•  

    "Chaque fois  que je parle avec ma mère,

    je sens comme un poison s'infiltrer dans mon corps et y former un abcès.

    Mais il m'est interdit de m'en apercevoir, sous peine d'être rongée de culpabilité.

    Puis l'abcès se met à suppurer et je tombe dans la dépression.

    Je tente alors, une fois de plus, d'accepter mes sentiments

    et je me dis que j'ai le droit de les éprouver,

    dans toute l'intensité de ma colère.

     

     

    Quand je fais cela,

    quand je donne libre cours à mes sentiments, alors même qu'ils sont rarement positifs,

    c'est comme une bouffée d'air, je retrouve ma respiration.

    Je commence à me donner l'autorisation de persister dans mes vrais sentiments.

    Lorsque j'y réussis, je me sens mieux, plus vivante, et ma dépression disparaît.

     

    Et pourtant je ne cesse, contre toute raison, d'essayer de comprendre ma mère,

    de l'accepter comme elle est,

    de tout lui pardonner.

    Je le paye invariablement par des crises de dépression".

     

    ALICE MILLER.

     

    « Rivalité mère-filleAutour de soi, pas de soutien... »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :