•  

    "Accueillir les adolescents et leurs familles,

    évaluer leurs besoins, leur proposer des soins psychiques et somatiques ou les orienter,

    utiliser toutes les manières de s'exprimer et de créer,

    travailler de manière pluridisciplinaire,

    faire de l'enseignement et de la recherche dans le champ de l'adolescence et de ses souffrances,

    telles sont les missions de cette maison des adolescents, la Maison de Solenn.

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Fondée par Bernadette Chiral et Patrick Poivre d'Arvor,

    la Maison de Solenn est aujourd'hui la référence

    pour l'accueil des adolescents souffrant de dépressions nerveuses,

    d'états suicidaires, de névroses obsessionnelles, de troubles du comportement alimentaire.

    Fondée en 2004, la Maison de Solenn est désormais l'un des plus grands centres français dans ce domaine.

    Les chiffres parlent d'eux mêmes : 500 hospitalisations et plus de 15 000 consultations annuelles.

    C'est un lieu très lumineux, situé dans le XIV ème arrondissement de Paris,

    dans l'enceinte de l'hôpital Cochin, noyé dans la verdure.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  blog en pause

     

     

    UN JOYEUX NOËL A TOUTES ET A TOUS....

    MERCI DE VOS PASSAGES ET MESSAGES...

    BIZZS FAUSTINE.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    11 commentaires
  •  

    LA CLINIQUE AU BOUT DU FIL.

    L'aide psychologique par téléphone en question.

    Afficher l'image d'origine

    Aurélie Capobianco - Julie Gonzalez

     

    Comment travailler avec un être qui souffre au bout du fil ?

    Le modèle psychanalytique peut-il être un appui ?

    Et quelle éthique suivre pour viser quels enjeux ?

     

    Telles sont les questions auxquelles répond cette étude inédite,

    fondée sur une pratique du terrain, une analyse psychanalytique fouillée et une écriture immersive.

     

     

    Julie Gonzalez est psychologue clinicienne et psychothérapeute et travaille en cabinet libéral à Paris.

    Elle a été "écoutante" au sein d'une association tournée vers les proches de personnes en souffrance.

     

    Aurélie Capobianco est psychologue clinicienne et psychothérapeute en cabinet libéral à Paris et à Vernon.

    Elle a travaillé comme "écoutante" pendant plus de deux ans

    sur une ligne d'écoute destinée à la violence conjugale.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Professeur Marcel RUFO - La vie en désordre.

     

    On envie les adolescents pour leur jeunesse et ses promesses,

    mais on oublie un peu vite qu'il s'agit aussi d'une période douloureuse,

    parce qu'elle représente une perte :

    perte de la pensée magique de l'enfance, des illusions sur soi et sur le monde.

     

    Il faut apprendre à accepter ses propres limites.

    On comprend alors pourquoi l'adolescence constitue un terrain favorable à l'apparition de troubles psychiques :

    ils expriment la fragilité inhérente à cet âge, le doute sur soi

    et sur ses capacités à plaire, à aimer et à être aimé, l'incertitude sur ce que l'on pourra devenir.

    Mais si les enjeux se font plus aigus qu'au temps de l'enfance,

    rien n'est encore joué, tout reste possible, et un grand nombre de ces troubles, parfois spectaculaires, se révéleront transitoires.

    A charge pour le psychiatre d'accompagner ce processus de maturation qu'est l'adolescence

    et de tout mettre en œuvre pour relancer les perspectives d'avenir.

     

    A la fois livre de souvenirs et réflexion sur l'exercice de son métier,

    la vie en désordre est un plaidoyer pour une psychiatrie humaniste, inventive et optimiste,

    loin des dogmes et du psychiatriquement correct.

     

    Professeur Marcel RUFO.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    L'alcool aide à rester de bonne humeur

    et les drogues dures se montrent encore plus efficaces en la matière.

     

     

     

     

    Mais comme ces émotions ne sont pas authentiques, ne concordent pas avec la véritable histoire du corps,

    l'effet de tels produits est nécessairement temporaire,

    et il faut bientôt des doses  de plus en plus élevées pour combler le trou laissé par l'enfance.

     

    ALICE MILLER.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Trop souvent, nous préférons chercher secours auprès des médicaments, de la drogue ou de l'alcool,

    aboutissant à bloquer encore un peu plus l'accès à notre vérité.

    Pourquoi donc ?

    Parce qu'il est douloureux de le reconnaître ?

     

     

    Oui c'est incontestable.

    Mais ces souffrances sont temporaires et avec un bon accompagnement,

    elles restent supportables.

    Le problème réside plutôt, à mon avis, dans la pénurie de tels accompagnateurs,

    car presque tous les professionnels de la santé,

    semblent imprégnés par les préceptes de la morale traditionnelle

    et sont dans l'incapacité de se ranger du côté de l'ancien enfant

    et admettre les effets de ses blessures précoces.

     

    ALICE MILLER

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Faute d'attachement nourrissant affectivement,

    l'individu se lie, fusionne avec un produit, se replie sur lui-même derrière son écran pour oublier ses angoisses.

    Coupé de ses émotions, il tente de se remplir, se calmer....

    Il y a addiction quand la personne se plaint d'une impulsion incontrôlable,

    quand le plaisir des débuts est devenu souffrance,

    quand il n'y a plus que ça qui compte, que les liens avec le monde sont distendus.

     

    Ses causes sont multiples : un tempérament dépressif, une nature compulsive, une fragilité génétique.

     

    Dépendance affective aux réseaux sociaux.

     

    L'addiction est un processus complexe

    qui se développe par une interaction entre une substance, un comportement et un sujet vulnérable.

     

     

     

    PSYCHOLOGIE MAGAZINE  10/2015

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  •  

    Même si cela ne se remarque pas de prime abord,

    la femme Capricorne a besoin de beaucoup de marques d'affection pour se sentir bien dans sa tête.

    Son assurance affichée et la distance qu'elle met autour d'elle

    envoient un message qui peut l'isoler, et ne lui correspond pas entièrement.

    Au fond d'elle même, la femme Capricorne est certes pudique,

    mais plus timide qu'hautaine.

    Elle a des difficultés à se sentir à l'aise et aura beaucoup de mal à offrir sa confiance à quelqu'un.

    La native ne confie que très rarement ses sentiments et n'aime pas tellement écouter ceux des autres.

    Elle est exigeante avec son entourage

    et n'hésite pas à laisser planer une certaine pression autour d'elle,

    ce qui déstabilise beaucoup les gens qui la côtoient particulièrement au début.

    Elle aime être décisionnaire et a un grand sens de l'analyse,

    ce qui fait d'elle une concurrente sévère au travail.

    D'ailleurs personne ne la prend à la légère,

    professionnellement elle impose le respect et ne se laisse jamais aller.

    Elle sait parfaitement faire la différence entre sa  vie professionnelle et sa vie privée,

    ce qui lui donne un avantage considérable face à ceux qui l'entourent

    Afficher l'image d'origine

     

     

    CAPRICORNE "JE PERSEVERE"

    DANS LA FROIDE PASSION DE MA QUÊTE

    PAR LE CHEMIN ARIDE J'IRAI JUSQU'AU SOMMET.

     

    DE TOUT LE ZODIAQUE JE SUIS LE PLUS TENACE;

     

    MAIS, PEUT-ÊTRE...

    PLUS QU'AUCUN AUTRE SIGNE,

    DOIS-JE CHOISIR AVEC SOIN,

    LES CAUSES QUI ANIMERONT MON IMMENSE PERSEVERANCE.

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Pour devenir sage,

    apprends à écouter les chiens sauvages qui aboient dans ta cave.

     

    NIETZSCHE

     

    Citation

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    L'angoisse est un état de panique intérieure qui se manifeste par de l'insomnie,

    des palpitations, des tremblements

    et un profond malaise psychologique.

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Lors de ces crises d'angoisse, la vie semble stressante et hors d'atteinte.

    C'est comme si nous perdions le contrôle de nous-mêmes, donc de notre vie.

    La première chose à faire est de retrouver le calme en respirant régulièrement.

    Ces angoisses ont quelque chose à vous faire comprendre.

    Votre corps vous parle sérieusement alors cessez d'en chercher les causes 

    à l'extérieur de vous car elles sont en vous.

     

    Pour guérir, vous devez trouver la ou les causes.

    Sortez de votre bulle et ne vous jugez plus. Il n'y a rien d'honteux, au contraire.

    Je vous suggère fortement de prendre un papier et un crayon et d'écrire vos peurs intérieures.

    Laissez tomber les masques.

    Vous découvrirez surement de grandes peurs en vous qui causent ces angoisses,

    puisque l'angoisse est synonyme de peur.

     

    Nous n'avons pas toujours un "psy" à notre côtés pour nous écouter,

    c'est pourquoi il est important d'avoir des outils à notre portée pour nous aider.

    Relaxer, écrire, parler, consulter,

    sont des outils qui vous aideront à  ne plus en subir les effets.

     

    SOURCE : Psychologie.com

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires