•  

     

      

    Ils se reconnaitront....

     

     

    IL Y A TOUTES SORTES DE GENS,

    MAIS LES MEILLEURS SONT CEUX QUI APPARAISSENT DANS TA VIE,

    ET TE FONT VOIR LE SOLEIL AU LIEU DES NUAGES.

    DES GENS QUI CROIENT EN TOI TELLEMENT FORT

    QUE TU COMMENCES A CROIRE EN TOI AUSSI.

    DES GENS QUI T'AIMENT SIMPLEMENT

    PARCE QUE TU ES TOI.

     

    Source : site "La solution est en vous"

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

    "Les valeurs de notre société tendent vers une culture de la jeunesse

    et les progrès de la chirurgie esthétique peuvent conforter le fantasme du "toujours jeune".

     

    Les dangers du "Jeunisme"

     

     

    Le contexte culturel modifie les relations entre les générations, et on peut observer une inversion des modèles :

    Les adultes s'identifient aux adolescents, et non plus l'inverse.

    La limite générationnelle s'estompe,

    et il est devenu fréquent de voir des parents soutenir par un sentiment de fierté

    les frasques de leurs enfants adolescents qui défient la loi et les conventions.

     

    Ce qui est une étape nécessaire pour un adolescent

    devient pour ces adultes un moyen de vivre par procuration leur propre adolescence

    à laquelle ils semblent avoir du mal à tourner le dos".

     

    SOURCE : Le Petit Larousse de la Psychologie.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    "Tu ne peux pas éviter que l'oiseau de la tristesse vole au-dessus de ta tête,

    mais tu peux éviter qu'il fasse son nid dans ta chevelure"

     

    PROVERBE CHINOIS

     

     

     

    On se sent triste...

    parfois, les choses ne se passent pas comme on aimerait qu'elles se passent...

     On commence alors à s'inquiéter car la tristesse s'installe dans la tête comme un oiseau qui trouve son nid.

    On ne sait plus comment ôter cette peine qui nous inonde chaque jour et chaque nuit.

     

    Quand on est triste, on décide de ne pas soirtir de chez soi, de ne parler à personne

    et la seule chose que l'on fait, c'est s'enfoncer dans ses propres tourments.

    Penser et repenser : "j'ai besoin de tout changer, je ne peux continuer ainsi"

    Parfois, on ressent une profonde tristesse qui envahit l'âme, difficile à expliquer...

    Il y a un peu de tout qui vous fait de la peine.

     

    Vous ne pouvez pas vous empêcher de vous sentir mal

    et même si tout le monde vous dit "tu dois faire un effort", "tu dois sortir",

    vous n'y arrivez pas et vous pensez

    "C'est facile de donner des conseils, mais j'aimerais que tu ressentes ce que je ressens".

     

     

    Conseils pour combler l'âme quand vous êtes triste.

     

    * Entourez vous de gens qui vous font du bien,

    avec qui vous vous sentez bien et éloignez vous des autres. L'important, c'est vous.

     

    * Recherchez ce qui vous plaît vraiment.

    Remplissez votre  vie avec des choses que vous aimez vraiment.

    * Pratiquez du sport.

    * Offrez vous un caprice ;

    un petit caprice peut vous aider à vous sentir plus joyeux.

    Prenez un chocolat, achetez vous quelque chose qui vous fait plaisir.

    * Sortez dans la rue et profitez.

    Quand vous êtes tristes ne restez pas chez vous à ruminer.

    Vous rentrerez avec une énergie nouvelle.

    Le pyjama est toujours notre pire ennemi.

    * N'exigez pas trop de vous même ni des autres.

    Apprenez à ne pas exiger tant.

    Quand nous avons des exigences trop élevées sur quelqu'un ou quelque chose,

    nous sommes facilement déçus.

    * Apprenez à vous résigner mais avec bonheur.

    Commencez à comprendre que la vie est pleine, non seulement de bons moments,

    mais également de mauvais et qu'il ne faut pas trop les dramatiser.

    Quand ils passent, oubliez les et continuez à aller de l'avant.

    * Essayez de changer ce que vous pouvez et ce qui ne vous plaît pas dans votre vie.

    * Ne pensez pas autant.

    Nous pensons tous trop.

    Parfois, nous sommes tristes à cause de choses du passé ou de ce qui n'est pas encore arrivé.

    Concentrez vous sur le présent.

     

    SOURCE : Nos pensées.fr

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

    DIRE SES EMOTIONS.

     

    Par peur de ne pas être aimé,

    l'être humain n'ose que très rarement exprimer ses émotions et souvent,

    il confond l'expression émotionnelle avec des jugements.

     

     

    Dire qu'on est triste, en colère

    ou qu'on a peur n'est pas une faiblesse,

    mais une ouverture à soi et à l'autre.

    Alors soyons libres de dire ce qu'il y a dans nos cœurs

    et permettons à l'autre d'être libre dans sa réaction.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  •  

    Lorsqu'un patient m'apporte un objet,

    je fais le choix de penser que c'est dans le but de m'aider à mieux symboliser sa vie psychique :

    s'il m'envoie une carte postale pendant son absence, je le remercie à son retour

    et s'il m'apporte un petit cadeau, je le prends, le regarde et le remercie.

    Il me semble que dès qu'un objet est introduit explicitement en cure,

    il devient un support de discours et donc d'introjection, et qu'il convient d'en donner acte au patient.

     

     

    Certains psychanalystes font malheureusement le raisonnement opposé.

    Pas question pour eux de montrer quelque intérêt à recevoir un cadeau,

    ce serait courir le risque de lui faire oublier qu'il fait ce cadeau pour son propre plaisir,

    et que celui-ci consiste à se berner dans le transfert.

    Le psychanalyste qui ne lève pas la main pour accepter le bouquet qu'on lui offre

    souhaite ne rien faire ou dire qui puisse laisser croire qu'il est celui pour lequel le patient le prend.

    Hélas, il ne peut alors que lui opposer un regard absent et légèrement hébété

    pour tenter de lui faire comprendre qu'il y a erreur sur la personne.

    Il désire bien sûr plonger le patient dans un questionnement sur lui-même.

    Il ne réussit le plus souvent qu'à l'humilier.

     

     

     

    "Fragments d'une psychanalyse empathique"

    SERGE TISSERON

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

      Tout travail psychologique,

    qu'il soit en surface ou en profondeur,

    est une relation humaine entre le psychologue et son patient et vice et versa.

    Ils sont des compagnons de route.

     

    Le travail thérapeutique.

     

    L'analyste représente le monde tel que le patient voudrait qu'il fût, parce qu'il ne juge jamais.

    Souvent le patient se relie comme un enfant à son père analytique.

     

    L'analyste entend souvent :

    "Je ne vis qu'en fonction de ma séance d'analyse",

    "Je n'ai que vous au monde",

    "Si vous m'abandonnez, je suis perdue".

     

    Il y a donc fixation temporaire du patient sur l'analyste.

    Or pour progresser, cette fixation doit cesser harmonieusement,

    au fur et à mesure que la personnalité adulte du patient se renforce.

     

                                                                                Pierre DACO.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Bénéfices primaires

    et gratifications secondaires en psychothérapie.

     

    Le patient entre en psychothérapie pour soulager ses souffrances.

    Ce soulagement ainsi que le nécessaire changement de personnalité qui l'accompagne,

    constitue le bénéfice primaire, la raison d'être de la psychothérapie.

     

     

    Il est fréquent pourtant que le patient tire une forte gratification du fait même d'être en thérapie ;

    Il peut aimer la sollicitude incessante, sans fin,

    l'attention qu'on prête à chacune de ses pensées,

    la présence rassurante du thérapeute omniscient et protecteur.

    Il est assez fréquent que les gratifications secondaires soient si précieuses

    que le souhait de rester en thérapie devient plus puissant que le souhait d'être guéri.

     

    IRVIN YALOM (Dans le secret des miroirs).

    ---------------

     

    L'avis de Faustine....

     

     

    Si ce souhait de rester en thérapie devient plus fort que le souhait d'être guéri,

    c'est que tous les problèmes, qu'ils soient conscients ou inconscients, ne sont pas réglés.

    Quand on parvient à un équilibre psychique complet,

    je pense et j'espère, que le fait de quitter son thérapeute ne pose plus de problèmes....

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    La Mort 

     

    Pour notre société occidentale, la mort est l'ennemi numéro un.

    Nous nous sommes attachés à la combattre et ce par tous les moyens.

    L'inconscient collectif est marqué par cette prise de position et nous influence tous.

    Plutôt que de chercher à s'informer au sujet de la mort,

    beaucoup d'entre nous vont préférer l'affronter, la rejeter ou faire comme si elle n'existait pas.

     

     

    C'est bien dommage car en se comportant ainsi,

    on se coupe d'une partie de soi-même.

    La mort fait partie de nous.

    Notre corps est programmé pour mourir.

    Il suit un cycle naturel dont dépend l'harmonie sur terre.

    Imaginons un peu comment serait la planète sans la mort :

    quel chaos ! La mort fait véritablement partie de la vie,

    elle en est la composante nécessaire et saine.

    Mais il s'agit bien là de la mort de notre véhicule matériel.

    Notre âme, elle, poursuit son cheminement.

    La vie continue, mais sous une autre forme

     

    Extrait de "Le Test" de Stéphane Allix.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

     

     

    Le Petit Larousse de la Psychologie

     

    Le livre de référence qui donne tous les repères sur la vie psychologique.

     

    Un ouvrage organisé en trois parties :

     

    1) les bases indispensables :

    une présentation claire et synthétique de la psychologie, de la psychanalyse et de la psychiatrie ;

    l'histoire, les théories, les maîtres fondateurs.

     

    2) Les grandes questions de la vie psychologique personnelle et familiale :

    l'adolescence, l'amour , l'enfance, la dépression, l'éducation, le comportement du nouveau né

    mais aussi le sommeil ou le vieillissement. Au total 60 grands dossiers classés alphabétiquement

    qui présentent aussi toutes les thérapies (cure analytique, thérapie familiale, hypnose médicale)

    et les pathologies graves (anorexie, autisme, psychose...).

     

    3) Les notions essentielles :

    de abandon à zézaiement, en passant par complexe, dyslexie ou fétichisme,

    1 500 définitions pour comprendre le sens de mots de plus en plus utilisés.

     

     

     

    Très clair et très complet, le Petit Larousse de la psychologie a été rédigé par un collectif d'auteurs,

    médecins, psychologues, professeurs qui font bénéficier l'ouvrage des derniers travaux scientifiques

    et des dernières approches dans ce domaine.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires