•  

     

    - 2017 -

     

    Le 6/10/2017 : La vie intérieure et la sérénité : Christophe ANDRE

    Le 9/10/2017 : L'estime de Soi : Bruno D.

    - Le 28/11/2017 : Les violences et les femmes en situation de handicap. Bruno D.

    - Le 30/11/2017 : "Psychoses dans la cité" Bernard Dufossez, psychiatre.

     

    Faustine au fil des conférences....

     

     

    - 2016 -

     

    Le 11/10/2016 : Le mal être de l'adolescent - Comment restaurer la communication

    Le 28/10/2016 : Addictions, contradictions avec Paul Belvèze, psychiatre.

    Le 15/11/2016 : Hygiène et alimentation - 2 piliers de l'éducation

    Le 6/12/2016 : Autorité et règles de vie : comment concilier les 2 ?

    Le 12/12/2016 : Face à la maladie de l'aidé, qu'apprend on sur soi ?

     

     

    Faustine au fil des conférences....

     

    Si les sujets vous intéressent, synthèse de ces conférences bientôt sur ce blog....

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Courage....

     

    "TOUTE VERITABLE TRANSFORMATION

    SERA PRECEDEE D'UN GRAND MOMENT D'INCONFORT,

    C'EST LA LE SIGNE QUE VOUS ETES SUR LE BON CHEMIN."

     

    AJAHN CHAH

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    6 commentaires
  •  

     

    Pour savoir se faire exister, il faut d'abord avoir reçu de l'amour à la naissance

    et avoir été reconnu, essentiellement par sa famille.

     

    Ce capital inestimable fournit une sécurité de base.

     

     

     

     

     

    Et plus tard, il faut avoir su s'investir dans des relations et des appartenances.

    Le sentiment d'exister est fragile, car il repose sur une construction

    qui dépend étroitement des relations avec d'autres qui nous l'accordent ou pas.

     

     Si un enfant n'est pas le bienvenu dans la vie

    (enfant surnuméraire, non souhaité, naissance à un moment inopportun,

    mère déprimée, isolement maternel, absence de contexte familial),

    on reconnaît ces êtres qui leur vie durant vont tenter d'obtenir une reconnaissance

    dont ils savent pourtant qu'ils ne la recevront jamais.

    Le fait de ne pas avoir bénéficié de cette reconnaissance

    est une souffrance qui ne quitte pas ceux ou celles qui se trouvent dans cette position de mal-aimés,

    au point qu'ils renoncent difficilement, contre toute évidence,

    à tenter d'obtenir ce qu'ils n'obtiendront manifestement jamais.

    Il est particulièrement difficile, voire impossible,

    de renoncer à ce que l'on n'a jamais obtenu.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    "Nul n'a jamais écrit, peint, sculpté, modelé, construit, inventé, que pour sortir en fait de l'enfer !"

    ANTONIN ARTAUD.

     

    Sublimer sa souffrance

     

    Le sublime est une échappée par le haut,

    se redonner le sentiment d'exister au travers d'une création,

    d'une œuvre qui est une façon d'échapper à la souffrance de la réalité.

     

    Selon le talent et les ressources de chacun, cela peut se traduire par le fait de créer une œuvre d'art,

    de se plonger dans une ambiance mystique,

    mais cela peut aussi engendrer la folie qui est une autre façon de sublimer sa souffrance ;

    la conviction d'être promis à un destin particulier,

    ainsi se croire marqué par un destin divin, politique ou autre qui peut aller jusqu'au délire.

     

    Le sublime peut être atteint par délégation :

    une façon de se faire exister en cas de difficulté est de se réfugier dans la rêverie,

    une vie fantasmatique, une vie par délégation au travers de destin de vedettes,

    d'altesses, d'héroïnes, de sportifs célèbres.

     

    ROBERT NEUBURGER - EXISTER

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

     

     

    freud

     

    Freud s'est suicidé en 1939.

    Depuis plusieurs années, son cancer de la mâchoire

    l'empêchait de se rendre à des congrès ou de prononcer des conférences.

    Sa fille Anna lui servait de lien avec le monde extérieur,

    car son cancer de type nécrosant dégageait une odeur difficilement supportable.

    Selon Max Schur, qui fut son ami et médecin personnel,

    la décision de se suicider du père de la psychanalyse est liée au fait que son chien,

    offert par la princesse Marie Bonaparte et qui ne le quittait jamais,

    même pendant ses consultations, lorsqu'il en donnait encore,

    avait refusé d'entrer dans sa chambre.

    La perte de ce lien lui a ôté toute envie de poursuivre son existence.

     

    freud

     

    Sigmund Freud était un grand collectionneur.

    Le collectionnisme de Freud était plus qu'un passe-temps. C'était une passion .

    Et cette passion le faisait exister dans un monde hostile.

    N'alla-t-il pas jusqu'à demander que, après sa mort, ses cendres soient déposées

    dans l'une des urnes grecques de sa collection ?

     

    Robert Neuburger - Exister.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    "Beaucoup évoluent , dans le monde qu'il pense réel, en perpétuel conflit,

    où la méfiance de l'autre est règle d'or

    Chacun se doit d’être armé, ou au pire protégé d'une carapace opaque et solide ...

    Ils avancent péniblement dans le sombre,

    cachant à tout prix leurs faiblesses, persuadés d’éviter les drames de la vie" ..

     

     

    "Et puis, certains sont en paix,

    désarmés, sans artifice, qu'importe leurs soucis, leurs sentiments inférieurs ou supérieurs,

    Ils avancent légèrement, sans fatigue, libres et sereins,

    disponibles en totalité pour connaître, comprendre et avant tout accepter leur entourage" ..

     

    "Ils savent que la paix de l’âme est la plus puissante des armes"..

     

    Lolo

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

    EXISTER - Le plus intime et fragile des sentiments.

     

    Robert Neuburger - EXISTER

     

    "A vous dont le sentiment d'exister a été attaqué, ébranlé ou détruit, la société ne propose plus qu'une issue :

    la "dépression".

    Il y a pourtant des alternatives. Elles sont libératrices. Elles redonnent une dignité.

    Je vous les présente dans ce livre."

     

    ROBERT NEUBURGER.

     

    Robert Neuburger - EXISTER

     

    Psychiatre, psychanalyste, thérapeute de couple et de famille,

    Robert Neuburger exerce à Paris et en Suisse.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    La proie se sent investie par le désir de "sauver" le manipulateur,

    (non encore révélé comme tel) de la souffrance qu'il exprime.

     

    La proie devient "sauveur"

    d'un manipulateur qui se positionne en tant que victime

    ou personne en demande, dans le besoin.

    En effet, le manipulateur sait brillamment parler de son enfance douloureuse,

    de ses blessures, de ses espoirs et de ses désespoirs

    qui vont immanquablement attendrir la proie en demande de jouer les Saint Bernard.

    En laissant son hyper empathie brouiller sa conscience,

    elle pensera peut être agir de manière humaine, aimante, généreuse ou altruiste

    alors même qu'elle ne fera que répondre à son besoin inconscient,

    bien que déjà très marqué,

    de retenir à elle l'individu dont elle est devenue dépendante sans le savoir.

    En le "sauvant", elle créée un lien puissant et inconscient

    qui est censé la protéger du sentiment d'abandon.

    En effet, à travers le prisme de ses propres valeurs,

    elle ne peut imaginer que la personne qu'elle aide et soutient à cœur joie puisse un jour l'abandonner.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    N'importe qui peut t'aimer lorsque le soleil brille.

    C'est dans les tempêtes

    que tu apprends qui tient vraiment à toi.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    11 commentaires
  •  

    Un livre d'Irvin Yalom et Ginny Elkin

     

     

    Dans le secret des miroirs

     

     

    Récit coécrit avec un patient dans lequel ils racontent tous deux,

    successivement leur expérience et leur relation au cours de la thérapie.

    Chacun y rassemble et y décrit alternativement ses points de vue et ses sentiments....

     

    "J'étais Pygmalion, elle était ma Galatée."

     

    "Elle ne s'appartient pas, rien ne va avec rien - ses cheveux, son sourire, sa voix, sa démarche, son pull, ses chaussures... Tout a été assemblé au hasard, et je sens la possibilité immédiate que tout - cheveux, démarche, membres, jean déchiré, chaussettes militaires- oui, tout s'envole. Laissant quoi ? Peut-être juste le sourire.     Pas jolie, quelle que soit la manière dont on arrange les parties. Curieusement attirante, cependant.

    En quelques minutes, elle réussit à me faire savoir que je peux décider de tout, qu'elle s'en remet totalement     à moi. Ca m'est égal. A ce stade, ça ne me paraît pas un fardeau trop lourd".

     

    Ecrivain prometteur, Ginny a tout pour être heureuse mais elle ne l'est pas.

    De thérapies en thérapies, à peine débarquée de New York,

    la voilà dans le cabinet du très spécial docteur Yalom.

    Quel stratagème inventera-t-il pour échapper à l'engrenage de l'échec ?

     

    Irvin Yalom, psychothérapeute américain, nous offre ici un livre unique.

    Nouveau pacte audacieux entre le patient et son médecin, "Dans le secret des miroirs"

    est l'aboutissement littéraire d'une relation inédite :

    l'histoire de deux êtres qui se rencontrent dans l'intimité d'un tête-à-tête thérapeutique

    et qui nous invitent à les connaître comme ils se sont connus.

     

     

    MON AVIS

    Dans le secret des miroirs

    L'idée était bonne de décrire cette thérapie à deux, le patient et le psy....

    Mais ce livre m'a semblé d'une longueur inouïe, poussif, sans vraiment rien de  concret ou d'histoire à faire ressortir,

    et je m'y suis vraiment ennuyée... Mais j'ai lu les 473 pages....

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

    Témoignage d'une patiente relevé sur un forum.

    (Rassurant, je ne suis pas la seule)

     

    Thérapie

     

    "La thérapie a beaucoup d'effets secondaires.

    Personne ne nous en prévient au début. J'espère qu'au moins ça vaut le coup !

    Ne faudrait-il pas prévenir les patients au début de la thérapie ? Ca serait plus honnête, je pense.

    Je n'aurais jamais cru qu'au bout de deux ans de thérapie

    je ne pourrais plus me passer de ma psy

    que je ne  penserais qu'à elle, que je la verrais partout,

    que je m'occuperais tout le temps de moi,

    que je lirais des livres sur la psychothérapie,

    que je passerais des heures sur les forums.

    J'ai parfois l'impression que la psychothérapie aide dans certaines choses mais en créant d'autres problèmes...."

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • Résultat d'un test effectué en Janvier 2016

     

     

    QUEL PARADIS ARTIFICIEL RECHERCHEZ VOUS ?

     

    MAI 2013

     

    Décoller de la réalité

    afin d'échapper à tout ce qui peut être source d'ennui, d'inconfort, de mal être.

    Vous cherchez à fuir le quotidien et les contraintes, la frustration ou l'angoisse qu'il vous impose.

    Vous investissez votre énergie psychique dans l'évasion

    que ce soit par l'immersion dans d'autres univers virtuels

    ou encore en modifiant votre état de conscience ordinaire pour "planer".

     

    Résultat

     

    Vous êtes souvent dans votre monde et dans vos rêves

    et cette posture rend votre vie relationnelle difficile..

    Vous avez le sentiment que votre bulle vous protège

    et qu'elle est le seul endroit dans lequel vous pouvez vous sentir bien.

     

     

    Le versant négatif :

    la fuite ne fait qu'aggraver le sentiment d'être seule et incomprise,

    mais aussi le décrochage de la réalité qui vous fait passer à côté de la vraie vie.

     

    Explication :

    angoisse, stress, mal-être peuvent conduire certains à se réfugier,

    plus ou moins longtemps dans un "ailleurs" pour échapper à l'angoisse ou au chagrin.

     

    Conseil :

    Essayer de ne pas s'installer dans une évasion de fuite et de passivité

    mais tenter d'interroger les causes de son mal-être.

    Ce cheminement se fait souvent avec l'aide d'un professionnel.

     

    TEST PSYCHOLOGIE MAGAZINE.

     

     

     

     

    Cette bulle je m'y suis réfugiée il y a maintenant trois ans.

    Ces livres, ce blog, ces articles et vos commentaires sont devenus "mon moteur".

    Dans l'immédiat c'est ce qui me permet d'avancer...

    FAUSTINE.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires