de votre ville  natale,

    portant dans son panier un tas de petits zygotes tout excités.

    Et parmi ces zygotes, il y avait vous, destinée à des parents qui sauraient vous comprendre.

    Or voilà que la fée Zygote rencontre une zone de turbulence.

    Vous passez accidentellement par-dessus le bord  du panier et,

    cul par-dessus tête, vous entrez dans une famille absolument pas faite pour vous.

    Votre "vraie famille" se trouve à cinq kilomètres de là.

    C'est pourquoi vous êtes tombée amoureuse d'une famille qui n'était pas la vôtre

    et qui vivait à cinq kilomètres de chez vous.

    Vous auriez aimé que monsieur et madame X soient vos parents.

    Il y a des chances qu'ils auraient dû l'être.

    Et c'est pourquoi vos parents ne vous voient pas arriver sans crainte

    "Que va t-elle encore nous  faire ?" se lamentent-ils.

    Tout ce que vous voulez, c'est qu'on vous aime. Tout ce qu'ils veulent, c'est avoir la paix.

     

    Pour des raisons qui leur sont propres

    (de par leurs goûts, leur constitution, leur innocence, leurs handicaps,

    leurs problèmes psychiques, leur ignorance soigneusement entretenue),

    les membres de votre famille ne sont pas à l'aise avec  l'inconscient

    et votre arrivée appelle l'archétype du Fripon, celui qui remue les choses.

    Et vous n'êtes pas encore passée à table que déjà ils meurent d'envie de mettre un cheveu dans la soupière.

     

    Lorsque les parents sont sans cesse offensés et que des enfants ont l'impression de tout faire de travers,

    c'est le signe de la présence de zygotes sauvages dans la famille.

     

    Je vais vous confier ce grand secret.

    Ce qu'ils veulents de vous, c'est la cohérence.

    Ils veulent que vous soyez demain comme hier et comme aujourd'hui.

    Ils ne veulent pas que vous changiez... Il faut aborder un autre point toutefois.

    Les Zygotes Intervertis apprennent à survivre.

    Il est dur de passer des années auprès de ceux qui ne peuvent vous aider à vous épanouir.

    Dire que l'on est un  survivant est déjà énorme.

    Pour beaucoup, le pouvoir est dans le terme même.

    Et pourtant vient le moment, au cours du processus d'individuation,

    où la menace, le traumatisme appartiennent au passé.

    Alors, il est temps de franchir l'étape qui suit la survie : celle où l'on guérit, où l'on prend vigueur.

     

      

    Le syndrome du Zygote Interverti

     Extrait de ce livre

    "Femmes qui courent avec les loups"

    Clarissa Pinkola Estes

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     Son témoignage sur "radio bien être" m'a interpellé...

    Partage....

    Tout a basculé quand il est mort ? Non ! Je n'ai pas envie de résumer mon histoire comme ça !

    C'est simple ; j'ai compris la vie quand il est mort.

    La claque en pleine tête, la chute du 15ème étage, du haut de mes 26 ans, du haut de ses 28

    , il est tombé sans jamais se relever.

    Tout ça pour un semi-marathon en plus !

    Le bruit assourdissant que le bonheur fait quand il s'en va m'a fait recouvrer la vue...

    La colère, l'envie de clamser, l'introspection et ensuite l'incroyable , l'impensable :

    les conversations avec lui.

     Meilleur que le psy et que les médocs, Aurélien revenait régulièrement me parler après son décès !

    Un ouvrage poignant, qui permet de mieux comprendre et appréhender "la mort", ou plutôt, la "vie d'après".

     

    Carole Vaqette Touré

     

      

    Mon compagnon âgé à l'époque de 28 ans est décédé, alors que j'étais professeur des écoles,

    alors que je ne savais pas quel était le sens de ma vie...

    Quand il est mort, j'ai compris... pas de suite bien sûr.

    J'ai d'abord eu de la colère, de la tristesse et, peu à peu, il est venu me parler dans mes rêves ;

    ce qui m'a permis de comprendre qu'après la mort tout continue.

    J'écrivais mes rêves, mes introspections dans un cahier.

    Puis, un jour, une amie m'a dit de taper sur ordi pour tenter d'être publiée un jour

    et de permettre à des gens de trouver espoir dans mon récit...

     

     

    Carole Vaqette Touré

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    Nous dépendons des autres pour exister

    C'est la croyance de l'indépendance absolue qui est une aberration.

     

     

    OLIVIER DOURVILLE

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

     

    A mon ami blogueur "Lolo"

     

     

     Un livre imprimé pour sceller notre belle amitié....

     

    En recopiant ton blog, j'ai rencontré l'amitié, la simplicité

    et j'ai aussi appris à comprendre ce langage particulier : "Le Laurent".

     

     

    Un livre imprimé pour sceller notre belle amitié....

     

    Je me suis régalée de fleurs, de vues vertigineuses, de photos grandioses et natures, de poésie...

     

    Quelle curieuse rencontre que la nôtre...

     

    Un livre imprimé pour sceller notre belle amitié....

    Et si un jour, pour une raison ou une autre, on se perd de clavier,

    il restera ce petit livret dans un coin de nos bibliothèques respectives...

    Je te laisse à la lecture...

    Bizzs de 19

    FAUSTINE.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

     

    Module

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    En Afrique de l'Ouest, on dit que si l'on est dur avec un enfant, on fait partir l'âme de son corps,

    parfois à quelques mètres, parfois à plusieurs jours de marche.

    On doit certes mettre dans la balance les besoins de l'âme de l'enfant et son besoin de sécurité,

    de soins, ainsi que des notions soigneusement examinées de "conduite civilisée".

     

     

    Education

     

     

    Mais je m'inquiète toujours pour ceux qui sont trop bien élevés ;

    on voit souvent ce regard d'une "âme faible" dans leurs yeux.

    Quelque chose ne va pas.

    Une âme en bonne santé doit briller, la plupart du temps, à travers la personne et flamboyer les autres jours.

    Quand la blessure est grave, l'âme s'enfuit.

     

     Clarissa Pinkola Estes

    Femmes qui courent avec les loups

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires