• L'histoire de chaque personne est toujours singulière.

     

     

    Mais le travail thérapeutique, lui, présente une constante :

    chaque souffrance individuelle s'accompagne d'une demande de changement,

    et mon rôle consiste à aider chacun (e) à identifier les directions dans lesquelles il (elle) souhaite aller,

    et à trouver "comment" agir en vue d'accomplir ses aspirations.

    Si le contenu des thérapies est variable à l'infini,

    le processus thérapeutique demeure le même.

     

    SOPHIE CHEVAL

    Les psys se confient.

    « Avant, Pendant et après une psychothérapie....Un livre de Geneviève Schmit »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 19 Avril 2016 à 20:49

    Effectivement, le bon soignant, celui qui est efficace et empathique, ne proposera JAMAIS la ou les mêmes techniques thérapeutiques à chaque individu. A chaque fois, ce sera du cas par cas. Tout l'inverse des thérapies cognitives (type PNL) généralisées à tous par les "spécialistes" du bien-être et autres coaches qui ont UNE ou quelques méthodes bien huilées (et surtout profitables pour leur porte-monnaie) qu'ils appliquent à tous comme si nous étions tous faits sur un mode standardisé. Les mêmes lois et techniques pourraient selon eux s'appliquer à tous sans exception. Et bien sûr, derrière, il y a la culpabilisation muette, cachée : ça ne marche pas, c'est de votre seule faute bien entendu. C'est la psychologie de bazar très en vogue de nos jours sur internet et fondée sur une philo spiritualiste erronée parce que très superficielle sinon mensongère chez certains.

    La psychothérapie ne peut se faire comme si on proposait un service de voyage ou de restauration franchisé avec un panel de propositions uniformisées universelles. Un praticien rigoureux et HONNÊTE n'agit pas comme s'il était un commerçant ou un financier. Bref, il n'est pas dans le secteur du soin et de l'accompagnement dans un esprit capitaliste façon coach-star à l'américaine. Il y a deux ou 3 ans, une journaliste du magazine Psychologies était allée à une des nombreuse conférences d'Anthony Robbins, le pape de ces méthodes d'accompagnement très agressives et culpabilisantes auprès des individus, donnée à Los Angeles. Elle en était ressortie dubitative : les méthodes proposées étaient si standardisées, si uniformes, que ça en était dérangeant éthiquement. C'était comme une impression de mensonge et de manipulation collective des conscience : discours bien rôdé, trop précis, trop coulant, avec trop de tout, trop positif... le contraire de la réalité quotidienne. Bref, elle avait eu le sentiment d'un bonimenteur qui vend du rêve., surtout que plusieurs des personnes présentes malgré l'application des méthodes du "maître" galéraient depuis des années mais continuaient à acheter livres et tickets d'entrée aux conférences vendus à des tarifs exorbitants. L'auto-culpabilisation marchait à plein régime de façon imparable : les "spécialistes" se protègent ainsi de tout échec car c'est forcément toujours de la faute du client, euh pardon, de la personne en difficulté, selon leur INTERPRÉTATION de la vie : l'observation OBJECTIVE et fondée sur les FAITS appliquée selon des normes scientifiques sur un panel de population et sur une période suffisante n'est absolument pas dans leur programme. Et pour cause : tous ces conseiller à succès seraient bien en peine de PROUVER l'efficacité de leurs méthodes pour la collectivité de manière impartiale et rigoureuse.

    Par contre, comme le dit Sophie Cheval, peu importe la méthode, le processus de collaboration et de guérison est le même sur le fond pour chaque patient : écouter, échanger, cibler le ou les objectifs spécifiques puis chercher la ou les meilleures voies d'accompagnement et enfin commencer le parcours thérapeutique.

      • Mardi 19 Avril 2016 à 22:27

        Je viens de regarder sur France  5 l'émission "Emprise mentale, quand la thérapie dérape".

        Un reportage à voir en replay où il est question de l'émergence de thérapies conçues par des gourous pour manipuler les patients....

        Cela fait froid dans le dos et force est de constater que leurs seules motivations sont l'argent, le sexe ...

        La pratique de la psychothérapie est réglementée depuis 2010 mais aucune réglementation concernant la psychanalyse...

        Pour ma part, je suis passée par internet (Skype) pour ma première tranche de thérapie, et ai échangé par mail avec des psys...

        Mais je me suis assurée qu'il possédait un n° ADELI.

         

    2
    Mardi 19 Septembre 2017 à 11:00

    heureusement qu'il y a des assistances thérapeutiques pour certains qui se perdent dans nos sociétés

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :