•  A Méditer cet été...

     

    "Il faut toujours avoir le courage de ses propres idées

    et ne pas craindre les conséquences,

    parce que l'homme est libre uniquement

    quand il peut exprimer sa propre pensée,

    sans se plier aux conditionnements"...

     

    CHARLIE CHAPLIN

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je pars pour quelques semaines de vacances,

    et là encore j'irai méditer avec mon ami Lolo en Aveyron...

    Passez tous une belle fin d'été....

    FAUSTINE.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  •  

     

    Etre dans le présent est le plus grand bonheur.

    Pas dans les souvenirs, la nostalgie, la rumination mentale,

    les "j'aurais dû", "si j'avais su",

    ni dans l'anticipation du futur,

    dans  ce qui viendra après, dans les projets pour demain,

    dans l'inquiétude du lendemain.

    Non, seulement le présent.

    Dans cet instant qui est déjà passé,  cet instant difficile à saisir :

      

     

    Méditation en Aveyron - Merci Lolo

      

     

     

    un instant avant il n'existait pas, un instant après il n'existe plus.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

     

     

    Christophe André

    est psychiatre et psychothérapeute, auteur notamment de "et n'oublie pas d'être heureux".

    Il exerce à l'hôpital Saint Anne à Paris.

    Il est spécialisé dans la prise en charge des troubles anxieux et dépressifs

    et tout particulièment dans le domaine de la prévention des rechutes.

     

    Qui est Christophe André ?

     

    Le Docteur Christophe André a vendu plus de deux millions d'ouvrages

    visant à guider ses lecteurs sur le chemin du bonheur.

    Il a coécrit son dernier livre, "trois amis en quête de sagesse",

    avec le moine bouddhiste Matthieu Ricard et le philosophe Alexandre Jollien.

     

     

     

    Qui est Christophe André ?

     

     

    "J'ai toujours aimé apprendre, mais sur le plan personnel, il y avait du boulot.

    Je suis un anxieux à tendance dépressive.

    J'ai compris en fac de médecine, en voyant mes propres symptômes décrits,

    que si je ne luttais pas pour aller mieux, j'allais pourrir ma vie et celle de mes proches.

    J'ai donc toujours testé sur moi les thérapies que je destinais à mes patients.

    Il n'y avait aucune aptitude au bonheur dans ma famille ;

    Ma mère était issue d'un milieu misérable, mon père, orphelin.

    Mes parents me protégeaient mais étaient d'une grande fragilité.

    Assez tôt, je me suis construit avec ce contre-modèle :

    si un jour j'avais des enfants, il n'y aurait pas de tristesses, de colères, de sautes d'humeur.

    J'ai dû et je dois encore, combattre ce passé.

    On ne se débarrasse pas des circuits cérébraux qui se sont mis en place très tôt, on apprend à les réguler.

    Si je n'ai pas le temps de faire ce qui m'équilibre, alors les angoisses, le désespoir, l'irritabilité reviennent.

    Comme chez nombre d'humains, ma vie aura été une luttre contre mes vulnérabilités.

     

    L'école me plaisait et mes profs me valorisaient...

    En terminale, j'ai découvert Freud. J'ai fait médecine à Toulouse,

    j'ai tout aimé à l'exception des stages aux côtés de psychiatres hospitaliers

    qui étaient pour la plupart psychanalystes lacaniens.

    Ils étaient froids avec les patients, ne répondaient pas aux questions.

    J'ai rencontré mon maître, Lucien Millet, un psychiatre chaleureux, humaniste, attentif aux patients.

     

    Un ami dont j'étais inséparable, s'est tué en moto devant moi au Portugal.

    Cela a été une rupture dans ma vie.

    Je suis parti quinze jours en retraite dans un monastère bénédictin

    parce que mes patients m'avaient dit que ça leur faisait du bien.

     

    Au début des années 2000, après avoir lu des publications scientifiques sur la méditation de pleine conscience,

    après m'être formé, avoir rencontré Matthieu Ricard, j'ai eu le sentiment comme avec Freud,

    de tenir à quelque chose de fondamental qui allait changer ma vie et celle de mes patients.

    La méditation de plaine conscience apprend à poser son attention sur l'instant présent.

    Elle est bien plus qu'une thérapie, c'est un changement de regard sur le monde.

     

    Je gagne ma vie de par l'écriture et les conférences,

    même si j'ai gardé deux journées de consultation à l'hôpital sur les troubles anxieux dépressifs.

     

    Je travaille chez moi, en chaussettes, en écoutant Bach et en buvant du thé...

    Ecrivain, s'était vraiment un métier pour moi, le solitaire sociable.

    Mon seul souci est celui de la notoriété : mes lecteurs pensent que je suis le seul à pouvoir les guérir.

    On m'idéalise... Tant de personnes semblent à la recherche de maîtres à penser.

    J'ai compris combien il était simple de fonder une secte !

     

    Nous avons un besoin biologique de gentillesse.

    Elle fait du bien à notre corps, le détend là où l'indifférence ou l'hostilité le crispent.

     

    Paul Claudel avait vu juste.

    " Le bonheur n'est pas le but mais le moyen de la vie".

     

     

     

     

     

    Source : Pascale Krémer

                Journaliste au Monde

                Le Monde, 17/01/2016.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     LE SON DU SILENCE

     

     

     

    Hello darkness, my old friend,                                                                     Bonsoir ténèbres, mon vieil ami,

    I've come to talk with you again                                                                  Je suis venu discuter encore une fois avec toi

    Because a vision softly creeping,                                                                 Car une vision s'insinuant doucement en moi,

    Left its seeds while I was sleeping                                                             a semé ses graines durant mon sommeil

    And the vision that was planted in my brain, still remains                           Et la vision qui fut plantée dans mon cerveau,

                                                                                                                       demeure encore

    Within the sound of silence                                                                        A l'intérieur, le son du silence

    In restless dreams I waldes alone,                                                             Dans mes rêves agités j'arpentais seul,

    Narrow Streets of cobbleston                                                                   Des rues étroites et pavées

    Neath the halo of a street lamp,                                                               Sous le halo d'un réverbère,

    I turned my collar to the cold and damp                                                    Je tournais mon col à cause du froid et de l'humidité

    When my eyes were stabbed by the flash of a neon light                          Lorsque mes yeux furent éblouis par l'éclat de la lumière

                                                                                                                      d'un néon,

    That split the night and touched the sound of silence                               Qui déchira la nuit et atteignit le son du silence

    And in the naked light I saw,                                                                     Et dans cette lumière pure je vis,

    Ten thousand people, maybe more                                                             Dix mille personnes peut être plus,

    People talking without speaking,                                                                Des personnes qui discutaient sans parler,

    People hearing without listening                                                                Des personnes qui entendaient sans écouter

    People writing songs that voices never share,                                           Des personnes qui écrivaient des chansons 

                                                                                                                     qu'aucune voix n'a jamais emprunté

    And no one dared disturb the sound of silence                                         Et personne n 'osa déranger le son du silence

    Fools, said I, you do not know,                                                                  Idiots, dis je vous ignorez,

    Silence, like a cancer, grows                                                                     Que le silence, tel un cancer, évolue

    Hear my words that I might teach you,                                                    Entendez mes paroles que je puisse vous apprendre,

    Take my arms that I might reach you                                                       Prenez mes bras que je puisse vous atteindre

    But my words, like silent raindrops fell,                                                    Mais mes paroles tombèrent telles

                                                                                                                     des gouttes de pluie silencieuses,

    And echoed in the wells of silence                                                            Et résonnèrent dans les puis du silence

    And the people bowed and prayed                                                            Et ces personnes s'inclinaient et priaient

    To the neon god they made                                                                      Autour du dieu de néon qu'ils avaient créé

    And the sign flashed out its warning                                                        Et le panneau étincela ses avertissements

    In the words that it was forming                                                             A travers les mots qu'il avait formés

    And the sigh said : the words of the prophets                                         Et le signe dit : les mots des prophètes

    Are written on the subway walls                                                              Sont écrits sur les murs des souterrains

    And tenement halls,                                                                                 Et des halls d'immeubles,

    And whispered in the sounds of silence                                                     Et murmurés à travers les sons du silence.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  • Une vieille histoire qui remonte à 2016...

    Un billet d'humeur écrit dans la panique et en temps réel...

    Que tout cela me parait loin désormais....

     

     

    POUR MIEUX COMPRENDRE,

     L'ARTICLE "ET SI ON PARLAIT TRANSFERT"

    DANS LA RUBRIQUE DU MEME NOM,

    EXPLIQUE BIEN CES EMOTIONS DEMESUREES. 

     

     

    4 Novembre 2016

    Un genre de lassitude....

     

     

     

    Aujourd'hui, après trois semaines de vacances,

    mon psy a pour la huitième fois décommandé mon RDV.

    J'avais tout un sac à vider... Alors j'ai décidé de recommencer avec un autre.

    Je n'arrive pas à gérer ces annulations par simple SMS...

    Le sentiment d'abandon m'envahit, avec à chaque fois, les mêmes répercussions....

    De nouveau ces problèmes de scarification et ses prises de médicaments

    pour essayer de calmer cette angoisse envahissante.

     Dommage, c'était un très bon professionnel....

     

    AFFAIRE A SUIVRE...

     

     

     

    6 Novembre 2016

     

     

     

    Demain je reprends contact avec mon psy, pour qu'il me fixe un nouveau RDV.

    Je ne suis pas du tout parvenue à gérer l'annulation de la séance.

    Une angoisse, un certain état de panique... Réaction très démesurée.

     

    Ces annulations à répétition me perturbent de plus en plus.

    8 séances annulées quelques heures avant le RDV d'un simple SMS.

     

    Angoisse, puis panique jusqu'à des idées démesurées de suicide qui n'ont aucun sens.

    Vu l'énormité des réactions, je pense qu'il y a là le reflet

    d'une situation enfouit dans l'inconscient et qui cherche à refaire surface.

    Ces idées de suicide s'interposent de plus en plus souvent et se présentent comme une porte de sortie,

    sortie de secours quand les choses deviennent trop difficiles.

    Une porte de sortie rassurante face à une situation de stress...

    Toutefois devant cette porte, toujours l'image de ma propre famille qui fait barrage.

    Ce n'est pas une dépendance à ce thérapeute comme cela s'était produit il y a deux ans,

    mais un besoin de ces séances, qui me calment et m'apaisent...

    Je me sens toujours mieux après cette demi heure...

    Cela me permet d'évoluer dans ma façon d'être, d'avancer en quelque sorte. 

    Est ce que je ne devrais pas me diriger vers un psy plus disponible...

    Car aujourd'hui encore, c'est un fil d'Ariane

    qui me permet d'avancer sans me perdre...

     

    FAUSTINE.

     

     

     

     

     

    8 novembre 2016

     

    Tout est rentré dans l'ordre...

     

    Comme je l'avais pressenti, 

    l'annulation de cette séance a servi de levier

    et fait ressortir le sentiment d'abandon  refoulé certainement depuis la petite enfance.

    Des sentiments qui vous débordent complètement et vous anéantissent.

     

    Une situation qui pour le commun des mortels parait ridicule, incompréhensible

    mais qui pour un analyste est quelque chose de très important qui justifie un RDV rapide

    et permet d'avancer dans la thérapie.

    Il est vrai, que cette crise de panique et d'angoisse s'est stoppée à la minute où mon RDV a été fixé.

    Rassurée en quelque sorte d'avoir retrouvé ce fil d'Ariane qui me permet d'avancer.

     On en ressort fatiguée, lessivée avec cette question en tête :

    "mais que m'est il arrivé ?".

    Une thérapie c'est vraiment beaucoup de choses à découvrir, de caps à franchir... Très perturbant.

     

    Un beau métier que celui de thérapeute pour comprendre tout ces phénomènes,

    et d'accueillir ces réactions étranges avec bienveillance.

     

    FAUSTINE.

     

     
    •  

      Commentaires

       
      1
      Mercredi 9 Novembre à 19:24   Supprimer le commentaire
       

      Je suis contente pour toi si tu es apaisée !!! comme tu dis, c'est incompréhensible pour beaucoup !!! A nous aussi, d'accepter qu'on soit incompris, moi je reconnais qu'il y a de nombreuses années je  tolérais difficilement ce genre de "faiblesses"...........depuis la vie m'a bien permis de comprendre ce qu'il en est he !!!

      Gros bisous de soutien !!!

        • Mercredi 9 Novembre à 20:35   Supprimer le commentaire
           
          Éditer

          Bonsoir Tiny,

          Et oui on est tous pareils...

          On juge trop ce que l'on ne connaît pas, c'est la nature humaine...

          Merci pour tes petits messages de soutien...

          Bonne soirée

          BIZZS FAUSTINE.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    10 commentaires
  •  

    L'INTERPRETATION DES REVES

     

    L'interprétation des rêves

     

     

    Le rêve est l'escalier qui relie les immenses caves de l'inconscient aux étages supérieurs de la conscience.

    Il traduit notre personnalité profonde, notre authenticité essentielle.

    Il nous place face à nous mêmes.

     

     

    PIERRE DACO

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    "Je réinvente ma vie, vous valez mieux que vous ne pensez"

    De Jeffrey E.Young et Janet S.Klosko

     

    Avez vous parfois l'impression que vos proches ne vous aiment pas suffisamment

    ou ne vous comprennent pas autant que vous le souhaiteriez ?

    Eprouvez-vous un sentiment d'imperfection ?

    Croyez vous qu'on pourrait vous aimer et vous accepter tel que vous êtes si on vous connaissait vraiment ?

     

    Dans ce cas vous êtes sous l'emprise d'un schéma qui vous fait adopter des conditions d'échec.

    Un schéma a son origine dans votre enfance et influence toute votre vie.

     

    Dans cet ouvrage,

    les auteurs font appel aux ressources innovatrices de la thérapie cognitive

    dans le but de vous aider à identifier et à modifier vos pensées,

    vos sentiments et vos comportement inefficaces.

    Ils décrivent onze schémas fondamentaux, élaborent pour chacun un test diagnostique

    et proposent des méthodes progressives pour vous aider à surmonter vos anciennes blessures,

    vos croyances nocives et vos comportements négatifs.

     

    Grâce aux précieux outils proposés dans ce livre,

    vous obtiendrez des résultats inspirants et vous apprendrez à mieux vous connaître.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

     

      

    Citation.

     

     

    NE COURS PAS APRES LES GENS

    SOIS TOI-MÊME, OCCUPE TOI DE TES PROPRES AFFAIRES

    ET SOIS DUR A L'EFFORT.

    LES BONNES PERSONNES,

    CELLES QUI SONT DESTINEES A FAIRE PARTIE DE TA VIE,

    VIENDRONT ELLES MÊMES VERS TOI ET RESTERONT.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  • La Blessure d'Abandon - Dr Daniel DUFOUR.

      

     

    La Blessure d'Abandon - Dr Daniel DUFOUR.

     

     

    Vous est-il déjà arrivé de penser que vous n'êtes pas aimable ?

    D'avoir peur de vous engager dans une relation ?

    De songer à quitter votre partenaire parce que vous vous dites que si ce n'est pas vous, c'est lui qui partira ?

    Si oui, vous êtes sans doute abandonnique.

     

    La blessure d'abandon peut se traduire par des attitudes sociales,

    telles que l'agressivité et la soif de reconnaissance,

    et par des attitudes affectives, comme la dépendance amoureuse et le sentiment de culpabilité.

     

    Ce livre, comprenant histoires de cas,  analyses et conseils,

    fournit tout ce qui peut vous aider à guérir pour aimer mieux,

    c'est à dire aimer sans craindre d'être abandonné.

     

    En allant au delà de vos barrages mentaux,

    vous comprendrez d'où viennent vos peurs et vos angoisses et réapprendrez à vivre vos émotions.

     

    Reprendre contact avec votre être profond et vos sensations,

    c'est le premier pas à faire pour vous épanouir dans vos relations.

      

     

    La Blessure d'Abandon - Dr Daniel DUFOUR.

     

    Le Docteur Daniel Dufour pratique une médecine globale

    dans laquelle les causes de la maladie sont traitées autant que les symptômes.

    Persuadé que l'abandon est l'une des premières causes du mal-être,

    il y a consacré plus de quinze années de recherche.

    Il est l'auteur des livres Les tremblements intérieurs, les barrages inutiles et Rebondir.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Selon la légende bien connue, la femelle du coucou, dans ses menées prédatrices,

    opère avec une précision qui pourrait faire pâlir  d'envie n'importe quel praticien du noyautage pervers.

    Elle pond un œuf, ne le couve pas, le met à couver dans le nid d'une autre oiselle ;

    là va naître son oisillon ;

    celui ci se comportera dans la couvée adoptive comme un parasite  absolu.

     

    Dans cette façon d'occuper et de parasiter un nid déjà fait et en "état de marche",

    dans cette façon d'exploiter une organisation existante et fonctionnante,

    on reconnaît la manière dont les noyaux pervers s'installent dans des "fromages"

    dont ils comptent bien se nourrir.

    Tel un coucou....

    Le coucou ne parasite pas n'importe quel nid :

    ses prédilections, selon les régions, vont à des rouges-gorges,

    aux rousserolles effarvattes, aux accenteurs, fauvettes et bergeronnettes.

    Ces oiseaux vont être bernés. On se gardera cependant de les prendre pour des idiots.

    Car la mère coucou prend d'incroyables précautions.

    L'œuf qu'elle va pondre (un seul) sera de la couleur et à peu près de la taille de ceux du nid qu'elle convoite.

    Elle est donc spécialisée, elle pond à point nommé, et  à toute vitesse :

    dissimulée dans les feuillages des environs, elle attend que la femelle à berner quitte son  nid un bref instant ;

    alors elle fonce, pond aussitôt son œuf, prélève à la place un des œufs existants ,

    qu'elle emporte et qu'elle mange, et s'envole ;

    ni vu, ni connu, l'embrouille est précise à la seconde et au millimètre près.

     

    De même le noyau pervers ne peut il prendre pied

    que sous les dehors du banal, de l'ordinaire et de l'identique :

    il doit tout faire pour passer d'abord inaperçu, pour se fondre dans l'ensemble.

    Ainsi, et ainsi seulement, ne sera-t-il pas d'emblée rejeté :

    une infiltration ne débute jamais par un coup d'éclat.

     

    L'oisillon coucou va naître.

    Il est taillé pour grandir beaucoup plus et beaucoup plus vite que les oisillons légitimes.

    Il poussera ceux ci hors du nid et restera seul.

    Il dévore, sans cesse réclame à manger, et la femelle complètement bernée ne cesse de le nourrir ;

    bientôt , il la dépasse en taille.

    Beaucoup s'étonnent et même s'indignent

    de ce qu'un oiseau par ailleurs aussi "précis" que la bergeronnette ou la rousserolle se laisse à ce point berner.

    Quelle complaisance stupéfiante pour une monstrueuse supercherie !

     

    De même en va-t-il, ici encore, pour les noyaux pervers.

    Leurs composants auront été préalablement adoptés dans et par un milieu qui se montre

    suffisamment accueillant pour délivrer un capital de confiance familière.

    Les prédations et dégâts qu'ils se mettent peu à peu à commettre

    seront longtemps tolérés et longtemps ne seront pas reconnus.

    Et bien des maux auront été commis avant que ne s'efface la marque adoptive.

     

    Pour avoir moi-même eu à éradiquer quelque élément de noyau pervers

    qui avait pourtant commis des dégâts, j'ai pu mesurer la force qu'il faut dégager

    pour se déprendre de quelqu'un que l'on avait adopté comme un familier

    (... et qui en aura, tel un coucou, usé, mésusé et abusé à son profit).

     

     

    PAUL-CLAUDE RACAMIER - LES PERVERSIONS NARCISSIQUES.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

    LE MANIPULATEUR NARCISSIQUE,

    UN MAITRE CHANTEUR REDOUTABLE.

     

     

    Le chantage affectif est une corde à l'arc du manipulateur narcissique.

    Il use à outrance de la culpabilisation pour vous maintenir prisonnière de la toile qu'il a tissée.

    Le but ?

    Assouvir son besoin de domination.

    Comédien, il endosse à merveille le rôle de la victime.

    Avec lui, la dépendance affective s'installe lentement mais sûrement.

    Une relation particulièrement toxique et destructrice qui fait beaucoup de dégâts.

    Plus vous essayez d'échapper au manipulateur narcissique,

    plus il redoublera d'efforts pour vous garder prisonnière.

    C'est simple, il n'est jamais coupable de rien.

    D'ailleurs, la victime éprouve une culpabilité écrasante

    lorsqu'elle arrive à se défaire de ce lien pervers.

    Elle a beau savoir que la fuite est la seule solution, elle ne peut s'empêcher de se sentir coupable

     

     

     

    SOURCE : la manipulation mentale perverse narcissique (page Facebook)

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

     TELLEMENT CA......

     

     

    Lorsque vous démasquez un(e) pervers(e) narcissique, très souvent,

    il est diffcile de démontrer que cette personne est manipulatrice.

     

    Même les miroirs s'y trompent....

     

     

    N'avez-vous pas remarqué que les pervers (es) narcissiques sont sociables, souriants, aimables

    avec un semblant de générosité et de bienveillance ?

    Ils savent duper leur entourage.

    Du coup, lorsque vous accusez quelqu'un d'être un(e) pervers(e) narcissique, personne ne vous croît

    car ce manipulateur hors pair anticipe et dépeint à qui veut l'entendre un portrait sombre de vous.

    Evidemment ceux qui ne côtoient pas les pervers narcissiques dans la sphère privée n'y  verront que du feu.

    L'entourage se fie au sourire, au visage angélique, aux paroles flatteuses.

    Il/elle est adorable, il/elle est un amour, il/elle m'a aidé(e), c'est mon ami(e).

     

    C'est simplement un leurre.

    Le PN séduit son entourage afin de le maintenir sous sa coupe

    et entretenir ainsi son image de personne bienveillante, aimante, chaleureuse.

    Il aime se faire plaindre. C'est un acteur/une actrice.

     

    Il/Elle sait verser de fausses larmes, gémir, retourner sa  veste.

     

    Pour vraiment les connaître, il faut creuser et surtout écouter les versions de chacune des parties.

     Les pervers narcissique

    HOMMES COMME FEMMES

    arborent un masque (celui de la sympathie) mais cela ne dure jamais bien longtemps.

    Tôt ou tard nous finissons par découvrir leur véritable visage.

     

    SOURCE : Site de "La manipulation mentale perverse narcissique"... FaceBook

     

     

     

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires