•  

     

     

     

    Haine éprouvée par la mère

    ou haine inconsciente et refoulée de la mère ? 

     

    Les enfants paraissent capables de faire face à la haine à leur égard et cela n'est, bien sûr,

    qu'une façon de dire qu'ils peuvent affronter et utiliser l'ambivalence que ressent et manifeste la mère.

     

     

    Ce qu'ils ne peuvent pas utiliser de façon satisfaisante dans leur développement affectif,

    c'est la haine inconsciente refoulée de la mère

    qu'ils ne rencontrent dans leurs expériences vécues qu'à l'état de formations réactionnelles.

    Au moment où la mère hait, elle manifeste une tendresse particulière.

    Il n'y a aucun moyen pour un enfant de faire face à ce phénomène.

     

    D.W.WINNICOTT

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le jeune Freud a connu la honte

    quand son oncle Joseph, accusé d'un trafic de fausse monnaie, a fait la une des journaux de Vienne

    et surtout quand son père s'est laissé humilier.

    "Quand j'étais jeune, raconte le père, je suis sorti dans la rue un samedi,

    bien habillé avec un bonne de fourrure tout neuf.

    Un chrétien survint, d'un coup envoya mon bonnet dans la boue en criant ;

    "juif, descends du trottoir !"

    "Qu'as tu fait ?" demande l'enfant.

    "J'ai ramassé mon bonnet".

    Dès lors, le jeune Sigmund se met à élaborer des fantasmes de revanche.

    Il s'identifie à Hannibal, ce sémite magnifique et intrépide

    qui avait juré de venger Carthage malgré la puissance de Rome...

    L'enfant fit preuve d'indépendance intellectuelle, de maîtrise de soi et de bravoure physique.

    Le petit garçon avait ressenti la honte,

    parce que l'escroquerie d'un proche et la lâcheté du père

    avaient été exposées aux yeux de tous dans les journaux de Vienne et sur la scène publique.

     

    BORIS CYRULNIK - MOURIR DE DIRE - LA HONTE.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    TANT QUE VOUS N'AUREZ PAS RENDU L'INCONSCIENT CONSCIENT,

     

    IL DIRIGERA VOTRE VIE ET VOUS APPELLEREZ CELA LE DESTIN.

     

     

    CARL JUNG.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Le thème du pervers narcissique intrigue, intéresse, interpelle.

    Mais peu d'études scientifiques existent encore sur le sujet.

    C'est pourquoi la spécialiste en développement personnel, Julie Arcoulin s'est penchée sur l'écriture d'un livre.

    Comment survivre aux parents toxiques ? Comment échapper à leur emprise ?

    Survivre aux parents toxiques,  c'est un livre dur mais rempli d'optimisme,

    qui se base sur les témoignages et l'analyse des victimes qui viennent la consulter.

    Julie Arcoulin apporte également les clés essentielles à la guérison

    pour vivre enfin sa vie d'adulte de manière épanouie.

     

    "A travers les patients reçus en consultation,

    j'ai constaté qu'un problème réel existait, que ce n'était pas un effet de mode

    comme ont peut parfois l'imaginer.

     

    Ce problème concerne bien plus de personnes qu'on ne le pense.

    J'y développe le phénomène d'emprise et à quel point c'est insidieux.

    Ensuite j'ai voulu réaliser un état des conséquences

    du comportement du pervers narcissique sur un enfant devenu adulte.

    A travers les différentes confidences, les différents témoignages,

    j'ai pu compiler des traits communs à toutes les victimes d'un pervers narcissique.

    Pour s'en sortir la première étape est d'en prendre conscience

    et de s'autoriser à refuser les mauvais traitements infligés.

    Et pour cela il faut arriver à se positionner.

    Il est important de réussir à avoir de l'estime de soi, de guérir de ses blessures

    et de briser la croyance judéo-chrétienne qui dit qu'on doit tout à ses parents.

     

    Pour une guérison plus rapide, je suggère un accompagnement thérapeutique.

     

    L'adulte qui a vécu avec un parent pervers narcissique n'a pas une bonne estime de lui,

    il a été dévalorisé, même de manière subtile.

    Son père ou sa mère ne l'a pas soutenu, encouragé,

    il ou elle n'était pas structurant

    car ils faisaient passer ses besoins avant ceux de l'enfant.

    Après cela il est difficile de se construire une identité, de connaître ses qualités, ses faiblesses, ses besoins,

    ses envies puisqu'il a été élevé pour être au service de son parent pervers narcissique.

    L'enfant se retrouve donc dans la sur-adaptation,

    capable d'accepter n'importe quoi pour avoir l'impression d'être aimé.

     

    Le côté positif, c'est que cela en fait par la suite des adultes disponibles

    et à l'écoute des autres, mais toujours dans la soumission.

     

     

    Un livre à me procurer rapidement....

    FAUSTINE

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

    "Ecrire est une forme de thérapie.

    Parfois, je me demande comment ceux qui n'écrivent pas, ne composent pas, ne peignent pas,

    peuvent échapper à la folie, à la mélancolie, à la panique et à la peur inhérentes de la condition humaine".

     

     

    GRAHAM GREEN.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

    Si tu veux changer ta vie,

    tu remplaces tous tes "mais" par des "donc"...

    Vas-y, essaie !

     

    "ANDRE CHARBONIER"

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    "Ma rencontre avec lui devenait l'affaire la plus importante de la journée,

    de la semaine, et même de la vie"

     

    Ferdinando Camon, La Maladie Humaine.

     

     

    Thérapie, ces questions que l'on se pose...

     

    Extraits du livre de Dominique Dyens - Cet autre Amour...

     

    Je tenais à les partager ici,

    car ils sont la représentation exacte de mes ressentis lors de ma première thérapie...

    FAUSTINE.

     

     

     

    "Durant la première année, mon souhait de poursuivre l'analyse

    alors même que, pensais-je, j'avais dépassé, voire résolu les problèmes factuels qui m'avaient amenée à consulter

    devenait un problème.

    Avais je le droit de vouloir creuser davantage ?

    Etais-je suffisamment névrosée pour postuler à une analyse à durée indéterminée ?

    Et si j'agissais par pur narcissisme ?

    Pour le plaisir de me montrer et aussi de me plaindre, car au fond chez un psychanalyste,                                    on se plaint parfois, de la vie et des gens. Ne suis-je pas en train s'usurper la place d'un autre qui aurait davantage besoin de ce créneau horaire que moi ? ...

    Je n'ai pas envie de vous quitter, j'ai simplement besoin d'être autorisée à demeurer".

     

    --------------

    "Sur les notes de mon iPhone, je consigne mes séances.

    L'écriture me sert d'exutoire et m'aide à classer et clarifier mes pensées.

    Et ce n'est qu'une fois la séance couchée sur le papier et mes émotions calmées que je peux m'en aller".

     

    ------------------

    "Le transfert c'est une comète. Un espace spatio-temporel accessible aux seuls analysants.

    Un objet affectif non identifié, un truc sidérant qui m'a propulsée dans une dimension émotionnelle

    dont jusqu'à présent j'ignorais tout. Même s'il m'asservit dans un état de joie et de souffrance

    dont je désespère de pouvoir sortir un jour...

    Le transfert est en train de me faire vivre une expérience humaine unique,

    si forte et si bouleversante qu'il me semble que je ne m'en remettrai jamais."

     

    ----------------

     

    "Si auparavant je ne m'autorisais à lire que ce que je pouvais comprendre,

    j'essaie à présent de lire ce que je ne comprends pas.

    La corrélation étroite entre psychanalystes et écrivains me fascine..

    Je suis avide d'apprendre mais également très frustrée de l'étendue de mon ignorance.

    J'aimerais tant rattraper les années, que je vais dans tous les sens".

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    DOMINIQUE DYENS

    Cet Autre Amour.

     

     

    "L'histoire que je m'apprête à raconter est une histoire d'amour.

    Une vraie, une incroyable histoire d'amour, qui m'a saisie par surprise

    et à laquelle il m'a été impossible de résister.

    Pendant deux longues années, peut-être davantage, j'ai mené une double vie.

    Je parlerais plutôt d'une vie double, c'est-à-dire fragmentée, divisée entre une vie conjugale heureuse,

    ouverte au regard des autres, et une vie intime, secrète,

    qui a puisé son inspiration dans les profondeurs de mon inconscient."

     

    Quel est ce lien d' "amour" unique qui unit un(e) patient (e) à son (sa) psychanalyste ?

    C'est donc ça le transfert ?

    Telle est la question que tente de cerner la narratrice de "Cet autre amour" lorsque,

    amenée à entreprendre une thérapie à la suite d'un choc émotionnel violent,

    elle tombe amoureuse de son analyste.

     

    Ce récit à la fois pudique et cru d'un amour hors du commun

    rend un vibrant hommage à la fascinante aventure affective et intellectuelle qu'est la psychanalyse.

     

     

    "Merci à Dominique Dyens, d'avoir écrit ce formidable livre...

    Je m'y suis retrouvée, et j'en publierai quelques extraits...

    Un livre sur le transfert, un livre qu'il ne faut absolument pas louper"....

    FAUSTINE.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    La confiance en soi est la traduction, dans la réalité, de l'estime de soi...

    Plus j'ai d'estime de moi et plus je vais avoir confiance en moi.

     

     

     

    La confiance en soi est la capacité à agir en acte

    L'estime de soi dépend de la représentation que j'ai de moi

    et de ce que j'interprète  dans le regard des autres,

    (ce que je pense qu'ils pensent de moi).

     

     

    Si j'ai grandi dans un univers tranquille chaleureux, bienveillant,

    j'aurai sans doute beaucoup d'estime de moi

    Si j'ai grandi dans un milieu hostile, agressif, humiliant et méprisant,

    j'aurai le sentiment d'être tributaire de l'environnement dans lequel je suis, donc peu d'estime de soi.

     

    L'estime de soi adulte est tributaire de

    "comment nous avons été rassurés sur notre capacité à faire les choses".

     

     

    Critères relatifs à l'estime de soi :

     

    Rejet :

    Si on a peur du rejet, on enduit l'idée que ce que l'on fait est rejetable

    d'où une crainte permanente d'être rejeté :

    notre potentiel d'estime de soi est fragile.

     

    Ne pas être fier de ce que l'on fait, (je me sens nul, je rumine...)

    témoigne d'un manque d'indulgence envers soi même et d'une sensibilité aux critiques.

     

    Apparence physique :

    Est ce que je m'aime comme je suis ?

    Ne pas savoir s'accepter comme on est témoigne là aussi d'un manque d'estime de soi.

    Si on renvoie une mauvaise image de l'apparence physique à un enfant,

    il est probable que son potentiel d'estime de soi sera attaqué.

     

    Pourquoi critique t-on les autres ?

    La critique est une façon de se rassurer. 

    Exemple : la soirée était nulle :

     Non, on s'est trouvé nul dans la soirée, nous n'avons pas réussi à nous intégrer.

     

    Comment être aimé par les autres ?

    Il faut s'accepter tel que l'on est et être fidèle à soi même, ne pas chercher à plaire aux autres.

    Si les gens vous aiment, ils vous aiment pour ce que vous êtes ou ce que vous n'êtes pas.

    Pour être aimé des gens il faut être fidèle à ce que l'on est et savoir s'aimer.

    L'estime de soi est le fondement de notre personnalité .

    Une estime de soi suffisante donne une personnalité affirmée

    Une estime de soi insuffisante donne une personnalité effacée.

     

    Le regard des autres

    Nous sommes nos propres bourreaux par l'interprétation que nous faisons des choses :

    L'estime de soi nous laisse indifférent au regard des autres,

    et à l'inverse, le peu d'estime de soi fait que je valide le regard désapprobateur.

     

     

    A quoi sert l'estime de soi ?

    L'estime de soi permet de ressentir un sentiment de bien être, de voir la vie positivement.

     

    "L'estime de soi est le système immunitaire du psychisme"

    Christophe André.

     

    L'estime de soi préserve de l'adversité.

    Quand on croit en soi, on croit toujours qu'il existe des solutions,

     ce qui permet de se relever dans l'adversité.

     

    Qu'est ce que la névrose d'échec ?

    On parle de névrose d'échec lorsqu'on ne se sent capable de rien,

    que l'on ne s'autorise pas, voir que l'on se met en  situation d'échec.

    Certains enfants sont persuadés qu'ils ne réussiront pas,

    et d'emblée ils n'essaient pas car ils n'y croient pas.

     

    Tout projet ou envie est louable

    Il faut garder la dimension positive des choses.

     

    Conférence "l'estime de Soi"

    Mr Bruno D

    9 Octobre 2017

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    Chaque adulte emporte avec lui une part d'adolescence qui continue à se révolter contre la fatalité.

    Certains l'utiliseront pour donner un sens à leur vie,

    d'autres la subiront comme une entrave à leur épanouissement.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    7 commentaires
  •  

     

     

     

     

    L'écriture offre  des avantages positifs inégalables sur de nombreux aspects.

    Vous aurez l'impression de vous être libéré de tout ce qui vous préoccupait,

    en y mettant des mots, en essayant de le comprendre et de le résoudre.

    Voici quelques uns des avantages de l'écriture en tant que thérapie :

     

    1 - Favorise la créativité

     

    Ecrire est une chose créative en soi,

    cela nous aide à mieux nous exprimer, à chercher de nouvelles solutions,

    de nouvelles idées et nous aide à imaginer et à rêver.

     

    2 - Nous aide à gérer nos émotions

    Lorsque nous écrivons, nous renversons toutes nos émotions sur le papier.

    Ce n'est pas rare que nous pleurions ou que nous riions en rédigeant.

    Cependant, ce que nous transmettons par le biais de l'écriture, nous aide à gérer ces émotions

    et à apprendre à les vivre depuis un autre point de vue.

     

    3 - Nous permet de mieux nous connaître

    Ce que nous écrivons provient du cœur, de notre être le plus profond.

    Ainsi, exprimer ce que l'on ressent avec des mots nous permet de nous connaître nous-même,

    de voir à quel point les circonstances de la vie nous affectent,

    d'analyser cette colère ou cette frustration que nous ressentons.

    Nous pouvons y mettre un nom et les affronter droit dans les yeux.

     

    4 - Nous  donne la possibilité de partager nos sentiments.

     

    Ce que  nous écrivons peut rester pour nous ou peut être montré à d'autres personnes,

    pour partager ce que nous ressentons et ce que nous avons vécu.

     

    Le fait de montrer ce que nous avons écrit permet d'avoir d'autres points de vue,

    et les autres pourront alors ressentir de l'empathie pour nous.

     

    Docteur James Pennebaker

    Expresive Whriting : Words  that heal

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires