•  

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

    Certaines femmes vivent une relation de souffrance avec leur mère.

    Certaines le formulent crûment mais quantité d'autres n'osent pas se plaindre.

    Elles ne veulent pas accbler cette mère, cette héroïne que, souvent, elles idéalisent et protègent ? Pourquoi ?

     

    "Etre la Fille de sa Mère" - Patricia Delahaie

    Ce livre veut donner raison aux filles et valider leur intuition, leurs sentiments.

    Il ne s'agit pas de condamner ces mères "insuffisantes",

    mais plutôt de cerner, à travers de nombreux témoignages,

    le manque qu'elles induisent et "ce qui ne va pas chez elles"

    pour que les "filles douloureuses" sachent qu'elles ne sont pas seules dans ce cas.

    En mettant des mots sur leur souffrance,

    elles peuvent réussir à accepter leur mère telle qu'elle est, sans honte ni culpabilité.

    Dè lors, une autre relation peut commencer, sur de nouvelles bases :

    ce sera une relation sans colère, sans rejet, sans haine.

    Une relation apaisée.

     

    PATRICIA DELAHAIE

    "ETRE LA FILLE DE SA MERE... ET NE PLUS EN SOUFFRIR".

     

    "Etre la Fille de sa Mère" - Patricia Delahaie

    Patricia Delahaie est sociologue de formation et journaliste.

    Elle est l'auteur d'une quizaine d'ouvrages sur l'amour, le couple et la famille dont, chez Marabout,

    Ces amours qui nous font mal et Repères pour choisir ses amis, ses amours.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    La mère narcissique phalloïde est une femme bien entendu castratrice,

    profondément haineuse , sans cesse évitant la dépression qu'elle frôle,

    avide de posséder ses proies jusqu'à en disposer mortes,

    et capable d'utiliser ses propres enfants comme otages, instruments de vengeance et projectiles téléguidés.

     

    La vérité n'importe pas au pervers narcissique.

    Tout en masques et faux-semblants, couvert de vernis,

    il n'a que faire de la vérité : moins exigeantes et plus avantageuses sont les apparences.

    Ce qui compte pour lui n'est pas d'être ni même d'avoir, c'est de paraître.

    Le terrain de prédilection, l'instrument majeur de la perversion narcissique, c'est la parole.

    On est surpris de constater à quel point la sottise de quelques uns

    se montre capable de freiner et de ligoter les capacités de clairvoyance et de créativité d'autrui.

    (C'est sordide, mais tellement étrange, qu'il faut le constater pour le croire).

    Tout noyau pervers est un poison.

    Il opère comme un poison : il contamine, pompe les énergies autour de lui, dégrade et disqualifie.

    Ce qu'il fait peut être de pire est de disqualifier les uns par les autres.

    Quoi de plus déroutant pour l'esprit qu'une folie si minutieusement et trompeusement travestie ?

    Et si gravement anti thérapeutique ?

    Et si radicalement antipsychanalytique ?

     

     

     

     

    Ma mère et (moi)

     

     

     

     

    L'objet d'une prédation ne peut être que proie ou pigeon.

    Le Pervers Narcissique a besoin de public et de proies.

    Il en trouve.

    Cet objet de la perversion narcissique est interchangeable :

     rien de plus et rien de moins qu'une marionnette.

    Ses contours sont certes reconnus.

    Mais non sa réalité intime, ni ses désirs propres, ni son narcissisme, ni sa part de mystère.

    Il n'est pas objet libidinal, même pas objet de haine (pas si sûre)

    et surtout pas d'identification proprement dite.

    L'objet du pervers narcissique ne sera donc pas dénié dans son existence, mais dans son importance ;

    il n'est supportable que s'il est dominé, maltraité, sadisé et par dessus tout maîtrisé.

     

    Reconstruction de la victime

    Il nous est arrivé de consacrer des soins infinis à panser chez nos patient(e)s

    leur narcissisme très tôt meurtri par les manœuvres délétères et disqualifiantes

    de parents pathologiquement narcissiques ;

    rien n'est plus important alors que d'aider les patients

    à reconstituer -à constituer- la peau déchirée de leur moi.

    Encore heureux s'ils n'ont pas été à tout jamais délités !

    Même des sujets déjà mûrs ne sortent jamais indemnes des serres d'une phalloïde narcissique.

     

    Monsieur Paul-Claude RACAMIER

    Les Perversions Narcissiques.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Hergé est allé voir un thérapeute au moment où il travaillait à l'album "Tintin au Tibet".

    Ce spécialiste a estimé que tout ce temps passé à dessiner était une façon de se détourner de pensées pénibles,

    qu'il devait avoir le courage d'affronter en face.

    Autrement dit, il a mis cette activité graphique intense

    sur le compte d'une défense compulsive et a conseillé à Hergé de l'interrompre.

     

     

    Heureusement, celui-ci  n'a pas suivi ce conseil.

    Il a cessé de voir ce thérapeute et a continué à dessiner.

    La création était pour lui la voie privilégiée

    par laquelle il donnait une forme personnelle à sa souffrance pour la dépasser.

    Dans son cas, cette persévérance a produit une œuvre dont le succès est international.

    Mais il ne s'agit pas d'une condition indispensable.

    Toutes les créations ne sont pas des œuvres,

    mais toutes sont des tentatives de se familiariser avec des contenus psychiques

    qui ne trouvent pas leur place dans la vie quotidienne, sociale ou familiale.

    A ce titre, elles doivent tous être respectées et encouragées...

     

    FRAGMENTS D'UNE PSYCHANALYSE EMPATHIQUE

    SERGE TISSERON.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Parmi les affirmations suivantes, laquelle est fausse ?

     

    * Le terme "complexe" a été introduit dans le champs psychanalytique par Françoise DOLTO

    * La théorie du complexe d'Œdipe a été élaborée par Sigmund Freud

    * Le complexe de castration est lié au complexe d'Œdipe

     

    REPONSE :

    Le terme "complexe" a été introduit dans le champ psychanalytique par Françoise Dolto.

     

    Le complexe,

    dans la langue courante, décrit en fait un sentiment de mal être par exemple se sentir trop gros ou laid,

    ou peu désirable pour n'importe quelle raison.

    Mais le complexe désigne en psychologie un mécanisme fort différent.

    Le complexe est douloureux et peu supportable.

     

    Le complexe d'Œdipe

    L'expression Œdipe est un concept central de la psychanalyse.

    Théorisé par Sigmund Freud, il est  défini comme le désir inconscient

    d'entretenir un rapport sexuel avec le parent du sexe opposé (inceste)

    à et celui d'éliminer le parent du même sexe.

    Ainsi le fait qu'un garçon, de façon inconsciente, soit amoureux de sa mère

    et désire tuer son père répond à l'impératif du complexe d'Œdipe.

     

    Le complexe de castration

    Considérée comme un élément structurant de la personnalité,

    l'angoisse de castration correspond chez l'enfant, à la découverte de la différence des sexes.

    On parle de complexe de castration lorsque, à l'âge adulte,

    ces angoisses continuent d'influencer de manière problématique les différents pans de la vie de l'individu.

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    "Je ressens comme une sorte de libération qui s'opère en moi petit à petit.

    Je vois davantage qui je suis, une femme moins dépendante de la reconnaissance et de l'approbation des autres.

     

     

    Mais j'ai encore beaucoup de chemin à parcourir !

    Même si mon entourage me donne les preuves d'affection auxquelles j'aspire,

    cela ne suffit pas pour apaiser ma quête d'amour...

    Le seul regard qui pourrait vraiment y contribuer

    est celui que je serai amenée, je l'espère, à porter sur moi même.

    Moi seule peux me donner ce regard de tendresse et de bienveillance

    que j'ai désespérément recherché tout au long de ma vie.

    Nous connaissons tous la théorie, mais la mise en pratique est une toute autre histoire !

     

    SOPHIE DAVANT

    "Ce que j'ai appris de moi".

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ce qui est souvent nommé crise de la quarantaine ou plutôt crise de la cinquantaine

    n'est en réalité pas une crise, mais une étape majeure

    dans la transition entre la première et la seconde moitié de la vie :

    c'est la psychanalyste suisse, Carl Jung, qui l'a mise en évidence,

    en la conceptualisant, dès 1916, sous le terme de "processus d'individuation".

    Tout individu, l'homme comme la femme, le traverse :

    c'est un passage obligatoire, tout comme l'a été notre adolescence.

    Il nous affecte au niveau physique, psychologique, relationnel et spirituel,

    et tout l'enjeu est de le vivre avec pragmatisme et intelligence.

    Une condition essentielle pour le bon déroulement de ce processus :

    on ne doit pas le vivre passivement.

     

    Processus d'individuation...

     

    Il a besoin d'être accueilli et vécu le plus consciemment possible.

    On croit à tort que le processus d'individuation est un recentrage égoïste sur soi,

    un repli narcissique sur sa petite personne, qui fait peu de cas des autres.

    Ce repli est indispensable : il consolide notre base intérieure, nous renforce,

    nous donne la capacité de nous tourner vers les autres.

    C'est donc l'opposé d'une démarche égocentrique :

    il vise au contraire à faire la lumière sur la réalité de son être profond.

    Prendre soin de soi pour mieux prendre soin d'autrui, en quelque sorte !

     

    "Sophie DAVANT"

    "Ce que j'ai appris de moi".

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  • "LES MOTS COMPTENT.

    LES MOTS CONTRUISENT ET DETRUISENT.

    LES MOTS RESTENT."

     

    Douglas Kennedy - Quitter le Monde

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Carl Gustav Jung est un pionnier de la psychologie des profondeurs,

    il est le fondateur d'un courant de pensée qu'il inaugura en 1913.

    Lequel ?

        

    * La psychologie analytique

     * La thérapie quantique

    * La clinique de La Borde

     

     

    Réponse :

    la psychologie analytique.

     

    La psychologie analytique est une théorie psychologique

    élaborée par le psychiatre suisse Carl Gustav Jung à partir de 1913.

    Créée au départ pour se différencier de la psychanalyse de Sigmund Freud,

    elle se propose de faire l'investigation de l'inconscient et de l'âme, c'est-à-dire de la psyché individuelle.

    Considérant que le psychisme d'un individu est constitué aussi bien d'éléments de la vie personnelle du sujet

    que de représentations faisant appel aux mythes et symboles universels,

    la psychothérapie liée à la psychologie analytique se structure autour du patient

    et vise au développement du "Soi",

    par la découverte de cette totalité psychique à travers la notion d'individuation.

     

    La thérapie quantique

    Basée sur les découvertes de la physique quantique,

    la thérapie quantique est une nouvelle façon de se soigner :

    nos cellules émettent des informations qui déterminent notre état de santé

    et sur lesquelles il est possible d'agir...

     

    La clinique de La Borde

     

    La clinique de La Borde est un établissement psychiatrique fondé en 1953 par le Dr Jean Oury

    qui a fortement contribué à développer la psychothérapie institutionnelle

    (qui met l'accent sur la dynamique de groupe et la relation entre soignants et soignés.)

    et qu'il a dirigé jusqu'à sa mort en 2014.

    Ce lieu continue à recevoir des patients selon des mêmes principes

    et il est considéré comme une référence dans ce domaine.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Mères toxiques : comment se construire ?

    Diffusé le mardi 2 mai 2017 sur l'A2

    Mille et une vies

    A voir en replay ; taper le lien ci dessous...

     

    http://pluzz.francetv.fr/videos/mille_et_une_vies.html

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Quel est le secret du pervers narcissique ?

    A-t-il une vie intérieure ?

    Comment agit-il ?

    Est-il toujours seul ?

    Que ne supporte t-il pas ?

     

    Si on parle aujourd'hui de la perversion narcissique, c'est grâce à Paul-Claude Racamier.

    Le premier, il en a révélé l'existence

    et décrit le fonctionnement dans ces pages puissantes et imagées

    d'où émerge un être glaçant, homme ou femme, qui adopte la stratégie du coucou

    pour se débarrasser de sa propre souffrance.

    Paul-Claude Racamier (1924-1996),

    psychiatre et psychanalyste, spécialiste reconnu des psychoses,

    est l'auteur de trois livres :

    Le génie des origines, un psychanalyste sans divan et les Schizophrènes.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires