•  

     

    CONFERENCE DEBAT

    LES VIOLENCES CHEZ LES FEMMES EN SITUATION DE HANDICAP.

     

     

    Comment dans nos pratiques au quotidien induit-on des violences ?

    Le Handicap va présenter, chez les femmes en situation de handicap,

    un effet de surviolence.

    Comprendre

    En fonction du type de handicap, les femmes vont avoir à vivre des situations différentes. Le fait d'être une femme est déjà un risque d'exposition à la violence, présenter un handicap va élever ce risque.

     

    A quelles formes de violences, les femmes en situation de handicap sont-elles confrontées ?

    Les formes de violence dont sont sujettes les femmes en situation de handicap sont variées et comprennent la négligence, les abus physiques, sexuels, psychologiques, émotionnels ainsi que l'exploitation financière.

    Ces violences vont être perpétrées par un certain nombre de membres de leur entourage.

     

    entourage immédiat :

    famille

    entourage professionnel :

    lors d'accueil en structures d'hébergement, au travail, parfois de la part des tuteurs...

     de la part de personnes extérieures

    qui les accostent ou les agressent dans la rue ,

    parce qu'à l'extérieur on perçoit qu'elles sont porteuses de handicap.

    --------

    Exemples d'abus :

     

    - Abus du genre :

    Priver la personne de son fauteuil, la priver de sa capacité de rester mobile.

    - Menace de type verbale :

    ex. "Tu te débrouilleras toute seule"

    sachant que la personne a besoin d'une aide humaine et relationnelle pour garder son autonomie.

    De ce fait la personne devient tributaire de l'autre et devient Objet.

    --------

    Une réflexion

    Pourquoi est-ce toujours la personne victime d'agression

    qui se voit obligée de quitter le domicile familial ?

    --------

     

    Une autre difficulté pour les femmes handicapées :

    Lorsqu'elles parlent des agressions subies, elles ont peur de ne pas être crédibles.

    De ce fait elles ne portent pas plainte ; "Oui elles vont être victimes, mais est ce qu'elles ne délirent pas ?".

    On voit en premier lieu le handicap avant de voir que ce sont des femmes qui parlent ;

    la femme en situation de handicap est postitionnée comme peu crédible puisqu'elle est handicapée

     

    Les femmes et les filles handicapées courent un risque élevé de subir la violence sexiste

    et d'autres formes de violences en raison de stéréotypes sociaux

    qui servent souvent à réduire leur pouvoir personnel par l'infantalisation, la déshumanisation et l'isolement,

    ce qui les rend vulnérables à diverses formes de violence, y compris la violence institutionnelle.

    --------

     

    Formes de Violence. (plus spécifiquement pour les personnes handicapées mentales)

     

    - Non reconnaissance de la parole, parole négligée notamment au sein des familles.

    - Non respect des désirs spécifiques : on décide pour elles (tutelle par exemple).

    - Abus physique : violence , non prise en compte de leurs désirs.

    " Moi son désir je passe au dessus" disait une maman...

    L'enfant doit rentrer dans "les clous" de la famille pour ne pas désorganiser la structure familiale.

    - Non respect de leur rythme, de leur façon de s'habiller....

    - Abus sexuel

     

    --------

     

     

    ABUS

    Exploitation financière (si les personnes ne sont pas sous tutelle).

    Elles peuvent être éploitées par des personnes travaillant à leur domicile.

    Déshumanisation

    Infantilisation

    "Elles restent des petites filles et elles ne comprennent rien."..

    Non.

    Il faut parler à ces femmes comme à des femmes matures :

    il faut prendre en compte la problématique qui est la leur

    mais il faut pouvoir les aider à être tenue respectueusement dans le statut de femme.

    Isolement

    Souvent isolées, ces femmes sont plus vulnérables.

    Victimisation

    Les personnes ayant des incapacités mentales et problèmes de comportement

    vivent la victimisation de manière plus importante comparativement aux personnes

    ne présentant pas ces types d'incapacités, elles vivent mal le fait d'être victimes,

    car elles pensent que c'est dû à leur handicap.

    --------

     

    La violence conjugale, une réalité cachée.

    Les femmes en situation de handicap n'ont pour beaucoup, pas de partenaires intimes

    de sorte que la violence conjugale dans la vie de ces femmes demeure souvent invisible.

    Elles sont seules très souvent et vont sur des sites, voir des lieux de rencontres pour pouvoir se sentir "aimées"

     Elles n'ont pas forcément conscience que l'autre est méchant.

    Elles ne comprennent pas toujours que si il n'y a pas de coups,

    elles peuvent être victime inconsciente de harcèlement.

    --------

     Les partenaires masculins des femmes en situation de handicap

    sont environ 2.5 fois plus à risque de se comporter de façon à dominer leur partenaire

    et 1.5 fois plus enclins à adopter des comportements sexuels de domination,

    que les partenaires masculins des femmes non handicapées.

     

     

     

    Obstacles à la dénonciation des abus

     

    - Difficultés à entrer en contact avec les sercices sociaux.

     

    - Difficultés d'élocution et d'interprétation dûes à leurs problèmes de langage, pour certaines.

     

    - Difficultés d'accès à l'information ou aux services existants :

    elles  ne comprennent pas toujours les supports mis à leur disposition :

    certaines ne savent pas lire, ni interprêter correctement les images des prospectus.

     

    - Difficultés d'accès aux moyens de transport

     

    - Peur de perdre sa sécurité financière, son domicile, ses prestations sociales et peur d'être institutionnalisée.

    - En situation de violence conjugale, les femmes peuvent craindre de quitter leur agresseur.

    Dépendance affective, financière ou physique, peur de perdre la garde de leurs enfants

    les empêchent de signaler les abus.

    --------

    Conséquence psycho traumatique

     

    - Conséquence sur la santé et sur celle de leurs enfants qui en sont témoins.

    Prises de médicaments, soins d'urgences psychiatriques, hospitalisations, interventions chirurgicales.

     

    - Etat de stress post traumatique,

    troubles anxieux, dépressions, tentatives de suicide, insomnies, phobies, troubles de la mémoire,

    troubles alimentaires et addictions.

     

    - Réminicence des violences,

    mémoire traumatique et dissociation sont responsables de toutes les conséquences médicales somatiques

    et psychologiques les plus sévères et les plus chroniques.

     --------

     

    CONCLUSION

     

     

    La plus fondamentale des solutions à apporter,

    c'est l'éducation : Education au respect de l'être humain,

    qu'il soit un homme ou qu'il soit une femme.

    Tout être humain, quel qu'il soit

    n'a pas à être victime de violences.

    On doit toujours se poser cette question :

    "Les réponses que je donne ou faites par d'autres

    ne sont elles pas violentes ?".

     

    "DES LE PLUS JEUNE AGE,

    EDUQUONS NOS ENFANTS AU RESPECT"

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Le Petit Larousse de la PsychologieLa bioenergie »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 20 Décembre 2017 à 13:01

                               

                                                                   Passe de très bonne fêtes mon, amie et sois heureuse. Amitié, Ghislaine.

     

                                                                     http://la-rose-de-janvier.eklablog.com/seul-noel-d-enfant-1-a127530372

     

                                          Résultat de recherche d'images pour "Images Gifs Noël"

      • Jeudi 21 Décembre 2017 à 12:33

        J'espère pour toi un joyeux noël très entourée des gens que tu aiment.

        J'espère que tu vas bien.

        A bientôt

        FAUSTINE.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :