•  

     

     

    Ce sont des enfants qui n'ont pas été désirés.

    A l'hôpital, des aides soignantes et des infirmières leur offrent leurs seuls moments d'attention.

    Des gestes agiles. Des mots. Quels regards ?

    A quoi ressemblent les premiers jours d'un bébé seul ?

    Quels soins leurs apporte t-on pour panser cette blessure originelle ?

     

     

     

    Chaque année en France, entre 600 et 700 femmes, âgées en moyenne de 26 ans

    accouchent dans le secret de leur identité et confient leur enfant à l'adoption.

     

    Sa mère de naissance a choisi de le prendre sur son ventre et de le nommer de trois prénoms.

    La jeune femme majeure, n'a jamais été mère.

    Sa grossesse a été diagnostiquée après un long déni, trop tard pour envisager une IVG.

    Elle a 72 heures de réflexion, à l'issue desquelles il devra être déclaré à l'état civil et rompre la filiation.

    Il sera alors "né de X" et, avec son consentement, confié à l'adoption.

    La loi garantit toutefois un délai de rétractation de deux mois.

     

     

    Le bébé est né depuis douze heures,

    séparé de sa mère, il dort dans un berceau calé contre la porte, à l'entrée du poste de soins.

    "Dans tous les services de néonatalogie, c'est le berceau qu'on déplace quand il n'y a pas assez de lits".

    Pour l'instant bébé X est dans cette zone grise où il n'a pas sa place.

    Sa mère hospitalisée à cinq minutes de son berceau, n'est pas loin ; pour lui elle est manquante.

    Avant de partir, la puéricultrice relate la journée dans le "cahier de vie" qui suivra l'enfant jusqu'à son adoption.

    Toutes les maternités offrent désormais aux bébés X ce cahier,

    égayé de photos de son séjour et de commentaires, seule mémoire de ses premiers jours.

    Résultat de recherche d'images pour "bebe ne sous x"

     

     

    Dans une autre maternité, la psychanalyste Juliana Vamos ne permet pas l 'interaction entre mère et l'enfant :

    ni peau à peau, ni biberon, ni change, ni bras. Brutal ?

    "cette brutalité est préparée et travaillée avec les mères que j'accompagne en prénatal,

    une fois qu'elles ont pris leur décision. Les gestes en salle d'accouchement et en suite de couche doivent

    respecter la logique du non attachement. S'il y a attachement, l'enfant se sentira abandonné.

    Lui faire sentir l'odeur de sa mère, c'est lui donner un faux espoir".

     

    SOURCE : MARIE CLAIRE.FR

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    La Révolution Dolto

     

    Ne pas manquer... Mercredi sur la 3

     

     

    A l'occasion des trente ans de la disparition de Françoise Dolto,

    portrait de la pédiatre et psychanalyste française

    dont les idées révolutionnaires ont modifié les rapports parents-enfants

    et la façon de considérer ces derniers.

    Françoise Dolto a bataillé pour que les plus jeunes soient considérés comme des personnes

    et plus comme des petits animaux, dont les besoins devaient être satisfaits mécaniquement...

     

    MERCREDI 30 MAI A 20H55 SUR LA TROIS...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    Pour ma part, après deux expériences négatives auprès de deux psychiatres différents,

    je me suis lancée, sur un coup de tête il est vrai,

    dans un échange de mails avec un cyberpsy.

    Je pensais que quatre mails suffiraient à résoudre mes problèmes.

    J'étais loin du compte.

     je passai rapidement à des séances par Skype

    La Skype Thérapie

     

    Que penser de la Skype Thérapie ?

    Malgré mes réticences, cette formule m'a tout de suite aidée. J'ai répondu à une journaliste de "Psychologies magazine" sur le sujet :

     

    INTERWIEW

     

    Pourriez vous me raconter comment et pourquoi vous avez décidé d'entreprendre une thérapie à distance ?

    Dans un premier temps, j'ai été dirigée par mon médecin traitant vers un psychiatre. Je n'ai pas trouvé l'écoute que j'attendais et les séances de duraient que 20 minutes par mois ; j''ai vite compris que cela ne m'aiderait pas. J'ai donc parallèlement contacté un psy en ligne, dans un premier temps par mail. Nous avons échangé pendant 6 séances par écrit puis il m'a conseillé, au vue de mes problèmes de continuer par Skype. J'ai très vite quitté mon psychiatre...

    Pourquoi ce psy et pas un autre ?

    J'ai longuement hésité à me décider pour un psy et je me suis lancée un peu sur un coup de tête dans cette aventure... J'ai apprécié son site où figurait un numéro adéli et où il faisait part de son parcours étudiant et professionnel. Rien en apparence n'était caché.

     

    Si vous avez un rituel particulier avant le moment de la séance ?

    Non pas de rituel particulier si ce n'est relire des notes que je prenais tout au long de la semaine et m'assurer aussi de ne pas être dérangée pendant la séance... Couper le téléphone fix et le portable et fermer la maison à double tour. Un peu d'appréhension avant la séance, comme dans une salle d'attente je pense.

     

    Avez vous suivi une thérapie en cabinet avant ? Comptez vous le faire un jour ?

    J'ai eu deux expériences avec des psychiatres à 15 ans d'intervalle, aussi décevantes l'une que l'autre. Je n'exclus pas de consulter un psychologue psychanalyste en cabinet si le besoin s'en fait sentir. Encore faut-il trouver la bonne personne dans un rayon de kilomètres raisonnable.

     

    Quels sont les inconvénients, selon vous, de la Skype thérapie ?

    Je pense que la thérapie par Skype est plus familière qu'en cabinet, le cadre thérapeutique moins facile à respecter. C'est le thérapeute qui "s'invite" chez vous. Vous êtes dans votre cadre de vie habituel donc plus à l'aise, un peu comme si vous receviez un ami chaque semaine. Après c'est une relation qui me convenait tout à fait et qui m'a apporté énormément. Les problèmes de transfert ont compliqué la fin de ce travail et l'ont certainement écourté.

     

    Les avantages ?

    Un premier contact par mail pour voir si le thérapeute me convenait, et surtout ne plus faire un nombre considérable de kilomètres pour 20 mns de consultation.

     

    Le contact physique vous manque-t-il ? Est ce au contraire un avantage ?

    Non le contact physique ne m'a pas manqué ; les psychiatres que j'ai consultés auparavant étaient bien plus rigides que celui par Skype ; j'étais plus à l'aise.

     

    Le paiement par carte comme pour n'importe quel autre objet ou prestation ne ramène-t-il pas la séance au rang de banal bien de consommation ?

    Que ce soit par Skype ou en cabinet, une thérapie a un coût et c'est un service comme un autre. Je payais mes séances à l'avance pour un mois et par chèque, les règles étaient  fixées au départ.

     

    ---------------------------------------------------------------

    Je vous invite à retrouver les résultats de cette interwiew dans le "psychologies magazine" n° 349 de mars 2015

     

    La Skype Thérapie

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

    Le transfert...

     

    Pas de thérapie sans transfert.

    Cette relation si spéciale qui unit le patient et le thérapeute,

    faite de désir, d'agressivité, est la condition du changement.

     

    La situation thérapeutique produit un déplacement spatiotemporel, un transfert.

    Le patient déplace sur son psy des émois, des attentes,

    des frustrations qu'il ne digère pas et l'empêchent d'avancer.

    Il demande au psy ce qu'il a demandé à son père, à sa mère

    auprès desquels il a appris à aimer, à être aimé ou à se sentir en trop.

    C'est le moteur de la thérapie.

     

    Pour mieux comprendre Faustine...

     

    En même temps que le patient se soigne, il est en apprentissage.

    Le patient se trompe de cible en prenant le psy pour l'objet de sa flamme

    mais l'amour transférentiel est bien réel,

    tout amour étant une réédition de faits anciens, une répétition de réactions infantiles.

     

    Le transfert se met en place

    dès que le patient croit avoir trouvé la personne capable de saisir la raison de ses maux.

    Même si certains débuts de thérapie s'avèrent angoissants au commencement,

    c'est presque toujours l'idylle : le thérapeute est un être merveilleux.

    Plus le patient a la sensation de progresser, plus il estime que son psy est bon.

    Mais qu'une difficulté survienne et soudain, il est accusé de ne rien entendre,

    d'être abandonnique, frustrant, sourd.

     

    A la fin de la thérapie, le transfert est (en principe) liquidé.

    Cela arrive au moment où le patient en sait suffisamment sur lui-même.

    Les thérapeutes comparent souvent cette phase

    au moment où un parent lâche la main d'un enfant pour le laisser marcher seul.

     

    Mais même longtemps après la fin de la thérapie,

    il reste toujours des sentiments,

    un petit plus qui fait que le psy sera toujours quelqu'un de pas ordinaire.

     

     

    Psychologie magazine.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Si la majorité écrasante de la clientèle des "psy" de tout bord se compose de femmes,

    cela ne signifie pas qu'elles sont plus déprimées que les hommes,

    mais au contraire que, étant plus solides, plus souples et plus capables de remises en question,

    elles ne craignent pas de consulter et de demander un soutien.

      

     

    Les femmes et la thérapie.

     

    MOUSSA NABATI

    "La dépression, une épreuve pour grandir ?"

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

    MOUSSA NABATI - LA DEPRESSION, UNE EPREUVE POUR GRANDIR ?

     

    MOUSSA NABATI - La Dépression, une épreuve pour Grandir ?

     

    Contrairement aux idées reçues, la dépression, loin de constituer une maladie à éradiquer,

    représente une crise maturante, l'occasion privilégiée de guérir son enfant intérieur.

    A condition d'être accueillie et travaillée,

    elle aide la personne à faire le deuil de son passé, à devenir enfin elle-même,

    celle qu'elle a toujours été mais n'a jamais osé être, par peur de déranger, de déplaire.

    Moussa Nabati nous montre que toutes ces souffrances renvoient à une culpabilité imaginaire,

    ancienne et inconsciente, liée à l'enfance.

     

    A travers huit témoignages de femmes,

    il expose et développe les symptômes de la dépression, leur origine et leur signification

    et nous permet de nous familiariser avec les grands concepts de la psychanalyse moderne.

     

     

    MOUSSA NABATI - La Dépression, une épreuve pour Grandir ?

     

    MOUSSA NABATI

     

    Né à Théhéran , Moussa Nabati est psychanalyste, thérapeute et chercheur.

    Docteur en psychologie de l'Université de Paris VII ,

    il est aussi l'auteur de plusieurs ouvrages.

    Il a reçu, en 2007, le prix psychologie Fnac pour son livre "Le Bonheur d'être soi".

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

    Il y a des personnes qui  savent se trouver à nos côtés quand nous en avons le plus besoin.

    C'est-à-dire qu'elles savent se transformer en soleil à des moments où le ciel est nuageux,

    et où la vie est bouchée face à une tempête.

     

    Il est vrai qu'il y a des personnes spéciales qui reconnaissent la beauté d'un sourire de l'âme,

    qui ne trompent pas et qui se montrent justes et sereines avec elles mêmes et le monde.

      

     

     

     

     

    Comme tout le monde, ces gens, "qui savent être des soleils"

    commettent des erreurs et ont des défauts, mais ce qui les  caractérise,

    c'est leur capacité à illuminer avec un sourire une journée ternie par les mauvaises pensées.

    Il y a des personnes magiques... Je vous le promets. Je les ai vues.

    Elles sont cachées dans tous les recoins de la planète.

    Déguisées en personnes normales. Cachant leur spécificité.

    Elles se comportent comme toutes les autres. C'est pour cela qu'il est difficile de les trouver.

     

    Mais quand vous les découvrez... il n'y a plus de chemin en arrière.

    Vous ne pouvez plus vous défaire de leur souvenir.

    Ne le dites à personne, mais on dit que leur magie est si forte que si elles vous touchent une fois,

    elles vous toucheront toujours.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  •  

    "En général, les relations se construisent par un processus de révélations de soi réciproques.

    Une personne franchit le pas et dévoile certains faits intimes, se mettant ainsi en danger ;

    l'autre rétablit l'équilibre en faisant la même démarche ;

    Ensemble, elles approfondissent leur relation dans une spirale de révélations de soi.

    Si la première reste en plan sans que l'autre se dévoile à son tour,

    leur amitié risquera de battre de l'aile".

     

    IRVIN YALOM.

     

     

     

    Voilà Pourquoi....

    Voilà pourquoi....

    FAUSTINE.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    Ils ne sont pas des amis au rabais.

    Pour la plupart,

    ce sont les mêmes que nous fréquenterions

    "dans la vraie vie".

     

     

    Nos amis du cyberespace.

     

     

    L'espace virtuel invite à se dévoiler pour faire entendre sa voix dans la multitude.

    Nous parlons beaucoup de nous.

    Il est plus facile de se livrer à une personne que nous ne croiserons pas ;

    la confidence est l'un des modes de communication majeurs des réseaux....

     

    psychologie.com

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  •  

     

     

    Savez vous où vont les mots que l'on ne dit pas ?

    Où va ce que vous voulez faire mais ne faites pas ?

    Où va ce que  vous vous empêchez de ressentir ?

     

     

    On aimerait bien que tout cela tombe dans l'oubli

    mais ce que l'on ne dit pas s'accumule dans notre corps et remplit notre âme de cris muets.

    Ce que l'on ne dit pas se transforme en nostalgie, en perte de temps.

    Ce que l'on ne dit pas se transforme en devoir, en dette.

    Les mots que l'on ne dit pas se transforment en frustration, en tristesse, en manque de satisfaction.

    Ce que l'on ne dit pas ne meurt pas mais nous tue.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    Quatre approches théoriques

     

    L'étude de cas en psychologie clinique...

     

     

    Elaboré par cinq psychologues cliniciennes,

    cet ouvrage présente des études de cas qui sont abordées à l'aide de quatre référentiels théoriques différents.

    Ainsi, la thérapie familiale systémique, la thérapie cognitivo-comportementale,

    l'ethnopsychiatrie et la psychothérapie d'inspiration psychanalytique sont mobilisées tour à tour

    pour présenter, analyser et comprendre quatre situations cliniques

    dont deux ont été choisies dans la clinique adolescente, et deux dans la clinique adulte.

     

    Chaque étude de cas est complétée par un rappel des bases théoriques, des conseils de lecture,

    une webographie et un glossaire, spécifiques à chaque approche.

     

    L'ouvrage s'inscrit dans une double thématique, l'étude de cas d'une part,

    et le dialogue entre différentes approches thérapeutiques d'autre part.

     

    Sous la direction de Silke Schauder.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    Dès l'enfance, au sein du triangle père mère enfant,

    deux ingrédients, deux matériaux fondateurs :

    l'amour et la loi, la tendresse et l'autorité .

     

    L'autorité

     

    Ces deux notions s'avèrent complémentaires.

    De toute évidence, l'autorité n'est pas synonyme de brutalité, de sévérité excessive, de violence.

    Elle représente une forme d'amour offerte à ceux qu'on aime.

     

    MR MOUSSA NABATI - Le bonheur d'être soi.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires