•  

     

    Le manque d'amour de soi ne s'explique pas par la présence d'une disgrâce.

    C'est tout à fait le contraire :

    c'est la mésestime de soi, la pauvreté narcissique

    qui incite à se trouver toutes sortes d'anomalies, d'insuffisances et de défauts.

     

     

    Mieux  vaut s'atteler plutôt à repérer

    la représentation narcissique abimée que l'on s'est forgée au fil des ans pour la différencier de la réalité,

    qui n'est bien souvent qu'une construction fantasmatique.

    Ce qui est absolument évident et indispensable à comprendre,

    c'est que ce ne sont point les autres qui nous épient de l'extérieur,

    pour nous juger, nous critiquer et nous  condamner.

    C'est bien le sujet lui-même qui joue simultanément les deux rôles :

    celui du procureur inflexible et celui du déporté, du bourreau et du martyr, sans la médiation d'un tiers.

    Les autres n'existent pas vraiment,

    c'est à dire qu'ils ne jouent pas ce rôle surmoïque d'accusateur que nous leur attribuons.

    Ils ne représentent que la partie sombre de nous-mêmes,

    l'enfant intérieur coupable qui se croit mauvais.

     

    Monsieur Moussa Nabati

     

     

    « Citation....Notre inconscient, aussi appelé "Ombre". »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :